> > > > Saison WEC 2020/2021 : le calendrier dévoilé

Saison WEC 2020/2021 : le calendrier dévoilé

Le directeur général du WEC Gérard Neveu a rendu public le calendrier de la saison 2020/2021. Shanghaï disparait tandis que Monza et Kyalami arrivent.

© FIA WEC - Les LMP1 n'auront pas l'occasion d'aller à Kyalami et Monza© FIA WEC - Les LMP1 n'auront pas l'occasion d'aller à Kyalami et Monza

Présent à Kyalami à l'occasion de la finale de l'Intercontinental GT Challenge au début du mois, Gérard Neveu avait flashé sur le circuit sud-africain. Le directeur général avait souligné l'engouement des fans et la très belle organisation de la course. Très vite, les spéculations allaient bon train sur son intégration au championnat du monde d'endurance. Le circuit était même pressenti pour remplacer la manche annulée de Sao Paulo en février 2020.

Si on ne verra pas Kyalami cet hiver, le circuit a bien été intégré au calendrier du WEC 2020/2021, dévoilé aujourd'hui. Ce sera la première saison de la nouvelle catégorie Le Mans Hypercar.

Une nouveauté Kyalami ? Pour le WEC et les plus jeunes, oui. Mais le tracé sud-africain très apprécié reste dans les mémoires des plus anciens. Il a en effet fait partie du championnat du monde des voitures de sport (WSC) en 1983 et 1984, à l'époque du Group C et des mythiques Porsche 956 et Lancia LC2, qui ont chacune remporté une édition.

Un autre mythe va faire son retour, le circuit de Monza. Le Temple de la vitesse a connu les grandes heures du championnat du monde des voitures de sport, jusqu'à la mort de la compétition en 1993. La dernière édition avait d'ailleurs vu la victoire de la Toyota TS010 de Geoff Lees et Itochi Ogawa. Le seul succès de la marque japonaise dans l'histoire du WSC.

Si Kyalami remplace logiquement Sao Paulo, l'apparition de Monza est plus étonnante car c'est au détriment de Shanghaï, un circuit toujours au programme du WEC depuis sa création en 2012. A noter qu'il n'y aura plus de courses de quatre heures, très critiquées par les fans mais aussi certains pilotes, car trop courtes.

« Quand vous avez une liste qui inclut Silverstone, Monza, Fuji, Bahrain, Kyalami, Sebring, Spa et, bien sûr, Le Mans, vous êtes dans le cœur de l'histoire et l'héritage des courses d'endurance, son présent et son futur » a déclaré Gérard Neveu. « Le calendrier est aussi très bon pour notre plan de route puisqu'il donne à nos équipe le forfait le plus efficace possible. On espère qu'il va rendre nos compétiteurs et fan très heureux.  »


Endurance, Calendrier et 2020 Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




1 réaction sur cet article Donnez votre avis
Aifaim
Aifaim :
La disparition des épreuves de 4H permet de se démarquer d'autres séries, en particulier l'ELMS (European Le Mans Series) qui accueille des LMP2 et des GTE-am.

D'éventuelles mauvaises langues ajouteront que c'est aussi l'opportunité d'économiser (au moins) une course annexe toujours chronophage (essais, qualifications) mais aussi dévoreuse d'espace toujours trop exigu !
Il y a 2 mois
Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.