> > > > Clap de fin sur une saison 2019 riche en spectacle et en émotion

Clap de fin sur une saison 2019 riche en spectacle et en émotion

L’édition 2019 de Formule 2 a vu naitre un nouveau champion en la personne de Nyck de Vries. Le pilote de l’écurie française ART Grand Prix a mené d’une main de maitre une saison 2018-2019 marquée par la disparition du pilote français Anthoine Hubert.

© DAMS - Anthoine Hubert victorieux à Monaco© DAMS - Anthoine Hubert victorieux à Monaco

Nyck de vries, enfin champion

Cette saison était celle du titre ou rien pour le pilote Batave, il l’avait annoncé à l’entame de la saison et force est de constater qu’il a joint les paroles aux actes.
Impressionnant de par sa régularité Nyck de Vries a su engranger les points au fur et à mesure de la saison pour se mettre à l’abri des autres concurrents au titre. En remportant 4 courses, mais surtout en étant présent sur le podium à 12 reprises en 22 courses, il a donc logiquement remporté le titre de champion de Formule 2.

Pour la suite de sa carrière Nyck de Vries a choisi de ne pas abandonner la monoplace et s’est tourné vers la Formule E en signant chez Mercedes EQ. Il est maintenant associé à l’ancien pilote de F1 Stoffel Vandorne. Le pilote hollandais s’est également engagé en endurance avec l’équipe Jumbo Racing Team Nederland et s’illustrant d’ailleurs lors des 6 heures de Fuji en remportant la catégorie LMP2.

Son succès est à associer avec l’écurie pour laquelle il courait, en effet l’écurie Française ART Grand Prix lui a fourni une monoplace pour se battre pour le titre. L’équipe française est présente en F2 depuis de nombreuses années et fait office de favoris presque chaque année. Il faut rappeler que l’écurie a formé de nombreux pilotes qui sont aujourd’hui en F1 comme Sebastian Vettel, Lewis Hamilton, Nico Rosberg, Valtteri Bottas et Charles Leclerc …

L’écurie française Dams championne constructeur

En remportant le titre de champion constructeur, c’est un bel hommage qui a été rendu au fondateur de l’écurie mancelle DAMS, Jean Paul Driot décédé cette année. Sergio Sette Câmara a assuré le titre grâce à sa victoire lors de la course principale à Abou Dhabi.

L’écurie britannique UNI-Virtuosi arrive à la seconde place d’un classement complété par une autre équipe française, Art Grand Prix.

La bataille pour la place de 2nd

Il faut avouer qu’il n’y a pas eu réellement de lutte pour la place de champion et Nyck de Vries a laissé les autres prétendants au titre se battre entre eux pour la deuxième place.

La bataille fut cependant rude et intense entre 3 pilotes, le canadien Nicholas Latifi, l’italien Lucas Ghiotto et le brésilien Sergio Sette Câmara. La bataille pour le titre de vice-champion de F2 a trouvé son épilogue lors de la dernière course de la saison à Abou Dhabi. Les trois pilotes se tiennent en seulement 10 points au terme d’une saison longue de 22 courses.

Les enjeux de cette place étaient importants surtout pour le pilote canadien. En effet il faisait office de favori pour prendre place dans le baquet de l’écurie Williams F1 la saison prochaine. Il était donc important pour lui de justifier cette promotion sur la piste tout en tentant d’éclipser les rumeurs concernant sa fortune familiale, lui permettant l’accession en F1 grâce à une contrepartie financière. Il termine sa quatrième saison de F2 à une belle 2ème place.

A l’entame lui aussi de sa 4ème saison en Formule 2, Lucas Ghiotto espérait enfin remporter le titre, capable de coups d’éclats l’Italien n’a pas su être assez régulier et a donc vu, a juste titre, s’envoler ses espoirs de titre. Après 4 saisons en Formule 2 il signe là sa meilleure saison en terminant 3ème du classement des pilotes 7 points derrière Nicholas Latifi.

Enfin c’est le jeune pilote brésilien de 21 ans Sergio Sette Câmara qui s’adjuge la 4ème place au volant de sa DAMS. Auteur d’une saison solide il termine à 10 petites longueurs de la deuxième place de Nicholas Latifi. En terminant respectivement 4ème et 2ème au championnat Latifi et Sette Camara offrent le titre de champion constructeur à l’écurie française DAMS.

Mick Schumacher, une saison en demi-teinte

L’Allemand était prévenu, tous les regards allaient être tournés vers lui. En effet être le fils du septuple champion du monde de Formule 1 n’est pas facile tous les jours, les espoirs des uns et les attentes des autres font forcement naitre une certaine tension sur les épaules de Mick Schumacher.

Champion de F3 européenne en 2018 l’allemand intégrait cette année en tant que rookie une équipe qui devait lui permettre de briller. Mais force est de constater que l’écurie italienne Prema, qui avait mené Charles Leclerc au titre en 2017, n’a pas réussi à faire fonctionner sa voiture. L’allemand a remporté une courses cette saison et est rentré à 9 reprises dans la zone des points, au total il aura marqué 53 points en 22 courses. En se plaçant 12ème du championnat pilote, il devance largement son coéquipier en la personne de Sean Gelael, son principal rival, 17ème avec 15 points.

Sa saison fut marquée par pas moins de 4 abandons dû à un bris mécanique, ce fut donc une année compliquée et peut être décevante pour ceux qui voient en Mick Schumacher l’espoir de revoir ce nom en tête des classements. L’année à venir sera véritablement décisive pour lui, il sera associé chez Prema à Robert Shwartzman lui aussi pilote de la Scuderia Driver Academy, la comparaison entre les deux équipiers sera directe et la concurrence implacable.

La valse des pilotes et des baquets

Pas moins de 27 pilotes ont participé au championnat de Formule 2 cette année, pour seulement 20 baquets. Certaines équipes ont malheureusement dû combiner cette année entre talents et argents. Malgré un début de saison encourageant (30 points en 10 courses) le pilote français Dorian Boccolaci a dû céder sa place, par manque de sponsor. C’est donc l’indien Arjun Maini puis le japonais Marino Sato, qui ont pris place dans la Campos, sans jamais ramener le moindre point en course.

Le même cas s’est produit au sein de l’écurie Trident qui elle aussi a engagé plusieurs pilotes cette saison. Alesi faisait équipe avec le Suisse Ralph Boschung, le Suisse a lui été remplacé par Ryan Tveter en Autriche puis par Dorian Boccolacci à Silverstone et enfin par Christian Lundgaard à Abu Dhabi.

Enfin l’écurie MP Motorsport à du employer 4 pilotes au cours de cette année. Jordan King faisait équipe avec le « talentueux » Mahaveer Raghunathan qui, sanctionné d’une course de suspension en Autriche, a du être remplacé par Patricio O’Ward.
Jordan King, engagé aux 500 milles d’Indianapolis, a lui aussi été remplacé à Monaco par le vétéran Russe Artem Markelov.

En résumé les pilotes engagés en Formule 2 doivent avoir un solide bagage financier ou le soutient d’une écurie filière comme celle mise en place par Renault et Ferrari.

Une saison marquée par la disparition d’un champion

C’est à l’âge de 22 ans que la course d’Anthoine Hubert s’est arrêtée au sommet du raidillon, lors du Grand Prix de Belgique le 31 août dernier. Quelques semaines auparavant il venait de remporter avec panache et brio les courses sprint en France et à Monaco.

Anthoine Hubert représentait tout comme Jules Bianchi l’avenir du sport automobile Français. Il arrivait cette année en Formule 2 auréolé du titre de champion de Formule 3 et soutenu par la Renault Sport Academy. Son avenir semblait déjà écrit en Formule 1, un pilote Français chez Renault… Son accident rappelle brutalement à quel point ces pilotes bravent des risques insensés pour leurs passions, pour notre passion.

Juan Manuel Correa, lui aussi impliqué dans l’accident et gravement blessé se remet doucement chez lui aux États-Unis et aspire à revenir un jour en Formule 2.

« Anthoine était un bon ami, mais j'ai désormais le sentiment que je dois revenir, non seulement pour moi mais aussi pour lui. » déclarait dernièrement le pilote américain.



Bilan, 2019 et F2 Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




9 réactions sur cet article Donnez votre avis
Aifaim
Aifaim :
"Son avenir semblait déjà écrit en Formule 1"...

Ce n'est pas parce qu'il est décédé qu'on peut s'autoriser à écrire une telle affirmation !

Un baquet en Formule 1 n'est JAMAIS une certitude. J'ai suivi son parcours plutôt brillant même si Renault ne l'a "récupéré" que du bout des lèvres.

Devant ses bons résultats, il n'a d'abord obtenu qu'un strapontin chez les espoirs de la firme française et il a fallu son titre en F3 pour qu'il y entre. Et encore ! Renault l'a casé chez Arden, la plus mauvaise équipe du plateau alors que Jack Aitken (2e saison) était chez Campos et, surtout, Guanyu Zhou, le Chinois, rookie lui aussi, était chez Uni-Virtuosi. Le point commun à ces deux pilotes est qu'ils ont tous deux sérieusement goûté à la F1.

Malgré tout, Anthoine Hubert a fait une saison remarquable mais les deux autres n'ont pas démérité en terminant respectivement 5e et 7e d'un championnat que Hubert termine 10e en ayant manqué la fin de saison.

On ne saura jamais si, en 2020, il aurait pris l'ascendant sur Zhou (20 ans) quand lui-même en avait (déjà !) 22 et Aitken 24.
Il y a 1 mois
AP01
AP01 :
Merci de remettre l'Eglise au milieur du village Aifaim !
La facilité journalistique (doublée d'une véritable paresse)et la pleurniche habituelle ne cessent de dresser des couronnes de lauriers et des avenirs brillants illusoires à des gens disparus ! Ils gomment toute rationnalité et réserves par le simple fait de la mort qui les a fauchée.
Hubert n'avait encore rien fait ou presque et la F1 était encore loin. La réalité est celle-ci.
Il y a 1 mois
Aifaim
Aifaim :
"La facilité journalistique (doublée d'une véritable paresse)". AP01@, ce n'est pas parce que cet article souffre d'insuffisance et d'imprécision qu'il est admissible d'insulter un rédacteur par ailleurs débutant.
Nous avons ce merveilleux privilège de pouvoir en toute liberté amender, enrichir le texte par nos ressentis et nos éventuelles connaissances. mon opinion est que cette contribution est susceptible d'éclairer un peu plus les lecteurs du site.

Mick Schumacher/Sean Gelael : que le premier nommé ait largement dominé son équipier "très" expérimenté, n'étonne personne. Le pilote indonésien navigue à cet échelon depuis 2015 sans éclats. C'est clairement son bâton de maréchal financé par sa famille. pas question de lui jeter la pierre sur ce point d'autant qu'à côté de lui, Giovinazzi a bénéficié de ce sponsoring jusqu'à la F2.

Si on veut sérieusement étalonner la saison de Schumacher, c'est par comparaison avec les autres débutants.
1er Zhou (Uni virtuosi/Renault academy)
2e Hubert (Arden/Renault Academy)
3e Schumacher (Prema/Ferrari Academy)
4e Correa (Charouz/Sauber junior team)
5e Alesi (Trident/Ferrari Academy) etc...
Il y a 1 mois
Aifaim
Aifaim :
« talentueux » Mahaveer Raghunathan...

Cela réclame une explication. C'est le type même de pilote qui n'a à son "crédit" que ses capacités financières. Il n'est d'évidence pas au niveau requis.

La suspension lui a été infligée pour une lenteur excessive pouvant se révéler dangereuse en course...
Systématiquement dernier sur les grilles de départ avec un débours généralement supérieur à 1" de l'avant-dernier qualifié...
Le comble, c'est qu'il pourrait bien récidiver en 2020...
Il y a 1 mois
AP01
AP01 :
""La facilité journalistique (doublée d'une véritable paresse)". @Aifaim, ", ce n'est pas parce que cet article souffre d'insuffisance et d'imprécision qu'il est admissible d'insulter un rédacteur par ailleurs débutant." Libre à vous de considérer que j'ai été insultant, ce n'est pas un problème, comme vous l'imaginez aisément...
Que ce rédacteur soit débutant, ou pas, n'est pas la question. Soit on est compétent, soit on ne l'est pas. L'âge et l'inexpérience n'excusent rien et ne donne droit à aucune absolution. Et si quelqu'un doit éventuellement se défendre, ce n'est pas vous mais lui...
Il y a 1 mois
AP02
AP02 :
@AP01
""Ils gomment toute rationnalité et réserves par le simple fait de la mort qui les a fauchée.""

Vous êtes sérieux ? Mourir est un simple fait pour vous ?

Je n'ai pas les mots.
Il y a 1 mois
AP01
AP01 :
Que vous n'ayez pas de mots est un peu triste compte-tenu de la richesse de la langue française...

La mort d'Hubert est un fait. En faire un futur champion juste parce qu'il est mort est une facilité journalistique qui dresse des lauriers à un pilote, qui avait encore tout à prouver, alors que rien n'est avéré. Que voulez-vous que je vous dise de plus ? Je ne peux rien faire pour vous si ce n'est vous proposer d'acheter un dictionnaire.

PS : Il semble, à la vue du choix de votre pseudo, que la "facilité" soit également votre apanage... Vous devriez écrire des articles !
Il y a 1 mois
Aifaim
Aifaim :
AP01@, AP02@, à propos du décès d'Anthoine Hubert, Cyril Abiteboul a déclaré - je n'ai plus les mots exacts - " Nous ne saurons jamais ce qu?Anthoine aurait pu accomplir à l'avenir"...
La formule se passe de commentaires.

"AP" est la désignation des monoplaces de l'écurie Prost Grand Prix... AP01,AP02, il reste 03 et 04 toujours disponibles...

PS Le monde est petit : Barnard a contribué à la conception de certaines...
Il y a 1 mois
Aifain
Aifain :
Quelle science et quelle volonté de toujours vouloir la montrer...
Il y a 1 mois
Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.