Hongrie : Les tops et les flops de la rédaction

Il est désormais l'heure de débattre des principales satisfactions et déceptions de ce week-end au Hungaroring !

Le top 3



Daniel Ricciardo, freineur hors-pair

Le Hungaroring est un circuit où il est difficile de dépasser mais l'Australien avait annoncé qu'il trouverait son chemin pour remonter. En manque de chance en qualifications, il partait 12ème sur la grille. Pris au cœur du peloton au départ, il prend du temps à s'extraire de la masse où les petits contacts sont légion « Le départ était plutôt chaotique et j'ai reçu un coup à l'avant gauche qui a entraîné des vibrations et on a rendu quelques positions à ce moment. »

Parti en tendres pour retarder son premier arrêt, il remonte coup sur coup ses opposants « Avec un avantage de rythme nous avons été capable de remonter et dépasser nos adversaires. J'y ai pris beaucoup de plaisir. » Après avoir dépassé Pierre Gasly, l'Australien atteint la 5ème place, qui était l'objectif selon Christian Horner, directeur de l'équipe Red Bull. Seulement, la détresse de Valtteri Bottas en fin de course, à l'agonie avec ses pneumatiques, stimule l'appétit du Honey Badger. « Je les aime vulnérable » comme il aime si bien le dire et au prix d'un contact musclé avec le Finlandais, il arrache cette 4ème place finale.

Sa chevauchée fantastique lui vaut le titre de Pilote du jour décerné par le public, il s'est par la même occasion payé le luxe de faire le meilleur tour en course.

Your #F1DriverOfTheDay...

From P12 up to P4, top effort @danielricciardo 💪💪💪#HungarianGP 🇭🇺 #F1 pic.twitter.com/3bCxVe358T

— Formula 1 (@F1) 29 juillet 2018



Pierre Gasly, navigateur en solitaire

Sa performance en qualifications sous le déluge était déjà une petite victoire pour le Français avec une 6ème place sur la grille. Comme à Bahreïn, il a senti le bon coup et a tout fait pour être le meilleur des autres en Hongrie. Son "mauvais" départ ne le freine pas, le natif de Rouen l'affirme après la course « Je voulais vraiment dépasser Carlos [Sainz] » chose qu'il fait rapidement pour se retrouver dans le sillage de Max Verstappen.

Ce dernier hors course, Gasly fait sa course seul, gérant à la perfection ses gommes ultra-tendres. Lorsque Daniel Ricciardo revient à sa hauteur, il opère pour perdre le moins de temps possible pour continuer sa marche. Au 32ème tour il observe son seul arrêt et continue son petit bonhomme de chemin en solitaire. Il est finalement inquiété dans les derniers tours par un retour de Kevin Magnussen mais le Français gère et est le dernier pilote dans le tour du leader sur la ligne d'arrivée. Cette 6ème place est une aubaine pour Toro Rosso, en mal de performance depuis plusieurs week-ends.

6th!!! YESSSSS!! Sooo happy & proud of @ToroRosso & @HondaRacingF1 !! What an amazing weekend for us!! 😍 pic.twitter.com/ohmo3E8uFO

— Pierre Gasly 🇫🇷 (@PierreGASLY) 29 juillet 2018



Une presque double-entrée dans les points pour McLaren

11ème et 15ème au départ, Fernando Alonso et Stoffel Vandoorne ont joué la carte de la conservation. McLaren avait trouvé les meilleurs réglages et la meilleure stratégie pour remonter au classement. A l'extinction des feux le Belge gagne trois positions tandis que l'Espagnol bataille avec Romain Grosjean pour la 10ème place.

Au gré des arrêts aux stands de leurs adversaires, les deux pilotes intègrent le top 10. Mieux encore, ils conservent leurs pneus tendres et s'arrêtent aux 39 ème et 40ème tour comme un certain Sebastian Vettel. Cette conservation et cette stratégie rendent l'arrêt aux stands "gratuit" car ils ne perdent aucune position. Cette exécution synchronisée parfaite est stoppée au 49ème tour par la boîte de vitesse du pilote Belge. A l'arrivée, seul Alonso ramène les quatre points de la 8ème.

Ce résultat laisse entrevoir la non-résignation de l'équipe et la performance de Stoffel Vandoorne trop souvent mis dans l'ombre de son coéquipier et dont la place en Formule 1 est menacée.

Fernando to the team: “Great Sunday, thanks to you guys. Great strategy. Shame for Stoffel, he didn't deserve that.” #HungarianGP 🇭🇺 pic.twitter.com/RTy8lT6WCC

— McLaren (@McLarenF1) 29 juillet 2018



Le flop 3



Valtteri Bottas, le lieutenant agacé

Devant son coéquipier lors de la dernière séance d'essais et plus à l'aise avec la voiture sur le tracé hongrois, Valtteri Bottas était deuxième sur la grille de départ, derrière son coéquipier. A la suite d'un départ calme, il se retrouve très vite à jouer le rôle de bouchon pour que Lewis Hamilton file. La stratégie fonctionne pendant plus de 60 tours mais un arrêt très tôt au 15ème tour pour couvrir l'undercut de Kimi Raïkkönen condamne sa fin de course.

Avec des pneus tendres au bout du bout, il défend tant bien que mal face à Sebastian Vettel. L'Allemand trouve les ressources pour se porter à sa hauteur à la sortie du virage 1 et dépasse le pilote Mercedes à 95%. Les 5% restants sont l'arrière de la Ferrari que le Finlandais percute, il perd deux positions au profit des Ferrari. Alors à l'agonie et avec une moitié d'aileron avant dans le dégagement du virage 2, il est rejoint par Daniel Ricciardo. Cette nouvelle passe d'armes égratigne encore plus la Mercedes qui voit en plus son flanc gauche percé.

Valtteri Bottas franchi la ligne d'arrivée en 5ème position et est convié par les commissaires pour répondre de ses actes face à l'Allemand et à l'Australien. Un passage par les interviews d'après-course ne fera qu'augmenter la pression. Déjà bien agacé par sa course et ses incidents, le Finlandais apprend par une journaliste de Sky Sports que Toto Wolff, directeur d'écurie de Mercedes, l'a qualifié de « fantastique allié » ce qui ne passe pas du tout. La note s'allonge à nouveau avec la pénalité qu'il reçoit de la direction de course pour son contact avec le pilote Red Bull, alors qu'il est gracié pour son contact avec le pilote de la Scuderia. Heureusement, il a maintenant quatre semaines de vacances pour laisser le week-end hongrois derrière lui.

5th today 🇭🇺🏁

Disappointed with the end result.
I gave it all I had, and will always do.

This year hasn’t been great for me so far, but I belive the good times will come. Will never give up 👊🏼#VB77 #F1 #HungarianGP @MercedesAMGF1
📸 @JanErikOlin pic.twitter.com/OmcBlBnKtM

— Valtteri Bottas (@ValtteriBottas) 29 juillet 2018



Carlos Sainz, un rendez-vous manqué

La cinquième place de Nico Hulkenberg la semaine dernière a forcément donné des idées au natif de Madrid, lui qui partait 5ème sur la grille cet après-midi. Au départ, Carlos Sainz y croit, il se porte à la hauteur de Sebastian Vettel mais est rattrapé par un autre moteur Renault, celui de Max Verstappen qui plonge à l'intérieur au premier virage. Dans les virages suivants les choses s'aggravent et l'Espagnol perd plusieurs positions.

Il juge sa performance insatisfaisante et blâme en partie son équipe qui l'a fait passer aux stands bien trop tôt selon lui. Renault a choisi d'arrêté son pilote au 25ème tour alors que Haas a stoppé ses pilotes, les concurrents directs, autour du 30ème tour. Pire encore, les autres adversaires que sont les McLaren parviennent à s'arrêter au 40ème tour et ressortent devant lui, dès lors l'Espagnol s'est résigné à cette 9ème place.

Disappointed with today. Struggeled in the first few corners with a harder tyre than those around me and then stopped to early and got overcut. Another solid weekend where we miss out on big points. Some frustration but generally pleased with the last weekend before the break! pic.twitter.com/8n3LA4JlZ8

— Carlos Sainz (@Carlossainz55) 29 juillet 2018



Brendon Hartley, un essai sans transformation

Dixième à l'arrivée en Allemagne, Brendon Hartley retrouvait le chemin des points. En qualifications hier il n'avait toujours pas oublié ce chemin et pour la première fois il accédait à la Q3. Huitième sur la grille aujourd'hui, il est trop conservateur au départ et perd plusieurs positions comme Carlos Sainz, derrière lequel il se retrouve bloqué. Le Néo-Zélandais ne peut exploiter ses ultra-tendres et s'arrête au même moment que les pilotes Renault, une erreur selon lui quand vient le moment du bilan.

Chaussé des médiums, il ne parvient pas à les faire fonctionner et déroule sa course, coincé entre Romain Grosjean et Esteban Ocon, finalement dépassé par Nico Hulkenberg. A l'arrivée cette 11ème place est une déception. De l'autre côté du garage, Pierre Gasly a maintenu sa 6ème place jusqu'au drapeau à damiers, lui perd trois places, le bilan est dur à soutenir. Le remplaçant de Daniil Kvyat devra hausser son niveau à la rentrée s'il ne veut pas connaître le même destin que le Russe.

Gutted not to score in the points today. I had a good start but made the call not to dive up the inside of Pierre and lost the place to Magnussen. Was then stuck behind Sainz who was on a… https://t.co/c9uXfsK7wM

— Brendon Hartley (@BrendonHartley) 29 juillet 2018

Publié le 30/07/2018 à 08:37:09.

Retrouvez l'article original sur : http://www.motorsinside.com/f1/2018/actualite/22874-Hongrie-Les-tops-et-les-flops-de-la-redaction.html

Merci de l'interêt que vous portez à MotorsInside.com.