> > > > Retour sur l'ePrix de Mexico : Un pétard mouillé pour Rosenqvist, un premier feu d'artifice pour Abt

Retour sur l'ePrix de Mexico : Un pétard mouillé pour Rosenqvist, un premier feu d'artifice pour Abt

La troisième édition de l'ePrix nous aura réservé un scénario inattendu. Alors qu'il avait réalisé une nouvelle pole position flamboyante, Felix Rosenqvist a déchanté en course à cause d'une panne technique. C'est donc Daniel Abt qui a tiré le gros lot en s'offrant sa première victoire dans la discipline.

© ABB Formula E - Un podium et une victoire pour le moins inattendu© ABB Formula E - Un podium et une victoire pour le moins inattendu

Felix Rosenqvist allume une nouvelle mèche

Avant même les qualifications de la course Mexicaine, Sam Bird et Alex Lynn savaient déjà qu’ils allaient recevoir une pénalité de 10 places sur la grille pour changement de boîte de vitesses. Le malheureux Di Grassi recevra la même sanction, sans que l’on sache toutefois quel composant de sa voiture soit en cause. Sachez aussi qu’Alex Lynn a été victime d’un gros accident, en s’encastrant dans le mur pour tenter de doubler Felix Rosenqvist, dans la deuxième séance d’essais libres et que José Maria Lopez en a fait de même en s’y frottant seulement avec semble-t-il moins de gravité.

La piste qu’emprunteront les pilotes lors de ces qualifications, est radicalement différente de celle de Santiago. En effet, en sa qualité de circuit permanent, il dispose d’une piste parfaitement lisse mais très poussiéreuse. Le premier groupe à se lancer était composé de Di Grassi, d'Ambrosio, Engel, Blomqvist et Filippi. Soit les moins bien classés du championnat. Et c’est le Brésilien de chez Audi qui s’en sortait le mieux avec une marge infime sur la Venturi de Mario Engel. Ensuite, c’était au tour du groupe constitué des leaders du championnat (Vergne, Rosenqvist, Bird, Buemi, et Piquet) de se lancer en piste. Cela nous donnait de grosses améliorations globales avec un meilleur temps pour Renault e-dams et Sébastien Buemi à un cheveu de Felix Rosenqvist. Suivent Vergne, Piquet et Bird tous les trois ayant battu le temps de Lucas Di Grassi.

Peu après, le groupe trois avec Da Costa, Turvey, Lopez, Lynn et Prost prenait place en piste. Cette nouvelle salve de chronos voyait un impressionnant Antonio Félix Da Costa se placer troisième provisoire devant Oliver Turvey et Alex Lynn. Cela avait aussi pour conséquence de reléguer Vergne, Piquet et Bird hors du Top cinq et donc de les exclure de la super pôle. Enfin, le dernier groupe avec Mortara, Evans, Heidfeld, Lotterer et Abt partaient à la chasse au chronomètre. Chasse qui s’avérera infructueuse avec seulement un sixième temps pour Daniel Abt comme meilleur résultat, mais aussi le gros blocage de roue pour Heidfeld et un léger contact avec le mur pour Mitch Evans.

Nous retrouvions donc en super pôle Sébastien Buemi, Felix Rosenqvist, Antonio Félix Da Costa, Oliver Turvey puis Alex Lynn. Résultat des courses, c’est le Suédois de chez Mahindra, Rosenqvist qui partira en pole position devant Da Costa sur Andretti, Lynn pour DS Virgin, Turvey pour NIO et enfin Buemi sur sa Renault.

A noter qu’Alex Lynn partira treizième de la course à cause de sa pénalité de 10 places, alors que son coéquipier Sam Bird s’élancera dix-neuvième pour les mêmes raisons. L’application des pénalités est encore pire pour Lucas Di Grassi qui est condamnée à partir dernier.

La grille de départ de ce troisième e-Prix de Mexico sera donc la suivante (les pénalités ne sont pas prises en compte) :


Une victoire inattendue pour Daniel Abt

Avant le départ ne soit lancé, les commissaires ont décidé de pénaliser Antonio Félix Da Costa, pour une monoplace en dessous du poids minimum. Il partira donc quatrième de l’épreuve. Le départ des pilotes s’avérait plutôt fluide et calme à l’exception notable de quelques contacts entre Jean-Éric Vergne et Nelson Piquet pour la sixième place. Felix Rosenqvist n’était donc pas menacé une seule seconde depuis sa pole position. Le premier dépassement intervenait au troisième tour où Mitch Evans parvenait à se défaire d’André Lotterer pour la huitième place. Deux boucles plus tard Jean-Éric Vergne parvenaient à son tour à dépasser Antonio Félix Da Costa pour la cinquième position. Cela au prix d’une manœuvre audacieuse à l’intérieur avant l’entrée du Stadium, où il emmène le pilote Andretti assez loin, conséquence de quoi, cela lui coûtait une place supplémentaire face à Piquet.


Aux alentours du dixième tour, Felix Rosenqvist avait désormais deux secondes d’avance sur Oliver Turvey sur sa NIO. Au quatorzième passage, alors qu'on entrait dans une phase de temporisation de la course où chacun tentait de gérer le plus efficacement possible l’énergie dont il disposait, coup de théâtre ! En effet, le leader Rosenqvist était victime d’une panne ce qui le condamnait à chuter au classement. Le pilote Mahindra parvenait à repartir quelques secondes plus tard, après une réinitialisation complète de sa monoplace, mais désormais bien loin de la tête.


C’était donc, à ce moment de la course, Oliver Turvey qui prenait la tête des opérations. Plus en arrière du peloton, Evans doublait Da Costa pour la sixième place et Lopez intégrait le Top 10 sur sa Dragon blanche. Puis, la Mahindra de Rosenqvist retombait en panne à deux reprises mais le Suédois parvenait à repartir, pour enfin changer de voiture au vingtième tour. Quelques encablures avant les premiers arrêts, Daniel Abt se plaçait devant Sébastien Buemi pour la dernière marche du podium, facilité par un freinage tardif du pilote Renault e-dams.

Au tour 24 seul Sam Bird s’arrêtait pour changer de monoplace. Le tour suivant c’était au tour d’Alex Lynn, José Maria Lopez, Nick Heidfeld, Edoardo Mortara et Jérôme d’Ambrosio de faire de même. Une boucle plus tard, il était dorénavant temps pour les leaders de s’arrêter pour changer de monoplace. A savoir, Oliver Turvey, Daniel Abt, Sébastien Buemi, Jean-Éric Vergne, Mitch Evans et André Lotterer. Nelson Piquet décidait de rester en piste un tour de plus grâce à l’énergie économisée plus tôt de la course. Juste derrière eux s’arrêtaient aussi Antonio Félix Da Costa, Nicolas Prost, Mario Engel, Tom Blomqvist et Luca Filippi. À la sortie des stands, c’était Daniel Abt qui faisait la meilleure opération en repartant devant l’ancien leader Turvey, grâce à un arrêt éclair. Suivaient ensuite Vergne, Buemi, Evans, Lotterer Da Costa, Lynn et Bird. Enfin, avec une boucle de plus dans les jambes, Nelson Piquet ainsi que Lucas Di Grassi s’arrêtaient à leur tour. Le pilote Jaguar ressortait en sixième position derrière Mitch Evans.


Devant, Oliver Turvey faisait une petite erreur qui permettait à Jean-Éric Vergne de se rapprocher dangereusement. C’était ensuite à Nick Heidfeld d’immobiliser sa Mahindra en bord de piste, victime d’une panne, pour achever définitivement le fiasco de cette course pour l’écurie Indienne. Dans le même temps, Sébastien Buemi dépassait Jean-Éric Vergne au bout de la ligne droite de départ pour s’emparer de la troisième place. Le Suisse ayant utilisé son Fan Boost pour prendre le dessus sur le Français. Quelques kilomètres plus tard Piquet prenait le dessus sur son coéquipier Evans pour la cinquième position.


Daniel Abt, de son côté possédait alors quatre secondes d’avance sur Turvey en tête. Cela permettait au combat opposant Piquet et Vergne de reprendre mais le Brésilien parvenait à passer au bout de ligne droite (au même endroit que Buemi) sur le Français pour la quatrième position. Le leader du championnat, moins en verve au niveau de la batterie, ne résistait pas outre mesure pour conserver son bon résultat du jour. Au fond du peloton Nicolas Prost abandonnait après un gros contact avec un Bird trop incisif qui cassait sa suspension ainsi que celle du pilote DS Virgin. A sept tours de l’arrivée victoire ne semblait déjà plus pouvoir peut échapper à Daniel Abt et Audi. A noter, que le coéquipier de Jean-Éric Vergne André Lotterer se retrouvait pénalisé pour sortie des stands dangereux (qui avait écrasé le pied d’un de ses mécaniciens au passage), et devait effectuer un passage obligatoire par les stands. Les dernières actions en piste concernaient Sébastien Buemi, qui se montrait alors pressant sur Oliver Turvey tout en étant lui-même menacé par Nelson Piquet.

Dans le tour final c’était donc Daniel Abt qui remportait la première course de sa carrière en Formule E et permettait à Audi de remporter sa première course cette saison. Derrière l’Allemand, suivait Oliver Turvey qui avait finalement réussi à résister à Sébastien Buemi et Nelson Piquet. On retrouvait ensuite Jean-Éric Vergne, Mitch Evans, Antonio Félix Da Costa et Edoardo Mortara. Les derniers points disponibles revenaient finalement à un Lucas Di Grassi remonté du diable vauvert et qui ouvrait enfin son compteur de points. Et enfin, Alex Lynn fermait le Top 10. Voici donc qui conclut cette course qui aurait dû être calme avec une victoire facile de Felix Rosenqvist, mais qui s’est finalement conclue par une victoire acquise aux stands par un Daniel Abt opportuniste et irréprochable.

Pour le reste du classement voici la hiérarchie finale de cet e-Prix de Mexico :


Cette course est une bonne opération pour Jean-Éric Vergne qui prend le large au championnat grâce aux mésaventures de Felix Rosenqvist :

PilotesEcuriesPoints
1Jean-Éric VergneTecheetah81
2Felix RosenqvistMahindra69
3Sam BirdDS Virgin61
4Sébastien BuemiRenault52
5Nelson Piquet Jr.Jaguar45
6Daniel AbtAudi37
7Mitch EvansJaguar29
8Edoardo MortaraVenturi28
9Oliver TurveyNIO26
10Nick HeidfeldMahindra21
11André LottererTecheetah18
12Antonio Félix Da CostaAndretti16
13Alex LynnDS Virgin9
14José María LópezDragon8
15Nicolas ProstRenault7
16Maro EngelVenturi6
17Jérôme d'AmbrosioDragon4
18Tom BlomqvistAndretti4
19Lucas Di GrassiAudi3
20Luca FilippiNIO1
21Kamui KobayashiAndretti0
22Neel JaniDragon0

Les malheurs de l’équipe Mahindra profitent à Techetah qui prend neuf points d’avance du côté du classement constructeur :

ÉcuriesPoints
1Techeetah99
2Mahindra90
3Jaguar74
4DS Virgin70
5Renault 59
6Audi40
7Venturi34
8NIO27
9Andretti20
10Dragon12

Rendez-vous désormais dans deux semaines pour l’ePrix de Punta del Este qui remplace la manche initialement prévue à Sao Paulo.


Formula E, Course et Mexico Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




3 réactions sur cet article Donnez votre avis
Casper
Casper :
Obligé d'avoir un stream les images n'étant plus accessibles en direct en belgique.

Course correcte, çà change quand même pas mal de voir des voitures se suivre à 0.3 sec pendant plusieurs pour forcer le pilote de devant à l'erreur...

mauvaise appréhension de la température pour mahindra ? en tous cas ils étaient largement devant tout le monde.

Prost de nouveau totalement absent, c'est fini pour le 4eme titre consécutif de renault en FE (en tous cas via son équipe usine).

Le truc qui fait plisir c'est tout de même de voir 8 pilotes d'écuries différentes aux 9 premières places. Le championant prend vraiment forme. reste à avoir des vrais circuits et ce sera vraiment chouette
Il y a 6 mois
arno
arno :
Le championnat aura pris forme quand il n'y aura plus de changement de voiture en course.

D'ailleurs on peut s'interroger sur la pertinence d'avoir supprimé un temps minimum lors de ces changements de voitures.
Est-il normal que dans une course sprint des pilotes soient pénalisés à cause de leur gabarit nécessitant plus de temps pour les installer dans une voiture?

De plus tant que des personnes extérieures aux écuries pourront contribuer directement à influencer le résultat d'une course en confiant un avantage indu à certains pilotes à savoir : le fan boost on restera dans le divertissement et non le sport, et donc on ne pourra qualifier la Formula-E de championnat.
Il y a 6 mois
casper
casper :
Si je puis me permettre vous exagérez le pouvoir du fan boost. il n'apporte quasi rien et il y de nombreux cas où soit il n'a servi à rien pour les pilotes (qui parfois ne l'utilisent meme pas) soit ne font qu'avancer un dépassement qui aurait eu lieu de toutes façons. De même ce sont souvent deux pilotes qui se suvient ce qui annule le gain de l'un sur l'autre, on a d'ailleurs vu deux pilotes se suivant l'activer en même temps l'un en défense et l'autre en attaque. bref je ne suis pas un grand fan mais à minima çà n'a quasi pas d'impact

sur le changement de voiture moi j'aime bien çà me rappelle les coureurs du mans historique et j'aime ce stress du changement qui voit certains pilotes mieux s'en sortir que d'autres stresser et faire une connerie en sortie de stand...
Il y a 6 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.