Vettel et Newey fidèles au poste malgré les convoitises

F1. Alors que Ferrari a les yeux rivés sur Vettel pour les saisons futures, Adrian Newey lui aussi, reçoit des propositions. Cependant, la dynamique de Red Bull et son fonctionnement restent aujourd'hui trop séduisants pour les deux personnages qui y trouvent leur compte.

Logo Mi mini
Rédigé par Par
Adrian Newey à Jerez en 2011
© GEPA / Adrian Newey à Jerez en 2011

Il y a quelques jours, Luca di Montezemolo n'a pas hésité à afficher <a href="/f1/actualite/14805-montezemolo-veut-vettel-si-alonso-quitte-ferrari-et-garde-grosjean-a-lil.html"target="_blank"title="">sa préférence claire pour Vettel plutôt qu'Hamilton</a>si Alonso venait à partir pour une raison X ou Y de chez Ferrari. Mais Vettel n'est pas le seul à susciter les convoitises. En effet, Adrian Newey, directeur technique de Red Bull, en grande partie responsable des performances générales des voitures de ces trois dernières saisons, s'est vu proposer plusieurs millions pour mettre à profit ses services au sein d'une écurie concurrente.

Motors Inside sans pub ?

Avec plus de trente saisons à son actif, Adrian Newey ne semble pas en manque d'argent, ayant la réputation d'être l'ingénieur le mieux payé du paddock. Il est aussi un peu l'objet de quelques fascinations, se déplaçant uniquement muni de son cahier à gribouiller divers schémas donnant l'impression que les idées ne cessent de fuser pour améliorer continuellement la voiture. Cela fonctionne puisque les monoplaces sur lesquelles l'homme a travaillé ont remportées plus de courses que celles dont le volant était confié à Michael Schumacher. Le duo Vettel - Newey, ce sont 26 victoires, 46 podiums, 36 pole positions et 3 titres de champion constructeurs et pilotes en 101 courses. Les convoitises sont donc compréhensibles.

L'homme de 53 ans, indique son souhait de rester en place : « Red Bull est une super écurie avec laquelle travailler. […] J'ai toujours maintenu que je ne voulais pas passer toute ma carrière en sport automobile, et surtout pas en F1, mais aujourd'hui j'y trouve mon compte. […] Tant que ce sera le cas et qu'on me donnera du travail, je continuerai ». Il commente alors le fonctionnement et le management à la Red Bull : « Dans cette équipe, nous gardons égos et politique au minimum, et maintenons une atmosphère où il n'y a pas désignation d'un unique responsable […] Nous encourageons la créativité. Et nos résultats montrent que cela paye ».

Vettel commente : « Il est nécessaire de se sentir bien dans l'écurie pour laquelle vous courrez et c'est essentiel d'avoir une voiture compétitive. Aujourd'hui nous avons les deux. […] C'est là qu'Adrian est brillant. Il me donne confiance et dessine les voitures championnes du monde. C'est une expérience incroyable de travailler avec lui. » Il conclut alors « Je pense que nous pouvons faire encore mieux ».

Vous nous lisez régulièrement ? Ajoutez Motors Inside dans vos sources favorites sur Google News pour nous soutenir ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Votre avis

Vous avez déjà un compte ? Me connecter

Merci de choisir un pseudo.
Votre email est obligatoire pour valider votre commentaire.
Commentaire en attente de publication. Un email vous a été envoyé.
Le formulaire n'est pas valide.

Un e-mail de vérification vous sera envoyé avant la publication de votre commentaire.

Abonnez-vous

Motors Inside, c'est :

Voir les avantages

Breaking news

Ne ratez plus aucune "breaking news" grâce à la nouvelle newsletter Motors Inside. Recevez dans la minute les infos importantes.

Un lien de vérification vous sera envoyé.
Merci de renseigner votre adresse e-mail.
Haut