> > > > Toyota officialise sa présence aux 24 heures du Mans et en WEC

Toyota officialise sa présence aux 24 heures du Mans et en WEC

Il y aura bien un constructeur engagé en LMP1 la saison prochaine puisque Toyota a confirmé sa présence pour la super-saison 2018-2019.

© Toyota - Toyota va défendre sa pole position aux 24 heures du Mans© Toyota - Toyota va défendre sa pole position aux 24 heures du Mans

Après une désillusion à l'issue de la course de cette année, Akio Toyoda, le PDG du constructeur éponyme, avait juré que la marque japonaise serait de retour dans la Sarthe. Parole tenue puisqu'elle a officialisé aujourd'hui qu'elle serait bien présente la saison prochaine.

Il faut dire que Toyota est devenue une pièce incontournable du championnat d'endurance depuis que les deux marques du groupe Volkswagen, Audi et Porsche, ont décidé de quitter la scène sur fonds de Dieselgate et de coupes budgétaires. C'est pourquoi l'ACO et la FIA n'ont pas tardé à réagir en mettant en place une super-saison, qui se déroulera entre mi-2018 et mi-2019 et qui a le mérite de proposer deux éditions des 24 heures du Mans dans la même saison.

Mais le principal point d'interrogation du constructeur était que la nouvelle réglementation technique LMP1 non hybride ne soit pas trop favorable par rapport à l'hybride. Rassuré sur le sujet, il a officialisé sa présence par l'intermédiaire de son président en personne : « Cette année, nos voitures étaient extrêmement rapides sur les routes du Mans. Mais elles n’ont pas eu la résistance nécessaire pour tenir un tel rythme pendant 24 heures. Tout en voulant offrir aux automobilistes des voitures qui donnent envie de conduire, j’ai clairement réalisé que nous avions encore un long chemin à parcourir... Nous regrettons vraiment le retrait de notre rival, dont la présence créait une saine émulation technologique sur les routes du Mans. Pour autant, le Championnat du monde d’endurance reste à nos yeux un banc d’essai idéal, avec ses différentes catégories qui courent en même temps et surtout Le Mans, où la bataille dure 24 heures et emprunte des routes publiques. C’est donc un excellent moyen d’atteindre notre objectif : des voitures plaisantes à conduire pour les 100 prochaines années. »

Par contre, Toyota n'a pas levé le voile sur ses équipages, qui devraient prendre le volant de deux voitures pendant toute la saison. Un nom qui revient de manière insistante est celui de Fernando Alonso, toujours omnibulé par la conquête de sa Triple couronne (titre de champion du monde de F1, 500 miles d'Indianpolis, 24 heures du Mans). Sa confirmation devrait avoir lieu en même temps que le reste des pilotes, en janvier prochain.

Avec la participation de www.racingbusiness.fr


Endurance, Toyota Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




2 réactions sur cet article Donnez votre avis
Aifaim
Aifaim :
Toyota fera la super-saison WEC pour courir au Mans. C'est le règlement. On ne peut venir en Sarthe que si on participe à un championnat FIA, le WEC, IMSA, ELMS ou Asian Le Mans Séries. Or, la Toyota hybride n'est éligible qu'en WEC.
Je pense - et souhaite - que l'ACO n'octroie pas une 3e voiture pour les 24 Heures. Cela deviendrait la chronique d'une victoire annoncée face à une opposition aux moyens infiniment plus limités, même si elle restera toujours capable de profiter des problèmes que Toyota rencontre systématiquement en Sarthe.
Alonso ? Ce pourrait être un joli chantage : Sa présence qu'à condition d'un 3e engagement. Ce ne serait pas un avantage pour le pilote McLaren : Deux voitures à battre au lieu d'une au sein de l'équipe... Pas évident !
Même si elle sera moins performante et la plupart du temps moins homogène du côté des équipages, l'opposition s'étoffe : Trois Bar, deux Rebellion, une ByKollès, quatre Ginetta, Le Mans fera le plein en qualité et en quantité dans toutes ses catégories.
Il y a 28 jours
Aifaim
Aifaim :
LE PROGRAMME DANTESQUE D'ALONSO
Si Alonso dispute les 24 Heures du Mans en 2018, son agenda sera très chargé. Personnellement, je le trouve même franchement déraisonnable s'il court en parallèle les Grands Prix de Formule 1.
10 juin : Grand Prix du Canada
NB. Il rate les essais préliminaires des 24 Heures
13 et 14 Juin : essais chronométrés Le Mans
16 et 17 Juin : 24 Heures du Mans
22 au 24 Juin : GP de France
29/06 au 01/07 : GP Autriche
06 au 08/juillet : GP Grande-Bretagne

CINQ week-ends de course consécutifs auxquels il faut ajouter les transports, les obligations médiatiques, etc...

Tout Alonso qu'il soit par le talent, il travaille et Le Mans, pour un débutant en demande beaucoup qu'il n'effectuera que très partiellement. Un circuit de 13 km réclame d'enregistrer des dizaines de repères qu'il faudra identifier au millième de seconde, de jour comme de nuit. Le fait que la semaine du Mans se déroule plutôt au début de ce marathon plaide en sa faveur, que le GP suivant soit en France est aussi une économie de transport

Alonso en aura un aperçu à Daytona - à suivre absolument ! - dans un trafic très hétérogène de professionnels et d'amateurs, d'écart de performances entre les voitures engagées. Il devra en tirer les conséquences sur la préparation nécessaire pour courir dans la Sarthe mais aussi pour remporter l'épreuve. Le Mans comporte tant d'aléas, réserve tant de surprises qu'il peut, bien sûr, tenter sa chance... Hülkenberg ? Oui mais il n'avait pas cinq semaines non stop
Il y a 26 jours
Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.