> > > > Retour sur l'ePrix de Berlin – Dimanche : Buemi finalement devant Rosenqvist, une histoire de pénalités

Retour sur l'ePrix de Berlin – Dimanche : Buemi finalement devant Rosenqvist, une histoire de pénalités

Lésé le samedi, Sébastien Buemi renaît le dimanche après une victoire sur tapis vert, récupérée à Felix Rosenqvist, qui a encore montré l'étendue de son talent ! Lucas di Grassi complète le podium de cette deuxième journée disputée sur l'aéroport de Berlin Tempelhof.

© Fia/Formula E - Aidé par la boulette de l'écurie Mahindra, Buemi s'est bien rattrapé avec la victoire !© Fia/Formula E - Aidé par la boulette de l'écurie Mahindra, Buemi s'est bien rattrapé avec la victoire !

Tout était à refaire pour Buemi

Le pilote le plus frustré du plateau en ce dimanche matin était certainement le leader du championnat. Peu après l'arrivée de la course 1 ce samedi, Sébastien Buemi a effectivement été disqualifié par les commissaires pour une mauvaise pression de pneus, les quatre étant inférieurs à la limite légalement fixée (en dessous de 1,60 bar). Par conséquent, le Suisse perdait le bénéfice de sa belle remontée, bouclée par une cinquième place. Avant le coup d'envoi de la deuxième journée, son avance au classement général avait ainsi diminué de moitié face à Lucas di Grassi, en encaissant ce 22-0 très délicat.

Qualifications : Rosenqvist continuait son festival

Sur la piste de l'aéroport de Tempelhof, on ne voyait que lui ! Le pilote Mahindra avait déjà frappé fort la , en décrochant la veille sa première victoire en Formule E. Guère rassasié, Felix Rosenqvist s'adjugeait également la séance qualificative du dimanche, sur une piste plus chaude de dix degrés. Cinquième après le passage des cinq groupes, son tour lors de la super-pole fut plus lent de deux dixièmes : 1:08.808. Un chrono toutefois suffisant pour empocher la position de pointe, ses quatre autres compères ayant également baissé de rythme.

Deuxième sur la grille, Sébastien Buemi se plaçait de sorte à reprendre sa marche en avant. Le Suisse avait amélioré la montée en température de ses gommes, talon d'Achille de la Renault e.dams, pour réaliser un tour intéressant, à un dixième seulement de la pole. Derrière ce duo, les deux voitures DS Virgin s’alignaient, José Maria Lopez devant Sam Bird, à l'inverse de la première phase, dominée par l'Anglais de façon générale.

Jean-Eric Vergne était le dernier membre de ce quintet de tête, cinquième à huit dixièmes de Rosenqvist, à quatre de Bird, et un peu en difficulté lors de son tour lancé. Oliver Turvey confirmait quant à lui les bonnes dispositions de NextEV face au chrono, avec une belle sixième place, devant Lucas di Grassi. Daniel Abt (ABT Schaeffler), Mitch Evans (Panasonic Jaguar Racing) et Nico Prost (Renault e.dams) fermaient la marche de ce top 10. À l'extrémité de la grille, on retrouvait l'autre Mahindra, pilotée par Nick Heidfeld. L'Allemand n'avait pu défendre ses chances après un problème de capteur, l'empêchant d'évoluer à plein régime.

Course : Une erreur d'équipe fatale pour Rosenqvist, Buemi récupère la mise !

Sur la piste bétonnée, Felix Rosenqvist était de nouveau parvenu à franchir la ligne d'arrivée en tête. Après di Grassi hier, son principal rival ce jour fut Sébastien Buemi. Parti sans encombres, le champion F3 Europe 2015 a tout simplement mené la course du début à la fin. 46 boucles étaient au programme, pour une durée de course frôlant les 60 minutes, une fois n'est pas coutume. Dès les premiers tours, le Suédois s'était créé une marge de sécurité, en repoussant le pilote frappé du numéro 9 à deux secondes dès le premier passage sur la ligne de départ / arrivée.

Mais une pénalité de dix secondes appliquée au temps du Suédois donne la victoire au leader de chez Renault e.dams.
Tout s'est en fait joué lors de la séquence du changement de voiture. Au 23e tour, Rosenqvist sautait de sa première monoplace pour monter dans le baquet de la seconde. Le moment choisi par son écurie pour se saborder, en le relâchant prématurément. Il manqua ainsi de heurter... Nick Heidfeld, son propre équipier qui arrivait dans le même temps pour faire son changement de voiture ! Ce dernier était revenu en treizième positon lorsque l'incident s'est produit.



Dès lors, la lutte pour la victoire changeait de physionomie : sanctionné bien malgré lui d'un "unsafe release", Rosenqvist était pénalisé de dix secondes sur son classement final. Toujours collé à ses basques, Buemi n'avait plus qu'à gérer l'écart pour récupérer la victoire. Toutefois, il garda suffisamment de temps pour ne pas se faire déposséder sa deuxième place par Lucas di Grassi, revenu de sa modeste septième position sur la grille.

Pour cela, le Brésilien s'était montré en première partie de course, en passant Oliver Turvey, José Maria Lopez et Jean-Eric Vergne dans le deuxième relais, après une belle manœuvre dans le premier virage.
L'ex-pilote Audi en Endurance a aussi bénéficié du clash entre les deux DS Virgin Racing. Au 17e tour, Sam Bird, toujours quatrième, se portait à la hauteur de José Maria Lopez vers le premier virage. Trop insistant, « Pechito » retardait un maximum son freinage pour pousser son équipier vers l'extérieur de la piste, quitte à s'appuyer sur lui au freinage. Repoussé hors trajectoire, l'Anglais glissait en septième position. Lopez gardait la troisième avant de céder quelques tours plus loin face à Vergne et di Grassi.



Le passage par les stands n'avait pas modifié la hiérarchie entre ces concurrents. C'est bien en piste que Jean-Eric Vergne a été dépassé lors de la dernière partie de course, par Daniel Abt puis par José Maria Lopez au 41e tour, verrouillant ainsi pour de bon le classement des cinq premiers
Derrière Vergne, Bird a dû se contenter de ronger son frein pour finir en septième position, devant un Nico Prost très discret. Oliver Turvey et le revenant Nick Heidfeld ont quant à eux ramassés les trois derniers points de la journée. Et comme pour Rosenqvist, Jérôme d'Ambrosio, pour ne pas avoir respecté le temps minimum lors de l'arrêt aux stands. La différence est cependant la suivante : le Belge est quant à lui repassé par la voie des stands pour observer sa pénalité. Rageant alors que la neuvième place lui était promise.

Voici le classement de ce deuxième ePrix à Berlin:



Au classement général, Buemi repart ainsi de Berlin avec 32 points d'avance sur di Grassi. Le mal est moindre après la déconvenue de la première journée. Toutefois, il faudra attendre quelques jours pour la confirmation ou non de l'absence du pilote Renault e.dams à New York (circuit de Brooklyn), théâtre de l'avant-dernière course de la saison, la prochaine.

Classement des pilotes:

PiloteEquipeTotal
1S. BuemiRenault e.dams157
2L. di GrassiAbt Schaeffler Audi Sport125
3F. RosenqvistMahindra Racing86
4N. ProstRenault e.dams72
5N. HeidfeldMahindra Racing63
6J. VergneTecheetah52
7J. LopezDS Virgin Racing50
8S.BirdDS Virgin Racing47
9D. AbtAbt Schaeffler Audi Sport46
10N. Piquet JrNextEV33
11O. TurveyNextEV18
12M. EvansPanasonic Jaguar Racing16
13R. FrijnsAndretti16
14M. EngelVenturi15
15A. da CostaAndretti10
16J. d'AmbrosioDragon Racing10
17L. DuvalDragon Racing9
18E. GutierrezTecheetah5
19A. CarrollPanasonic Jaguar Racing4
20T. DillmannVenturi4
21S. SarrazinVenturi / Techeetah2
22M. ConwayDragon Racing0
23Q. MaTecheetah0

Classement des constructeurs :

EquipeTotal
1Renault e.dams229
2Abt Schaeffler Audi Sport171
3Mahindra Racing149
4DS Virgin Racing97
5Techhetah57
6NextEV 51
7Andretti26
8Venturi21
9Jaguar Racing20
10Dragon Racing19

Le rendez-vous est pris le week-end des 15 et 16 Juillet, pour un nouveau rendez-vous deux en un, avec la skyline de Manhattan en toile de fond !


Formula E, Berlin et Buemi Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.