> > > > Présentation - ePrix de Paris : Transformer l'essai

Présentation - ePrix de Paris : Transformer l'essai

Après une première édition positive côté piste mais décevante côté tribune, l'ePrix de Paris version 2017 aura pour but de fédérer, afin d'asseoir sa légitimité. Pour cela, assistera t-on à un nouveau duel au sommet entre Buemi et di Grassi ?

© Fia/Formula E - Photo de famille avant le deuxième ePrix de Paris !© Fia/Formula E - Photo de famille avant le deuxième ePrix de Paris !

La Formule E retrouve ses habits de lumière. 13 mois après la grande première, la discipline 100% électrique revient à Paris pour un nouvel opus autour de l'hôtel des Invalides.

Le 23 Avril 2016, Lucas di Grassi remportait la coupe du vainqueur, au terme d'une course marquée par le duel fratricide entre les DS Virgin Racing de Sam Bird et Jean-Eric Vergne, ou la belle remontée de Sébastien Buemi, jusqu'en troisième position sous le drapeau à damiers.

Buemi, pour faire triompher le Losange à la maison

La tournée européenne ne pouvait pas mieux démarrer pour Renault e.dams. Après le carton plein de Monaco samedi dernier, le Suisse s'avance en grandissime favori de la manche parisienne, avec ses trois victoires lors des quatre dernières courses. Et même sur un plan global, le Vaudois est le patron : recordman de victoires (10), de pole positions (7) sur les trois saisons de la Formule E. Avec 765 kilomètres menés en ePrix, Sébastien Buemi devance largement son plus grand rival, Lucas di Grassi, fort d'un total de 351 kilomètres.
Mais malgré toutes ces éloges, l'ex-pilote Toro Rosso ne pourra pas se relâcher. Le pilote Abt Schaeffler joue sur sa régularité puisqu'il est le seul concurrent à avoir bouclé les cinq premières courses de la saison dans le top 5. Et n'oublions pas que le souvenir de sa victoire l'an passé jouera en sa faveur...

La course au titre risque de toute évidence de se jouer entre ces deux hommes. Seul bémol de taille, Buemi loupera le double ePrix de New York mi-Juillet, la faute à son engagement pour Toyota en WEC. Dés lors, chaque point marqué vaudra son pesant d'or !

Derrière, une surprise émergera t-elle du lot ? Jamais la différence n'a été aussi grande entre les deux premiers pilotes cités et le reste du plateau. À 56 points de Buemi pointe le troisième homme, Nico Prost. Neuvième à Monaco, le fils du Professeur reste sur un samedi compliqué, gâché par une erreur en qualifications. La course parisienne serait le meilleur endroit pour lancer réellement sa saison, et décrocher son premier podium (trois quatrièmes places en guise de référence). L'équipe Renault e.dams espère beaucoup de ses deux protégés...



Mais que les fans des scénarios rocambolesques se réjouissent ! La Formule E nous l'a montré à Mexico : un fait de course imprévu peut récompenser des stratégies totalement décalées. Alors, comptons sur d'autres atouts pour enflammer l'épreuve parisienne.

Ayant grandi à quelques encablures du circuit, Jean-Eric Vergne souhaitera ré-éditer sa belle course de 2016 qui lui avait permis de décrocher la deuxième place. Bien remis des séquelles de son accrochage avec Piquet à Monaco, le Parisien a reçu le feu-vert des médecins pour s'engager.

Chez DS Virgin, son ancienne équipe, on tâchera également de retrouver les bonnes sensations. Avec une pole et un quasi double podium (Sam Bird est parti à la faute alors qu'il tenait sa troisième place), les voitures franco-britanniques apprécient le court tracé de la capitale.
Au rayon des outsiders, il conviendra de surveiller l'écurie Mahindra, dans les bons coups avec l'expérimenté Heidfeld (deux podiums, à Hong-Kong et Monaco) et l'intrépide Rosenqvist, une pole et un podium à Marrakech.
Enfin, on scrutera la rédemption en cours de l'équipe NextEV. Champion de la première saison, Nelson Piquet est sur une belle série, avec trois entrées consécutives dans les points.

À vrai dire, l'homogénéité du plateau donne une chance de bien faire à chacun des vingt concurrents.
Parmi eux, une nouvelle tête et un retour. Chez Venturi, un conflit de date avec le championnat DTM empêche la présence de Maro Engel : champion en titre de Formule V8 3.5, Tom Dillmann se glissera exceptionnellement dans son baquet.
Ancien pilote pour l'écurie monégasque, Mike Conway effectuera quant à lui son retour chez Dragon Racing. Même cause et mêmes effets pour Loic Duval, également engagé ce week-end dans le championnat allemand. Après avoir pris la place de Jacques Villeneuve l'an passé, le Britannique, aussi engagé avec Toyota en Endurance, avait décroché sept points en sept courses.

Un décor inchangé

Les Invalides constituent toujours le point névralgique de l'épreuve, avec un tracé dessiné autour de l'édifice, long de 1 kilomètre et 920 mètres, composé de 14 virages. La Tour Eiffel reste dans le décor, ce qui offrira une nouvelle fois de très belles images pour les caméras de télévision.

S'agissant de la piste, la surface sera toujours très évolutive en fonction des virages. Comme l'an dernier, un asphalte temporaire a été posé sur les pavés de la place Vauban, entre les virages 2 et 4. La gestion des différents revêtements sera donc déterminante. Des températures de saison (17 degrés au plus fort de la journée de samedi) et un temps ensoleillé aideront probablement les pilotes à prendre leurs marques avec leurs montures.

Parmi les points chauds de ce circuit, nous retiendrons notamment le premier virage, bosselé, piégeux, et à angle droit.
L’enchaînement entre le T2 et le T4 est tout autant complexe, avec la longue courbe vers le troisième virage suivi immédiatement du quatrième virage.
Le virage 7 correspond quant à lui à la chicane la plus lente du circuit, qui commande la plus longue ligne droite.
Les pilotes devront ensuite se méfier du T8, très serré, passé en troisième vitesse ; avant d'arriver à l'opposé du dôme des Invalides, pour les derniers virages. Une nouvelle courbe serrée attend les pilotes entre le T11 et le T13, autour de laquelle sera tracée la ligne d'arrivée. La ligne de départ est quant à elle dissociée, puisque installée sur le boulevard des Invalides.

Du spectacle pour tous !

Si le sort de la course avait été bienveillant avec les concurrents français, la première édition fut en revanche marquée par la déception des fans. Au-delà d'un accueil assez restreint, des banderoles publicitaires immenses ont gâchées la vue et le plaisir des spectateurs. Face aux critiques, l'objectif majeur de cette année sera de rassembler un plus large public.
C'est pourquoi, l'organisation ne veut laisser personne sur le bas-côté !

Dans cette optique, la capacité a sensiblement été revue à la hausse : l'on passe ainsi de 2 000 sièges vendus l'an passé à 7 000 cette année. Mais ce n'est pas tout ! Les curieux de la dernière heure pourront se rendre le long du circuit ou au sein de la fan-zone, sans billet. Et cette fois, la promesse est faite : tout le monde pourra suivre la course, sans être gêné, a minima sur des écrans géants, repositionnés de façon équitable.

De plus, des nombreuses animations vous attendent dés vendredi midi à l'Allianz eVillage, sur l'Esplanade des Invalides. Pour les plus impatients, les voitures seront à la vue de tous dans le courant de l'après-midi. Et les plus habiles d'entre vous pourront se défier via des simulateurs, et se qualifier pour l'eRace, organisée avec les pilotes le samedi de 13:30 à 14:00. Dans la foulée, ils se prêteront au jeu des autographes, afin que chacun des spectateurs puisse repartir avec un souvenir de l’événement !



N'oubliez pas le programme TV !

Pour profiter de l’événement confortablement installé dans votre canapé, rendez-vous sur Canal+ Sport ce samedi à 11h55 pour les Qualifications. Les deux séances libres seront quant à elles à vivre sur les comptes Facebook ou Youtube de la Formule E.
Puis, vous retrouverez la course, présentée en amont dés 15h15, toujours sur la même chaîne. Une rediffusion sera au menu des retardataires le dimanche, à 11h25.


Sondage : Quel pilote remportera l'ePrix de Paris 2017 ?




Preview, Paris et Formula E Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.