> > > > Retour sur l'ePrix de Monaco : Jackpot pour Vergne !

Retour sur l'ePrix de Monaco : Jackpot pour Vergne !

Jean-Eric Vergne est le premier pilote à remporter un deuxième ePrix cette saison, après son succès samedi dernier à Monaco lors de la neuvième manche. Le Français en profite pour prendre la tête du championnat des pilotes ! Le récit complet de cette journée en Principauté.

© DS Techeetah - Jean-Eric Vergne, premier pilote à deux victoires sur cette saison de Formule E !© DS Techeetah - Jean-Eric Vergne, premier pilote à deux victoires sur cette saison de Formule E !

C’est un retour pour le moins réussi ! Deux ans après la dernière édition, l’ePrix de Monaco est revenu en Formule E, à l’occasion d’une course à suspens, notamment pour la gagne. Sur la moitié du tracé de la Formule 1, une configuration qui a quand même déplu à bon nombre de pilotes, Jean-Eric Vergne (DS Techeetah) a résisté à ses trois poursuivants, pour s’adjuger sa deuxième victoire de la saison. Le Français a ainsi cassé la série en cours depuis le début du championnat, avec un vainqueur différent à chaque fois !

Rowland, une pole frustrante

Disputée quatre heures avant la course, cette séance qualificative tient à une histoire de pénalité. Comme à Paris, la voiture la plus rapide ne s’est pas élancée de la pole position. Cette fois, Oliver Rowland (Nissan e.Dams) était à la place de l’infortuné. Plus rapide lors de la super-pole avec un temps de 50 secondes et 21 millièmes, le Britannique perdait trois places sur la grille ! Il faut dire que la sanction était déjà connue, la conséquence de son accrochage avec Alexander Sims deux semaines plus tôt. Dommage pour Rowland, qui avait fait le boulot en devançant Jean-Eric Vergne de 21 millièmes de seconde, pour sa troisième pole de la saison. Pas mal pour un rookie ! Mais le pilote DS Techeetah avait aussi mérité sa première ligne, avec un meilleur temps dans le premier secteur.

La grille était aussi chamboulée juste derrière, avec le retrait de la troisième place de Mitch Evans sur sa Jaguar. La raison de la pénalité était encore plus cruelle : le Néo-Zélandais avait activé sa pleine puissance de 250 kilowatts… quatre petits dixièmes de seconde trop tôt dans son tour de super Pole ! Opportuniste, Pascal Wehrlein (Mahindra Racing) récupérait la deuxième place sur la grille, devant Oliver Rowland (tiens tiens) et Felipe Massa (Venturi) respectivement troisième et quatrième, sur la deuxième ligne.

Derrière eux, Sébastien Buemi (Nissan e.Dams), 5e, le maître de Monaco avec deux victoires en autant de courses. Plus loin, Robin Frijns, 11e à bord de sa Envision Virgin Racing, Lucas di Grassi 13e (Audi Sport)… ou André Lotterer (DS Techeetah), équipier de Vergne 20e et dernier chrono au général ! Seule satisfaction pour l’Allemand à ce moment, une petite seconde le séparait de la pole, preuve de la compétitivité de la discipline.


Vergne résiste et amasse !

Jean-Eric Vergne est donc sorti grand vainqueur en Principauté, au terme d’une course haletante : le top 4 étant seulement séparé d’une seconde et demi !

À l’intérieur au premier virage, le Français gardait la première place de justesse face à Pascal Wehrlein. Les deux cités et Oliver Rowland s’envolaient ensuite par rapport au reste de la meute, en alignant les meilleurs temps de tours. Offensif, Wehrlein perdait gros après neuf minutes de course, en allumant ses roues dans le premier virage : l’Allemand était passé par Rowland, et par Massa sur la ligne droite suivante !


Derrière ce quatuor infernal, Buemi avait conservé la cinquième position : dans le peloton, on s’animait aux alentours de la 10e place. Trois spots de dépassement étaient visibles : le premier virage, à Sainte-Dévote, et la chicane du Port, à la sortie du Tunnel. Quelques pilotes tentaient des manœuvres osées,dont Sam Bird (Envision Virgin Racing) sur Stoffel Vandoorne (Hwa Racelab).
Egalement dans la mêlée, Lucas di Grassi montait dans le top 10 juste après la mi-course… avant d’abandonner quelques minutes plus tard. La raison ? Un accrochage avec la BMW de Sims, le Brésilien ayant été serré contre le mur à la chicane du Port.

En tête, les écarts se resserraient : au 25e tour, Vergne, Rowland, Massa et Wehrlein étaient regroupés en trois secondes. En cinquième place, Buemi était le meneur d’un petit train de treize voitures ! Dans celui-ci, Bird refaisait le coup d’un dépassement à l’intérieur du premier virage, cette fois sur la BMW d'Alexander Sims.

À 5 minutes de l’arrivée, Rowland décidait de son côté d’activer son dernier mode attaque. Le timing était mauvais, un drapeau jaune était sorti au même moment, pour évacuer des débris sur la piste. Aidé par ce scénario, Vergne activait son dernier mode attaque et pouvait résister aux assauts du Britannique, d’autant qu’un autre drapeau jaune était présenté, dans le premier virage, après l’accrochage entre Frijns et Sims, encore lui ! Le vainqueur de l’ePrix de Paris arrachait l’avant de sa monoplace, et devait mettre pied à terre ! Sa monoplace était rapidement évacuée, la piste était libre pour le dernier tour de course.

Plus en difficulté avec la gestion de sa batterie, Vergne résistait de justesse au dernier assaut de Rowland pour s’imposer ! Même constat pour Massa, face à Wehrlein : le Brésilien terminait la course avec 0% de batterie.
Cinquième, Buemi conservait sa position du départ, devant Antonio Félix da Costa (BMW Andretti) et Evans, qui avait gagné une place après la crevaison de Bird dans le dernier tour. Daniel Abt (Audi Sport) prenait la huitième position, devant un Lotterer revenu du diable vauvert en neuvième place. Le coéquipier de Vergne gagnait même une place après coup : da Costa ayant été débouté de sa sixième place, pour avoir excédé la capacité maximum d’énergie allouée pendant la course. Sa disqualification faisait donc ses affaires, ainsi que pour Evans, Abt et Alex Lynn (Jaguar) qui ont tous gagné une place dans le top 10. Stoffel Vandoorne (Hwa Racelab) récupérait sur tapis vert le point de la 10e place.

Sur le podium, Jean-Eric Vergne était tout à sa joie de s’imposer, pour la septième fois de sa carrière en Formula E, mais surtout pour la deuxième fois de la saison… et la première à Monaco !
Déjà deuxième à Sanya, Oliver Rowland montait sur la même marche à Monaco. Rageant après sa pole perdue sur une pénalité ! Le Britannique pouvait tout de même se satisfaire, après avoir dominé son équipier Buemi, qui avait gagné les deux dernières éditions à Monaco

Troisième, Felipe Massa décrochait quant à lui le premier podium de sa carrière électrique. Une preuve de sa progression dans la discipline, après des débuts difficiles, même si le Brésilien a affirmé n’avoir “jamais douté” de ce qu’il pouvait faire. Nul doute que son expérience en Formule 1 a joué, avec 15 Grands Prix à Monaco. Pour sa course à domicile, Venturi ne pouvait rêver mieux !

Jean-Eric Vergne : « Etre sur ce podium est quelque chose de très spécial pour moi. Je me rappelle des légendes qui sont montées dessus. Je me souviens aussi des périodes difficiles que j’ai eu en Formule 1… »


Une situation plus claire, mais toujours excitante au classement général !

Arrivé sixième à Monaco, Jean-Eric Vergne est donc reparti leader du général… devant son propre équipier, André Lotterer, qui a marqué six points miraculeux au vu de sa position du départ ! La bataille pour le titre prend donc un nouvel envol avec ce duo aux commandes, un point seulement séparant les deux hommes. En troisième larron, Robin Frijns, toujours avec 81 pts au compteur. Un petit écart se fait en revanche avec le reste du plateau : Antonio Félix da Costa reste à 70 points après sa disqualification, égalité avec Lucas di Grassi. Sixième au classement, Mitch Evans remonte, comme Oliver Rowland, huitième avec 59 points.

Attention toutefois, les sept premiers du classement se tiennent en 25 points, soit l’équivalent d’une victoire !

PiloteEquipePoints
1J-E.VergneDS Techeetah87 pts
2A.LottererDS Techeetah86 pts
3R.FrijnsEnvision Virgin Racing81 pts
4A.F.da CostaBMW Andretti70 pts
5L.di GrassiAudi Sport70 pts
6M.EvansJaguar69 pts
7J.d'AmbrosioMahindra65 pts
8O.RowlandNissan e.Dams59 pts
9D.AbtAudi Sport59 pts
10S.BirdEnvision Virgin Racing54 pts

Chez les constructeurs, DS Techeetah occupe naturellement la première place. Mieux, l’alliance franco-chinoise creuse l’écart, avec 38 points d’avance sur la deuxième équipe : Envision Virgin Racing, qui n’a inscrit aucun point à Monaco.

EquipePoints
1DS Techeetah173 pts
2Envision Virgin Racing135 pts
3Audi Sport 129 pts
4Mahindra116 pts
5Nissan e.Dams99 pts
6BMW Andretti88 pts
7Venturi84 pts
8Jaguar74 pts
9HWA Racelab28 pts
10Dragon13 pts

Vous l’avez compris : la situation se décante donc un peu en Formule E d’ici la fin du championnat… Mais gare au prochain rebondissement, prévu le samedi 25 mai. La discipline 100% électrique sera à Berlin, sur l’aéroport de Tempelhof, pour la dixième manche de la saison. Pendant ce temps, la Formule 1 sera… à Monaco pour le Grand Prix !



Formula E, Monaco et Vergne Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




1 réaction sur cet article Donnez votre avis
Aifaim
Aifaim :
Sacré Jean-Eric Vergne ! Quand il gagne à Monaco en Formule E, "sa" LMP2 (Aurus/Oreca G-Drive) l'emporte en championnat ELMS à Monza où un autre Français, Norman Nato le suppléait... Cette course d'endurance est considérée à juste titre comme l'ultime préparation avant Le Mans.
Il y a 2 mois
Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.