> > > > Audi quitte le WEC et Le Mans

Audi quitte le WEC et Le Mans

Après 18 ans de présence au Mans, Audi a décidé de se concentrer sur d'autres activités en sports automobiles. Elle va donc quitter le WEC à la fin de l'année afin de se concentrer sur la Formule E.

© Audi - Audi va arrêter son programme de LMP1© Audi - Audi va arrêter son programme de LMP1

C'est donc une page qui se tourne, avec le départ d'Audi du championnat du monde d'endurance. Ce n'est pas une surprise puisque la firme aux anneaux n'est plus aussi dominante que par le passé.

Mais surtout, depuis deux saisons, elle doit faire face à la concurrence nouvelle de Porsche, qui fait partie du même groupe Volkswagen. Or en ces temps de crise aigue pour le groupe allemand à cause du scandale du Dieselgate, l'heure est aux économies à tous les niveaux. C'est pourquoi les deux marques n'avaient inscrites que deux voitures lors des dernières 24 heures du Mans, en lieu et place des trois traditionnellement alignées.

Mais ce n'est pour autant qu'Audi va abandonner les sports automobiles. Si la chimère d'une arrivée en F1 peut être écartée, la marque a décidé de renforcer son implication en Formule E, à travers l'équipe Abt. Ainsi pour cette saison 2016/2017, elle a déjà augmenté son investissement dans la discipline dans la perspective de devenir une équipe à part entière à terme.

Rupert Stadler, le président du conseil d'administration d'Audi, a ainsi déclaré : « Nous allons courir pour le futur de la puissance électrique. Etant donné que nos voitures deviennent de plus en plus électriques, nos voitures de sports automobiles, en tant que têtes chercheuses technologiques d'Audi, doivent également l'être. »

On peut donc constater que le championnat de voitures électriques est en train de réussir à faire venir de nombreux constructeurs. Elle en compte désormais quatre (Renault, Audi, DS, Jaguar), tout comme la F1 (Renault, Ferrari, Honda et Mercedes), sachant que BMW a commencé une première approche en forgeant un partenariat avec Amlin Andretti, avant une présence à 100%.

Par ailleurs, Audi va également conserver sa présence en DTM, indispensable pour sa visibilité sur le marché allemand puisque ses deux autres rivaux premium, BMW et Mercedes, y sont également.

Avec la participation de www.racingbusiness.fr


Audi Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




9 réactions sur cet article Donnez votre avis
Aifaim
Aifaim :
Audi va ainsi ouvrir le troisième chapître de sa présence en sport automobile mondial. Le rallye tout d'abord puis l'Endurance. Ces deux disciplines ont véhiculé une image de fiabilité qui convenait bien à la marque.

Le virage est important quant à la perception pour le public. Bien entendu, la technologie hybride est extrêmement pointue en LMP1 mais ce n'est pas ce que le spectateur lambda en retient, à tort, certes mais c'est ainsi. Audi va désormais mettre en avant ce savoir-faire technologique dans le domaine futuriste trop à la mode pour ne pas se laisser distancer par la concurrence.
Il y a 28 mois
Aifaim
Aifaim :
En passant au duel Porsche-Toyota, l'Endurance va-t-elle souffrir la saison prochaine ? Le Mans ? Pas vraiment : Toyota a très envie d'y amener trois voitures et Porsche pourrait faire cet effort, ce qui ramènerait à six les prétendants à la victoire, comme en 2016. Derrière, il y avait les LMP1 privées, c'est-à-dire surtout les deux Rebellion qui, faute d'une règlementation revue et améliorée dans les temps jettent (provisoirement ?) l'éponge en se rabattant sur le LMP2.

Là, pour qui suit l'Endurance, ce sera du grand spectacle : Avec des performances très améliorées, un niveau de pilotage rarement atteint par les meilleurs, j'ai des relents d'adolescence qui remontent en surface. 1967 : Ford/Ferrari et, derrière, les Porsche de la "petite catégorie" aux places d'honneur avec des pilotes déjà connus ou en devenir.

Le retrait d'Audi n'enlèvera pas grand-chose au WEC 2017 en attendant une quasi-équivalence (2018 ?) pour des LMP1 privées.
Il y a 28 mois
V6 Turbo
V6 Turbo :
Audi , constructeur leader mondial ne peut pas se contenter de la Formule E, du DTM voire du WRC. Vu le succès sportif et surtout commercial de Mercedes, Audi rêve secrètement de F1 mais les conditions actuelles ne sont hélas pas réunies pour un débarquement. Audi ne veut pas la jouer petit bras, rester second rôle durant deux ou trois saisons en entrant par la petite porte comme Renault et encore moins comme Honda. Leur philosophie est différente. Et puis y a pour l'instant trop d'incertitudes sur les instances dirigeantes de la F1, notamment sur les intentions encore floues du nouveau futur propriétaire et les difficultés à légaliser le process complexe de rachat avec Bernie. De nombreux recours en justice sont possibles surtout aux States, cela peserait inéluctablement sur la stabilité du système économique de la F1 et tout ce qui pourrait en découler.
Tout le monde sait qu'Audi a failli y aller pour de bon en annonçant fin 2015 son projet pour une mise en piste en 2017ou 2018. Les succès sportifs et commerciaux de son concurrent Mercedes lui ont donné des idées mais le diesel gate a tout fait capoter. Avec des "si", c'est à dire une motorisation à la hauteur, une équipe RB rachetable et pas de diesel gate l'affaire aurait probablement déjà été conclue il y a plusieurs mois.
Le groupe Audi-VW-Porsche dispose d'une cellule de veille technologique mais de là à se lancer dans le grand bain ils n'ont pas trouvé la bonne fenêtre. Quand on voit ce que Porsche a réussi avec son 2 litres en WEC, on ne peut pas s'imaginer qu'ils se seraient loupés d'emblée coté motorisation en F1 à l'image de Renault et d'Honda.
Audi sait bien que son image Premium mérite mieux qu'un demi-rôle en F1. La solution aurait pu venir du rachat d'une équipe de pointe mais les trois leaders verrouillent le marché.
S'associer à RB aurait été le meilleur choix sur le plan techno mais dans l'état des choses en 2015 c'était le mariage de la carpe et du lapin (à tous point de vue)sans compter que dans le panier il n'y avait pas de motorisation immédiatement efficace.
Aujourd'hui le problème reste le calendrier car prendre du retard sur cette première saison de F1 nouvelle formule sera un handicap très difficile à surmonter voire rédhibitoire pour pouvoir revenir avant 2020.
Je suis sûr qu'Audi prépare quand même quelque chose de top, de prestigieux, leur objectif est de susciter l'admiration via l'innovation tout en gardant un aspect luxury très sérieux indispensable à son image. Les paris sont lancés.
Il y a 28 mois
Aifaim
Aifaim :
La solution pourrait passer par Lamborghini pour les années de tâtonnement. Quant à l'équipe, le rachat est la solution la plus pratique et le choix est large.

Sauber sera un jour à revendre, Force India, Toro Rosso, Manor sont des cibles potentielles, sans compter qu'il est possible de créer une équipe comme l'a fait Haas. Avec les moyens technologiques, humains et financiers d'Audi, ce n'est pas utopique.



Il y a 28 mois
albert
albert :
Bravo aux motoristes Renault qui ont développé leur techno avec leur turbo classique que beaucoup de techniciens parmi vous ont critiqué. On voit le résultat.Quant à Audi, s'il ne vient pas ou plutôt s'il n'ose pas venir c'est qu'il n'est pas certain de gagner tout simplement
Il y a 28 mois
Aifaim
Aifaim :
Un malheur n'arrive jamais seul : Alors qu'on pouvait s'attendre à un sursaut d'orgueil à deux courses de la fin de son implication en WEC, Audi est totalement passé au travers des 6 Heures de Shangaï. Elles n'ont terminé que 5e et 6e, juste devant la CLM qui pour la première fois l'emporte sur la Rebellion, accablée de problèmes, en LMP1 privé,
La Porsche N°1 s'impose devant les deux Toyota qui ont laissé passer leur chance de remporter l'épreuve par un début de course incroyablement lent. 4e, la Porsche N°2 de Romain Dumas, Marc Lieb et Neel Jani devra patienter jusqu'au 6 Heures de Bahrein, le 19 Novembre, pour un sacre annoncé.

En LMP2, c'est fait : Signatec-Alpine est couronné, Nicolas Lapierre, a sagement assuré une 4e place qui apporte le titre à l'écurie française.
En GTE-am, ce sont deux autres Français, François Perrodo et Emmanuel Collard associés au portugais Rui Aguas qui héritent du titre. Leur avance sur l'Aston-Martin de Dalla Lana, Lauda et Lamy qui gagne pour la 4e fois consécutive cette saison, s'étant construite tout au long du championnat.

En GTE-pro, c'est un nouveau doublé des Ford auquel on a assisté, Tincknell et Priaulx devançant Pla et Mücke malgré les efforts de Bruni et Calado sur la Ferrari 488 GTE.

La course, pour qui se lève tôt était à suivre gratuitement, 6 heures en direct et en intégralité sur la 21 avec les commentaires de Henri Pescarolo et Paul Belmondo.
Il y a 27 mois
Aifaim
Aifaim :
Le retrait d'Audi ne laisse pas que les pilotes dans l'expectative : Reinhold Joest et toute son équipe se retrouvent sans programme à un moment bien tardif pour rebondir.

A priori, il n'aura pas l'autorisation - et l'argent - d'Audi pour poursuivre l'aventure avec le matériel 2016 ou 2017 pour courir sous ses propres couleurs.

Il a bien un rêve, celui de modifier le proto 2017 - qui est déjà construit - pour l'adapter à la législation LMP1 non hybride. Là encore, l'opération nécessiterait l'aval d'Audi, de l'argent, du temps mais des soucis techniques peut-être rhédibitoires.

En fait, la motivation de Joest, c'est de conserver son équipe sur un programme de très haut niveau afin d'être prêt pour les années suivantes.
Il y a 27 mois
Aifaim
Aifaim :
La saison du WEC vient de se terminer. 6 heures passionnantes à suivre avec un "happy end" pour les partants puisque Les deux Audi s'offrent un doublé.

Dans la maison d'à côté, Webber range définitivement (?) son casque alors que l'autre Porsche est championne du monde.

Le clan tricolore peut s'estimer satisfait :
- Romain Dumas champion du monde LMP1
- Signatec-Alpine remporte le LMP2 et doit beaucoup à Lapierre
- La Ferrari de Perrodo et Collard en font de même en GTE-am

Porsche et Toyota reprendront la tradition des duels au sommet et les LMP2 développeront 600 CV au lieu des 500 de cette saison. Les Oreca (ou pseudo) et les Ligier verront les Dallara et Riley prendre la place des BR et autres Gibson ou Morgan.

En GTE-pro, la nouvelle Porsche va secouer la hiérarchie, rôle qui sera dévolu à la Ferrari 488 GTE en GTE-am.
Il y a 27 mois
Aifaim
Aifaim :
C'est l'espoir que l'on n'attendait plus : Les Audi auront peut-être la possibilité de courir en WEC en 2017.

La décision du groupe VW de stopper ses programmes WEC (Endurance hybride) et WRC (rallye) a laissé les disciplines orphelines mais aussi des voitures quasiment prêtes à courir en 2017 au garage. Gâchis !

Or, Wolfgang Durheimer, le patron du sport au sein du groupe VW vient d'entrouvrir la porte : Toutes les voitures pourraient être confiées à des équipes à condition que cela ne coûte pas un sou au groupe.

Pour le championnat mondial des rallyes, les sollicitations sont fortes. Pour le championnat du monde d'Endurance, c'est plus compliqué car les voitures réclament un environnement de haute technologie qu'un privé ne peut avoir... Sauf si c'est Reinhold Joest. L'associé depuis le début au programme Audi est actuellement à la recherche d'un programme pour son équipe désormais au chômage technique.
Il ne lui reste plus qu'à trouver un sponsor avec un stylo et un gros chèquier...
Il y a 26 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.