F1 - Monaco - Qualifications : Schumacher de retour, Webber en pole !

F1 - Monaco - Qualifications : Schumacher de retour, Webber en pole !

Au terme d'une séance âpre, c'est Michael Schumacher qui a signé le meilleur temps, devançant Mark Webber et Nico Rosberg. Le septuple champion du monde partira seulement sixième en raison de sa pénalité en Espagne et c'est donc Mark Webber qui héritera de la première place sur la grille. Lewis Hamilton et Romain Grosjean partiront en seconde ligne. Vettel est seulement dixième quand Button échoue en Q2.      38 réactions

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© Mercedes AMG
© Mercedes AMG
Malgré la météo pessimiste, c’est sous un grand beau que les qualifications de la sixième manche du championnat du monde vont débuter. Une séance qui devra être particulièrement bonne pour Michael Schumacher qui sera pénalisé de 5 places à la suite de son accrochage avec Bruno Senna à Barcelone mais surtout pour le dernier vainqueur en date, Pastor Maldonado, qui devra reculer de 10 places à la suite de son contact avec Sergio Pérez lors des Essais libres 3.

Q1 : Charles Pic et Jean-Eric Vergne ouvrent la piste. Maldonado prend provisoirement la tête en 1:19.773, rapidement devancé par Fernando Alonso en 1:17.128. A l’attaque Sergio Pérez touche le rail à la Piscine et détruit son pneu arrière gauche ainsi que sa direction. Le Mexicain immobilise sa Sauber à la Rascasse, le drapeau rouge est déployé à quinze minutes du terme de cette première partie de la séance. Alonso devance Vergne, Kobayashi, Ricciardo et Schumacher.

La séance reprend alors que certains pilotes de pointe n’ont pas signé de tour chronométré : les Red Bull, Button et Massa notamment. Hamilton et Schumacher améliorent et se classent respectivement deuxième et premier. Alonso s’intercale entre les deux hommes, avant que Rosberg ne prenne l’avantage en 1:15.929. Schumacher améliore d’un dixième. Massa et Maldonado sont derrière les deux Mercedes. Kobayashi touche le rail juste avant Sainte-Dévote.

A cinq minutes de la fin, les Lotus produisent leur effort : Grosjean se hisse dans le top 10 tandis que Raikkonen a plus de difficultés, en raison du trafic. Hulkenberg prend la tête en pneus super tendres (rouges) et en 1:15.418. Grosjean échoue à trois dixièmes, mais en pneus tendres.

Certains pilotes de pointe chaussent déjà les pneus super tendres, à l’image de Kimi Raikkonen en difficulté pour se qualifier en Q2 et Sebastian Vettel lui aussi dans une posture inhabituelle. Raikkonen revient à la sixième position et Vettel à la quatrième. A l’arrière, Kovalainen échoue à 40 millièmes de Vergne, dernier qualifié.

A noter que tous les pilotes sont dans les 107%. Pour mémoire, en qualifications lors de Q1, les pilotes doivent réaliser un temps inférieur à la limite des 107% : meilleur tour de Q1 auquel on ajoute 7%. Si ce n'est pas le cas, leur participation au Grand Prix est soumis à la clémence des commissaires. Si un pilote est hors des 107% à l'issue de Q1, il peut être autorisé à courir s'il a réalisé régulièrement des temps sous cette limite lors des trois séances d'essais libres.

Eliminés en Q1 : Kovalainen, Petrov, Glock, De la Rosa, Pic, Karthikeyan et Pérez.

Q2 : Vergne est le premier à s'élancer, en pneus super tendres, et signe un tour en 1:16.885. Rosberg prend vite le commandement, lui aussi en gommes rouges, en 1:15.022. Webber, Hamilton, Alonso et Schumacher ne parviennent pas à devancer l’Allemand.

Jean-Eric Vergne a touché le rail et abimé son aileron avant et sa suspension arrière droite. Il doit rentrer aux stands à basse vitesse, gênant la performance des autres pilotes, dont Massa qui est arrivé très vite et a dû slalomer entre les deux Toro Rosso. C’est à la sortie du tunnel qu’il a perdu sa voiture, à l’endroit où Rosberg et Pérez s’était accidenté l’an passé.

A six minutes du terme, les Lotus de Grosjean et de Raikkonen sont toujours en dehors du top 10. Le Finlandais ne parvient pas à améliorer suffisamment, alors que Grosjean est à la peine. Massa quant à lui n’a aucun problème puisque qu’il signe 1:14.911, et prend la tête. Il est le premier sous la minute 15 ce week-end. Vettel accroche la huitième place sortant Grosjean de Q3 provisoirement. Button est en dehors du top 10. Grosjean améliore et parvient à enfin se hisser parmi les meilleurs, en P8. La dernière place en Q3 va se jouer entre Vettel, Raikkonen et Button : le Finlandais fait mieux que le Britannique mais moins bien que l'Allemand, c’est donc le pilote McLaren qui fait les frais de cette Q2.

Eliminés en Q2 : Hulkenberg, Kobayashi, Button, Senna, Di Resta, Ricciardo et Vergne

Q3 : Pneus super tendres et pleine puissance, ils sont dix pour aller chercher une place, celle depuis laquelle 75% des vainqueurs sont partis à Monaco, la pole.

Rosberg prend la piste le premier, suivi par Maldonado et Hamilton. Le pilote Mercedes coupe son effort se sachant plus lent, Maldonado prend provisoirement la tête en 1:15.245. Grosjean améliore ensuite en 1:14.639. Schumacher échoue à quatre dixièmes. Rosberg améliore de 60 millièmes et se glisse en haut de la feuille des temps. Hamilton est à trois dixièmes, Webber le devance à un dixième de Rosberg. Après la première salve, Rosberg devance Grosjean, Webber, Hamilton et Schumacher. Les Ferrari et Vettel n’ont pas encore signé de temps.

Massa signe le huitième temps provisoire pour son premier tour, Raikkonen le sixième. Maldonado est intercalé entre les deux hommes. Alonso échoue au cinquième temps à quatre dixièmes de Rosberg. Webber prend le meilleur temps en 1:14.381, mais Schumacher coiffe tout le monde sur le poteau ! Le septuple champion du monde réalise la pole mais partira bien sixième en raison de sa pénalité en Espagne. Derrière lui, c’est Webber qui hérite de la première place sur la grille, suivi par Rosberg, Hamilton et Grosjean.

Résultats de la séance de qualifications du Grand Prix de Monaco 2012 :
PiloteEquipeTemps Q1Temps Q2Temps Q3Tours
1
SchumacherMercedes AMG1:15.8731:15.0621:14.301
22
2
WebberRed Bull1:16.0131:15.0351:14.381
19
3
RosbergMercedes AMG1:15.9001:15.0221:14.448
21
4
HamiltonMcLaren1:16.0631:15.1661:14.583
20
5
GrosjeanLotus F1 Team1:15.7181:15.2191:14.639
27
6
AlonsoFerrari1:16.1531:15.1281:14.948
22
7
MassaFerrari1:15.9831:14.9111:15.049
19
8
RaikkonenLotus F1 Team1:15.8891:15.3221:15.199
28
9
MaldonadoWilliams1:16.0171:15.0261:15.245
22
10
VettelRed Bull1:15.7571:15.234
24
11
HulkenbergForce India1:15.4181:15.421
17
12
KobayashiSauber1:15.6481:15.508
19
13
ButtonMcLaren1:16.3991:15.536
18
14
SennaWilliams1:15.9231:15.709
20
15
di RestaForce India1:16.0621:15.718
14
16
RicciardoToro Rosso1:16.3601:15.878
19
17
VergneToro Rosso1:16.4911:16.885
14
18
KovalainenCaterham F11:16.538
13
19
PetrovCaterham F11:17.404
13
20
GlockMarussia Virgin1:17.947
11
21
De la RosaHRT1:18.096
11
22
PicMarussia Virgin1:18.476
12
23
KarthikeyanHRT1:19.310
8
24
PerezSauber
2


QualificationGrand PrixMonaco
     38 réactions

    pepin, 26 May. 2012, 15:34

    bon c est la meillleure réponse à donner à certains idiots finis qui disent que Michael est un "has been". quand il a une voiture compétitive et une équipe qui ne fait pas d'erreur, il est encore et toujours au top..


    Gusgus, 26 May. 2012, 15:45

    Quelle qualif énorme, c'était prévisible vus les écarts sur les autres circuits. La perf' à remarquer, outre Schumacher, c'est Massa. Déjà, en Q2, on sentait qu'il était en forme. Sinon, on va dire que je suis tatillon - et on aura raison -, mais même si ça me réjouit, on ne peut pas, je pense, parler de pole pour Schumacher, tout au plus de meilleur temps. La pole, c'est le premier emplacement sur la grille, et ça reviendra - malheureusement ? - à Webber. C'est d'ailleurs, il me semble, la première fois que l'auteur d'un meilleur temps jugé légitime (pas comme le même Schumacher en 2006 sur ce même circuit, Alonso en Hongrie en 2007 ou encore Hamilton au dernier Grand Prix) est rétrogradé. Corrigez-moi - dans le sens premier du terme ! - si je me trompe.


    SebF1, 26 May. 2012, 15:59

    Superbe seance de qualifications, dommage que Massa n'ait pas terminé devant Alonso. Il a du se louper legerement en Q3, parce qu'il aurait été devant Alonso s'il avait refait son temps de Q2.


    Contre Les Jaloux, 26 May. 2012, 16:06

    Effectivement c'est bien la meilleure réponse apportée par MSC!!! J'ai un an de plus et nous avons couru en karting au même moment, j'ai suivi toutes ces courses,j'ai "décroché" quand il a pris sa retraite et je m'y suis remis depuis son retour;jamais un pilote ne marquera ce sport comme il le fait... 2e fortune sportive de tous les temps derrière TIGER Woods ce n'est pas un choix financier;depuis son retour il est critiqué pourtant c'est lui qui fait avancer Mercedes, comme il a fait avancer FERRARI qui a pu assoir sa suprématie avec lui. Bien évidement il peut être moins vite que les pilotes dont il pourrait être le pére mais il n'est jamais trés loin, les faits de course ont eu raison de ce premier quart de championnat mais si la gestion des pneus est enfin maitrisée il finira devant ROSBERG, et si la dynamique est en route il ira chercher une 8eme courrone en 2013... A tous les frustrés assis sur leur canapé et jaloux d'une telle réussite de la part d'un homme de 43 ans au physique d'athléte et avec une hygiène irréprochable: "ne gaspillez pas votre énergie à essayer de baver sur MSC"....vous n'êtes rien, vous n'avez jamais brillé dans rien alors que lui........ S'il devait arrêter aujourd'hui une simple pôle (oups, pardon, meilleur temps) il aurait déjà réussi son retour.


    Dino, 26 May. 2012, 16:15

    Alors, quand on critique Hamilton, on est des jaloux, quand on critique Schumi, on est des jaloux... En dehors de ça, vous avez d'autres arguments, vous savez, ceux qu'utilisent les personnes qui ont dépassé l'école primaire ? Je suis un fan de Michael Schumacher, c'est un pilote que je respecte, mais j'estime qu'il n'a plus sa place en Formule Un. Alors, on peut soit jouer les groupies enamourées, soit faire preuve d'un brin d'objectivité en disant que ce qu'il a fait aujourd'hui est fantastique, sans pour autant partir dans des déclarations à la limite de l'orgasme... Schumacher devant Rosberg et champion en 2013 : eh, mais il ne vient de faire qu'une pole position, faudrait pas voir à nous faire un pète au coeur !


    magic1960, 26 May. 2012, 16:32

    Salut tous le monde, pour commencer une standing ovation a Michael, sincèrement les amis on aimes la F1 pour ces moments-là, la nostalgie des années 90 me revient et c'est que du bonheur, secundo Felipe est un vrai con, il gêne Pastor dans son dernier tour rapide au niveau de l'épingle' dans le quel il était seulement à un dixième de Nico dans le premier secteur, alors que le vénézuélien c'est montré très professionnel dans le tour rapide de Felipe en accélérant jusqu'au tunnel pour le laisser passer proprement, il aurait pu finir facilement 5éme, tertio je trouve que Nigel était très dur avec Pasttor en le pénalisant de dix places sur la grille de départ, lui qui était ancien pilote il devrait savoir que c'est très difficile a Monaco même Laffite a trouvé cette décision injuste, maintenait si je me trompe svp corrigé moi merci .


    Bilo, 26 May. 2012, 16:32

    @ Gusgus Schumi n'ayant pas enfreint le réglement durant les qualifs, la pole est à lui et pour son palmarès.


    Bilo, 26 May. 2012, 16:34

    Et pour répondre à ta question, Gusgus, Raïkkonen a été victime de ce même "traaitement" à Monza en 2005 (changement de moteur).


    ZAle1991, 26 May. 2012, 16:34

    Gusgus : Räikkönen en 2005 perd sa pole à Monza pour un changement de moteur. Mais c'est vrai que je ne trouve pas trop normal que les pénalités se rapportent d'une course à une autre, dans la mesure où elle ne sanctionne pas un acte trop grave.


    Dino, 26 May. 2012, 16:44

    - ZAle1991 : Schumacher abandonne en Espagne, tu veux le pénaliser quand ? - magic1960 : Sincèrement, l'accrochage de Maldonado avec Sergio Pérez n'est pas excusable. Perez se pousse, mais il ne me pas non plus plier sa voiture en 4. Pastor le sait et doit donc en tenir compte, ce qu'il n'a pas fait. La victoire de Pastor ne doit pas faire oublier qu'il a parfois des comportement très égoïstes en piste. Rappelons qu'il a initialement été exclu à vie par les organisateurs du Grand Prix de Monaco suite à un accident en Worlds Series il me semble, où un commissaire avait été blessé. Encore une fois, on peut être fan et garder un peu de mesure. Quant à la gêne, on verra si Maldonado se plaint et s'il y a investigation, mais rappelons que nous sommes à Monaco les amis, que les rues font rarement plus de 6 mètres de large et qu'il n'est pas aussi facile de laisser la place qu'à Bahreïn ou Shanghaï.


    Gusgus, 26 May. 2012, 16:55

    @magic1960 : vous savez, il y a 23 autres pilotes à côté de Maldonado sur la grille. @Bilo : déjà, merci à vous et à ZAle1991 pour l'info sur Raikkonen. C'est sur la définition de pole qu'on n'est pas d'accord. Pour moi, et je pense, au sens littéral du terme, la pole position, c'est une position sur la grille et pas le meilleur temps en qualifs, bien que dans 99% des cas, les deux soient liés. Je ne pense pas vous apprendre quoi que ce soit en vous disant que le terme vient des courses hippiques où le cheval partant le mieux placé, car à l'intérieur du premier virage, était le plus proche du poteau ("pole" en anglais) marquant le départ de la course. Et pourtant, il n'y a pas de qualifs en course hiipique ! D'ailleurs pour Raikkonen en 2005 tant que pour Schumacher aujourd'hui, statsf1.com, qui est quand même une référence en termes de statistiques, attribue ces poles à Montoya et à Webber respectivement. @Dino : honnêtement, pourquoi pénaliser un pilote davantage alors que l'accrochage l'a tout autant pénalisé que l'autre pilote ? Même si on peut mettre au minimum 80% des torts sur Schumacher, il a lui même payé son erreur en étant contraint à l'abandon. N'est-ce pas déjà suffisant comme pénalité ?


    Dino, 26 May. 2012, 17:16

    @Gusgus Il y a un principe qui s'appelle la "réparation des dommages subis". Certes, Michael Schumacher a été pénalisé en abandonnant, mais il y a une question de responsabilité et de justice. Schumacher a été jugé responsable et il a été pénalisé en conséquence. Imaginons qu'un homme en blesse un autre volontairement. L'homme est lui aussi blessé dans l'attaque : on le laisse libre au prétexte qu'ils sont quites ? Tu dis toi-même que l'on peut imputer 80% des torts à Schumacher, certes il a payé son erreur, mais Senna a payé tout autant sans en être responsable. Ou serait-la justice si Schumacher ne s'en sortait sans rien.


    Bilo, 26 May. 2012, 17:32

    Comparons ce qui est comparable ! En quoi Schumacher rentre volontairement dans Senna à Barcelone ? De plus, le plus pénalisé des deux est Schumacher (cf leurs positions en course) et dans ce cas il est plus puni que le Brésilien. Plus généralement, j'ai l'impression que les anciens pilotes au collège des commissaires sont sans pitié pour l'Allemand, qui se prend pas mal de pénalités, et certains sont assez sévères au regard de l'"infraction" commise. Et globalement, le commissaire-pilote, depuis 2010, est un fiasco, soit en ne donnant aucune pénalité pour de vraies infractions, soit en balançant des sanctions à tout va pour telle ou telle tête de Turc, pour des motifs pas valables.


    Unamed, 26 May. 2012, 17:49

    @Gusgus Schumacher attaque B.Senna, il s'accroche suite à cette attaque. Les deux étants contraints à l'abandon c'est bien B.Senna qui "ni peu rien", car selon les commisaires il n'a pas manqué au réglement. Schumacher est donc sanctionné de 5 places pour cette attaque et avoir contraint un autre pilote à abandonné. Son abandon est le résultat de son attaque La pénalité le résultat d'avoir fait abandonner Senna


    Gusgus, 26 May. 2012, 17:51

    @Dino : tu as tout à fait raison, je me suis peut-être mal exprimé en disant qu'il ne fallait pas pénaliser davantage Schumacher. Ça n'est pas réellement le fond de ma pensée. Ce que je voulais dire, c'est que pénaliser la course suivante me semble être une pénalité peu intelligente. En revanche, exiger que Mercedes, où même Schumacher de sa propre poche, paye une amende plus des dédommagements à Williams à hauteur des dégâts apportés à la voiture de Senna - le préjudice subi en termes de résultat qui s'échappe étant difficilement chiffrable -, ça me semble être un meilleur compromis pour tous. On avait parlé de grille de pénalités selon les infractions, mais avant ça, il faudrait mieux définir les infractions sur la piste, parce que sous l'expression "causer un contact évitable", ça va de l'erreur au freinage de Schumacher en Espagne, au tassement volontaire de Maldonado sur Hamilton en qualifs à Spa l'année dernière. Pour moi, c'est complètement différent, le deuxième cas étant une conduite inconsidérée et le premier une erreur de pilotage, et pourtant dans les deux cas, le pilote incriminé a pris 5 places sur la grille. Le même Maldonado a pris 10 places ce matin pour une conduite dangereuse, certes, mais beaucoup moins qu'à Spa et sans intention de nuire.


    Dino, 26 May. 2012, 17:52

    On peut discuter la responsabilité du pilote, mais c'est un fait que, une fois qu'une responsabilité est reconnue, elle doit donner lieu à une sanction réparatrice. Senna aurait été jugé responsable, il aurait pris cinq place, ça aurait été qualifié d'incident de course, personne n'aurait eu de pénalité. Quand tu dis que Schumi est plus pénalisé parce qu'il était mieux classé en course, tu fais une interprétation sportive. Ce n'est pas ce qu'on demande aux commissaires aujourd'hui. Il y a un accident, ils sont là pour juger la responsabilité (s'il y en a) et appliquer la pénalité qui s'impose. La pénalité de 5 places n'est pas sortie du chapeau des commissaires, elle s'applique désormais quasi-systématiquement quand on juge qu'un pilote a provoqué l'abandon d'un autre. En Corée du sud, Petrov accroche Schumacher de façon similaire et écope de 5 places de pénalité pour le GP suivant. En Italie, pareil pour Liuzzi après son carton au départ. Après, que tu estime que la responsabilité a été mal jugée, libre à toi. Le plus drôle, c'est que tu reproches aux commissaires de juger à la tête du client alors que juste avant tu dis que le plus pénalisé des deux est Schumacher et que par conséquent, une sanction supplémentaire ne s'impose pas. Mais on n?applique pas des sanctions au regard des positions respectives de chacun : ça, c?est juger à la tête du client, en faveur des pilotes virtuellement mieux classés. Concernant la responsabilité du pilote, responsable ne veut pas dire volontaire. On n?a jamais dit que Schumacher avait foncé sur Senna pour le dégommer, mais il était le pilote de derrière, il a été prouvé que Senna n?avait pas freiné plus tôt que d?habitude, Schumacher devait s?assurer que sa man?uvre passe. Te connaissant, au risque de faire mon Fab, je m'aventuerais bien à dire que si ça avait été Lewis à la place de Michael, on en aurait entendu parlé pendant deux semaines.


    Dino, 26 May. 2012, 18:13

    @Gusgus Tu sais très bien que les équipes s'en foutent des pénalités financières... Il faudrait qu'elles soient très élevées et un système de pénalité financière pénaliserait davantage les écuries pauvres que riches... Après, qu'il faille redéfinir la grille des sanctions, je suis tout à fait d'accord, mais on sait que la FIA a toujours 2 wagons de retard dans ce domaine.


    ZAle1991, 26 May. 2012, 18:40

    Je pense que la pénalité de Schumacher prend énormément d'ampleur parce qu'il a réalisé la pole, mais le pire scénario possible est arrivé aujourd'hui, car perdre une pole à Monaco, et partir 6ème, les chances de victoire passent de 75 % à moins de 5 %. Je suis d'accord que Schumi méritait une pénalité, mais comment l'appliquer sur la même course ? Je ne sais pas. Puisqu'on parle de parle de responsabilité dans un incident et de conséquences, je voudrais donner un exemple de pénalité non appliquée au GP d'Australie 2010 : http://www.youtube.com/watch?v=jbOeFhqgcrQ&feature=related Pour moi, Button et Alonso sont fautifs à 50-50, l'anglais insistant de trop sur piste mouillée, et l'espagnol ne laissant pas suffisamment de place. Sauf que les conséquences ne sont pas les mêmes. Button perd quelques places mais reste dans le top 8, Alonso et Schumacher se retrouvent derniers. Si Alonso paie le prix de sa responsabilité, Schumi, innocent, le paie aussi (mais là, on ne peut rien faire), mais Button devait être aussi pénalisé selon moi (un Drive-Through aurait suffit).


    Gusgus, 26 May. 2012, 19:25

    @Dino : "Tu sais très bien que les équipes s'en foutent des pénalités financières... Il faudrait qu'elles soient très élevées et un système de pénalité financière pénaliserait davantage les écuries pauvres que riches..." Mais de toute façon, il est clair que même les sanctions sportives actuelles sont tout aussi peu dissuasives que les sanctions financières. Si ces rétrogradations sur la grilles empêchaient vraiment la récidive, Hamilton n'aurait pas autant défrayé la chronique l'année dernière. Et justement, pour les petites écuries, ça marche dans les deux sens. Ce serait un moyen pour elles de se faire rembourser des sommes précieuses pour leur survie si l'incident est causé par l'autre voiture. J'ai le souvenir d'une course de Champ Car à San Jose, où Paul Tracy plie le dernier châssis d'Alex Tagliani après être sorti d'une échappatoire sans même avoir regardé si une autre voiture arrivait. Eh bien le propriétaire de l'écurie de Tracy, Gerry Forsythe, a fourni en toute bonne foi à l'écurie de Tagliani les pièces de rechange. Ce ne serait que justice que ces frais soient remboursés par les fautifs.


    Bilo, 26 May. 2012, 19:29

    @ Dino Tout d'abord, tu parles de "sanction réparatrice", et là-dessus, je suis d'accord. Mais là, je ne vois pas en quoi la sanction est réparatrice. Ensuite, je tiens à clarifier un point qui me semble important. Prendre en compte le contexte de l'accident et de la course, ce n'est pas juger à la tête du client. Je pense sincèrement que le plus juste serait de tenir compte de certains paramètres : - qui est fautif (en l'occurence, Schumacher, même si le changement de direction de Senna l'a perturbé) - avant la pénalité, regarder quel pilote est le plus handicapé dans l'histoire. Si c'est le fautif qui est à la base le plus pénalisé, je trouve qu'il est injuste de lui attribuer une pénalité. Surtout que ce n'est pas un acte volontaire. Schumacher ruine sa propre course plus que celle de Senna (le Brésilien n'ayant pas encore fait son arrêt). Dans les exemples que tu cites, les pilotes fautifs ont obtenu le même résultat (abandon) que les victimes alors que ces dernières étaient à la régulière mieux placées en course. Donc, ce n'est pas juger à la tête du client, mais c'est comprendre les évènements et regarder les conséquences pour les protagonistes. "Concernant la responsabilité du pilote, responsable ne veut pas dire volontaire. On n?a jamais dit que Schumacher avait foncé sur Senna pour le dégommer" C'est toi qui compare l'accident à ton histoire d'individus qui se blessent, l'un d'eux l'ayant fait volontairement. C'est un incident de course. Pour ma part, le "fautif" n'a absolument pas fait exprès et il est plus pénalisé que l'autre. Donc une pénalité est mal placée. Surtout qu'elle ne répare rien.


    Dino, 26 May. 2012, 20:26

    @Bilo Plutôt que réparatrice, j?aurai plutôt du dire compensatrice... Il se trouve qu?il est impossible de réparer la course gâchée de Bruno Senna donc, en guise de réparation ou plutôt de compensation, on inflige une pénalité à Schumacher. Encore une fois, je vais prendre un exemple du quotidien. Imaginons qu?avec ma voiture, j?emboutisse ta voiture. Est-ce que tu jugerais juste que les policiers me laissent repartir en disant : « Oui, il est en tort Mr Bilo, mais vous voyez bien que sa voiture a été endommagée à lui aussi. » ? Non, je ne pense pas. Après, en fonction de mon degré de responsabilité, je vais être fonctionné plus ou moins fort, si c?était volontaire ou pas, mais quoiqu?il arrive, ce n?est que justice que je sois sanctionné. Il se trouve qu?en Formule Un, en plus des dégâts matériels, qui pourraient en effet être dédommagés par le pilotes responsables, il y a des dégâts sportifs qu?il est impossible de dédommager. Tu auras beau me dire 15 fois que Schumacher a payé le plus lourd tribut, mais, à moins que tu sois doté de dons de voyance, et que l?on reconnaisse la voyance comme une science exacte, tu n?arriveras jamais à prouver que Schumacher est plus pénalisé que Senna tout simplement parce que tu pars sur des hypothèses. Les commissaires ne sont pas là pour appliquer une sanction en ce demandant ce qu?auraient pu faire les pilotes, mais simplement pour constater que les pilotes n?ont rien pu faire et qu?il y en a un de plus responsable que l?autre. Je suis le premier à dire que la F1 devrait appliquer ses sanctions avec plus de pédagogie, en instaurant par exemple une véritable progressivité des sanctions, en instaurant la probation de façon claire plutôt que par des avertissements qui ne veulent rien dire, mais les commissaires ne peuvent que juger des faits et la course qu?aurait pu faire Senna ou Schumacher ne sont pas des faits mais des suppositions. Le dernier paragraphe de ton commentaire dit tout grâce au « pour ma part »? Il n?a jamais s?agit de discuter de la justice ou non de la sanction, mais du fait que, quand un pilote est jugé par les autorités compétentes comme responsable, il est absolument normal qu?il soit sanctionné en conséquence. Tu confonds le débat sur la loi et le débat sur l?application des sanctions. S?il y a une sanction qui est décidée, il faut bien, à un moment donné, qu?elle soit appliquée. ZAle1991 pose tout le problème en disant : « Je suis d'accord que Schumi méritait une pénalité, mais comment l'appliquer sur la même course ? Je ne sais pas. » Le fait est que les pénalités sportives sont obligatoires et qu?il faut bien qu?elles soient appliquées à un moment. C?est dommage pour Schumacher, je suis le premier attristé de voir qu?il ne pourra pas partir de la pole, mais il fallait bien que la sanction soit appliquée. Une solution pourrait être de procéder à un retrait de points au classement pilote, mais il existerait de fait une certaine forme d?impunité pour les pilotes qui n?ont pas de points et/ou n?en marqueront pas. Une autre solution, pourrait être une sorte de licence à points avec un système de sanctions progressives avec exclusions des pilotes pour un ou plusieurs Grand Prix en cas de récidive, mais la rétrogradation est déjà une forme d?exclusion de la course. @Gusgus Je suis ton raisonnement : prenons un exemple en Formule Un. Une HRT s?accroche avec une Ferrari. Le pilote Ferrari est jugé responsable et est condamné (enfin son équipe) a dédommager financière HRT pour les dégâts. Maintenant, prenons le cas inverse : le pilote HRT est jugé responsable. Dans ce cas, l?écurie espagnole devra payer les dégâts. Partons du principe que les dégâts à payer soient de même valeur, ils resteront plus pénalisant pour HRT que pour Ferrari. Déjà exsangue financièrement, HRT demandera à ses pilotes de faire preuve d?une extrême prudence, une inquiétude que n?aura pas Ferrari qui a, elle, les fonds nécessaires. Alors finalement, ce système est bien dans le cas où les petites écuries seraient victimes, mais on sait que ça n?est pas toujours le cas. En fait, les sanctions sportives pénalisent davantage les grosses écuries que les petites (demandez à Schumacher et Mercedes si ça ne les pénalise pas) là où une HRT peut reculer de 5 places sans problème, elle n?en perdra pas 5. Les sanctions financières pénalisent quant à elles davantage les petites écuries, tout simplement parce que leurs ressources financières ne sont pas équivalentes à celles des grosses écuries. Il faudrait donc, dans l?idéal, trouver un système qui mixe les deux. Même si les pénalités sportives n?ont pas empêché Hamilton de faire des bêtises en 2011, elles l?ont empêché de jouer le titre et cette sanction là semble avoir porté ses fruits, comme on le voit cette année. Les sanctions sportives ne sont donc pas complètement inefficaces. Il faut simplement les appliquer avec rigueur, constance et surtout avec progressivité.


    Dino, 26 May. 2012, 20:32

    En Football, un pilote qui écope d'un carton rouge est exclu du match mais passe en plus en commission et peut recevoir plusieurs journées de suspension... Est-il logique qu'un footballeur soit privé de matchs pour un faute commise dans un autre match ? C'est la même question, et l'une des réponses, c'est que la sanction doit aussi avoir des vertus pédagogiques. On ne sanctionne pas quelqu'un par pur plaisir, mais pour corriger un comportement, pour éviter que celui-ci ne se reproduise, pour l'inviter à la vigilance.


    Fab007, 26 May. 2012, 20:33

    Ton raisonnement, Bilo, revient à dire que voler un pauvre c'est moins grave que voler un riche parce qu'un pauvre a déja pas grand chose, si on l'applique à la société civile. Le droit - et les règlements sportifs - ce sont des règles, c'est aux juges - donc aux commissaires - de voir comme ils peuvent les appliquer, en les adaptant si nécessaire. Donc ce que tu proposes, c'est ce qui rentre déja en ligne de compte. Seulement, encore une fois, tu y apportes une logique totalement baroque et injuste : tu prônes une inégalité dans le traitement, résultant d'une inégalité de situation. Le droit est aussi là pour standardiser la réponse à une type d'infraction, pour que la base sur laquelle traiter un même incident soit la même. Il existe des circonstances atténuantes et des circonstances aggravantes, mais celles-ci doivent être objectivement vérifiables (pluie, piste glissante, problème mécanique...) et non pas complètement subjectives comme ce que tu proposes. Pour finir, parce que je crois que c'est le plus gros problème de ton raisonnement et pourtant il me semble l'avoir répété à de nombreuses reprises pour de nombreuses situations : une pénalité n'a pas pour but de réparer une situation mais pour sanctionner une faute. Ce n'est pas parce qu'une pénalité ne répare rien ou, à l'inverse, qu'elle n'entraine pas de changement dans la situation de la personne pénalisée qu'elle n'est pas valable. Une pénalité trouve sa raison d'être dans la réponse à une faute, pas dans la réparation des dégats commis.


    pepin, 26 May. 2012, 20:53

    @contre les jaloux@ je n'aurais pu mìexprimer mieux et suis en accord avec toi à 150% :-) je crois me rappeler avoir croisé ici une certaine @nioulargo@ qui ne nous aurais pas donné tord


    ProfX, 26 May. 2012, 21:12

    un truc que je pige pas ... tout le monde se plaint de s ennuyer pour pas dire plus devant les gp de f1 ces dernières années mais on applaudit une des causes peut-être de cette mollesses de ces mêmes courses. ou est la logique ? de Dijon 79 on aurai surtout retenu la victoire de jabouille et surement pas ce qui fait de ce grand prix l'un des plus magique de l'histoire de la formule 1... faut arrêter ce genre de pénalité sauf dans des cas extrême de comportement grave . genre senna au japon qui préviens qu il ne freinera pas au premier virage si on le dépasse et qui tiens parole en virant prost sans aucune sanction !!! gagnant en même temps le championnat ... un retrait du titre aurait été une sanction minimal a envisage ...


    Raspberry, 26 May. 2012, 21:19

    N'empêche qu'il y a 10 ans on s'emmerdait pas avec ces faits de course et j'ai pas souvenir de ce genre de pénalités abusives distribuées à la pelle. Ouais je casse votre délire avec mon raisonnement terre à terre sans arguments développés, mais ça fait vraiment chier de voir la tournure que prend la F1.


    Bilo, 26 May. 2012, 22:37

    Je ne vois pas en quoi ce que j'ai expliqué est subjectif, puisque je prends en compte le résultat et les positions de chacun avant l'accident. "Ton raisonnement, Bilo, revient à dire que voler un pauvre c'est moins grave que voler un riche parce qu'un pauvre a déja pas grand chose" Non, parce qu'encore une fois, on compare une erreur involontaire avec un acte volontaire. De plus, mon raisonnement veut comparer la situation et la conséquence du "fautif" et de la victime, alors que dans ton exemple emprunt de la société civile, on ne parle que de la victime. Ne mélangeons pas tout.


    Dino, 27 May. 2012, 1:05

    @Raspberry Ah mais on est bien d'accord. La FIA intervient trop, notre petit débat c'est surtout sur la logique d'une sanction différée. Je trouve que la pénalité de Maldonado aujourd'hui se justifie bien plus que celle de Schumacher qui reste somme-toute un fait de course.


    Gusgus, 27 May. 2012, 1:07

    @Dino : tu as raison, j'abandonne pour le moment, mais je trouverai une idée de pénalité qui tue (genre des pompes ou des tours de circuit à pied). @Bilo : en gros, pour toi, à moins que McLaren ne régresse et qu'HRT ne devienne un top team, c'est plus grave de percuter une HRT qu'une McLaren. En suivant ton raisonnement, on en vient à se demander comment les HRT et la Marussia daignent se présenter au départ des courses. @ProfX : à moins de pouvoir lire dans les pensées, vous n'êtes pas très crédible à parler au nom de "tout le monde" ou de "on" qui ne désigne au final personne.


    Dino, 27 May. 2012, 1:18

    VICTOIIIIRE !


    pepin, 27 May. 2012, 8:12

    l@Rasberry@ oui ils nous gachent bcp le plaisir avec leurs règles et pénatités débiles...(pour rester poli). déja ils ont enlevé la plupart des développement de technologie interessants qui étaient la particularité de ce sport auto , mais en plus ils mettent des règles digne du jeu de l'oie...(perdez 5 places , passez par la case départ, revenez à la case départ etc...) c'est débile et cela dure depuis trop d'années. vivement que l'on voit arriver au moins un nouveau moteur avec une nouvelle techno sinon on va vraiment ètre désabusés devant ce jeu... quant à Micheal,.....j'espère que sa prestation de ce jour fera honneur à la carrière sans pareil qu'il a sur les épaules.


    Fab007, 27 May. 2012, 9:33

    @Bilo : "Je ne vois pas en quoi ce que j'ai expliqué est subjectif, puisque je prends en compte le résultat et les positions de chacun avant l'accident." Tu ne prends pas seulement en compte les positions, tu prends en compte le fait qu'un s'est arrêté et l'autre non, qu'un est virtuellement mieux placé que l'autre... Bref, des critères qui ne doivent pas être pris en compte par des commissaires mais par le pilote lui-même qui sait s'il a besoin, comme l'a fait Schumacher, de tenter le dépassement ou pas, d'attendre sagement ou de forcer le destin. Les commissaires, eux, on leur présente une situation qui est celle de l'accrochage, à eux de déterminer les responsabilités et les sanctions, quelles que soient les motivations, puisque les motivations, dans une course de voiture sont quand même souvent bien plus simples à déterminer que dans la réalité (c'est d'ailleurs la grosse limite de nos raisonnements par exemple issus de la société civile, je t'accorde ce point là). Ce que je comprends pas, c'est ta volonté d'absolument minorer la faute qu'on lui attribue par sa situation antérieure. Tu comprends bien que ce n'est pas possible et que ca va aboutir à un traitement inégal : des équipes victimes ne seront jamais dans une situation avantageuse (comme ce que dit Gusgus) et d'autres ne seront jamais dans une situation de désavantage.


    Bilo, 27 May. 2012, 12:03

    Je vais prendre un exemple tout bête pour exprimer le fond de ma pensée, que visiblement, vous n'avez pas compris. Aujourd'hui, Perez part 21e sur la grille. Au 2e tour, il percute Karthikeyan, disons de la même façon que Schumacher sur Senna. Perez est déclaré coupable, mais la conséquence est qu'il est moins handicapé que l'Indien qui était devant lui à la régulière. Là, une pénalité s'imposerait donc. Et pourtant, c'est une HRT face à une Sauber. Donc non, ça ne désavantage pas les petites équipes, ce genre de pénalités. Elles serviraient à punir les fautifs qui paieraint moins ou autant leur faute que la victime, d'où ma nuance. Je rajoute qu'il est évident qu'une pénalité ne peut réparer les faits. Elle est là pour inciter l'auteur à ne plus recommencer, on est d'accord ? Mais quand c'est quelque chose qui n'est pas fait exprès, que c'est dans le feu de l'action, comment cette pénalité peut être efficace ? Schumacher est surpris par la manoeuvre de Senna. Il y aura toujours ce genre d'accidents, donc les pénalités ne servent à rien si elles veulent sanctionner le coupable pour qu'il ne récidive pas.


    Dino, 27 May. 2012, 12:28

    Le problème Bilo, c'est que dans le cas de Schumacher/Senna, tu dis que Schumacher a été davantage handicapé par l'abandon que Senna, or les deux pilotes étaient dans le même tour et Senna devançait Schumacher à la régulière aussi. Alors je vois poindre l'argument du : "Oui, mais Schumi il s'était arrêté". Bon, j'opinerai du chef en émettant une légère objection : Schumacher n'était qu'à son premier arrêt et personne ne pouvait prédire la stratégie finale des deux pilotes, donc il est impossible de dire avec certitude que Schumacher aurait fait mieux que Senna qui aurait par exemple pu faire un arrêt de moins. Si je reprends ton raisonnement et l'applique à l'exemple Perez/Karthikeyan, même si Karthikeyan devance Pérez à la régulière, on peut quand même légitimement penser que sur la longueur de la course, Pérez aurait été devant - si ce n'est loin devant - Karthikeyan. Par conséquent, on pourrait affirmer, toujours en suivant ton raisonnement sur le cas Schumacher, que Pérez, bien que responsable, a été davantage pénalisé par l'accident que Karthikeyan, donc, on ne donne pas de pénalité à Pérez, parce qu'il a été suffisamment pénalisé. Dans les deux cas, tu adoptes deux raisonnements différents et contradictoires pour des situations pourtant similaires.


    Fab007, 27 May. 2012, 12:55

    @Bilo : Complètement d'accord avec Dino sur les deux cas que tu donnes : tu adoptes deux raisonnements différents, difficile de te suivre... Sinon, je pense que tu te compliques la tâche : dans ce que tu dis, j'ai plus l'impression que ce que tu remets en cause c'est le bien fondé de la sanction qui a été donnée à Schumacher. Mais pour défendre ta position, alors qu'elle se suffirait à elle-même, tu tentes d'aller plus loin et de remettre en cause le but de la sanction voire même la sanction. C'est un peu extrême. Encore une fois, une sanction c'est la réponse à une faute (volontaire ou pas, pénalisante ou pas), point. Si en plus ça incite l'auteur de la faute à faire plus attention et à ne pas le refaire, c'est du bonus, mais au cas où il referait la même chose il serait sanctionné une nouvelle, peut-être plus durement.


    Bilo, 27 May. 2012, 13:15

    @Dino Dans les deux cas, tu es en train de dire ce que tu ne voulais pas entendre hier : "Les commissaires ne sont pas là pour appliquer une sanction en ce demandant ce qu?auraient pu faire les pilotes" Or, là, tu dis "on peut quand même légitimement penser que sur la longueur de la course, Pérez aurait été devant - si ce n'est loin devant - Karthikeyan", mais tu ne peux pas deviner ce qu'auraient pu faire ces deux pilotes. Pour le cas Schumacher/Senna, j'ai bien précisé le terme "à la régulière". Or, n'ayant pas encore effectué son arrêt, Senna n'est pas devant à la régulière. Par conséquent, on sait, et c'est indéniable, que Senna se serait arrêté d'ici peu. Ce n'est pas quelque chose que l'on peut se demander ce qu'il aurait pu faire, mais il s'agit d'une situation où à la régulière, c'est la Mercedes qui est devant, et que son arrêt plus précoce a relégué derrière la Williams. Donc là, je ne me base pas sur un avenir potentiel, mais sur ce qu'il s'est passé avant, et sur ce qu'il doit se passer à coup sûr après. @Fab Donc, selon toi, une erreur commise totalement indépendemment de la volonté de son pilote doit être punie ? C'est un jugement très sévère. De plus, tant que j'y suis, j'aimerais savoir quel est la nature exacte de la "faute" commise par Scumacher, pour voir si elle est bien inscrite dans le règlement, et quelle sanction appliquer à ce moment-là.


    Fab007, 27 May. 2012, 13:35

    @Bilo : Bah une faute, qu'elle soit volontaire ou non, doit être punie, surtout si elle prête à conséquences. Ce n'est pas sévère, c'est comme ça, c'est pour éviter le subjectif. Concernant la faute de Schumacher, je ne sais plus exactement, mais je crois que c'est avoir provoqué une collision avec un autre concurrent sa faute. Mais je ne pense pas que tu trouveras une grille de sanction, puisqu'elles sont à la discrétion des commissaires parmi un éventail de possibilités.


    Dino, 27 May. 2012, 13:50

    @Bilo Ah, excuse-moi, j'ai été trop subtil. Si tu avais bien lu, j'ai dis que j'appliquais TON raisonnement utilisé sur Schumacher/Senna à TON exemple sur Pérez/Karthikeyan. Le truc, c'est que TU ne tiens pas le même raisonnement dans un cas que dans l'autre et donc, comme le souligne Fab, c'est toi qui porte un jugement sans aucune constance. Ton problème, c'est que tu juges avec des certitudes sur ce qu'il se passe après. Imaginons que la pluie arrive, qu'un accident provoque une Safety Car et la stratégie est remise en cause. Le fait est qu'on ne peut pas définir une sanction en fonction de faits de courses qui ne sont pas arrivés... Ce n'est pas la première fois que je te fais ce reproche : tu es trop convaincu de la manière dont les choses qui ne se sont pas passées, se seraient passées : tu ferais un très mauvais commissaires. Enfin, une faute, involontaire ou pas, doit conduire à une sanction. Naturellement, la sanction est plus grave si la faute est volontaire. Depuis deux ans, dans le cas d'un accident ayant provoqué l'abandon d'un autre pilote, les pilotes prennent une pénalité de 5 places. On ne peut dès lors pas leur reprocher leur inconstance.


La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
Icon For Arrow-up