> > > > Retour sur l'ePrix de Marrakech : Qui peut arrêter Sébastien Buemi ?

Retour sur l'ePrix de Marrakech : Qui peut arrêter Sébastien Buemi ?

Le pilote Suisse est au-dessus du lot en ce début de saison. Ni sa pénalité du départ ni ses adversaires n'ont pu l'empêcher de remporter un deuxième ePrix d'affilée. Sam Bird et Felix Rosenqvist, le poleman ; montent respectivement sur la deuxième et troisième marche du podium. Retour chronologique sur tous les événements marquants de cet ePrix marocain.

© Fia/Formula E - Sébastien Buemi double la mise avec cette victoire marocaine !© Fia/Formula E - Sébastien Buemi double la mise avec cette victoire marocaine !

Le deuxième ePrix de cette saison 2016-2017 fut doublement symbolique. Pour la première fois de sa jeune histoire, la Formule E prenait ses quartiers sur le continent africain. Le Maroc et la "Ville rouge" de Marrakech étaient le théâtre d'un événement organisé en plein cœur de la COP22. Alors que les pays du monde entier négocient à quelques mètres de là des accords face aux changements climatiques, la Formule 100% électrique continuait d'avancer son image de discipline la moins polluante des sports mécaniques.

Du côté du sport en lui-même, les hostilités ont commencé comme il est généralement de coutume par un premier shakedown, disputé ce vendredi sur le circuit Moulay El Hassan.
Les deux séances libres ont eu quant à elle lieu ce samedi matin. Deux sessions d'entrainement qui se sont déroulées sur une piste piégeuse, avec une adhérence changeante au gré du vent, mais aussi du sable ramené sur la piste par ce dernier.
Ces conditions ont déstabilisées les pilotes, bien souvent au large de la piste, comme dans ce virage numéro 7, virage serré à gauche à l'issue d'une longue ligne droite, ou dans la longue courbe commandant le premier virage.
Ici, les pilotes DS Virgin Racing se sont fait remarquer. Pourtant expérimenté après son passage sur cette même piste en WTCC, José Maria Lopez partait à la faute en FP1 et frôlait d'un peu trop près le mur. L'Argentin a compromis ses chances d'entrée en hachant sa séance avec quatre passages par les stands. Une première séance en outre dominée par Lucas di Grassi (ABT Schaeffler Audi Sport), devant les deux Renault e.dams, Nico Prost devant Sébastien Buemi.

Quelques minutes plus tard, la FP2 voyait cette fois la domination de Buemi, devant le surprenant pilote Mahindra, Felix Rosenqvist. Le Suédois prenait bien ses marques avec la piste marocaine, en étant le seul (avec le Suisse) à passer sous la barre des 1:21. À l'inverse, l'équipier de Lopez partait à son tour à la faute. En sous-virage, Sam Bird effectuait un tête à queue en fin de séance, dans le huitième virage. Son choc avec les barrières interrompait brutalement la séance et causait bien des tracas à son équipe. Heureusement pour lui, les mécaniciens franco-britanniques ont réussi à remettre sa monture à temps pour les Qualifications.

Felix Rosenqvist apprend vite !

Le pilote Mahindra Racing a frappé fort à l'issue de la super-Pole en décrochant sa première pole position, pour (seulement) sa deuxième tentative dans la discipline ! Il apporta par la même occasion une inédite position de pointe à son équipe, après un tour final agressif mais efficace, bouclé en 1:21:509. Le jeune loup de 25 ans ne s'est pas posé de questions sur une piste toujours rendue délicate par le vent et le sable. Il soustraya Sébastien Buemi de la pole, qui s'était élancé juste avant lui : 37 millièmes d'écart séparaient les deux hommes !

Rosenqvist est d'abord sorti de son groupe de qualifications, le quatrième. Au même titre que l'un de ses plus proches poursuivants, Sam Bird, revenu de loin après son crash en FP2.

Initialement troisième, le pilote Anglais récupéra la deuxième place après une pénalité de cinq places appliquée à Buemi.
La FIA a sanctionnée le vainqueur de l'ePrix de Hong-Kong... pour un poids d'extincteur embarqué de 3,25kg en dessous du poids autorisé. Une erreur à priori anodine mais on ne badine pas avec la sécurité en Formule E ! Le champion du monde en titre a donc glissé à la septième place sur la grille de départ.
Par conséquent, Nelson Piquet Jr (troisième), Jean-Eric Vergne (quatrième), Daniel Abt (cinquième) et Nico Prost (sixième) ont tous gagné un cran.

Les principales déceptions de cette séance furent Nico Prost, incapable d'atteindre le top 5 et la super-Pole. Mais également Lucas di Grassi, seulement douzième, devant l'autre DS Virgin Racing ; celle de José Maria Lopez. Toutefois, la piste a surtout avantagée les pilotes du dernier groupe et le fils du "Professeur" peut s'estimer lésé avec un passage dans le premier groupe.

Notons de plus que Jean-Eric Vergne n'a pu défendre ses chances lors de la super-Pole. Meilleur temps absolu de la phase de groupes en 1:20.993 (seul pilote sous la barre des 1:20), sa Techeetah s'est immobilisée au bout de la pit-lane avant même sa sortie pour un tour lancé.

Buemi impérial en course !
C'est sous un temps parfait mais un soleil couchant que le deuxième ePrix de la saison a pris son envol. 33 tours étaient au programme, sur ce tracé de 2,97 kilomètres.
Une fois n'est pas coutume, c'est un départ sans embûches qui a été pris par les 20 pilotes du plateau.
Le poleman Rosenqvist avait bien géré la pression inhérente à un premier départ en Pole. Parti septième, Buemi tentait dés l'entame de rattraper ses cinq places de pénalité. Très vite, le Suisse effaçait son coéquipier. La remontée de Buemi passa aussi par un dépassement en deux fois sur Daniel Abt dans le 8e tour. Le pilote Renault e.dams était alors le plus rapide en piste,tout comme le leader Felix Rosenqvist.
Un peu plus loin, di Grassi était englué en milieu de peloton et ne pouvait batailler pour la tête. Il assistait seulement à l'abandon de Antonio Félix da Costa, lâché subitement par sa monoplace Andretti.
Mais la Safety Car n'entrait pas en piste. La bataille pour la deuxième place battait son plein entre Bird, Vergne et Buemi. Brillant, Jean-Eric Vergne se portait à l'attaque et dépassait Bird ! L'Anglais encaissait un nouveau revers quelques instants plus loin en se faisant encore devancer par Buemi.

Par conséquent, le suspens était au rendez-vous au moment du changement de voitures effectué à la mi-course. Un peu plus gourmand en batterie, Rosenqvist s'arrêtait au 16e tour tout comme "JEV," laissant le commandement au duo Buemi-Bird qui s'arrêtait eux un tour plus tard. Le passage à la deuxième voiture ne chamboulait pas le classement de tête, même si Rosenqvist et Vergne devaient gérer au mieux leurs batteries.
Derrière, on en oubliait presque les autres : Nico Prost roulait désormais en cinquième place devant Daniel Abt, après l'avoir dépassé lors du premier relais.

Toutefois, un des prétendants à la victoire était mis hors-jeu. Jean-Eric Vergne subissait un coup dur en étant sanctionné d'un drive-through pour une vitesse excessive dans la pit-lane lors de son changement de voiture. Dés lors d'un quatuor, un trio allait lutter pour la victoire. Malgré tout, le pilote Techeetah repartait en cinquième position après son passage forcé par les stands, derrière Nico Prost.
Il restait moins de 10 tours et Buemi revenait à hauteur du leader scandinave. Le pilote Renault ne mettait pas longtemps pour aller chercher la tête en déposant Rosenqvist à la fin du 27e tour. Dés lors, il ne suffisait "plus" qu'à gérer pour l'ex-pilote Toro Rosso en Formule 1.



Pour le pensionnaire de Mahindra, il fallait encore lutter, cette fois face à Bird. Sans coup férir, l'ex-pilote essayeur Mercedes arrachait Rosenqvist de la deuxième place. Mais pour le rookie, le podium était encore accessible, Nico Prost étant encore trop loin pour le déposséder de son bien.

L'issue de ce dernier ePrix était connue, elle ne changea pas d'un pouce dans le dernier tour.
Sébastien Buemi remportait donc l'ePrix de Marrakech ! Le pilote Renault e.dams double la mise et de quelle manière, avec ce départ de la septième place sur la grille. Rien ne semble arrêter sa progression dans ce début de saison, ses adversaires sont déjà loin au classement général des pilotes.

Deuxième, Sam Bird décrochait les honneurs, tout comme Felix Rosenqvist dont la constance et la maturité furent à souligner depuis ce départ en pole. Jean-Eric Vergne a quant à lui perdu trois positions en fin de course.
Voici le classement final de cet ePrix de Marrakech :



Au final, c'est donc une huitième victoire pour Buemi au palmarès de la Formule E. Le début de saison est clairement à l'avantage du pilote et de l'écurie française Renault e.dams. Les hommes de Jean-Paul Driot et Alain Prost pouvaient donc prendre quelques instants pour savourer un succès bien mérité.



Marrakech, Formula E et Buemi Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




4 réactions sur cet article Donnez votre avis
casper
casper :
chouette course regardée en streaming sur le site officiel. de la baston pendant les 10 premiers tours comme je n'en vois plus en F1 depuis des années. jusqu'à mi course franchement sympatique, il ya ce changement de voiture qui fait rire de l'extérieur mais que j'aime en live çà me rappelle les pilotes qui couraient dans la voitures au 24h.
par contre seconde partie moins fun, il y a les pilotes propres qui font des dépassements chouettes mais moins de baston. Alors en caméra embarqué c'est tout de même impressionnant, en revanche quand on voit qu'ils plafonnent très vite en puissance et qu'il ne montent qu'à 175 çà fait moins rêver. par contre pas photo avec le WtCC sur le même circuit, les FE leurs mettent une belle misère !

côté pilotes les premiers couteaux sont tout de même de sacrés bons, en revanche en second pilote il y a encore des tendres.

vergne toujours aussi inconstant, quand je pense que d'aucun voudraient le revoir en F1 alors qu'il n'est que niveau top 10 en FE. dommage car sur quelques tours il est vraiment bon le bougre.

rafraichissant et nettement mieux que bons nombre de commentaires que j'avais pu lire jusque là
Il y a 3 mois
arno
arno :
Je me demande si vous avez regardé les temps des WTCC en 2016 (avant 2016 le circuit était totalement différent 4.5km contre seulement 3km maintenant).

Pole poistion 2016
WTCC : 1' 22.024
FE : 1'21.509

Meilleur tour en course
WTCC : 1'23.087
FE : 1'22.600

Une FE ça tourne dans les temps d'une WTCC ce qui en dit long sur les piètres performances de ses monoplaces.
Il y a 3 mois
Casper
Casper :
Voilà ça m'étonnais aussi quelles mettent 20 s!
Donc seulement un chouillat plus vite. Donc dans 2 ans c'est 10s. Vais devenir curieux de ce championnat
Il y a 3 mois
arno
arno :
@Casper
Le but de la Formule E ce n'est pas d'augmenter la puissance des groupes propulseurs dans les années à venir mais de faire les courses sans changement de voiture.
La vitesse de pointe restera bloqué encore pour un moment à 225km/h, donc il n'y a pas de gain spectaculaire en performance pure à attendre.
Il y a 3 mois
Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.