Essais hivernaux Barcelone : que retenir de la première semaine ?

Quatre jours d'essais sur le circuit de Catalogne pour lancer la saison 2019 : les premiers tours de roue nous livrent déjà quelques enseignements.

Enfin ! 82 jours après les ultimes essais privés de 2018 à Abu Dhabi, le monde de la Formule 1 s’est retrouvé à Barcelone pour ouvrir un nouveau chapitre, celui de la 70e saison de l’histoire de la discipline.
Sur le circuit de Montmelo, 4 270 tours ont été parcourus par 21 pilotes différents. La première tendance ? Des temps déjà très intéressants en vitesse pure. Si les nouvelles règles de 2019 promettaient des voitures plus lourdes et plus lentes, les ingénieurs ont déjà rattrapé le retard annoncé. Mieux, toutes les équipes ont réalisé un meilleur chrono qu'en 2018 à la même époque ! Et si Nico Hulkenberg et Renault s’emparent du meilleur temps absolu de la semaine, la Scuderia Ferrari se place en référence.

Ferrari en cible

L’histoire se répète. Comme sa devancière, la SF90 est la meilleure voiture du plateau à l’issue des premiers tests de la saison. Les hommes désormais dirigés par Mattia Binotto ont épaté, avec un chrono réalisé en pneumatiques tendres par Charles Leclerc le quatrième jour (1:18.046, le jeudi). Une performance à mettre en lumière par rapport aux principaux adversaires, équipés des mêmes gommes : le Monégasque devance de sept dixièmes la Red Bull de Pierre Gasly (1:18.780), une seconde et demie pour l'écart sur la Mercedes de Valtteri Bottas (1:19.535) ! Pour ses débuts chez Ferrari, Charles Leclerc a épaté par sa capacité d’adaptation, à bord d’une voiture qu'il a lui-même qualifié de “facile à conduire”
D’ailleurs, le manufacturier Pirelli a vendu la mèche, via ses datas : si Ferrari avait chaussé les gommes les plus tendres, le meilleur temps se serait situé entre 1:16.800 et 1:16.900, soit cinq dixièmes devant celui d'Hulkenberg.

Autre signe de bonne santé de l’écurie italienne, des longs relais qui ont attiré l’attention, jusque chez Mercedes. La bataille psychologique a d'ailleurs déjà commencé : si Lewis Hamilton a déclaré aux médias que "cette saison sera le challenge le plus difficile depuis son arrivée chez Mercedes", Charles Leclerc parle de "bluff" et de certaines équipes "en gardant sous le pied", sans faire référence au team allemand.

Mercedes cache-t-elle son jeu ?

Le tenant du titre est entré en douceur dans cette nouvelle saison, en se concentrant d’abord sur l’accumulation des kilomètres (2840 et 610 tours, soit la meilleure équipe du plateau) et la récolte des datas. Mais ni Hamilton ni Bottas n’ont décroché le meilleur temps de l’une des quatre journées. Il a fallu surtout attendre jeudi pour voir la W10 accélérer le rythme, avec les pneumatiques les plus tendres. Ce jour-là Valterri Bottas est quand même resté à six dixièmes de Nico Hulkenberg. Pas de quoi inquiéter visiblement pour l’écurie allemande, qui a fini en se concentrant sur des simulations course, d’autant que de nouvelles pièces vont arriver pour la deuxième partie des essais privés la semaine prochaine.
En revanche, les observateurs en piste ont quand même noté quelques problèmes d’équilibre sur la voiture, notamment lors du tout dernier relais de Bottas le jeudi.

That’s a wrap! The first winter test comes to a close in Barcelona! 🏁

Another strong day of running for our boys and W10! 115 laps in total today! 💪

See you next week, @Circuitcat_eng 👋#F1Testing pic.twitter.com/8W1e1uuw44

— Mercedes-AMG F1 (@MercedesAMGF1) 21 février 2019

Les bons débuts de Red Bull avec Honda.

Le pari est osé mais jusque-là l’écurie autrichienne s’en tire bien. Malgré des rumeurs sur des vibrations excessives, aucun problème de fiabilité n’est pas à souligner avec le nouveau moteur, en témoigne les 475 tours parcours, un bilan acceptable dans la moyenne des autres équipes. Après la performance pure le premier jour, le team de Christian Horner s’est ensuite concentré sur les longs relais, en remplissant les différents programmes. Bien placé pour parler du motoriste japonais, le nouveau venu Pierre Gasly souligne des progrès par rapport à sa Toro Rosso de l'an passé. Mieux encore, l’aérodynamique serait aussi au rendez-vous, avec un aileron avant à fort potentiel. Helmut Marko voit même son équipe "devant Mercedes pour l’instant".

Pierre Gasly en piste au volant de la RB15 📸🇫🇷#F1 #F1Testing 🇪🇸 pic.twitter.com/mm5SUJtmJT

— Secteur F1 🏎🇫🇷 (@Secteur_F1) 19 février 2019

Qui émerge dans le milieu de tableau ?

Illusion ou véritable révolution, les chronos en performance pure nous donnent un top 4 composé d’une Renault, deux Toro Rosso et d’une Alfa Romeo. Alors, si il est impossible de connaitre la quantité d'essence embarquée, il n’empêche. Le circuit de Catalogne est un juge de paix et ne laisse pas la place aux résultats approximatifs. On peut donc au moins supposer que quelques écuries du milieu de tableau ont fait un bond en avant.

Parmi elles, Renault. En avance sur ses rivales à la fin de 2018, l'écurie française se réjouit des progrès de son moteur, validés par le meilleur temps de Nico Hulkenberg et la satisfaction de Daniel Ricciardo, habitué à évoluer avec un groupe propulseur français dans le dos. Quelques progrès sont quand même encore à réaliser, notamment du côté du MGU-K qui se coupe trop tôt en fin de ligne droite. Sans oublier l'instabilité constante à l'arrière (un défaut qu'avait la voiture précédente), ou encore un problème de DRS les deux premiers jours...

Hulkenberg's car recovered - we're into our final hour of running!

The good news? Another 3️⃣2️⃣ hours to come next week 🙌#F1 #F1Testing pic.twitter.com/SCheUXu0SF

— Formula 1 (@F1) 21 février 2019

Mais l'écurie française n'est pas la seule à avoir des motifs d'espoir. Pour sa deuxième année de collaboration avec Honda, Toro Rosso a commencé du bon pied, avec un meilleur temps surprise le jeudi, réalisé par le revenant Daniil Kyvat. Rookie, son équipier Alexander Albon a quant à lui dépassé les attentes de son équipe, avec une deuxième place au tableau final, à moins de trois dixièmes de Nico Hulkenberg. Autre équipe qui monte, Alfa Romeo, avec une voiture bien équilibrée et rapide, conduite par Kimi Raikkonen et Antonio Giovinazzi.

Chez Mclaren, les chronos sont un peu moins performants, mais l'écurie anglaise s'est fait remarquer pour sa discrétion et la longueur de ses relais avec un même train de pneumatiques. Lando Norris est quand même allé de sa petite faute lors du dernier jour, avec une sortie dans le bac à graviers.

Sortie de piste de Lando Norris au volant de la McLaren, qu'il a plantée dans le bac à graviers #F1 pic.twitter.com/xh2YtBKFPR

— Grégory Demoen (@GregF1i) 21 février 2019

Qui est en difficulté ?

Un peu plus en retrait, Racing Point et son faible nombre de tours en piste, 248 pour le nouveau duo Perez-Stroll. L'écurie née sur les cendres de Force India a adopté une approche conservatrice, dû au manque de pièces présent dans le garage. Les gros développements sont surtout attendus pour Melbourne.
Chez Haas, on souffre des nombreux soucis électriques de la VF-19, qui ont causé plusieurs immobilisations en piste. Coïncidence ou non, l'écurie américaine n'a pas sorti ses pneumatiques les plus tendres, même si on décèle déjà une pointe de vitesse intéressante.

🚩Drapeau rouge🚩

La Haas de Romain Grosjean arrêtée en piste pour la troisième fois de la journée... 🤔#F1 #F1Testing 🇪🇸 pic.twitter.com/NfHZdvb0f0

— Secteur F1 🏎🇫🇷 (@Secteur_F1) 20 février 2019

Des soucis quand même bien loin de Williams, la vraie équipe en difficulté de ce début de saison, preuve à l’appui avec une mise en piste de la FW42 retardée de deux jours et demi. Déjà dernière voiture en terme de performance en 2018, la saison 2019 s'annonce encore bien longue du côté de Grove, avec 88 petits tours engrangés. Maigre consolation : l'écurie anglaise a accumulé 100 kilomètres supplémentaires, ce vendredi lors d'une journée de tournage publicitaire autorisée en début de saison. Difficile dés lors d'évaluer le néophyte George Russell et le revenant Robert Kubica, tous les deux bien au fond de la classe.

And here’s what the overall times look like after four days of #F1testing @Circuitcat_eng #Fit4F1 pic.twitter.com/XYYOhoJBfZ

— Pirelli Motorsport (@pirellisport) 21 février 2019



Voilà donc pour la première photographie de cette saison 2019. Si Ferrari et Mercedes n'ont pas dominé le classement général, il convient de rester prudent avec ces chronos. De nouveaux éléments de réponse arriveront dés la semaine prochaine : les pilotes rouleront de mardi à vendredi pour la deuxième session de ces essais d'avant-saison à Montmelo.

Publié le 22/02/2019 à 18:12:46.

Retrouvez l'article original sur : http://www.motorsinside.com/f1/2019/actualite/23142-Essais-hivernaux-Barcelone-que-retenir-de-la-premiere-semaine-.html

Merci de l'interêt que vous portez à MotorsInside.com.