Verstappen : “si ce genre de dépassement n'est pas autorisé, je ne vois pas l'intérêt de piloter en Formule 1”

Le vainqueur du jour se défend suite à l’action litigieuse du 69e tour, qui lui vaut la victoire, pour l’instant ! De son côté, Charles Leclerc est très amer...

Voici la fin de course la plus épique de cette saison 2019 ! Remonté comme un coucou, Max Verstappen s’est débarrassé de Charles Leclerc pour s’emparer de la victoire, au 2e virage du 69e tour. Au DRS, le Néerlandais passait devant en force, en freinant tard, sans laisser d’espace à son adversaire. Cette action est la pomme de discorde d’un Grand Prix d’Autriche spectaculaire !

Pour sa part, Verstappen se défendait naturellement à sa descente de voiture, au micro de Martin Brundle :

Verstappen : « C’est viril mais si on ne peut pas faire ça, autant rester à la maison. Si ce genre de dépassement n’est pas autorisé, je ne vois pas l’intérêt de piloter en Formule 1. »



Quoi qu’il en soit, une telle fin de course était impensable, après un début de course compliqué, et un calage sur l’impulsion.«  Après ce départ, je pensais que la course est finie ! J’ai eu un plat sur mon pneu, mais j’ai quand même pu attaquer. Une fois l’arrêt passé, je volais », confiait le principal intéressé, qui s’est débarrassé successivement de Raikkonen, Norris, Vettel et Bottas, avant de s'attaquer à Leclerc. De quoi décrocher un large sourire sur le visage de Verstappen, vainqueur de son sixième Grand Prix en carrière. Avec un mot pour Honda, qui gagne sa première course comme motoriste depuis près de 13 ans : « nous avions une bonne vitesse en ligne droite pour dépasser. Je suis ravi pour l’équipe et Honda ! »

Verstappen crosses the line -

F1's youngest ever top-two finishers took it to the last lap #AustrianGP #F1 pic.twitter.com/wPRECyzYvm

— Formula 1 (@F1) 30 juin 2019

De son côté, Charles Leclerc ne cachait pas sa déception, en se mettant en retrait lors des festivités sur le podium. Clairement, le Monégasque faisait la tête, dépossédé de la victoire à deux tours de l’arrivée.

« Dans l’ensemble, la course était bonne. Mais j’ai eu plus de dégradation avec mes pneumatiques sur la fin, ce qui fait que Max a pu revenir.  »

Sur l'action litigieuse du 69e tour, le verdict de Leclerc est sans appel :

Leclerc : « Du côté de la voiture, c’était plutôt clair. J’étais à l’extérieur au tour précédent et c’était correct parce qu’il
(Verstappen) m’a laissé de l’espace à la sortie du virage. Mais il ne l’a pas fait le tour suivant et on s’est touché ! »



Guère apaisé, Leclerc confirmait sa déception au micro Canal+, dans le parc fermé :

« La course était plutôt bonne. On aurait pu rester un peu plus longtemps sur le premier relais... mais je suis énervé contre Max. Je laisserai quand même les commissaires décider. Nous verrons bien !
 »


Avant la décision définitive des commissaires, emmené par Tom Kristensen, c'est donc Red Bull qui cassait la belle série de Mercedes, invaincue en 2019 jusqu'à l'arrivée en Autriche. Pour Verstappen et Leclerc, tout se joue en fait à 18h, les deux pilotes étant convoqué par la direction de course pour s'expliquer sur l'action phare de ce Grand Prix. Si la jurisprudence de Montréal est appliquée, difficile pour Verstappen d'échapper à une pénalité de cinq secondes, qui le déposséderait de la victoire...

⚔️⚔️⚔️

After a fierce fight, this is how @Max33Verstappen took the lead from Charles Leclerc

The incident is under investigation, with both drivers summoned to the stewards#AustrianGP 🇦🇹 #F1 pic.twitter.com/lju989gxFN

— Formula 1 (@F1) 30 juin 2019


Publié le 30/06/2019 à 17:23:37.

Retrouvez l'article original sur : http://www.motorsinside.com/f1/2019/actualite/23426-Verstappen-si-ce-genre-de-depassement-n\est-pas-autorise-je-ne-vois-pas-l\interet-de-piloter-en-Formule-1.html

Merci de l'interêt que vous portez à MotorsInside.com.