Exclusif : un week-end avec Esteban Ocon

Sans volant de titulaire, Esteban Ocon maximise son année en tant que pilote-réserve de Mercedes afin de revenir encore plus fort la saison prochaine. Il nous a raconté comment se passe un week-end de course pour lui.

Lorsque Esteban Ocon nous accueille en tête-à-tête dans le motorhome de Mercedes en ce samedi midi, c'est après une petite nuit de sommeil. Mais n'allez pas croire que le Français a écumé les boites de nuit de la champêtre Styrie. Non si le jeune pilote a peu dormi, c'est qu'il fut mobilisé pour affiner les réglages de l'équipe dans le simulateur de Mercedes.

En effet, si les pilotes titulaires se rendent sur le circuit dès le jeudi, Esteban Ocon reste à l'usine de Brackley pour la première journée d'essais : « J'arrive à l'usine le vendredi matin pour suivre le débrief de l'EL1 et toute l'EL2. Je suis branché sur la radio du muret des stands. C'est comme si j'étais sur la piste. » C'est à ce moment-là que sa journée de travail commence puisqu'une fois que le débrief de la seconde séance d'essais libres a eu lieu, les ingénieurs de piste dressent un programme d'essais qu'ils souhaitent mener, en adoptant différents types de réglages : « Nous cherchons à avoir toutes les réponses possibles en vue de la qualification. C'est que nous faisons entre 17 heures et 2-3 heures du matin. »

Cependant, sa journée ne s'arrête pas là puisque c'est alors qu'il se dirige vers l'aéroport situé à une heure de route pour prendre le premier avion à destination de Vienne. Après avoir effectué les deux heures de route qui séparent la capitale autrichienne du Red Bull Ring, le jeune Normand est arrivé juste au début de la troisième séance d'essais libres pour voir si son travail nocturne avait porté ses fruits : « Dès que la voiture roule, je suis branché avec les écouteurs. Les ingénieurs me demandent souvent des petites choses car j'ai tout testé. Ils trouvent important de me demander mon feedback pour apporter des changements que ce soit sur la voiture de Lewis ou celle de Valtteri. »

Lorsqu'il est sur les circuits, il a cœur d'être immergé auprès des différents pôles d'ingénieurs qui peuplent le garage : « Récemment, j'ai passé beaucoup de temps avec le département pneumatiques. C'est le département où, en tant que pilote, on peut capter plein de choses. Aujourd'hui, ça fait peut-être 50% de la performance. Il est donc important d'en extraire le maximum. »

S'il est donc fortement mis à contribution dans la préparation technique, il est également sollicité pour les apparitions publiques avec les sponsors ou des interviews puisque cela permet de décharger les pilotes titulaires : « J'essaye de jongler entre ces événements et m'entraîner pour garder mon niveau physique. C'est comme si je roulais sauf qu'il y a encore plus de choses à gérer. »

Son programme est d'autant plus chargé qu'il a également noué une relation de collaboration avec Canal+, ce qui a contribué à sa connaissance du métier des médias dans le paddock : « J'ai toujours eu de bonnes relations avec les médias mais là de travailler directement avec eux, on se rend compte que ce n'est vraiment pas facile. Du coup, quand je reviendrai en piste, j'essayerai de leur faciliter un peu plus la vie » dit-il dans un large sourire.

Justement la question est de savoir dans quelle mesure il va pouvoir effectuer son retour en compétition. Si les discussions sont déjà en cours pour préparer la saison prochaine, Mercedes et lui ne travaillent actuellement que sur le fait de revenir en F1. Même si la firme à l'étoiles est présente dans d'autres programmes officiels, seule la F1 est actuellement évoquée.

De notre envoyé spécial à Spielberg

Publié le 01/07/2019 à 11:55:22.

Retrouvez l'article original sur : http://www.motorsinside.com/f1/2019/actualite/23431-Exclusif-un-week-end-avec-Esteban-Ocon.html

Merci de l'interêt que vous portez à MotorsInside.com.