> > > > Vendredi à Paris : l'ePrix s'éveille

Vendredi à Paris : l'ePrix s'éveille

Découvrez les principales réactions des protagonistes du deuxième ePrix de Paris, glanées au fur et à mesure de cette journée de préparation.

© Fia/Formula E - Premiers tours et premières sensations autour du tracé des Invalides© Fia/Formula E - Premiers tours et premières sensations autour du tracé des Invalides

Lucas di Grassi avant tout concentré sur lui-même.

Le Brésilien n'est pas du genre à s'attarder sur des détails. Preuve s'il en est lors de la conférence de presse d'avant-course, organisée cet après-midi au sein de l'Hôtel des Invalides.

Interrogé sur l'absence (quasi certaine) de Buemi lors du rendez-vous de New York, mi-Juillet, le pilote de l'écurie Abt Schaeffler ne s'est guère montré empathique : « Pour être honnête, cela ne me concerne pas ! Sébastien a ses priorités, son agenda. Je suis d'abord concentré sur moi-même. J'essaye juste de suivre ma propre stratégie, au-delà de la chance ou de la malchance que je peux avoir dans mes courses ! »

Coincé derrière son rival lors de la course précédente, sans avoir pu utiliser son Fan-Boost, Di Grassi compte sur l'ePrix de Paris, qui lui avait souri il y a treize mois : « La course de l'année dernière fut incroyable pour moi. La piste est fantastique, très technique. Il y a des opportunités de dépassement. Mais les voitures sont totalement différentes cette année, ce sera une nouvelle histoire ! »

De son côté, Sébastien Buemi, qui n'était pas présent lors de cette conférence, a confirmé aux journalistes de la presse helvétique l'information évoquée ci-dessus. Sa priorité étant bel et bien son contrat avec Toyota en Endurance, l'impasse est inévitable entre les  6 Heures du Nürburgring et l'épreuve américaine : « Ce n’est pas idéal en vue du titre en Formule E, reste qu’il faut composer avec… À moi de marquer le maximum de points avant. » a-t-il admis au micro de la Tribune de Genève.

Dans l'immédiat, le leader du championnat a exprimé son impatience de remonter dans sa Renault e.dams, cinq jours à peine après son succès à Monaco : « J'arrive à Paris encore plus motivé que jamais ! En tant qu'équipe française, c'est la course la plus importante de toute l'année. Je ferai mon meilleur pour continuer notre bonne forme. »



Quelles ambitions pour les forces françaises ?

L'effectif ne varie pas d'un pouce au vu de 2016. Deux équipes françaises et quatre pilotes tenteront de faire résonner la Marseillaise à l'issue des tours de course. Déçu après une erreur en Qualifications et une maigre neuvième place à Monaco, Nico Prost veut sa revanche : « J'étais très déçu de mon résultat. Nous avons la capacité de faire mieux, la voiture est rapide et mon feeling est très bon. »

Avec trois places au pied du podium engrangées lors des premières courses, l'équipier de Buemi, espère enfin passer l'étape supérieure, dans un cadre hautement symbolique : « Évidemment, on veut toujours bien faire à domicile, devant nos fans. Mon unique objectif pour ce week-end est de terminer sur le podium ! Renault est un constructeur de pointe en terme de voitures électriques. Nous devons aussi être les leaders sur la piste ! »

Outsider de choix, Jean-Eric Vergne a quant à lui confirmé sa bonne santé, après son accrochage avec Nelson Piquet : « J'ai passé la nuit de samedi à dimanche la main dans un bac de glace. Mais j'ai rapidement retrouvé la forme. La course de Monaco est désormais derrière moi, je n'ai pas de regrets. Je ne suis pas le genre de pilote qui reste derrière quand je suis plus rapide ! Ce fut même la première fois depuis bien longtemps que je m'accroche en tentant un dépassement ! »

Brillant deuxième sur la DS Virgin en 2016, JEV ré-éditera-t-il pareille performance sur sa nouvelle monture ? Un indice semble le rassurer : « L'année dernière, Renault était plutôt en forme sur ce circuit. Nous avons désormais la même unité de puissance cette année. Nous verrons bien comment cela se passe !  »

L'équipe DS Virgin Racing visera de son côté un classement plus décent au vu de ses ambitions. Directeur de DS Performance, Xavier Mestelan-Pinon a synthétisé le début d'exercice de ses troupes : « Actuellement, nous n'avons pas atteint les objectifs fixés. La performance est là mais ce n'est pas suffisant. Notre rythme de course est plutôt bon comparé aux niveaux d'énergies utilisés. Si nous mettons tout en œuvre, avec des bonnes qualifications et zéro erreur en course alors nous pourrons atteindre le podium. »


La pluie en invité surprise ?

Alors que le tracé bosselé n'a pas bougé d'un iota par rapport à l'an passé, l'une des principales interrogations se trouve du côté du ciel. Quelques ondées passagères prévues au cours de la journée de demain pourrait bouleverser la donne.
Même si comme l'a rappelé Jean-Paul Driot en conférence de presse le plus gros risque serait que celle-ci ne s'abatte qu'au moment de la séance qualificative, répartie en quatre groupes de cinq pilotes : « La pluie n'est pas une chose significativement mauvaise pour notre écurie. Elle peut surtout avoir un impact pour les Qualifications, en fonction du tirage au sort. »

Absent l'an dernier, le shakedown fut donc peut-être plus que nécessaire. Il s'est tenu ce vendredi après-midi, sur le sec. Trente minutes de déverrouillage sur le tracé parisien, avant la grande journée de demain...



Formula E, Paris et Vendredi Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.