> > > > 6 heures de Spa-Francorchamps - Doublé Toyota dans un mouchoir de poche

6 heures de Spa-Francorchamps - Doublé Toyota dans un mouchoir de poche

A l'occasion de la seconde course de l'année, Toyota l'a de nouveau emporté à Spa-Francorchamps. C'est la numéro 8 de Sébastien Buemi, Anthony Davidson et Kazuki Nakajima, qui a raflé la mise, moins de deux secondes devant sa consoeur numéro 7 de Kamui Kobyashi et Mike Conway.

Copyright et légendeCopyright et légende

La montée en puissance vers les 24 heures du Mans du mois prochain se poursuit. Ainsi le rendez-vous à Spa-Francorchamps était la dernière occasion pour Toyota et Porsche de se mesurer l'un à l'autre en conditions réelles de course avant la grande épreuve sarthoise.

A cette occasion, Toyota a décidé d'aligner sa troisième voiture, dans la configuration aérodynamique du Mans, alors que les deux voitures titulaires sur l'ensemble de l'année étaient, elles, équipées de la configuration davantage chargée afin de mieux répondre aux exigences du circuit belge. Les deux Porsche étaient elles déjà totalement tournées vers la Sarthe et adoptaient, comme à Silverstone, le package allégé.

A l'occasion des qualifications, si la Toyota n°7 a été en mesure de signer le meilleur temps absolu, c'est bien la Porsche n°1 qui était en pole position puisque c'est la moyenne du meilleur tour des deux pilotes qui est prise en compte. Cette Porsche, pilotée par le trio Neel Jani, André Lotterer et Nick Tandy, devançait ainsi sur la grille les trois Toyota et la Porsche n°2.

Mais la bataille était lancée dès le passage des deux verts puisque Stéphane Sarrazin lançait les hostilités dès le premier virage, en tentant de passer la concurrence à l'intérieur du virage de la Source. Cependant, le Français est arrivé un peu trop fort et a été contraint d'utiliser la zone de dégagements, ce qui a permis à la Porsche n°1 de conserver son bien.

Cependant, Mike Conway était bien décidé à laisser derrière lui la mésaventure de Silverstone (où José Maria Lopez était sorti à haute vitesse). Ainsi il prenait la tête dès le 10ème tour tandis que Sébastien Buemi imitait son coéquipier et était en mesure de prendre le meilleur sur la Porsche trois tours plus tard.

Rien ne semblait pouvoir empêcher la n°7 de se détacher de la concurrence, y compris de ses coéquipiers. Mais la malchance a de nouveau frappé puisque son passage dans les stands a été perturbé deux fois par des neutralisations de la course. Alors que la Toyota de tête observait son arrêt à vitesse de course, ses poursuivants étaient en mesure de le faire alors que la vitesse maximale en piste était limitée à 80 km/h. Dans cette mésaventure, Mike Conway a perdu dans l'ensemble près d'une minute, ce qui a permis à la n°8 de prendre la tête.

Mais la lutte ne s'est pas arrêtée là et Kamui Kobayashi a attaqué pendant toute la dernière heure de course afin de revenir sur la tête. Néanmoins, il dût se résigner à se contenter d'une deuxième place, à moins de deux secondes de la tête. Sébastien Buemi était ainsi le premier à reconnaître qu'il n'était pas le plus rapide aujourd'hui : « Aujourd'hui, nous n'étions pas la Toyota la plus rapide. La voiture n°7 méritait davantage de gagner. Ils ont perdu tellement de temps lors des neutralisations de course. Notre voiture n'était pas aussi rapide. C'est donc agréable de gagner, même sans être le plus rapide. C'est peut-être un bon signe. »

Derrière, Porsche a connu divers incidents sur sa voiture n°2, à commencer par une crevaison lente. Plus tard, Brendon Hartley partait au contact avec une LMP2, ce qui l'obligeait à un changement de museau avant et lui faisait perdre du temps supplémentaire. Au final, elle est parvenue à occuper la troisième marche du podium, à 35 secondes de la tête.

Quant à la Toyota n°9, l'objectif était à la fois de récupérer des données sur le package aérodynamique. Mais surtout de familiariser Yuji Kunimoto avec la gestion du trafic, une notion indispensable en WEC. Le jeune Japonais effectuer également sa première course sur le circuit belge. La performance absolue n'était donc pas au cœur des préoccupations.

Les données seront ainsi exploitées lors du prochain essai de 30 heures, qui aura lieu sur le circuit de Motorland, avant les essais menant aux 24 heures du Mans. Une épreuve que Toyota abordera en tête des deux championnats et avec l'espoir d'enfin briser la malédiction qui pèse sur elle.


Endurance, et Spa-Francorchamps Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.