F1 - Europe - Course : Alonso Roi d'Espagne

Au terme d'une course folle, Fernando Alonso s'impose à Valence, devant Kimi Raikkonen et Michael Schumacher, qui renoue avec le podium. L'Espagnol a profité, notamment, des abandons sur casse mécanique de Sebastian Vettel et de Romain Grosjean, seuls pilotes qui semblaient pouvoir lui résister aujourd'hui. Lewis Hamilton, en proie à des problèmes de pneus en fin de course, s'est accroché avec Pastor Maldonado et n'a pu terminer.  Icon For Chat#6  37
Logo Mi Redaction
Rédigé par
© Ferrari /
Ce sont 23 pilotes qui vont s’élancer pour ce huitième Grand Prix de la saison, puisque Timo Glock a préféré déclarer forfait, toujours incommodé par des problèmes intestinaux.

Certains pilotes, comme Michael Schumacher ou Mark Webber ont, sans surprise, opté pour des stratégies conservatrices, en démarrant avec les pneus les plus durs pour cette course (les pneus mediums, blancs) pour terminer avec les pneus les plus tendres (les pneus tendres, jaunes).

La température sur la piste est à prêt de 50°C et il n’y a évidemment aucun risque de pluie.

Au départ, Vettel et Hamilton conservent leur position, mais derrière, c’est Grosjean qui se montre très offensif. Il dépasse autoritairement Pastor Maldonado au premier freinage. Dans le peloton, c’est la foire d’empoigne entre Massa et Button, Alonso est revenu à la huitième place et met la pression sur Di Resta.

Après un tour, Vettel a déjà pratiquement deux secondes d’avance sur Lewis Hamilton. Grosjean est dans les roues du champion du monde 2008. Derrière, Kobayashi a profité d’un très bon envol pour devancer Maldonado. Raikkonen est sur les talons du Vénézuélien et tente de le dépasser, mais le pilote Williams résiste magistralement. L’écart s’agrandit dangereusement entre Vettel et Hamilton puisque après trois tours il y a quatre secondes entre les deux hommes, 5.3 secondes le tour suivant. On indique déjà à Rosberg que ses pneus arrière sont à la température critique.

Grosjean met la pression sur Hamilton : « Tu dois doubler Hamilton ! » lui lance-t-on à la radio, quand le Britannique annonce qu’il a du mal à contenir le Franco-suisse. Mais Kobayashi met aussi la pression sur la Lotus. La zone DRS semble assez inefficace, puisque peu de pilotes en profitent pour dépasser au bout de la ligne droite. Vettel continue son cavalier seul en enchainant les meilleurs tours. Il a presque huit secondes d’avance après 5 tours. Massa, de son côté, est dixième et tente tout pour passer Di Resta, sans y parvenir. A l’arrière, Pic tente de dépasser Karthikeyan, mais l’Indien serre la trajectoire. Pic, en glissade, heurte légèrement le pneu arrière droite et perd un morceau d’aileron avant.

Après 10 tours, Vettel a dix secondes d’avance sur un groupe constitué par Hamilton, Grosjean et Kobayashi ;suivent ensuite Maldonado, Raikkonen, Hulkenberg, Alonso, Di Resta et Massa. Mais Grosjean tente le dépassement à la fin de la zone DRS : la Lotus aborde le virage par l’extérieur, la McLaren résiste, mais Hamilton finit par céder. Grosjean prend la deuxième place et se met rapidement à l’abri du DRS. Pendant ce temps, Button et Pérez sont passés par les stands, étonnant de la part du Mexicain. Massa arrive le tour suivant. L’écart entre Vettel et Grosjean s’aggrave encore, culminant à près de 12 secondes. Un peu plus loin, l’autre Lotus, de Raikkonen, est aux prises avec Maldonado, qui ne se laisse pas faire et conserve dans un premier temps sa position.

Hamilton passe par les puits, il repart dans le peloton. Vettel continue de gagner du temps sur Grosjean, comptant quatorze secondes d’avance après 14 tours. Derrière les deux hommes, Kobayashi, Maldonado et Raikkonen passent pas les stands et repartent dans un autre ordre : Raikkonen précédant Kobayashi puis Maldonado. Alonso profite de cette salve pour se positionner en troisième position. Hamilton dépasse Senna pour le compte de la septième place, et a en ligne de mire la Mercedes de Michael Schumacher, sur une stratégie différente. Alonso s’arrête à son tour et repart juste devant Raikkonen. Sont donc en tête Vettel, Grosjean et Di Resta. Mais Vettel s’arrête, suivi par Grosjean qui le suivait à 15 secondes. Le pilote Red Bull repart en tête, en pneus tendres, et Grosjean repart devant Lewis Hamilton, en quatrième place. Seuls Di Resta et Rosberg séparent le double-champion du monde en titre et le pilote Lotus.

Un train s’est formé derrière Schumacher avec Senna, Webber, Alonso, Raikkonen, Kobayashi et Maldonado. Tous ces pilotes sont sur des stratégies différentes et c’est l’empilement à chaque virage. Alonso passe ses trois prédécesseurs et s’échappe, mais derrière c’est une lutte sans merci. Dans le même temps, Grosjean se joue de Di Resta et reprend la deuxième position.
Retour dans le peloton de fous furieux : Senna, en grande difficulté, résiste mais Raikkonen finit par passer. Kobayashi tente sa chance, mais les deux hommes s’accrochent. Senna crève à l’arrière alors que l’aileron de la Sauber est légèrement abimé. Les deux hommes s’en tirent plutôt bien dans cette zone rapide. Les commissaires vont jeter un œil à cet incident, Senna écope d’ailleurs d’un drive through.

Après 22 tours, l’écart grandit entre Vettel et Grosjean, il est maintenant de vingt secondes. Alonso, derrière, dépasse Di Resta pour s’octroyer la quatrième position. Le pilote écossais dégringole doucement dans la hiérarchie se faisant dépasser facilement par Raikkonen puis Maldonado, avant de finalement passer par les stands à son tour. Autre pilote en difficulté, c’est Sergio Pérez, dépassé par Ricciardo pour le compte de la dixième place.

Grosjean reprend enfin du temps sur Vettel, en enchainant les meilleurs tours. A l’arrière, Vergne, en dépassant Kovalainen, le touche, les deux pilotes crèvent. Des débris jaillissent de la Toro Rosso et la voiture de sécurité est envoyée en piste. Grosjean, Hamilton et Alonso passent par les stands. Aucun problème pour Grosjean et Alonso, mais c’est la débandade chez McLaren avec de multiples problèmes lors de l’arrêt. Le Britannique est dépassé par Alonso, Ricciardo et Raikkonen. Les pilotes sont pratiquement tous en pneus mediums pour ce qui sera certainement le dernier relais du Grand Prix. Comme la règle le prévoit, les voitures qui sont intercalées entre les leaders peuvent dépasser la voiture de sécurité pour revenir en queue de peloton. Les pilotes de tête repartiront donc roues dans roues lorsque le peloton sera regroupé.

Au redémarrage, Vettel garde l’avantage, mais c’est Alonso qui prend l’avantage sur Grosjean au freinage. Dans le peloton, Massa est heurté par une Sauber et crève à l’avant droit. Mais surtout, Vettel subit un problème mécanique et est au ralenti ! Alonso passe en tête sous les hourras du public valencien ! Derrière les deux premiers hommes, Hamilton est parvenu à reprendre Raikkonen et Ricciardo. Derrière l’Australien, Schumacher, Webber, Maldonado et les deux Force India forment un train.

Après 37 tours, Hamilton est sous le coup d’une pénalité pour avoir ignoré les drapeaux jaunes. Grosjean est toujours à moins d’une seconde de Alonso. Derrière, Hamilton est à deux secondes du pilote Lotus. Webber passe une nouvelle fois par les stands. L’écart entre Alonso et Grosjean s’agrandit, et pour cause ! Le pilote Lotus subit une avarie mécanique à son tour ! Il doit abandonner et il laisse le champ libre à Fernando Alonso. Hamilton, en seconde position, est à quatre secondes de l’Espagnol, mais semble revenir alors que Raikkonen est sur les talons du Britannique.

Après 46 tours, Alonso mène devant Hamilton et Raikkonen, Maldonado, Hulkenberg, Di Resta et Pérez suivent. Schumacher et Webber se sont joués de Petrov, qui était en dixième position. Alonso compte toujours autour des quatre secondes d’avance sur Hamilton et Raikkonen, la dégradation des pneus ne semble pas encore avoir fait son office. Les commissaires annoncent que le Britannique ne sera pas inquiété, il n’a donc pas commis d’erreur. En revanche, dans le peloton, Petrov est allé au contact avec Ricciardo qui le dépassait. Le Russe y a perdu son aileron avant. Les commissaires vont avoir encore un peu de travail.

Dans le peloton, Schumacher puis Webber prennent la huitième et la neuvième place à Button, en difficulté. Pérez, de son côté, est à l’attaque sur Di Resta, avec des pneus plus frais. L’écart diminue légèrement entre Alonso et Hamilton, avec 3.5 secondes d’avance pour l’Ibère. Schumacher et Webber font une remontée commune, et sont déjà sur la Force India de Di Resta après avoir passé Pérez. L’Ecossais ne peut opposer aucune résistance aux deux hommes.

A deux tours de l’arrivée, Hamilton est en difficulté avec ses pneus. Il résiste à Raikkonen quelques virages mais est finalement dépassé par le Finlandais. Maldonado tente sa chance dans la ligne droite mais Hamilton résiste comme un mort de faim. Le pilote Williams cède, mais le Vénézuélien va tenter sa chance. Il tente de doubler par l’extérieur, mais Hamilton résiste et c’est l’accrochage ! Maldonado repart sans aileron avant mais Hamilton est dans le mur de pneus ! Schumacher dépasse Maldonado en perdition, et la troisième place se jouera entre l’Allemand et Webber ! C’est Schumacher qui accroche le podium ! Le premier depuis son retour !

Fernando Alonso l’emporte donc ici à Valence, devant Kimi Raikkonen et Michael Schumacher ! C’est la 29ème victoire de la carrière l’Espagnol !

Classement du Grand Prix d'Europe 2012 de Formule 1

PiloteEquipeTempsEcartTours
1
AlonsoFerrari1h44:16.649
57
2
RaikkonenLotus F1 Team+6.4
57
3
SchumacherMercedes GP+12.6
57
4
WebberRed Bull+13.6
57
5
HulkenbergForce India+19.9
57
6
RosbergMercedes GP+21.1
57
7
di RestaForce India+22.8
57
8
ButtonMcLaren+24.6
57
9
PerezSauber+27.7
57
10
MaldonadoWilliams+34.6
57
11
SennaWilliams+35.9
57
12
RicciardoToro Rosso+37.0
57
13
PetrovCaterham F1+75.8
57
14
KovalainenCaterham F1+94.6
57
15
PicMarussia Virgin+96.5
57
16
MassaFerrari+1 tour
56
17
De la RosaHRT+1 tour
56
18
KarthikeyanHRT+1 tour
56
19
HamiltonMcLaren+2 tours
55
20
GrosjeanLotus F1 Team+17 tours
40
21
VettelRed Bull+24 tours
33
22
KobayashiSauber+24 tours
33
23
VergneToro Rosso+31 tours
26
24
GlockMarussia Virgin
Non-partant


Grand Prix d'Europe - Les photos du dimanche



Complément
Partager
Image
GP Europe
00h00m00s
Course terminée
Vendredi 22 jui.
Samedi 23 jui.
14h - 15h
Dimanche 24 jui.
14h - 16h
 Icon For Chat#6  37 commentaires

    Icon For Contact#1
    Dino, 24 Jun. 2012, 16:24

    Vivement le SAV de la F1 du Grand Prix d'Europe :p


    Icon For Contact#1
    Maëlle, 24 Jun. 2012, 16:28

    Je pense que lors de ce sav on va avoir le droit a un extrait de Fratelli d'Italia ^^


    Icon For Contact#1
    profx, 24 Jun. 2012, 16:31

    enfin , enfin un podium avec schumi , comme quoi il est pas encore bon pour la retraite , et il a encore de quoi nous épater. en le voyant 13 eme j avait presque coupe l écran , mais la j ai vu ses temps sur la fin et vu la vitesse de son retour ... je n ai plus décollé de l écran enfin le grand schumi est vraiment de retour !!!!!!!!!!!!!!!!! Maintenant , il lui reste a gagner un grand prix ou plus d'ici la fin de saison et en 2013 go pour son 8 eme titre


    Icon For Contact#1
    Noah Milt, 24 Jun. 2012, 16:34

    Putain de con de Vénéneuzuélien !!! Il a été un poison pour Lewis, qui déjà a du subir une énième erreur de ses mécaniciens ! (d'ailleurs, si ils veulent empêcher hamilton de devenir champion du monde, ils n'ont qu'à le dire maitenant !) purée j'ai la rage ! Par contre rien à dire sur Alonso, course encore une fois solide de l'espagnol qui montre qu'il en a (même si sa Ferrari n'est pas une brouette, contrairement à ce que certains veulent faire croire !) Dommage pour Grosjean et Hamilton ! Vraiment ils méritaient le podium, vettel aussi mais comme je suis moins fan lol...


    Icon For Contact#1
    JoeLaFrimousse, 24 Jun. 2012, 16:38

    Excusez mon langage mais : quelle course à la con.. L'élément perturbateur fut JEV dont l'avenir en F1 doit être de moins en moins assuré d'ailleurs.


    Icon For Contact#1
    SebF1, 24 Jun. 2012, 16:43

    @ Noah Milt Chacun aura son point de vue, et je respecte le tien, mais je pense que Lewis n'aurait pas du s'enteter alors qu'il savait qu'il ne pouvait rien faire. Au final, c'est lui qui percute Maldonado au lieu de lui laisser de l'espace.


    Icon For Contact#1
    Raspberry, 24 Jun. 2012, 16:51

    Ahah Vettlol trahi par sa monture, ça doit lui faire bizarre, elle qui lui a pourtant offert littéralement ses deux titres sur un plateau...Magnifique course d'Alonso qui a encore montré qui était le patron, même s'il avait terminé derrière le petit génie. Gros dommage pour Grosjean, j'aurais aimé le voir sur le podium...


    Icon For Contact#1
    didi, 24 Jun. 2012, 16:57

    1 sec au tour par Vettel, voilà le fait nouveau qui va peut être marquer la suite de la saison. Incroyable Alonso, c'est moins nouveau. Raikonen pas assez rapide en milieu de course, pas nouveau non plus. Schumacher chanceux cette fois. Sinon il n'était "que" 7e. Maldonado trop précipité c'est bête et connu. Hamilton le plus stupide des deux a perdu 12pts, lui qui sait qu'il lui faut surtout marquer chaque fois. Bref, un grand prix plus logique que les apparences. Je repète, le fait nouveau c'est la vitesse de Vettel.


    Icon For Contact#1
    Scumi8, 24 Jun. 2012, 17:00

    Hamilton Maldonado c est la course . Bravo SHUMI


    Icon For Contact#1
    ayenge, 24 Jun. 2012, 17:03

    Tout à fait d'accord. Hamilton urait du gagner cette course. La rigueur chez McLaren est partie en même temps que Ron Dennis. Lewis est un fighter. Il naime pas trop les calculs...et veut gagner un championnat seul....Pas comme Alonso qui a toujours besoin d'un coéquipier porteur d'eau pour arriver à ses fins. La McLaren était loin d'être la meilleure voiture en course. Il n'y a que Lewis qui a pu en tirer 120%. Quand on regarde la course de Buton, on comprend vite la différence un un bon pilote et un as. Pas de regrets.


    Icon For Contact#1
    ZAle1991, 24 Jun. 2012, 17:16

    Vettel en 2010 a eu de nombreux pépins mécaniques (3 victoires perdues) qui ont fait qu'il n'a pas dominé la saison comme en 2011. Hamilton aurait difficilement gagné la course en présence de Vettel, Grosjean et Räikkönen. Même sans ses problèmes aux stands, la dégradation des pneumatiques lui auraient aussi posé problème en fin de course. L'accrochage est regrettable, mais c'est la course, tout comme les abandons sur problème technique.


    Icon For Contact#1
    Unamed, 24 Jun. 2012, 17:35

    Pour répondre aux personnes qui disent "Vettel aurait du gagner" "Hamilton aurait du gagner" 1) Vettel a casser, la fiabilité est un pilier de la F1 2) Hamilton n'a pas laisser la place à Maldonado, et il avait plus de pneu. Bravo Alonso !


    Icon For Contact#1
    Mutsu JMarc, 24 Jun. 2012, 17:52

    La voiture de sécurité était elle vraiment nécessaire... En tout cas sur une saison aussi indécise Alonso sait saisir toutes les occasions. Hamilton aurait dû assurer Vettel n'a pas eu de chance mais la RB8 a un ryhme terrifiant par rapport aux autres voir la remontée de Weber par rapport à Button et à tant d'autres qui partaient devant lui.


    Icon For Contact#1
    profx, 24 Jun. 2012, 18:19

    ouais la rb8 a l air d avoir fait un bond en avant face à la concurrence mais est ce que ce n était pas elle dont on se posait la question sur sa régularité face au règlement ? si oui çà doit encore plus énerver les concurrents de voir cette suprématie après remise en conformité


    Icon For Contact#1
    Raspberry, 24 Jun. 2012, 19:01

    Euh je sais pas si on vu le même GP Mutsu JMarc, oui la voiture de sécurité était plus que nécessaire.


    Icon For Contact#1
    Gusgus, 24 Jun. 2012, 19:07

    J'ai même envie de dire qu'on aurait dû la voir une seconde fois pour évacuer en toute sécurité la voiture de Vettel.


    Icon For Contact#1
    Yann, 24 Jun. 2012, 19:35

    La salve des sanctions d'après-course est intéressante.


    Icon For Contact#1
    Bilo, 24 Jun. 2012, 19:37

    Elle était même nécessaire lors de l'accrochage Senna/Kobayashi.


    Icon For Contact#1
    Steph, 24 Jun. 2012, 20:14

    Ok pour Alonso mais une fois de plus c'est une victoire uniquement dû à la malchance des autres. Bon départ...ensuite dépasse Hamilton gràce à l'arrêt raté par mc laren, dépasse Grosjean car petite glissade au redémarage au dernier virage avant la ligne des stands, abandon de vettel. Bref pas de quoi être aussi fier....


    Icon For Contact#1
    Gusgus, 24 Jun. 2012, 20:52

    @Steph : y'a pas de hasard dans la victoire d'Alonso... Chez Renault, quelqu'un a commis une erreur en concevant l'alternateur, et chez McLaren, les arrêts n'ont pas été bons. Pendant ce temps là, la Ferrari a tenu et les mécaniciens ont fait de bons arrêts.


    Icon For Contact#1
    Fab007, 24 Jun. 2012, 20:53

    Il y a tellement de choses à dire sur cette course, c'est assez difficile. Je pense que je vais surtout retenir la dramatique derrière ce GP : Vettel qui prend une avance impressionnante, anéantie par le SC (justifié). La malchance impressionnante de Lewis dans les stands qui contraste avec la réussite de Alonso sur le SC et le restart que Grosjean rate alors qu'il semblait en position de le réussir. Les abandons de Vettel et Grosjean, assez malchanceux, le podium et la victoire étaient pour eux... La victoire d'Alonso est belle, même si pleine de réussite. L'émotion finale est en tout cas sincère et fait vraiment plaisir, même si je ne l'aime pas, je l'ai trouvé grand dans la victoire, grand dans les sentiments. Bravo Fernando ! Plusieurs remarques : -> mon incompréhension quand on a vu la promptitude des commissaires à déployer le SC lors de l'accrochage entre Vergne et Kova alors qu'ils ne l'ont pas fait quand la voiture de Vettel était arrêtée dans une portion dangereuse. La situation justifiait la sortie du SC et j'ai même envie de dire qu'elle y obligeait. Rappelons qu'à ce moment là, Alonso est en tête et prend de l'avance sur Grosjean, cela a peut-être influencé la décision des commissaires... En tout cas, quelle que soit la raison, c'est irresponsable et irrespectueux. Il n'en reste pas moins que l'aménagement de ce circuit est assez catastrophique (on l'a vu au moment de l'abanbon de Grosjean) et les commissaires pas toujours très très bons. -> sur l'accrochage entre Maldonado et Hamilton, je pensais sincèrement que la faute incombait à Hamilton, dont la résistance me paraissait vaine, même si on peut comprendre sa volonté de sauver les meubles. Ayant revu les images, j'avoue que je suis plus perplexe, et je penche dorénavant du côté de la faute de Maldonado, dont je ne comprends pas bien qu'il ne tente pas de changer de direction alors qu'il est clair qu'ils vont se toucher. Hamilton est assez loin de la corde, prend le virage, Maldonado lui est sur la corde, et va droit dans Hamilton. A mon sens la pénalité est justifiée, après ce n'est pas un scandale, c'est une lutte. Il est juste dommage pour Lewis, déja assez malchanceux, que ca se termine de cette façon. Personnellement, j'apprécie beaucoup le tracé de ce Grand Prix, et ça m'a fait plaisir d'y voir une telle course.


    Icon For Contact#1
    Depy, 24 Jun. 2012, 22:38

    La victoire d'Alonso uniquement du à la malchance des autres... Il n'y a pas plus réducteur et subjectif !!! Alonso à certes besoin d'un petit coup de pouce pour gagner, mais je compare cette victoire à la victoire en Corée 2010. Même si il y a de la chance dans cette victoire, elle est provoquée. Alonso a saisi sa chance en gérant les pneus, en étant à l'attaque, en ne perdant pas de temps derrière des pilotes. Ferrari à bien fait sa stratégie et n'a pas commis d'erreur. Ferrari à perdu un podium au Canada à cause de la stratégie... Elle gagne cette course avec une bonne stratégie et un pilote qui a le potentiel pour gagner. ----- Pour conclure, je pense que beaucoup de victoires en F1 sont acquises grâce à un peu de chance ou de malchance chez les autres. Et il ne faut JAMAIS oublier que derrière une victoire avec un brin de chance, se cache une course bien menée, une stratégie correcte et un pilote à l'affut. Alors au lieu de critiquer une victoire avec un brin de chance, il serait peut être bon de remarquer que pour profiter de la malchance des autres, il faut être présent sur tous les plans... Pour gagner cette course, Ferrari et Alonso ont du être parfait, un point c'est tout.


    Icon For Contact#1
    Fab007, 24 Jun. 2012, 23:01

    Autant dire que la victoire est uniquement due à la malchance des autres c'est réducteur, autant parler d'un "brin de chance" ça me semble un peu réducteur aussi... Le nombre de facteurs favorables dont a tiré profit Alonso est assez impressionnant à commencer, paradoxalement, par sa mauvaise qualif qui lui a permis de mettre en place une stratégie libre et de bénéficier de pneus frais. Il n'est pas question de dévaloriser cette victoire, mais de constater qu'Alonso a bénéficié de circonstances de courses (SC, arrêt raté de Lewis, abandons de Vettel et Grosjean...) qui l'ont porté vers la victoire, qu'il a été cueillir tout seul, en faisant une bonne course sur une voiture fiable.


    Icon For Contact#1
    Depy, 24 Jun. 2012, 23:19

    Oui, c'était une expression. Les facteurs favorables ne sont pas négligeables bien sûr, mais il faut également beaucoup de choses pour profiter de cette malchance des autres. Donc il faut aussi voir ces choses là simplement, au lieu de tout remettre sur la malchance. Donc, dire qu'Alonso dépasse Grosjean parce que celui ci dérape et qu'il dépasse Hamilton par son arrêt raté, je trouve ça absolument incroyable. Alonso à dépassé Grosjean parce que lui n'a pas dérapé et est mieux sorti du virage tout en ayant eu l'adresse lors du dépassement, Alonso a dépasse Hamilton parce que lui n'a pas fait un mauvais arrêt et a attaqué comme il fallait sans faire d'erreur pour être devant... Alors il y a la chance, mais il y a aussi autre chose qu'il faut souligner, ce que Steph ne fait absolument pas !!! En Malaisie, il a gagné avec un peu de chance mais il fallait aller chercher cette victoire. Perez l'aurait dépassé si il n'était pas sorti de la piste... Oui... Mais il faut dire aussi qu'Alonso lui n'a pas fait d'erreur pour que Perez n'ai pas la possibilité de le dépasser avant ! Il a gagné à Silverstone en 2011 avec un peu de chance, mais son arrêt au stand n'a pas été foireux comme Vettel et Button, il a fait une bonne course bien gérée également. Je pousse la réflexion assez loin, mais j'en ai envie. Et d'une manière générale, il faut voir la saison de Ferrari/Alonso comme ça, des facteurs favorables à foison mais des courses solides sur une voiture honnête.


    Icon For Contact#1
    Dino, 24 Jun. 2012, 23:50

    On utilise un peu le mot "chance" n'importe comment. - La liberté du choix de pneus, ça n'est pas de la chance mais une circonstance dont bénéficient tous les pilotes qualifiés au-delà de la 11ème place. - La Safety Car ? Alonso est 4ème au moment de son introduction, on ne peut pas à proprement parler de chance, si ce n'est le fait qu'il bénéficie d'un impondérable chez McLaren : j'accorde que c'est un coup de chance. - Au restart, il passe Grosjean et il est devant le Français quand ce dernier abandonne, donc on ne peut pas vraiment parler de chance, d'autant qu'on a aucune certitude quant à ce qu'aurait été la course si Grosjean l'avait terminé. - Alonso passe en tête grâce à l'abandon de Vettel, mais ce n'est pas de la chance. Apparemment, l'Allemand a abandonné sur un problème électrique (on a parlé après d'un problème d'alternateur comme pour Grosjean) qui est sans doute dû aux fortes températures ou qui a été déclenché par la voiture de sécurité. Une nouvelle fois, ce n'est pas de la chance, mais un défaut de conception chez Red Bull qui n'en n'est pas à sa première fois. On pourrait également évoquer le contact avec Grosjean dont il sort indemne, mais ce n'est pas le seul et on a vu des contacts plus violents qui n'ont pas eu de conséquences non plus. On ne peut donc pas dire qu'Alonso ne doit sa victoire qu'à la chance. Il a eu des circonstances favorables, encore faut-il savoir les saisir. Alonso est simplement le pilote qui s'est le mieux joué des circonstances et des conditions de course. Quant à la chance, on peut trouver dans chaque victoire cette saison, sa part de chance.


    Icon For Contact#1
    Depy, 25 Jun. 2012, 0:06

    Ce que j'aime chez Dino, c'est sa capacité d'analyse complète et moins brouillonne que moi :) Dino, tu as mis le doigt sur ce que je voulais faire comprendre en tout cas. Ce que je retiendrai surtout c'est ça : "Alonso est simplement le pilote qui s'est le mieux joué des circonstances et des conditions de course.". Cette phrase est à encadrer en rouge et est d'usage d'une manière générale pour chaque vainqueur. Et on appuie lourdement sur la victoire d'Alonso, mais n'oublions pas non plus les remontées de Webber et Schumi. Eux aussi ont su profiter de tout ça. Pour une fois que Schumi n'a pas la malchance qui s'abat sur lui, manquerait plus qu'on vienne dire qu'il est sur le podium grâce à la malchance des autres ... :)


    Icon For Contact#1
    Dino, 25 Jun. 2012, 0:18

    Eh ben ça doit être un sacré bordel dans ta tête mon cher, parce que j'ai pas la réputation d'être toujours très clair. Ce qui est sûr, c'est qu'on ne peut pas d'un côté se féliciter de l'imprévisibilité des courses et de l'autre reprocher à un pilote de bénéficier de certaines circonstances et d'avoir su en jouer. Les deux sont intimement liés. Ce qui donne du relief à la course d'Alonso c'est aussi toutes les circonstances qui l'entoure.


    Icon For Contact#1
    didi, 25 Jun. 2012, 0:21

    Vous oubliez le début de course d'Alonso !!! à ce moment tout le monde avait les pneus en bon état, et il passe de 12e à 4e sur un circuit réputé difficile pour les dépassements.


    Icon For Contact#1
    Bilo, 25 Jun. 2012, 1:03

    On ne reproche pas à Alonso d'avoir de la chance (même s'il en a souvent, mais le destin choisit ses bénéficiaires, on va dire :) ) mais on reproche l'engouement suscité par son résultat qui est dû au facteur "réussite". Il faudrait quand même reconnaître la chance qu'il a, même si on est fan du pilote. Le SC est donc à l'origine de l'abandon de Vettel. Une SC, c'est toujours aléatoire, donc c'est lié à de la chance. Pour Grosjean, un problème d'alternateur, c'est qqchose qui arrive tous les 10 ans, donc c'est un manque de chance de son côté, donc une chance pour Alonso. Bien sûr, on ne sait pas si Grosjean serait repassé devant Alonso, mais c'est étrange de voir comment les supporters de l'Espagnol sont soudain si prudents concernant les runs de la Lotus face à la Ferrari sachant que ce sont les mêmes qui nous sortent à chaque week-end que la Ferrari n'est pas très bonne (implicitement : Alonso est génial pour gagner sur cette voiture). Appelons un chat, un chat. Alonso doit sa victoire à de la chance, et c'est ce mot là qu'on peut employer. Ou alors, on le vire du dico si on ne peut jamais l'utiliser. Le fait qu'il soit le premier bénéficiaire de ces faits de course, c'est grâce à lui. Mais le fait qu'il y ait eu ces faits de course, c'est dû à de la chance. Enfin, il faudrait signaler qu'Alonso ne "provoque" pas la chance. Ce n'est pas lui qui a fait en sorte que Vettel et Grosjean abandonne, que Lewis ait des soucis aux stands. Alonso n'est pas Dieu :)


    Icon For Contact#1
    Fab007, 25 Jun. 2012, 8:19

    Encore une fois, faut pas caricaturer les positions et les arguments de chacun. Personne ici ne dit que la victoire d'Alonso c'est la victoire de la chance. Tout le monde reconnait que sa course a été excellente, mais cette course excellente qui, en temps normal lui aurait sans doute permis d'accrocher un top 5 voire un podium, s'est transformée en victoire du fait de circonstances de course chanceuses : le SC qui resserre les écarts et aplani les stratégies, l'arrêt d'Hamilton qui lui permet plus tard de prendre la seconde place et les abandons de Vettel et Grosjean sur des problèmes peu communs ces dernières années en F1. C'est tout. Le victoire d'Alonso n'est pas due au hasard, mais elle est pleine de réussite. La réussite fait toujours partie de la victoire (on est jamais à l'abri d'un incident mécanique, d'un crash ou d'un problème aux stands), mais avouez que sur cette course, les éléments ont tous tournés en la faveur d'Alonso, qui a su les saisir.


    Icon For Contact#1
    Raspberry, 25 Jun. 2012, 9:14

    Je comprends pas comment on peut lui reprocher tout ça, il a été encore une fois le plus rapide aux stands si je ne m'abuse, les mécano ont été parfaits, il a su tenir ses pneus contrairement à Lewis, il a fait un début de course juste bandant, son premier run EST à montrer aux gars de la GP2. Même si Vettel avait pas abandonné, il aurait été sur le podium. La victoire ne fait que rendre sa course plus magnifique, mais j'insiste sur le fait que s'il avait terminé 2ème elle aurait été tout aussi belle (sa course). Bon bien sûr, j'avoue qu'en tant que fanboy qui se respecte j'ai tiré un gros plaisir de voir Vettel si déçu et perdre 25 points qui lui étaient promis. Vettel et sa RB8 étaient intouchables, alors je savoure la victoire avant de chuter de haut, car j'ai comme l'impression que ça va se terminer comme en 2011. Tiens je rajoute que j'ai rarement une victoire aussi remplie d'émotion, j'ai cru voir Schumi à Suzuka en 2000, et c'est là que Ferrari se différencie des autres team j'ai envie de dire ! Après que tout les monde les aient enterrés à Melbourne, les voilà qu'ils gagnent presque à la régulière, avec une course plus que solide.


    Icon For Contact#1
    Depy, 25 Jun. 2012, 9:58

    J'ai lu vos commentaires en ce petit matin et je pense que le mot est plutôt, une course où la réussite était avec lui. Tout en ajoutant que la réussite, Alonso l'a souvent avec lui parce qu'il fait ce qu'il faut pour être dans les bons coups simplement. Avec ce mon, réussite, je suis d'accord avec vous. D'ailleurs, même en étant un très grand fan, je peux reconnaitre qu'Alonso à beaucoup de réussite dans ses courses pour l'instant, tout comme pour ses trois dernières victoires où, même si il à su faire tourner les choses en sa faveur, rien n'a été contre lui pendant ces courses là. D'ailleurs, chez Ferrari, Alonso à gagné peu de courses sans l'aide de la réussite. Parce que sa voiture ne lui permet pas forcément de gagner sans l'aide de la réussite simplement ! Et la réussite, ou chance, Vettel en a eu assez bien en 2011 pour n'avoir jamais eu de soucis de fiabilités pour lui permettre de dominer chaque course, ce qui est une chance si on veut pousser... Chance qu'il n'a pas eu en 2010. Et comme on dit, la réussite en F1, elle est obligatoire. Tant de facteurs peuvent jouer en faveur ou défaveur du pilote qu'il est obligé d'avoir de la réussite et n'a pas sa course totalement entre ses mains.


    Icon For Contact#1
    Pito, 25 Jun. 2012, 11:23

    je me pose une question, est-ce que alonso avait vraiment le doit de laisser sa voiture sur la piste ?? n'etait-il pas obligé de la ramener jusqu'aux stands ??


    Icon For Contact#1
    Depy, 25 Jun. 2012, 11:25

    Pour les qualifications je sais que c'est obligatoire. Par contre pour la course, je ne pense pas. Suffit de garder un échantillons d'après moi. Mais je ne suis pas monsieur règlement :)


    Icon For Contact#1
    Fab007, 25 Jun. 2012, 12:14

    @ Rapsberry : personne ne reproche cela à Alonso ! Encore une fois Alonso est la partie très émergée de l'iceberg, mais d'autres pilotes ont profité des circonstances de course, de fait. C'est la course et nul ne peut dire le contraire, les incidents mécaniques en font partie tout comme le safety car ou les erreurs aux stands. Leur réunion en même temps est, elle, plus rare. Sur ce débat, il faut absolument se départir de sa passion pour un pilote ou un autre. La victoire est magnifique, Alonso a fait une course brillante, comme d'habitude, la stratégie adoptée était celle qu'il fallait mettre en place, mais force est de constater qu'il n'aurait pas pu jouer la victoire dans des circonstances normales. Après je ne vois pas où on reproche quoi que ce soit, d'ailleurs ça serait assez idiot dans la mesure où il n'en est pas responsable. Mais d'un évènement, il est toujours possible de tirer les gens qui en bénéficient (Alonso, Schumacher, Webber...) et ceux qui n'en bénéficient pas (Vettel, Grosjean, Hamilton...). Encore faut-il concrétiser ces opportunités quand elles se présentent, et dans ce domaine là, Alonso est un maître. De toute façon, nos avis sur ce débat sont des avis à chaud, dans l'immédiateté du GP. L'Histoire de la F1 retiendra un GP passionnant et la victoire d'Alonso, point.


    Icon For Contact#1
    Dino, 25 Jun. 2012, 13:14

    De toute façon, Alonso lui-même admet en conférence de presse qu'il a eu de la chance, et Ferrari ne se prend pas pour la reine du pétrole dans ses déclarations. C'est le lot de cette saison ! @Pito Concernant l'arrêt d'Alonso, il a précisé qu'il ne s'était pas arrêté pour célébrer avec son public, mais que ça avait bien été un heureux concours de circonstances, parce qu'il y a eu un problème sur la Ferrari. Impossible d'écarter un problème de consommation, et le précédent Hamilton, en Espagne, justifie votre question. Dans le cas d'Hamilton, il y a un article précis qui oblige les pilotes engagés en Q3 à rentrer dans les stands par leurs propres moyens. Je n'ai rien trouvé concernant les autres séances. Mais il n'est pas rare de voir des pilotes s'arrêter juste après la ligne d'arrivée, je crois d'ailleurs que c'est arrivé à Vettel et Rosberg en Espagne je crois.


    Icon For Contact#1
    Adelin, 25 Jun. 2012, 15:28

    Mais quelle course !! Après on dit que Valence est ennuyant... Je ne me suis jamais autant amusé en regardant un GP ! Tous ces retournements de situations !! Génial !


graphical divider
Media centre Barcelone
La communauté digitale
pour

Motorsinside.com est un site internet construit et animé par des passionnés d'automobile pour les fans de sports auto, Formule 1 et de tout type de moteurs. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour nous soutenir et ne rien manquer de nos actus.

Rejoignez la comu @motorsinside

Dernières actualités F1

Toutes les actualités F1
Top