> > > > Retour sur l'ePrix de Zurich : Di Grassi Roi des Helvètes

Retour sur l'ePrix de Zurich : Di Grassi Roi des Helvètes

Ce premier ePrix de Zurich aura permis à Mitch Evans de signer sa première pole position en Formule E ainsi qu'à Lucas Di Grassi de soulever son premier trophée de vainqueur cette saison.

© ABB Formula E - Di Grassi enfin victorieux cette saison © ABB Formula E - Di Grassi enfin victorieux cette saison

Lors de la première séance d’essais libres, une mésentente entre Sam Bird et José Maria Lopez dans la ligne droite de départ/arrivée entraînait un tête-à-queue pour le Britannique, qui abimait sa suspension arrière. Puis lors de la seconde, Sébastien Buemi était partie en survirage au quatrième virage ce qui a entraînait une percussion à l’arrière de sa monoplace dans un mur et occasionnait de gros dégâts. Pour finir, son coéquipier Nicolas Prost était victime d’un choc à l’arrière de sa voiture causée par André Lotterer qui engendrait un effondrement de son aileron.

Mitch Evans surprend son monde

C’était sous des conditions météorologiques idéales que débutait cette séance de qualification. Dans le premier groupe, on retrouvait les cinq premiers pilotes au classement à savoir : Jean-Éric Vergne, Sam Bird, Felix Rosenqvist, Daniel Abt et Sébastien Buemi. Finalement c’était Sam Bird qui se montrait le plus rapide du groupe devant Sébastien Buemi à moins d’un dixième. Suivaient Daniel Abt, Felix Rosenqvist et enfin Jean-Éric Vergne. Cette dernière position n’était pas vraiment une affaire pour le Français en vue d’une éventuelle conquête du titre dès ce week-end.

Juste derrière, c’était maintenant au tour du deuxième groupe composé de Lucas Di Grassi, Mitch Evans, Nelson Piquet, Oliver Turvey et André Lotterer de se lancer en piste. Sur les cinq pilotes présents les plus rapides étaient Mitch Evans et André Lotterer qui se plaçaient devant Sam Bird au classement provisoire.

Place ensuite au troisième groupe avec Edoardo Mortara, Maro Engel, Nick Heidfeld, Alex Lynn et António Félix da Costa à son bord. Cette salve de chronos ne donnait pas de résultats concluants avec comme meilleur temps une neuvième marque pour Alex Lynn.

Enfin, le dernier groupe avec José María López, Jérôme d'Ambrosio, Nicolas Prost, Luca Filippi et Stéphane Sarrazin entrait en piste pour conclure les tours rapides. Fait surprenant, les deux Dragon de Jérôme d’Ambrosio et José Maria Lopez s’invitaient en super pole en signant respectivement les deuxième et troisième temps provisoires.

Afin de déterminer les cinq premières places sur la grille, chacun des cinq meilleurs pilotes à l’issue des groupes (Mitch Evans, Jérôme d’Ambrosio, José Maria Lopez, André Lotterer et Sam Bird) s’affrontaient sur un tour chronométré chacun. Après que chacun est effectué tour à tour sa boucle rapide, Mitch Evans conservait sa pole position devant André Lotterer, Sam Bird, Jérôme d’Ambrosio et José Maria Lopez. Evans offrait donc la première pole position à Jaguar dans la discipline.

Rappelons que José Maria Lopez a reçu trois places de pénalités sur la grille pour ne pas avoir respecté les drapeaux jaunes lors de la première séance d’essais libres.

Voici la composition complète de la grille :


Première pour Di Grassi cette saison

C’est sur un circuit de Zurich très paradoxal, avec un premier secteur très étroit et deux longues lignes droites pour finir le tour, que débutait ce premier ePrix de Suisse. Au départ, Mitch Evans conservait le bénéfice de sa pole position alors que derrière Jérôme d’Ambrosio et Luca Di Grassi se touchaient légèrement permettant aux Belge de prendre la quatrième position. Après quelques hectomètres, Nelson Piquet percutait Daniel Abt à l’arrière ce qui entraînait la perte d’une partie de l’aileron du Brésilien et la chute de l’appendice aérodynamique arrière de l’Allemand. Mitch Evans toujours en tête à l’issue du premier tour prenait rapidement de l’avance en tête.


À l’entame du deuxième tour, Jérôme d’Ambrosio était dépassé successivement par Lucas Di Grassi puis par Sébastien Buemi. À l’arrière du peloton, Jean-Éric Vergne n’avait gagné qu’une position depuis le départ (seizième). Logiquement, au cinquième passage, la direction de course ordonnait à Nelson Piquet et Daniel Abt de rentrer au stand pour effectuer des réparations sur leurs monoplaces. Un peu plus tard, André Lotterer c’était rapproché à moins d’une seconde Mitch Evans sans se détacher toutefois de Sam Bird et de Lucas Di Grassi. Dans le huitième tour, l’un des locales de l’étape Edoardo Mortara s’immobilisait dans une échappatoire après avoir endommagé une de ses suspensions arrière en touchant un mur.


Au bout de 10 tours, Jean-Éric Vergne était déjà remonté dans la zone des points au dixième rang en dépassant notamment Alex Lynn et Nick Heidfeld dans les tours précédents. Le Français était clairement à l’attaque dans cette phase de la course. Le reste du top 10 restait par contre inchangé et figé (Evans, Lotterer, Sam Bird, Di Grassi, Buemi, d’Ambrosio, Lopez, Prost, Rosenqvist et enfin Vergne). A ce moment de l’épreuve, le coéquipier de Jean-Éric Vergne continuait à maintenir le dauphin du tricolore au championnat derrière lui en troisième position. Au treizième passage, Lucas Di Grassi prenait le dessus sur le pilote Virgin Bird pour s’emparer de la dernière marche du podium provisoire.


Le tour suivant, le pilote Audi se montrait pressant sur Lotterer alors que derrière Lopez parvenait à doubler son coéquipier chez Dragon d’Ambrosio pour le gain de la sixième position. Cette bataille pour la deuxième position permettait aux trois pilotes suivants de se rapprocher. Deux tours plus tard, Lucas Di Grassi finissait par se trouver l’ouverture sur le pilote Techeetah juste avant la section du tramway. Rebondissements de la course, alors que Vergne qui continuait sa remontée après avoir dépassé Nicolas Prost, il envoyait Rosenqvist dans le mur en tentant de le dépasser. Il semblerait que le Suédois ait tenté de se défendre coûte que coûte. Cela entraînait immédiatement un drapeau jaune dans la zone de l’accident. Au dix-septième tour, on assistait à un changement de leader après un dépassement autoritaire de Di Grassi sur Evans. Le sud-américain était particulièrement en verve à ce moment de l’ePrix.


A l’approche du tour 20, le pilote à domicile Sébastien Buemi prenait la quatrième position à un Sam Bird en difficulté. Dans le même temps, Vergne s’était emparé d’une place supplémentaire au détriment de Jérôme d’Ambrosio pour remonter à la septième position. Juste après, la procédure de neutralisation de la course était déclenchée pour permettre de dégager l’aileron avant de Rosenqvist qui se trouvait au beau milieu de la piste. A noter que Vergne avait été obligé de rouler sur l’obstacle quelques mètres plus tôt sans dégâts apparemment.

Cela poussait logiquement tous les pilotes à entrer au stand pour effectuer leurs changements de monoplace. Cela permettait aussi premiers pilotes (Di Grassi, Evans, Lotterer, Buemi, Bird et Lopez) de maintenir leurs positions respectives. Par contre, Jean-Éric Vergne perdait deux positions dans les stands à cause d’une monoplace peinant à repartir, au profit de Jérôme d’Ambrosio et Nicolas Prost. Il ressortait donc au neuvième rang. Cela suscitait naturellement un sentiment de frustration auprès du francilien.

La course était relancée sous régime de drapeau vert un tour plus tard pour permettre aux pilotes de reprendre leur rythme de course. A la relance, Lucas Di Grassi prenait rapidement quatre secondes d’avance sur son plus proche poursuivant Mitch Evans. Au fond du peloton, Luca Filippi perdait beaucoup de temps en devant faire demi-tour pour repartir dans le sens de la piste. Au vingt-quatrième tour, le leader du championnat parvenait à passer devant Prost pour remonter en huitième position, à trois positions seulement de Bird. A 10 tours du but, les positions commençaient à se stabiliser. Plusieurs pilotes, était alors sous investigation pour excès de vitesse sous régime de neutralisation ce qui risquait de chambouler le classement.

Un tour plus tard, alors qu’André Lotterer prenait la seconde position à l’auteur de la pole Mitch Evans, la direction de course signalait l’obligation pour Mitch Evans, Jean-Éric Vergne, José Maria Lopez, Sébastien Buemi et André Lotterer de faire un passage par les stands pour sanctionner une vitesse excessive sous régime de neutralisation. Cela condamnait donc, les cinq pilotes concernés à chuter au classement ce qui permettait donc à Sam Bird de monter au second rang, ainsi qu’à Jérôme d’Ambrosio et Nicolas Prost de grimper à une troisième et une quatrième place inespérée. Cela représentait donc un réel coup dur surtout pour celui qui mène le championnat.

Ce chamboulement important serait peut-être le dernier de la course. Un tour plus tard, Mitch Evans et André Lotterer exécutaient la pénalité alors que les trois autres restaient en piste. Deux autres pénalisés effectuaient un tour plus tard leur passage par les stands sauf Vergne qui restait encore en piste. Pendant ce temps Nicolas Prost gâchait une chance de bon résultat en faisant un tout droit après avoir bloqué ses roues. À quelques boucles de l’arrivée du classement était le suivant : Lucas Di Grassi, Sam Bird, Jérôme d’Ambrosio, André Lotterer , Mitch Evans, Sébastien Buemi, Nick Heidfeld, José Maria Lopez, Antonio Félix Da Costa et enfin Oliver Turvey pour les pilotes marquants des points.

Dans les derniers tours, Jean-Éric Vergne tentait de récupérer une place dans les points en doublant Maro Engel alors que Sébastien Buemi faisait de même sur Mitch Evans pour la cinquième position grâce à l’utilisation de son fan boost. Malheureusement pour José Maria Lopez en huitième position, un blocage similaire à celui de Nicolas Prost lui faisait faire un tout droit et donc quitter la zone des points. Cela permettait par la même occasion à Vergne de s’emparer de la dixième place synonyme d’un point.


C’était donc sur la première victoire de Lucas Di Grassi cette saison que se concluait cette course à rebondissements. La meilleure opération de la journée était sûrement à mettre au crédit de Sam Bird avec une belle deuxième place qui lui permet de garder des espoirs au championnat. Le malheureux du jour s’avérait être Jean-Éric Vergne qui ne marquait qu’une unité à cause d’un mauvais arrêt aux stands et d’une pénalité pour excès de vitesse. Cela permettait tout de même au pilote Techeetah de conserver 23 points d’avance sur son dauphin.

Voici donc le classement complet de la course :


Le résultat de cette course a permis de réduire l’écart en tête et à Lucas Di Grassi de prendre la troisième place du championnat :

Extrait du Jeux F1 2013

Pour ce qui est des équipes aucun changement n’est à signaler au classement :

Extrait du Jeux F1 2013

C’est ici que s’achève ce résumé de l’ePrix de Zurich, Motors Inside vous donne maintenant rendez-vous le week-end du 13 juillet pour le dénouement de ce championnat avec la double course de New York.



Formula E, 2018 et Course Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




2 réactions sur cet article Donnez votre avis
Loic
Loic :
Buemi chez Audi et Rosenqvist chez Renault !
Votre tableau du championnat est à revoir.
Il y a 7 jours
Gilles Bodin @ Motor
Gilles Bodin @ Motor :
@Loic
Le tableau est rectifié, désolé
Il y a 7 jours
Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.