> > > > Porsche rejoint à son tour la Formule E... et délaisse le WEC !

Porsche rejoint à son tour la Formule E... et délaisse le WEC !

Le conseil d'administration du groupe Volkswagen a décidé de voter l'arrêt du programme LMP1 de la marque référence, trois fois vainqueur en titre des 24h du Mans. La partie sportive de Porsche s'aligne ainsi sur son projet de voiture électrique de route, Mission E.

© Porsche Motorsport - Une image désormais révolue, Posche quitte le WEC et le LMP1 pour la Formule E© Porsche Motorsport - Une image désormais révolue, Posche quitte le WEC et le LMP1 pour la Formule E

Semaine agitée dans les coulisses de la Formule E ! Après l'officialisation de l'entrée de Mercedes ce mardi, c'est au tour de Porsche d'affirmer son entrée au sein du championnat 100 % électrique. Cette décision est une ré-orientation majeure du programme de cet autre grand constructeur allemand. Plus précisément, la firme de Weissach met un terme prématuré à la participation des 919 Hybrid au WEC, le championnat du monde d'endurance. L'engagement courait en effet jusqu'à la fin de la saison 2018, il s'arrêtera dés la fin de l'exercice en cours !

Comme pour Mercedes, l'année d'entrée de Porsche sera la même : fin 2019, au moment du coup d'envoi de la sixième saison (2019-2020). Votée ce mardi par le conseil d'administration de la maison mère Volkswagen, cette décision n'est en fait pas innocente. Elle s'inscrit dans l'air du temps, par le biais du développement d'une série de voitures électriques de route, dans un projet s'intitulant Mission E. Et sans étonnement, l'aboutissement de cette "mission" est prévu pour la fin de la décennie en cours.

Membre exécutif du board Porsche en charge de la course automobile, Michael Steiner a justifié la décision : « Le développement libre et grandissant d'une technologie électrique rend à nos yeux la Formule E attractive.
Pour nous, la Formule E est la compétition ultime, mettant en avant le développement d'une performance élevée de voitures autonomes et durables. Ainsi, entrer et avoir du succès dans cette catégorie représente une issue logique pour notre programme de voiture de route Mission E. »

Ainsi, la feuille de route est toute tracée pour Porsche, qui prend un nouveau virage du strict point de vue de la course automobile. Après trois victoires consécutives aux 24 heures du Mans, le constructeur allemand laisse ainsi orphelin le pinacle du monde de l'endurance, un an après le propre retrait d'Audi. De facto, Toyota est à cette heure le seul constructeur engagé sur la ligne de départ des LMP1 pour la saison 2018.

Mais nous ne sommes peut-être pas au bout de nos surprises. La présence de Toyota se basant aussi sur la propre participation de Porsche, une nouvelle annonce choc pourrait bientôt secouer le monde de l'Endurance, qui s'était pourtant lui aussi profondément renouvelé, avec l'instauration des nouvelles règles "zéro émissions" à l'orée de la saison 2020.

Par ailleurs, le groupe sportif Porsche précise que la section GT continuera son aventure pour les saisons à venir. La nouvelle 911 RSR se produira ainsi bel et bien dans le championnat GTE Pro. Reste désormais à savoir quel sera le sort des six pilotes actuellement au volant des deux LMP1 Hybrides, dont André Lotterer, qui a déjà connu la fin de l'aventure Audi à l'automne dernier.


Formula E, Endurance et 2018 Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




11 réactions sur cet article Donnez votre avis
Aifaim
Aifaim :
La Formule E a gagné le pari de séduire les grands constructeurs. Lorsque Porsche et Mercedes s'aligneront sur la ligne de départ, elle aura progressé. Le changement de monoplace aura probablement vécu grâce aux progrès de la technologie.

Les constructeurs y trouvent à la fois un vaste champ d'investigation pour la Recherche et une vitrine publicitaire directe. Car on ne peut nier que l'organisation des courses en ville se révèle bénéfique. Le paquetage est adapté aux dimensions et performances des monoplaces. Le spectacle est à la bonne échelle. Quant aux spectateurs, c'est le potentiel des grandes métropoles et ils n'ont pas véritablement à se déplacer puisque la manifestation se déroule devant sa porte.

A une échelle bien moindre, dans les années 50/60, c'est sur les petits parkings et rues que le karting s'est fait connaitre, entre les bottes de paille... Cela devrait rappeler des souvenirs à certains...
Il y a 4 mois
Aifaim
Aifaim :
LE WEC PEUT-IL SURVIVRE AU DÉPART DE PORSCHE ?

Quelle que soit la répercussion du départ de Porsche sur l'attitude de Toyota, le WEC va survivre, même s'il aurait été préférable et moins violent que ce retrait se produise à l'échéance prévue, c'est-à-dire fin 2018.

Toyota a un triple choix : l'arrêt immédiat et total de son implication, un programme allégé en championnat du monde, axé sur une participation aux 24 Heures du Mans ou une continuation en dépit de la disparition de son unique concurrent en catégorie hybride.

Financièrement, le développement de la voiture était déjà figé jusqu'à la prochaine réglementation. Donc, il n'y a pas pas d'investissement déjà dépensé en pure perte. Poursuivre impliquerait uniquement des dépenses de fonctionnement mais un retrait... aucune. Seulement, il n'y aurait aucune retombée non plus alors que ses concurrents, impliqués dans le championnat du monde GT continueront à en bénéficier. Or, Toyota ne dispose pas actuellement de GTE.

D'autre part, Toyota veut gagner Le Mans et la firme nippone, dans les années 90, y a couru - et échoué ! - face à une presque non-concurrence. 2018 lui ouvre la perspective et tant pis si ses protos tournent autour des autres. Il faut inscrire Toyota au palmarès, là où Mazda a réussi, contrairement aux armadas Nissan et Toyota.

C'est pourquoi, au risque de me tromper, je pense que la promesse de revenir faite en juin sera honorée. Il n'y aura peut-être que deux voiture, ce qui vaudrait mieux : écraser la concurrence en nombre et en performances pour se faire battre serait vraiment ridicule.

La participation à l'intégralité du championnat ne serait techniquement pas indispensable. Quelques sorties avant Le Mans et les épreuves asiatiques ou commercialement intéressantes suffiraient.

Pour l'ACO qui avait négocié le gel du développement des voitures, c'est certainement une déception mais elle a parallèlement semé les bases d'une Endurance solide. Un peu comme un club de football pillé de ses stars, l'Endurance va pouvoir compter sur sa relève.
Il y a 4 mois
chris_lo
chris_lo :
bien sûr que le WEC va survivre au départ de Porsche, et je pense que si Toyota jetait l'éponge aussi en 2018, ça en serait encore mieux.

le LMP2 était bien plus passionnant cette année au Mans, et avec l'émergence du LMP1 privé à partir de 2018, il y aura de la grosse bataille pour la gagne, et plus seulement une lutte à 2 devant (tiens, tiens, comme en F1 :D )

tous ces engagements en FE de grands constructeurs est un énorme (désolé pour le mot) f**k envers la FIA. On arrête pas de faire des débats sur les motorisations 2014 en F1 et on a désormais la preuve qu'établir un règlement avec des multinationales est une hérésie. Le sport auto doit rester du sport auto, même si les moteurs ne sont pas conformes à l'industrie actuelle.

si les grosses boites veulent faire de la com avec de l'électrique ou de l'hybride, grand bien leur fasse, mais la F1, le WEC, le WRC ou n'importe quoi d'autre, ça doit être la base, le pur, le sublime (le dépassé ?^^), bref, revenons aux fondamentaux !
Il y a 4 mois
Aifaim
Aifaim :
Tout à fait, chris-lo@ en ce qui concerne le WEC. Je vais développer tout ça dès que j'aurai un moment.
Il y a 4 mois
AP01
AP01 :
Le premier post d'@Aifaim est une paraphrase quasi-intégrale d'une ITW d'Alain Prost publiée hier...

Pour le reste, il y aura toujours des fidèles au Mans mais, franchement, sans duel (au minimum) en LMP1, je doute que le grand public et les médias s'y intéressent beaucoup. Et sans médias... Les duels en LMP2 n'ont pas la même saveur pour le grand public qui ne connait pas les écuries. C'est comme si Haas se battait contre Sauber en F1...

Un CDM sans grandes batailles entre manufacturiers mènent à la désaffection certaine selon moi. Le WRC est à nouveau devenu passionnant avec 4 constructeurs qui se battent pour la victoire à chaque épreuve et ce, malgré le retrait de Volkswagen !

En revanche, la F.E montre que les constructeurs trouvent un véritable intérêt au développement de l'électrique pour les voitures de séries. La F1 avait peut-être miser trop haut pour cette technologie mais je doute que les nouvelles motorisation s'en prive totalement.
ce que je crois en tout cas c'est que si la FIA continue à prendre des décisions aussi débiles que dernièrement avec le halo (entre autres), et même si ce dernier devrait équiper toutes les formules de monoplaces en 2019, le public se tourne petit à petit vers la FE. C'est ce que je vais certainement faire en 2018 ou 2019. Si la compétition est là-bas, pourquoi pas ?!

Le temps des F1 qui polluaient à mort en carburant comme en bruit est terminé, n'en déplaise aux "puristes". Nous sommes entré dans l'ère de l?aseptisation et si ça continue, comme le dit Magnussen, les F1 seront limitées à 80km/h en piste, afin de réduire les risques ! Et, à terme, les F1 ne seront probablement que des drones à roulettes, sans pilotes ! Alors revenir aux V6 ou V8...
Il y a 4 mois
Aifaim
Aifaim :
Porsche, comme Toyota s'était engagé à disputer la saison 2018. Pour l'ACO, c'était important car, si on n'attend pas de nouveaux concurrent en Hybride avant 2020, la catégorie LMP1 "privée" avec une motorisation classique sera revalorisée l'an prochain pour lui offrir une marge vis-à-vis des LMP2, plus puissantes depuis cette saison.

Une première saison est toujours transitoire, c'est pourquoi bénéficier du duel Porsche/Toyota un an de plus était tout bénéfice pour la discipline. Les choses ayant "brutalement" (adjectif utilisé par l'ACO) évolué, il faudra faire avec.

Des châssis LMP1 construit, il y en a un (ByKollès) et en cours, a priori 3 marques / Ginetta, Dallara et Perrinn. Le plus avancé, c'est Ginetta - on a vu les photos - qui annonce la construction de 10 voitures dont 6 seraient vendues à trois équipes, la plus connue étant Manor.
Dallara construit une voiture pour "BR", un ex-constructeur russe de LMP2, non sélectionné pour cette série.
Perrinn, déclare disposer d'une commande de deux voitures. Riley se disait également intéressée. Quant à ByKollès, l'équipe britannique utilisera soit le châssis actuel soit un tout nouveau à un ou deux exemplaires.

En clair, en incluant 2 Toyota, on peut avoir une dizaine de LMP1 en championnat du monde l'an prochain.

Ce qu'il faut savoir, c'est que plusieurs motoristes sont prêts à fournir des propulseurs de 750/800 CV dont AER, Morand et Nissan).
Côté voiture, Il est également tout à fait envisageable de partir d'une base LMP2 (Oreca ou Ligier/Onroak). David Floury (Oreca) le reconnaît bien volontiers même s'il estime "toujours préférable de partir d'une feuille blanche". Mais les deux châssis Français n'ont pas eu de mal à s'adapter aux courses américaines dont la motorisation est libre.

Jacques Nicolet (Onroak) y pense aussi d'autant que nombre de pilotes semi-pro sont rejetés du LMP2 parce qu'il faut un gentleman-pilote dans chaque voiture et c'est d'autant plus dommage "qu'ils ont des moyens (financiers)".
Vis-à-vis d'un sponsor, entre un programme LMP2 hyper-concurrentiel et la possibilité théorique de décrocher un podium au Mans, voire au championnat du Monde, il y a de quoi réfléchir...
Ce qui est rageant, c'est que, Rebellion en tête, cette catégorie est en ligne de mire de beaucoup d'équipes mais à l'horizon 2019/2020.

Heureusement que Porsche annonce son retrait à mi-saison, le moment où les équipes s'interrogent sur ce qu'ils feront la saison suivante. En septembre, il eût été trop tard.

Accessoirement, les propriétaires de LMP2 2017 n'auront aucune difficulté à vendre ces voitures Car les équipes évoluant en LMP3 visent l'échelon supérieur. Pour certains, attendre un châssis neuf plusieurs mois, absolument identique -règlement oblige - à une voiture disponible en fin de saison, cela peut s'avérer alléchant. Quant à vendre une LMP3, aucun souci ! Cette voiture est éligible dans tous les championnats, de l'Amérique à l'Asie en passant, par l'Europe, le VdV, le Michelin Cup et quelques autres. Oui, l'ACO a très bien travaillé pour rebâtir la catégorie Endurance.

Le LMP2, on l'a vu aux dernières 24 Heures du Mans peut se retrouver sous le feu des projecteurs. C'est dire s'il n'y aura pas de désaffection des concurrents et la catégorie fera le plein.

Mais le WEC, c'est aussi la confrontation des GT. Dans ce monde-là aussi, les nouvelles sont très très bonnes : Ferrari et Ford continuent avec leurs modèles actuels. Porsche en a étrenné un tout nouveau qui pourrait se décliner en plusieurs équipes semi-privées l'an prochain. Aston-Martin va - enfin ! - remiser sa voiture (9 ans !) pour une version plus moderne, ce qui aura pour effet de revoir les chronos à la hausse, la balance de performances (BOP) ne visant qu'à égaliser les chances des différentes marques. Le Français Larbre n'exclut pas d'engager une Chevrolet Corvette en Pro si la maison-mère donne son feu vert. Mais le clou de l'année, ce sera l'arrivée de la BMW M8.. en attendant (2019 ?) Lamborghini, McLaren, Mercedes, tous engagés dans la catégorie inférieure des GT3.
Il y a 4 mois
Aifaim
Aifaim :
AP01@, je ne sais sur quel site Prost s'est exprimé mais ce paragraphe aurait pu s'écrire il y a six mois. C'est d'ailleurs probablement à cette époque que j'en ai pris connaissance. L'information a été moult fois reprise au cours de la saison.

Que quelqu'un affirme le contraire serait une vraie surprise. Mais cette perspective ouvre des voies intéressantes soit en réduction de coût - moins de voitures à transporter et préparer - ou en développement avec plus de partants et donc plus de spectacle.
Il y a 4 mois
Sull
Sull :
Que d'avis et d'informations intéressantes dans vos écrits !
Je confirme que la bataille en LMP2 ne m'a pas trop enthousiasmé car je ne m'y connais pas assez en WEC pour suivre ces équipes avec intérêt.

Je pense aussi que Toyota devrait saisir l'opportunité de gagner "facilement" le Mans, le principal étant après tout d'inscrire son nom au palmarès, seuls les observateurs avertis aurons noté qu'ils n'avaient guère de concurrence.
Mais une chose est sûre, si tel est le cas, je risque de ne suivre la course que de loin, vu l'intérêt tout relatif du LMP1.

Pour revenir au sujet, j'aurais compris que Porsche arrête fin 2018 pour rejoindre la Formule 1 avec le nouveau règlement moteur (2021 voir 2020 si avancé comme espéré par certains, avec 2019 pour s'y préparer)
La, franchement, je ne comprends pas leur délire de Mission E, si ce n'est concurrencer Tesla sur les berlines et autres bétaillères électrochiantes.
Avenir de l'automobile ou pas, ça en reste totalement antinomique avec le plaisir des sens, notamment auditif, tellement important pour une marque sportive.
Audi en FE et Porsche en F1 pour développer l'hybridation de leurs modèles sportifs (ce qui est intéressant, si c'est bien fait, cf la 918) eut été beaucoup plus rationnel, mais les lois industrielles ont leurs raisons que ma raison ignore ... (cf le diesel, par exemple)
Il y a 4 mois
Aifaim
Aifaim :
Sull@, si mes petites connaissances peuvent vous être utiles pour mieux apprécier l'endurance ou autres, n'hésitez pas à m'interpeler.
J'ai la chance d'avoir connu plusieurs époques en sport auto dont celles où les disciplines n'étaient pas cloisonnées. C'est pourquoi je persiste à suivre avec infiniment de bonheur mais à des degrés divers les formes diverses qu'on nous propose. Ce week-end, il y a le championnat du monde des rallyes en Finlande, les 24 Heures de Spa en GT et le GP de Hongrie en épreuves-phares. Un Regal !
Il y a 4 mois
casper
casper :
première course très drôle, avec les commentaires de buemi qui pete un cable en français à la fin juste énorme ! Bon par contre Abt qui nous fait une vettel va t'il se faire sanctionner pareil ? Un sarrazin vraiment au top et un vergne encore une fois trop tendre qui n'utilise même pas son boost pour attaquer le leader. par cntre Bird me plait de plus en plus.
Alors il ya qencore quelques pilotes à remplacer par des talents mais çà commence vraiment à resembler à quelque chose ce petit truc
Il y a 4 mois
Aifaim
Aifaim :
Et Fiat-Chrysler va suivre ! Marchionne l'a révélé sans préciser quelle marque du groupe le représentera. Ferrari a priori est exclu, Lamborghini de plus en plus impliqué en Endurance, il reste Alfa-Romeo et Maserati. Marchionne a des ambitions en F1 pour la première sans en préciser le détail. Par contre, sans programme vraiment crédible, la marque au trident a un projet bien avancé d'un modèle électrique. C'est pourquoi j'incline à privilégier Maserati.
Il y a 4 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.