F1 - Fernando Alonso dans la peau du chasseur et non de la proie

F1 - Fernando Alonso dans la peau du chasseur et non de la proie

Alors qu’il reste sept Grands Prix à disputer et que Fernando Alonso dispose d’une avance de près de 40 points sur ses plus proches rivaux, l’Espagnol n’entend pas se contenter d’être sur la défensive mais veut bel et bien se glisser dans la peau du chasseur avec pour objectif d’emporter trois nouvelles victoires et ce, pourquoi pas, dès Singapour.

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© Ferrari - L'Espagnol ne prend rien pour acquis
© Ferrari - L'Espagnol ne prend rien pour acquis
Depuis sa victoire au Grand Prix d’Europe, Fernando Alonso n’a plus quitté la tête du championnat du monde de Formule Un, voyant même son avance atteindre jusqu’à 40 points au soir de la manche hongroise.

Fort de trois succès, l’Espagnol compte un total de 7 podiums pour 12 arrivées dans les points. Seul Kimi Räikkönen a fréquenté autant de fois que lui le Top 10 alors que Mark Webber n’y est entré que 11 fois et que Sebastian Vettel comme Lewis Hamilton n’y sont entrés qu’à 10 reprises. L’Asturien est également largement en tête au nombre de tours (216) et de kilomètres (1 101) parcourus en tête d’un Grand Prix.

Et pourtant, Fernando Alonso n’entend pas aborder le rush final sur la défensive, dans la peau d’une proie : « Je dois aborder les sept courses restantes dans la peau du chasseur et pas dans celle du leader du championnat, parce qu’il reste 175 points à aller chercher et 37 points [d’avance] ce n’est rien, » déclare l’Espagnol dans les colonnes de Marca. Pour le natif d’Oviedo, il s’agira donc d’attaquer afin de creuser l’écart : « Nous devons essayer de gagner les trois prochaines courses. Comme les autres, nous allons apporter de nouvelles pièces [mais] tout peut changer en une course. Mon seul objectif, à Singapour, c’est de l’emporter. Je dois flirter avec la perfection jusqu’à la fin. »

Cependant, même s’il est vrai qu’un écart de 37 points semble peu au regard du nombre de courses qu’il reste à disputer dans cette cuvée 2012 du Championnat du Monde, il convient malgré tout de rappeler que l’Espagnol est confronté à de multiples concurrents. Ainsi, le pilote Ferrari confiait récemment qu’à chaque Grand Prix, il avait pour objectif de devancer son plus proche rival, mais celui-ci change course après course : après Mark Webber en Belgique et Sebastian Vettel en Italie, l’Asturien a annoncé qu’il tiendrait Lewis Hamilton à l’œil lors du Grand Prix de Singapour.

C’est pour cela que l’Espagnol préfère n’écarter aucun de ses rivaux, alors qu’Hamilton, Räikkönen et Vettel se tiennent tous les trois à moins de 40 unités : « Si je devais choisir entre Hamilton et Vettel, je choisirais Räikkönen, » ironise-t-il. Mais celui qu’il craint le plus reste probablement le Britannique : « Hamilton est le seul qui est capable de gagner sans avoir la meilleure voiture alors que les autres l’emportent uniquement lorsqu’ils ont une bonne voiture. »

Ceci dit, Fernando Alonso sait qu’il occupe la meilleure place : « Les rivaux vont changer d’ici la fin du championnat parce que c’est très serré derrière. C’est plus facile lorsqu’on a de l’avance sur les autres. Je suis plus détendu que je ne l’étais l’année passée. »


Alonso
    La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
    Icon For Arrow-up