F1 - Quel avenir pour le Grand-Prix d'Australie ?

F1 - Quel avenir pour le Grand-Prix d'Australie ?

Depuis quelques années, nul autre Grand-Prix de Formule Un ne fait autant débat que celui d’Australie, disputé dans l’Albert Park de Melbourne.      6 réactions

Logo Mi Redaction
Rédigé par
Bernie Ecclestone ne sera pas dans le paddock à Melbourne
Bernie Ecclestone ne sera pas dans le paddock à Melbourne
« A chaque fois que je viens ici, nous assistons à ce débat, toute cette discussion contre le Grand-Prix, et nous ne voyons ça nulle part ailleurs » constate David Coulthard dans les colonnes du Herald Sun.

En effet, bien qu’ayant enregistré, en 2010, avec ses 305.000 spectateurs, sa meilleure affluence depuis 2005, le Grand-Prix d’Australie est loin d’atteindre les 400.000 spectateurs de 1996 ou encore des 360.000 personnes venues assister à la course de 2005. Résultat, le Grand-Prix d’Australie affichait, en septembre dernier, un déficit record de 49 millions de dollars, soit 10 millions de plus qu’en 2008 et 2009, et près du double des pertes enregistrées en 2006.

Pour Craig Ingram, parlementaire de l’état de Victoria, ces pertes sont « outrageuses » et l’organisation du Grand-Prix tourne à la « plaisanterie » : « […] On lutte pour subventionner les services de santé, l’éducation, […] pour des routes et d’autres infrastructures, et nous renflouons une course de milliardaires […] : je pense qu’il faut revoir nos priorités ».

Tim Holding, un des ministres de l’état, invite quant à lui, à prendre plus de recul : « [Le Grand-Prix] a été vu par près de 12.8 millions de personnes en Europe cette année et l’exposition médiatique massive a contribué à nous construire une réputation mondiale. »

Si la Formule Un constitue en effet une excellente vitrine pour la ville de Melbourne et l’Etat de Victoria, son organisation pose cependant deux problèmes majeurs.

Tout d’abord, le Grand-Prix se dispute sur un circuit temporaire qu’il convient de monter et démonter chaque année, ce qui coûte nécessairement plus cher que s’il se disputait sur un circuit permanent. C’est pour cette raison que des solutions alternatives ont été envisagées soit sur le circuit de Calder Park, proche de Melbourne, qui dispose d’un accord avec la Fédération Australienne de Sport Mécaniques et l’état de Victoria, soit sur un nouveau tracé construit près de l’aéroport d’Avalon, à Melbourne. Or, pour Ron Walker, le promoteur du Grand-Prix, « seul l’Albert Park met réellement en avant la ville de Melbourne »

Mais le Grand-Prix d’Australie est aussi victime de sa situation géographique et du décalage horaire. Si pour de nombreux fans, un Grand-Prix de Formule Un à 4h du matin a une atmosphère particulière et un goût d’exclusif, pour Bernie Ecclestone, il s’agit d’un manque à gagner considérable. Ainsi le grand argentier de la Formule Un a-t-il saisi la balle au bond en négociant une prolongation du contrat du Grand-Prix sous condition du report du départ à 17h, permettant un horaire de diffusion plus décent en Europe. Mais l’édition 2010 s’était terminée à la tombée de la nuit alors que le circuit d’Albert Park n’est pas équipé d’un dispositif d’éclairage, offrant ainsi une nouvelle dimension au débat sur l’avenir du Grand-Prix. Pour Bernie Ecclestone, Melbourne doit accueillir une course de nuit mais pour les autorités locales, cela ne ferait qu’augmenter les frais d’organisation.

« Le problème avec l’Albert Park, c’est qu’il s’agit d’un parc de 300 hectares et qu’une course nocturne nécessite d’éclairer, non seulement la piste, mais aussi le reste du parc pour assurer une sécurité maximale. Trop cher. Mais le coût de construction d’un circuit à cet effet […] est tout aussi intenable. » déclarait en janvier dernier le maire de Melbourne, Robert Doyle, qui doit déjà faire face aux revendications « écologistes » des défenseurs de l’Albert Park.
Pour Doyle, la solution serait de maintenir le Grand-Prix là où il se trouve, mais « cela nécessiterait qu’Ecclestone admette que le Grand-Prix d’Australie ne se disputera jamais de nuit […]. »

« Amener le Grand-Prix à Melbourne […] devrait rester comme un coup de génie. L’état de Victoria était la cinquième roue du carrosse depuis des années. La ville était en plein marasme » reconnait Robert Doyle qui ne se fait cependant pas d’illusions sur l’avenir du Grand-Prix.

« Je sais qu’aucune ville n’a jamais volontairement rejeté un Grand-Prix, mais Melbourne peut-elle être la première ? […] Nous pouvons toujours dire que ça aura été 20 années fantastiques, les bénéfices pour la ville et l’état ont été énormes, mais le cycle arrive à son terme. »

Si pour Bernie Ecclestone, la Formule Un n’a « pas besoin de l’Australie », il n’entend cependant pas faire le premier pas vers une rupture de contrat.

« L’Australie est aussi importante pour nous que Monaco » déclare le britannique à l’agence Reuters. « Nous détesterions penser que nous puissions perdre l’Australie. […] Dans le cas de Melbourne, si le produit est trop cher pour eux, nous le comprenons et quand le contrat arrivera à son terme, […] nous ne forcerons personne à acheter un produit qu’ils ne veulent pas […] »

Toujours est-il que Bernie Ecclestone, qui avait prévu de venir à Melbourne ce week-end pour discuter de l’avenir du Grand-Prix, a préféré changer de destination à la dernière minute en se rendant à New-York où l’on subodore des négociations pour l’arrivée prochaine de la Grosse Pomme au calendrier de la F1. De quoi reporter à la saison prochaine le débat sur l’avenir du Grand-Prix d’Australie qui pourrait, cette année encore, enregistrer des pertes record malgré l’effet Mark Webber.


MelbourneEcclestone
     6 réactions

    Fab007, 23 Mar. 2011, 19:15

    La question reste celle de savoir si Melbourne peut se passer de la F1. Malheureusement, et je pense qu'on en est tous désolés, si on a si "peur"pour ce GP c'est justement parce que la F1 peut très bien se passer de Melbourne. On a bien vu que la F1 s'était passée de Spa, de Montreal (temporairement certes), moins récemment de Magny-Cours et d'Imola. Bref, ce n'est pas vraiment la perte d'un GP, qui se court de nuit pour les européens, qui va faire peur à Bernie. Melbourne est une ville qui a une renommée assez importante dans le monde du sport principalement construite autour de deux évènements planétaires majeurs : un tournoi du Grand Chelem en tennis et un Grand Prix de F1. La portée de ces deux évènements fait aussi fonctionner une économie parallèle rien qu'en matière de tourisme et de commerce. C'est une manne financière importante qui est, il est vrai pour la F1, largement contrebalancée par un déficit conséquent.


    nioulargo, 23 Mar. 2011, 19:48

    et si Bernie Ecclestone arretait de demander des sommes faramineuses aux organisateurs? Melbourse peut se passer de la Formule 1 ;la ville peut trouver d'autres sources de revenu il serait insencé de faire encore un grand prix nocturne.. Les grands prix nocturnes, je trouve cela insultant pour la Terre ! les passionés se lèveront toujours pour voir un gp en direct ou ils n'ont qu'à l'enregistrer....(on l'a toujours fait on peut continuer à le faire ) . Quant à la non visite de B.Ecclestone en Australie et son voyage aux US, je le mettrais plutot sur la ligne d'un petit chantage ou bien un moyen de faire parler les journalistes .... mais après tout je ne connais pas les intensions du Monsieur....


    Dino, 23 Mar. 2011, 20:12

    Ah mais bien sûr que c'est du chantage que ce changement de programme ! Maintenant, Bernie Ecclestone est là pour promouvoir la F1 et un GP à 4h du matin, même si ça a son charme, n'a aucune chance de conquérir des parts de marché.


    nioulargo, 23 Mar. 2011, 22:36

    @Dino@ tu as raison sur le role de Bernie Ecclestone , mais je ne suis pas d'accord avec la dérive qu'il donne à la F1. 4h du matin c 'est génant pour l Europe (et encore comme je l ai dit on peut se lever une fois par an pour un gp matinal) et cet horaire peut convenir au reste du monde. (qui peut etre un marché encore à conquérir):.


    Dino, 23 Mar. 2011, 22:47

    Melbourne c'est le révélateur du paradoxe de la F1 made in Ecclestone : une championnat international avec une audience principalement européenne et américaine ! Bernie ne cherche pas de nouveaux public, il cherchent des nouveaux marchés économiques, de nouveaux investisseurs, tout en cultivant le public traditionnel de la F1 !


    nioulargo, 23 Mar. 2011, 23:03

    tu n'as pas tord , pour le moment Ecclestone mise sur des pays émergeants où il trouve des investisseurs....A mes yeux, il détruit l'éthique de ce sport mais cela lui importe peu.


La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
Icon For Arrow-up