> > > > Retour sur l'ePrix de New-York Course 1 : Jean-Éric Vergne vainqueur de son combat contre Sam Bird

Retour sur l'ePrix de New-York Course 1 : Jean-Éric Vergne vainqueur de son combat contre Sam Bird

Cette première course de la double manche new-yorkaise était marquée par une nouvelle pole position pour Sébastien Buemi et les déboires en qualifications de Jean-Éric Vergne et Sam Bird. Finalement la cinquième position du tricolore en course lui permettait d’être sacrée champion, après un second doublé Audi cette saison mené par Lucas Di Grassi.

© Techeetah - Le titre pilote est acquis pour Jean-Éric Vergne© Techeetah - Le titre pilote est acquis pour Jean-Éric Vergne

Buemi en première ligne, séance difficile pour Bird et Vergne

Avant d’évoquer les qualifications, la première séance d’essais libres avait été marquée par plusieurs drapeaux rouges, le premier drapeau ayant été la conséquence d’un embouteillage derrière Nick Heidfeld coincé contre le mur après un léger contact avec Daniel Abt. La seconde longue interruption intervenait lorsque José Maria Lopez cassait une suspension sur un vibreur. La seconde séance, était surtout le théâtre d’un gros accident pour Oliver Turvey qui touchait une barrière à l’arrière droit et qui était emmené à l’hôpital immédiatement. Cela pour constater une main cassée, mettant en péril sa participation à la suite du week-end.

C’était donc sur une piste poussiéreuse et glissante que débutait la qualification pour la première course de cet ePrix. Le premier groupe composé des cinq premiers pilotes au championnat débutait avec un meilleur temps pour Jean-Eric Vergne devant Sébastien Buemi. De son côté Sam Bird qui demeurait le concurrent principal du tricolore pour le championnat, ne signait que le quatrième temps seulement. Dans le deuxième groupe composé de seulement quatre pilotes à cause du forfait d’Oliver Turvey, c’était Daniel Abt et Mitch Evans qui s’illustraient avec un troisième et quatrième temps provisoires. Cela éliminait d’ores et déjà Sam Bird de la super pole.

Dans le troisième groupe, Jérôme d’Ambrosio volait la cinquième place à Sébastien Buemi pour se qualifier provisoirement pour la deuxième phase de qualification. Et enfin dans le dernier groupe Stéphane Sarrazin était victime d’un petit accident à l’entrée d’une des chicanes du circuit. Aucun des pilotes de ce groupe ne parvenait à entrer dans le top cinq.

Mais, chose plus importante encore, la direction de course annonçait l’annulation des tours des deux pilotes Techeetah Jean-Éric Vergne et André Lotterer pour avoir dépassé la limite de consommation d’énergie en qualifications. Très mauvaise nouvelle pour le Français qui chutait au classement juste devant son coéquipier et l’absent de ces qualifications Oliver Turvey. Petite consolation pour le leader du championnat, son dauphin Sam Bird n'était que quatorzième sur la grille. Cette péripétie permettait toutefois à Sébastien Buemi et à Nicolas Prost de concourir pour la pole avec les cinq meilleurs pilotes.

Les cinq premiers (Daniel Abt, Mitch Evans, Jérôme d’Ambrosio, Sébastien Buemi et Nicolas Prost) s’élançaient pour leur deuxième tour rapide afin de déterminer l’ordre de départ de ces cinq larrons. A ce petit jeu, c’était Sébastien Buemi qui était le grand vainqueur devant Mitch Evans, son coéquipier Nicolas Prost, Jérôme d’Ambrosio et Daniel Abt. Cela offrait donc une dernière pole position à Renault dans la discipline avant peut-être une ultime première ligne lors de la dernière séance de qualification de la saison demain.

Voici donc la grille complète de la première course de New York :


Di Grassi emmène un doublé Audi, Vergne décroche la timbale

Avant le départ de cette course la piste était toujours aussi poussiéreuse et glissante avec une température de 32 degrés dans l’air. Une fois le départ donné Mitch Evans callait sur la grille et manquait d’être touché par Jérôme d’Ambrosio. Devant, Sébastien Buemi restait en tête devant son coéquipier Nicolas Prost. L’incident entre d’Ambrosio et Evans permettait à Daniel Abt de prendre la troisième place.


Quelques mètres plus tard, au premier virage on assistait à un gros contact entre Jérôme d’Ambrosio et l’arrière de la monoplace de son coéquipier José Maria Lopez. Conséquence, l’Argentin en ressortait avec des dégâts à l’arrière alors que son coéquipier n’avait plus d’aileron avant. Après quelques hectomètres Nelson Piquet repassait José Maria Lopez alors en quatrième place. Dans le même temps Daniel Abt prenait lui l’avantage sur Nicolas Prost pour la deuxième position tandis que Tom Dillmann dépassait lui aussi de José Maria Lopez.

Après une boucle Sam Bird était déjà remonté en onzième position en dépassant son coéquipier Alex Lynn alors que Jean-Éric Vergne était encore dernier de la course. Après, Tom Dillmann, à l’attaque prenait aisément l’avantage sur Nicolas Prost pour remonter au quatrième rang. Au même moment José Maria Lopez en profitait pour rentrer au stand pour réparer les dégâts à l’arrière de sa monoplace, tandis que son coéquipier allait faire de même quelques tours plus tard. Cela permettait Sam Bird d’entrer dans les points au neuvième rang.


On remarquait d’ailleurs que les monoplaces soulevaient beaucoup de fumée ce qui créait des petites nappes de brouillard, sur plusieurs endroits du circuit. Sachez que Mitch Evans avait d’ores et déjà abandonné après ses problèmes au départ. Au bout de six tours Daniel Abt prenaient alors la tête de cette course à Sébastien Buemi sans trop de difficultés. Quelques secondes derrière, Tom Dillmann continuait sa belle course sur l’offensive en grimpant sur le podium au détriment de Nelson Piquet.


Au bout de 10 tours du circuit new-yorkais, André Lotterer était déjà remonté en dixième place alors que Jean-Éric Vergne était parvenu à revenir au quatorzième rang. Le leader du championnat était d’ailleurs le moins consommateur en énergie de la course ce qui pouvait laisser augurer une stratégie conservatrice, afin de faire durer le plus longtemps possible son premier relais. Alors que Vergne remontait encore des positions, son coéquipier chez Techeetah, Lotterer prenait un avantage important pour le championnat sur le dauphin du Français, Sam Bird, en le doublant pour lui prendre la neuvième position de la course. Cela permettait donc à Vergne de pouvoir remonter plus facilement sur le Britannique.

Jean-Éric Vergne parvenaient trois tours plus tard à prendre l’avantage sur le coéquipier de son rival Sam Bird, Alex Lynn pour se retrouver onzième juste derrière son adversaire principal. Plus à l’avant de la course, Di Grassi s’emparait de la dernière marche du podium au détriment de Dillmann. Après un dépassement sur Alex Lynn et à la suite de plusieurs tentatives d’intimidation, Vergne prenait l’avantage sur Bird au prix d’un gros freinage. Voilà qui relançait de manière certaine les chances de titre du tricolore.


Au bout de 20 tours, Sébastien Buemi perdait l’avantage de sa deuxième position face Lucas Di Grassi qui se retrouvait juste derrière son coéquipier. Pendant ce temps, André Lotterer était désormais sixième devant Heidfeld qui était talonné lui-même par Jean-Éric Vergne, qui le dépassait dans la foulée. De son côté Sam Bird était désormais dixième. Cette vingt-deuxième boucle était l’instant choisi par l’ensemble des pilotes pour s’arrêter afin d’effectuer leurs changements de monoplace.

Durant ces arrêts, Rosenqvist tombait en panne en plein milieu de la voie des stands sans gêner ses adversaires. Alors que Nelson Piquet sur la deuxième Jaguar s’immobilisait à son tour en piste. A la sortie de ses immobilisations, Daniel Abt restait en tête devant son coéquipier Di Grassi et Sébastien Buemi. Suivaient toujours Tom Dillmann, mais derrière, grâce à la panne de Nelson Piquet, André Lotterer et Jean-Éric Vergne remontés à la cinquième et sixième place. Derrière eux, se trouvaient Nick Heidfeld devant Nicholas Prost, Sam Bird et Maro Engel pour le top 10.

A ce moment de l’épreuve, Jean-Éric Vergne était en position d’être titré. Deux tours plus tard, Di Grassi prenait la tête à son coéquipier Daniel Abt de manière autoritaire. L’Allemand essayait d’ailleurs de riposter par la suite sans succès et sous l’œil angoissé du patron de l’équipe Audi Allan McNish. Juste avant le trentième tour, Lotterer laissait logiquement passer Jean-Éric Vergne en vue du championnat ce qui permettait au Français de prendre la cinquième place et 10 secondes d’avance sur Sam Bird toujours neuvième de la course.


A 10 tours de l’arrivée, Jean-Éric Vergne prenait une avance de 31 points au championnat ce qui lui assurait d’être titré de la fin de la course avant même la dernière course de demain. Dans ce temps, Alex Lynn était victime d’un gros crash à l’arrière de sa monoplace contre une barrière de TechPro pendant que son coéquipier Sam Bird perdait la neuvième position face à Maro Engel. Cela déclenchait logiquement la procédure de neutralisation au limiteur de vitesse (Full Course Yellow) sur l’ensemble de la piste. Un tour plus tard, la voiture de sécurité sortait pour ralentir le peloton.


Après une longue intervention pour dégager les débris laissés en piste par la DS Virgin de Lynn, la course était relancée avec trois minutes plus un tour au chrono. Sam Bird était à l’obligation de dépasser au moins deux voitures pour retarder le sacre de Jean-Éric Vergne. Les deux pilotes devant lui à savoir Nick Heidfeld et Nicolas Prost étaient d’ailleurs en bataille. Alors que cette longue neutralisation permettait aux pilotes d’utiliser sans limite le surplus d’énergie disponible, Sam Bird prenait l’avantage sur Nicolas Prost ce qui était toutefois insuffisant pour empêcher Jean-Éric Vergne de décrocher la couronne de champion.


Cette course finissait donc sur le deuxième doublé Audi cette saison avec le Lucas Di Grassi comme vainqueur devant Daniel Abt. Buemi conservait quant à lui la troisième position. Avec cette cinquième place alors que son adversaire Sam Bird n’était que neuvième, Jean-Éric Vergne était officiellement déclaré champion de cette saison 2017-2018 de Formule E. Cela avait pourtant bien mal commencé avec un départ de la dernière position pour les deux monoplaces noir et or. Le Français exprimait d’ailleurs sa joie à la radio tout en encourageant l’équipe de France de football avant sa finale du mondial dimanche. Il dédiait aussi son titre à Jules Bianchi, décédé à la suite d’un gros accident à Suzuka en 2014.

Alors que Lotterer perdait une place en fin de course au détriment de Nick Heidfeld, voici le classement complet de cette avant dernière course de la saison :


Afin de découvrir les classements définitif de cette saison quatre, rendez-vous pour une deuxième course ce dimanche que Jean-Éric Vergne pourra pleinement savourer. Qui sait, si la France n’aura pas un deuxième titre à fêter d’ici là.


Formula E, 2018 et New York Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




1 réaction sur cet article Donnez votre avis
Aifaim
Aifaim :
Un Français peut en cacher un autre... Quel remarquable classement pour Tom Dillman ! Faute de soutiens financiers à la hauteur, ce garçon est condamné à jouer les doublures/remplaçants.
Son talent au volant éclipse souvent ses équipiers, comme c'est le cas chez ByKollès en WEC. Dans cette équipe peu argentée, les chèquiers étaient nombreux pour décrocher les volants. Mais Dillman l'a obtenu par ses compétences. Nous disposons en France d'une belle brochette de pilotes de sa classe qui s'éparpillent en LMP2 ou en GT. Ils font le bonheur de leurs employeurs et certains gagnent leur vie en faisant le métier qu'ils aiment. Et tant pis pour la gloire !
Il y a 7 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.