> > > > ePrix de Buenos Aires : Présentation et enjeux

ePrix de Buenos Aires : Présentation et enjeux

L'hiver vous paraît interminable ? Réjouissez-vous : avant le retour de la Formule 1, la Formule E vous fait patienter, à l'occasion du troisième ePrix de la saison 2016-2017 ! Profitons du moment pour faire le point sur les dernières informations du monde 100% électrique.

© Fia/Formula E - L'hégémonie de Buemi continuera t-elle à Buenos Aires ?© Fia/Formula E - L'hégémonie de Buemi continuera t-elle à Buenos Aires ?

Sébasiten Buemi : jamais deux sans trois ?

Nous l'avions laissé en pleine forme. Après deux courses pour autant de victoires, Sebastien Buemi a pris un départ presque parfait dans cette troisième saison de Formule E. La défense de son titre de champion est déjà bien engagée, avec un joli total de 50 points au classement général. Soit 22 de plus que son premier poursuivant, Lucas di Grassi. Le Brésilien, vice-champion l'an passé, a effectué une jolie remontée à Hong-Kong (de la 19e place sur la grille à la 2e place à l'arrivée) et s'est contenté de la cinquième place à Marrakech.

Derrière ce duo, l'équipe Mahindra s'est fait remarquer, avec deux troisièmes places, signées Heidfeld à Hong-Kong et Rosenqvist au Maroc. Le rookie Suédois s'est même permis de décrocher la pole-position lors de la deuxième course, menant une bonne partie de la manche avant de céder face aux assauts de Buemi, puis de Sam Bird sur sa DS Virgin Racing.

L'attention sera d'ailleurs tournée vers l'écurie franco-britannique ce week-end. Mais les faveurs du public iront surtout vers le héros local : José Maria Lopez. « Pechito » est tout simplement le pilote au palmarès le plus éloquent en Argentine. Triple champion dans la catégorie nationale de super-tourisme, l'ex-pilote en GP2 Series est aussi et surtout triple champion du monde en WTCC avec Citroën (2014, 2015, 2016).
Pour ses deux premières courses en Formule E, José Maria Lopez s'est déjà distingué par sa pointe de vitesse, en terminant troisième de la séance qualificative à Hong-Kong. Et le métier rentre: après son crash lors de la première course, l'Argentin décrocha son premier point avec cette 10e place mi-Novembre à Marrakech.
L'exploit sera difficile. Malgré un public acquis à sa cause, il concourra tout de même pour remporter son ePrix national. En 23 courses en Formule E, seul son équipier Sam Bird a réalisé pareille performance : lors de la course 2 à Londres en Juillet 2015...

Un décor inchangé

Buenos Aires garde toute la confiance d'Alejandro Agag et des promoteurs. Désormais, le circuit de Puerto Maduro peut se targuer d'être le seul à avoir couvert les trois saisons !
Les concurrents s'affronteront une fois encore sur un tracé localisé dans un quartier très touristique, situé sur la partie littorale, non loin du centre de la cité. Ce barrio, seulement développé dans les années 1990 accueille une piste longue de 2,480 kilomètres. Disputé dans le sens anti-horaire, le circuit comporte 12 virages : 8 à gauche et 4 à droite.
Les principales possibilités de dépassement s'exécuteront autour des virages 1 et 7. La chicane entre le T8 et le T9 est quant à elle très serrée, et très piégeuse. Successivement en tête de la course, Sébastien Buemi puis Lucas di Grassi en avaient fait l’amère expérience en 2015. Sous l’œil protecteur de la statue de Juan Manuel Fangio, cette course à élimination avait souri à Antonio Félix da Costa. L'an passé, Sam Bird s'était imposé après avoir résisté jusqu'au bout aux assauts de Buemi. L'ancien pilote Toro Rosso était pourtant remonté de la 18e place sur la grille !


Quoi de neuf depuis Marrakech ?

L’ePrix de Berlin de retour à l’aéroport de Tempelhof 
La manche allemande du championnat de Formule E retrouvera le tarmac de l’ancien aéroport de Berlin-Tempelhof. L’aéroport, qui a cessé toute activité depuis 2008, avait joué un grand rôle pendant la Seconde Guerre mondiale ainsi que pendant la guerre froide. L’ePrix de Berlin avait déjà eu lieu sur les pistes de Tempelhof pendant la saison inaugurale du championnat, sur un tracé de 2,5 km qui comptait alors 17 virages. Il sera fortement remanié pour l'édition du mois de Juin.
Notons que la course avait dû trouver un autre lieu pour s'y dérouler l’an dernier. Le gouvernement allemand avait effectivement réquisitionné l’aéroport pour y accueillir temporairement des réfugiés. C’est donc dans les rues du centre-ville de la capitale allemande, le long de la Karl-Max-Allee que l’ePrix fût disputé. Les prometteurs de la Formule E comptaient initialement rester sur le site mais cela n’a pas été possible pour des raisons principalement politiques. D’où ce retour à Tempelhof. À noter que la possible annulation de la course de Bruxelles début Juillet pourrait entraîner l’organisation d’une deuxième manche outre-Rhin : Hambourg serait la destination la plus probable.

Felipe Massa a testé la Formule E avec Jaguar
Cet hiver, le pilote Williams a participé à une journée d’essais en Espagne au volant d’une Formule E, avec l’équipe Jaguar. La séance fut disputée dans le cadre des 15 journées d’essais imparties à chaque structure, afin de développer les groupes propulseurs de la saison prochaine. Cette journée de tests a été rendue possible via le partenariat entre l’équipe et Williams Advanced Engineering, société appartenant à l’écurie Williams, qui emploie Massa. Aucun détail sur le déroulement de cette journée n’a toutefois été révélé. Il faut préciser que le Brésilien prévoyait un éventuel engagement dans la discipline 100 % électrique avec cette même équipe. Le sud-américain avait initialement pris sa retraite de la Formule 1 ce qui lui laissait le temps de se consacrer à ce programme. Mais un bouleversement provenant de la catégorie reine a tout changé. L’écurie Williams lui a effectivement demandé de piloter une saison supplémentaire, en remplacement de Valtteri Bottas en partance vers Mercedes. Ce n’est peut-être que partie remise puisque à la fin de la saison 2017, le natif de Sao Paulo sera de nouveau disponible...

Spark présente son concept SRT-05 pour la saison 5 
Le fournisseur de châssis de la Formule E a révélé son concept pour le futur de la discipline. Cette nouvelle génération de monoplace doit entrer en activité pour la saison 5, soit lors de l'édition 2018-2019. Le concept présenté est bien entendu différent du rendu final, puisqu’il s’agit de l'un des différents projets communiqué aux équipes. Le châssis est plus travaillé au niveau aérodynamique que la génération actuelle mais aussi plus légère de 40 kilos pour accueillir un groupe propulseur qui serait quant à lui plus lourd. Notons au passage que la voiture serait équipée d’un aéroscreen, sorte de pare-brise similaire au concept inventé par Red Bull, afin de protéger la tête des pilotes. Enfin, il se murmure que la capacité moyenne des batteries passerait de 28 kWh à 54 kWh lors de cette même année 2018, et ce pour permettre de faire une course sans changer de voiture.



Votre programme TV 

Toujours détenteur des droits, le groupe Canal+ vous proposera de vivre en direct cet ePrix de Buenos Aires.
Rendez-vous pour cela ce Samedi 18 février à 15h55 et les Qualifications, diffusées sur Canal+Décalé.
Vous n'aurez pas à changer de chaîne pour suivre la Course, avec une prise d'antenne prévue à 19h55 !


Formula E, Preview et Buenos Aires Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.