F1 - Floue la hiérarchie 2012 ?

F1 - Floue la hiérarchie 2012 ?

Et si la hiérarchie de cette saison 2012 n’était en réalité pas si floue que ça ? En neuf Grands Prix, on a certes eu sept vainqueurs différents mais si, au-delà de ces chiffres, une équipe - et plus précisément un pilote - avait été en mesure de mener de manière nette la meute ?      2 réactions

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© Ferrari - Alonso vers un 3ème titre ?
© Ferrari - Alonso vers un 3ème titre ?
Avant l’ouverture du championnat à Melbourne, beaucoup pensaient que McLaren allait être l’écurie à battre cette année. La MP4-27 avait connu un hiver sans pépin et Hamilton comme Button faisaient figure de favoris pour le titre. Certains craignaient même un scénario à la Red Bull. Craintes qui n’ont pas été apaisées après l’arrivée de ce premier rendez-vous, loin de là.

Cependant, il faudra attendre le Canada, septième manche du calendrier, et la victoire de Lewis Hamilton pour revoir une McLaren sur la plus haute marche du podium. Pourtant à quelques tours de l’arrivée, c’était un tout autre scénario qui se profilait avec un deuxième succès pour Fernando Alonso sur Ferrari. Et dire qu’après les essais hivernaux de nombreux observateurs pensaient que la Scuderia allait vivre une saison catastrophique, la faute à une monoplace complètement loupée. Mais il ne faut jamais enterrer trop vite une écurie comme Ferrari comme je le soulignais d’ailleurs dans le cadre d'une chronique au début du mois de février.

Sans la dégradation importante, certains diront même excessive, des pneus Pirelli, Fernando Alonso aurait accroché, au Canada, les 25 points de la première position devant Sebastian Vettel et Lewis Hamilton.

Le même scénario s’est déroulé hier à l’occasion du Grand Prix de Grande-Bretagne. Impérial tout au long du week-end, l’Espagnol a dû laisser filer la victoire face à Mark Webber sur une stratégie pneumatique différente. Sans ce facteur Pirelli, Alonso aurait donc pu avoir actuellement quatre bouquets de vainqueur et 151 points dans son escarcelle contre 109 pour Webber, 106 pour Vettel (qui aurait alors fait 2ème au Canada) et 82 à Lewis Hamilton. Autrement dit pas de bouleversement dans la hiérarchie, juste des écarts différents.

Pour le suspense, on ne se plaindra pas de la situation actuelle, sauf si on est fan absolu du pilote des Asturies, mais force est de constater que contrairement à ce qu’on prévoyait avant Melbourne, Ferrari est loin d’être larguée et qu’avec le retour de Massa qui semble avoir retrouvé une pointe de vitesse honorable, il faudra compter avec elle dans les deux championnats car l’équipe en forme dans cette première moitié de saison, c’est bien elle. Le travail de Pat Fry, ancien de chez McLaren, n’y est évidemment pas étranger. On se souvient que lorsqu’il officiait chez les Gris, le team de Martin Whithmarsh avait une capacité de développement continue et était capable de réagir rapidement à toutes les situations. Cela ajouté à la détermination de Fernando Alonso capable de transcender le potentiel de sa monture pour en extraire le meilleur et vous comprendrez pourquoi aujourd’hui l’Espagnol mène le championnat du monde des pilotes et pourquoi Ferrari vient de passer deuxième dans celui des constructeurs derrière Red Bull qui a également retrouvé quelques couleurs avec l’introduction d’un système d’échappements particulièrement travaillé.

La suite de la saison pourrait fort bien se réduire à un duel entre ces deux écuries et dans ce cas, Christian Horner aura, comme en 2010, un dilemme au niveau de la gestion de ses pilotes. Il est peu probable que Massa vienne faire de l’ombre à Alonso au vu de l’écart qui sépare les deux hommes au championnat. Voilà qui promet pour la suite des festivités.


La chronique PitstopFerrariAlonso
     2 réactions

    Raspberry, 10 Jul. 2012, 0:44

    Pour la première fois j'ai vécu un grand prix sans stress dimanche, parce qu'Alonso était devant à la régulière, par comme en Espagne l'année dernière par exemple. La RB et la Ferrari se valaient c'est évident, avec un petit avantage sur la voiture aux mille et un visages à mon avis. Je vais donc dans ton sens, la suite de la saison s'annonce, d'après moi, comme en 2010, avec RB vs Alonso et les outsiders, pas les moindres, Button et Hamilton, même s'il faut prendre en compte une remontée probable des gris comme une chute des rouges.


    Depy, 10 Jul. 2012, 9:28

    Encore une fois, la donnée invariable, c'est RedBull dans le coup, quoi qu'il arrive, quoi qu'on fasse aux niveau des règles pour les stopper ! Sinon, très bon article, j'en pense la même chose et j'abonde dans le sens de Raspbery également. Je vois RedBull plus forte que Ferrari dans le sens ou RedBull nous à montré qu'elle avait toujours une trouvaille à n'importe quel moment de la saison. Alors que Ferrari avance petit à petit mais sans jamais être impressionnante dans ses évolutions. Mclaren, ça doit être un problème manifeste d'évolutions. Je ne sais pas si un problème de calibrage de la soufflerie peut être une cause, mais en tout cas ça semble être aux niveau des évolutions. Ou simplement, ils ne poussent peut être pas assez... Lotus me semble bonne et un très bon outsider mais je ne ressens pas une crainte quelconque envers eux par contre. Et j'espère que Mercedes va se bouger comme le veut Rosberg parce que c'est un vrai plaisir de voir Schumacher sur le devant de la scène et ce serait bien que Rosberg fasse des courses d'attaques et non des courses à la Rosberg :) Vivement dans deux semaines... Pour une victoire de Massa en guise de revanche sur 2010 ? :p


La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
Icon For Arrow-up