Vettel, sur sa pénalité : “ils nous ont volé la course !”

Destitué de sa victoire après ses cinq secondes de pénalité, Sebastian Vettel n'a évidemment pas mâché ses mots contre les commissaires... tout en joignant la parole aux actes, en inversant les panneaux de premier et deuxième à l'arrivée : sans aucun doute le moment fort de ce Grand Prix du Canada !

Voici la polémique de ce dimanche à Montréal : la pénalité de 5 secondes adressée à Sebastian Vettel au 58e tour de course, qui lui coûte la victoire au détriment de Lewis Hamilton. Poleman le samedi, le pilote de la Scuderia Ferrari semblait avoir fait le plus dur en course, après avoir résisté à son rival, au départ, sur le premier relais en médiums et le début du second, en durs, commencé au 27e tour. De plus en plus en difficulté avec ses gommes dures, Vettel était menacé par Hamilton, au DRS à partir du 41e tour. Le leader provisoire en remettait une couche, avec un meilleur tour au 42e passage, avant de craquer !

La 48e boucle fut effectivement fatale à ses ambitions : en survirage, l'ancien pilote Red Bull ratait le freinage du 4e virage. Passé par l'herbe, Vettel revenait en piste, de justesse devant Hamilton, en le tassant sur la droite de la trajectoire, le long du mur. Obligé de freiner, le Britannique évitait l'accrochage, non sans mécontentement. Naturellement, la FIA ouvrait une enquête... Si l'action semblait surtout un fait de course, les commissaires prenaient une décision lourde de conséquences dix tours plus tard : une pénalité de 5 secondes pour Vettel ajoutée à son temps de course ! Le point de bascule d'une fin de course épique...

Race. Defining. Moment. 📽️#CanadianGP 🇨🇦 #F1 pic.twitter.com/053sau3we1

— Formula 1 (@F1) 9 juin 2019

« Où devais-je aller ? »

La fin de Grand Prix de Vettel fut forcément un calvaire, en tête mais incapable de distancer Hamilton, et plutôt occupé à râler via sa radio, comme nous le montre ces échanges entre le pilote et Ricardo Adami, son ingénieur piste.

Adami à Vettel : « Nous avons une pénalité de cinq secondes pour un retour en piste dangereux. Garde la tête froide. »

Vettel : « Je n'avais nul part où aller. Sérieusement, je n'avais nul part où aller. Je ne l'ai pas vu ! Quand vous allez dans l'herbe et que vous revenez en piste, on perd le grip ! Où devais-je aller ? J'avais de l'herbe sur mes pneus ! Il a décidé d'aller sur cette trajectoire : si il avait pris l'intérieur, il serait passé ! »

Adami : « Message reçu mais reste concentré. Il reste 10 tours ! »

Vettel : « Je suis concentré mais ils nous ont volé la course ! »

"Where am I supposed to go?"#CanadianGP 🇨🇦 #F1 pic.twitter.com/gWjWNmdOE4

— Formula 1 (@F1) 9 juin 2019

Finalement occupé à défendre son écart face à Leclerc, Vettel prenait quand même la deuxième place à l'arrivée, rouge de colère, avec ce message explicite.

« Non, non, non. Pas comme ça, non, non, non. Sérieusement, il faut être aveugle pour penser que l'on peut contrôler sa voiture une fois que l'on passe dans l'herbe. J'ai déjà eu de la chance de ne pas heurter le mur. Bon sang, où étais-je censé aller ? C'est vraiment une erreur. Je vous le dis, ce n'est pas juste. Merci quand même pour les encouragements. Grande course. Merci les gars ! »

Un échange accompagné par ce message de Mattia Binotto, le team principal de Ferrari, qui a immédiatement consolé son pilote via la radio : « Seb, tu as gagné la course sur la piste. C'est le plus important pour nous et l'équipe. Nous avons apprécié ton effort. Garde la tête froide et reste calme. »

« Ce n'est pas juste. Ce n'est vraiment pas juste ! Je suis en colère et vous savez pourquoi. Je m'en moque de ce que les gens disent ! » Sebastian Vettel



Forcément agacé, le quadruple champion du monde ne s’est pas présenté sur son emplacement réservé à la deuxième place en bout de pit lane, préférant s’arrêter au début de celle-ci, pour rejoindre l’hospitalité Ferrari et calmer ses esprits quelques instants. Quoi que : Vettel repassait devant l'emplacement du top 3... et inversait le panneau du premier et du deuxième devant la Mercedes d'Hamilton ! Une image insolite, qui fera date dans cette saison 2019.

Vettel revient pour changer les panneaux indiquant les positions 👀👀😮#F1 #CanadianGP 🇨🇦 pic.twitter.com/CZqo2wjNdJ

— Secteur F1 🏎🇫🇷 (@Secteur_F1) 9 juin 2019

Encore sous le choc, Vettel répétait cette phrase « Où devais-je aller ? » dans la cool room, devant un Hamilton désolé de son sort. Un peu plus froid sur le podium, Vettel complétait sa frustration, au micro de Martin Brundle, intimant d’abord le public de ne pas siffler Hamilton, mais plutôt « ceux qui prennent ces drôles de décisions », à savoir le collège de commissaires, encadré par Emanuele Pirro, ancien pilote d'Endurance et vainqueur des 24h du Mans à cinq reprises.

« Tout d'abord j'ai pris du plaisir pendant la course. Pour le reste j'ai tout dit. Demandez au public !
Lewis a eu beaucoup de respect ! Le public ne devrait pas huer Lewis. »


Le point de vue des vainqueurs !

De son côté, Lewis Hamilton défendait son point de vue, sur ce même podium :

« Quand vous revenez sur la piste, vous ne devez pas revenir directement sur la ligne de course. Vous devez le faire avec prudence. Ce n’est pas de chance (ndlr : pour Sebastian) mais c’est la course automobile. » Lewis Hamilton



Des propos appuyés par Toto Wolff un peu plus tard, au micro de Canal+: « il y a une règle qui dit que si tu sors de la piste, tu laisses une voiture d'espace. Mais ici ce n'est pas noir et blanc : c'est une décision 60-40 en faveur de Lewis pour nous, mais pour Ferrari, c'est forcément différent. Il faut respecter toutes les opinions ! »

Dans l'affaire, Vettel perd en tout cas deux points de pénalité sur sa licence pour cette action, en plus de ses cinq secondes de pénalité sur son classement final. Sur cette issue houleuse, retenons tout de même le geste fair-play d'Hamilton, qui a invité Vettel sur la première marche du podium de ce Grand Prix du Canada. Mais ici, la question n'est pas sur la rivalité entre les deux pilotes, qui ont beaucoup de respect l'un envers l'autre, mais sur le geste de la FIA. L'action méritait-elle vraiment ces cinq secondes de pénalité ? Le débat est ouvert, à tous les étages. N'hésitez pas à réagir à notre sondage, et indiquez votre position dans la rubrique des commentaires... dans le respect des règles !

Rivals on track ⚔️
Respect off it 🤝

There's room for two on the top step#CanadianGP 🇨🇦 #F1 pic.twitter.com/fZhua30FgC

— Formula 1 (@F1) 9 juin 2019

Publié le 10/06/2019 à 09:50:26.

Retrouvez l'article original sur : http://www.motorsinside.com/f1/2019/actualite/23372-Vettel-sur-sa-penalite-ils-nous-ont-vole-la-course-.html

Merci de l'interêt que vous portez à MotorsInside.com.