> > > > Rookies test, ePrix de Zurich, limitation des coûts : les dernières actus de la Formule E

Rookies test, ePrix de Zurich, limitation des coûts : les dernières actus de la Formule E

Alors que la Formule E fera son retour le 3 février prochain à Santiago pour la troisième manche du championnat, petit résumé des dernières informations importantes.

© ABB Formula E - Le futur est peut-être déjà là© ABB Formula E - Le futur est peut-être déjà là

Nico Muller impressionne son monde lors des rookies test :

Avec des températures de 10 degrés dans l’air et de 12 degrés sur la piste, les conditions n’étaient pas idéales pour tous ces pilotes n’ayant jamais piloté de Formule E. Cela ne les a pas empêchés de se montre très actif en piste jusqu’au moment de l’apparition de la bruine. A la mi-journée on retrouvait Paul Di Resta (Jaguar) en tête de la fiche des temps aux un 1:22.343, devant James Rossiter (Techeetah), Joel Eriksson (DS Virgin), Maximilian Günther (Dragon) et Antonio Giovinazzi (DS Virgin).

Dans l’après-midi, les conditions étaient plus propices à de la performance pour l’ensemble des participants. Cela a permis à Nico Muller de se placer rapidement en tête avant de réussir à battre le record du circuit avec un impressionnant chrono en 1'19"651. Au final il devance Pietro Fittipaldi (Jaguar), Maximilian Günther (Dragon), Paul Di Resta (Jaguar) et James Rossiter (Techeetah). Le temps du pilote Audi concluait une journée marquée par peu d’incidents. A noter tout de même les sorties de piste d’Andrea Caldarelli (Dragon), de Mitsunori Takaboshi (Renault e.dams), Michael Benyahia (Venturi) et Bruno Spengler (Andretti). Dans l’autre Audi Nyck de Vries a connu de nombreux problèmes techniques similaires à ceux rencontrés par Lucas Di Grassi lors de l’ePrix l’ayant empêché d’effectuer beaucoup de tours. Peut-être reverrons-nous certains de ces débutants en tant que titulaire en Formule E dans l’avenir.



Le tracé de l’ePrix de Zurich dévoilé :

La course automobile fera son grand retour en Suisse le 10 juin prochain dans les rues de la ville la plus peuplée de la confédération. En effet, toutes compétitions automobiles étaient interdites dans le pays depuis le tragique accident du Mans en 1955. Pour cette occasion, c’est un tracé de 2,46 km qui sera réservé aux Formules E dans un quartier tout proche du port de Zurich. Le début du tracé est assez classique avec une série de virages à angles droits avant d’arriver à la section rapide qui est constituée de deux lignes droites entrecoupées par un virage rapide. Les deux longues lignes droites du circuit éphémère emprunteront le Mythenquai qui borde le port ainsi que la rue Alfred-Escherue.

La course nationale de Sébastien Buemi et Edoardo Mortara sera d’ailleurs sponsorisée par la banque Suisse Julius Baer qui est un sponsor majeur de la Formule E. Rendez-vous donc en juin prochain pour voir qui sera vainqueur du Julius Baer Zürich E-Prix.



Les coûts globaux des monoplaces de deuxième génération sont officiels :

La cinquième saison de la Formule E verra l’apparition d’une deuxième génération de monoplaces toujours fabriquées par l’entreprise française SPARK mais équipés cette fois-ci de batteries fournies par McLaren Applied Technologies. Cela devrait théoriquement permettre aux voitures de passer d’une puissance de 200 kW à 250 kW. De même la capacité des batteries passera de 28 kWh à 54 kWh afin de permettre de couvrir l’intégralité des distances de courses avec une seule voiture. La FIA a publié à cette occasion une note incluant les coûts de chaque élément que composent les monoplaces de formule électrique de génération 2018-2019.

Le coût total d’une monoplace complète doit tout d’abord demeurer sous une limite de 817 300 Euros. Le moteur électrique est de la même façon plafonné à une somme maximale de 250 000 Euros, les batteries à 200 000 Euros, le châssis à 299 600 Euros et enfin le halo à 12 700 Euros. En comparaison les monoplaces actuelles coûtent 480 000 Euros soit 960 000 Euros au total avec la contrainte de devoir acquérir deux voitures par pilote. La nouvelle génération sera donc bien plus coûteuse mais permettra tout de même une économie de 150 000 Euros par monoplace puisqu’une seule sera désormais nécessaire. De plus, les écuries seront désormais propriétaires de leur machine au lieu d’en être seulement locataire. Ces contraintes devraient permettre d’éviter une explosion des coûts avec l’arrivée de nombreux constructeurs dans l’avenir proche.


Essais Prives, Circuits et 2018 Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.