En direct du Hungaroring avec Susie Wolff

F1. Présent dans le paddock du Hungaroring, MotorsInside est allé à la rencontre de Susie Wolff, pilote de développement de l'écurie Williams qui a notamment roulé à bord de la Williams FW35 à l'occasion des essais jeunes pilotes disputés à Silverstone la semaine. Elle a notamment confié qu'elle ne devrait pas rouler les vendredi avec Williams cette année faute de superlicence.

Logo Mi mini
Rédigé par Par
Susie Wolff, pilote de développement de Williams depuis 2012
© LAT / Susie Wolff, pilote de développement de Williams depuis 2012

Bonjour Susie, vous êtes pilote de développement chez Williams et vous courriez en DTM l'année dernière mais pas cette année, est-ce que cela vous manque ?
Non pas du tout. J'ai fait 7 ans de DTM et cela a été une bonne période mais je n'avais pas la possibilité de faire plus. J'étais dans une équipe de pointe, dans une des meilleures monoplaces donc pour moi il était clair que je devais m'orienter vers un autre défi. Mon rôle n'était pas clair ici [chez Williams] mais les choses se sont décantées et donc pour moi c'était la meilleure décision de quitter le DTM.

Motors Inside sans pub ?
Abonnez-vous

Vous avez roulé à Silverstone lors des essais jeunes pilotes, qu'avez-vous appris lors de cette journée ?
Enormément de choses, cela a été un vrai défi cette journée mais c'était également une excellente opportunité. Pour moi, avoir l'opportunité de rouler pendant toute une journée fait que j'ai une bien meilleure compréhension de ce que c'est [de piloter une F1] et j'ai fait beaucoup de tours et ma vitesse était bonne donc j'étais vraiment ravie.

A quel point est-ce important pour vous de pouvoir piloter une vraie F1 par rapport au simulateur ?
Je pense que les simulateurs sont des outils de préparation fantastiques mais ils ont leurs limites. Vous êtes dans une voiture virtuelle, ce n'est pas comme être dans la voiture en piste. Donc je pense qu'ils sont de bons outils pour se préparer mais ça ne remplace pas la vraie monoplace.

Est-ce que cette journée va vous aider à mieux faire le lien entre le simulateur et la vraie voiture ?
Oui à 100% parce que mon travail dans le simulateur est utile pour l'équipe mais il a toujours eu ses limites parce que je ne pilote pas la vraie monoplace. Donc c'est pour cela qu'à chaque fois que Valtteri et Pastor sont dans le simulateur, c'est un moment particulièrement important car ils peuvent dire aux ingénieurs comment le simulateur est par rapport aux vraies sensations en piste. Alors que mon travail dans le simulateur est plus sur le feedback suite aux modifications apportées, si c'est mieux ou pire, ce n'est pas en lien avec la voiture. Donc cela m'aide énormément d'avoir eu cette expérience.

Donc désormais vous serez en mesure de comparer la monoplace du simulateur avec celle qui roule en piste ?
Oui. Je n'ai eu qu'une seule journée d'essais mais au final cela va énormément m'aider.

Vous pouvez désormais avoir une superlicence, allez-vous la prendre ?
Il faut que je vérifie cela. Je n'ai pas encore regardé ça. Les essais n'étaient que la semaine dernière, je ne pense pas prendre de superlicence d'ici la fin de l'année mais probablement l'année prochaine.

Avec cette superlicence, vous serez en mesure de rouler les vendredi, pas cette année mais l'année prochaine du coup ?
Je suis très ambitieuse et j'aime aller de l'avant, réussir. Je dois voir ce qu'il est possible de faire l'année prochaine. Je dois voir quelles sont les possibilités au sein de l'équipe [Williams]. Mais il est clair que mon objectif est d'être de retour dans la voiture donc je vais tout faire pour mais ce ne sera pas facile car il y a beaucoup de jeunes pilotes rapides et talentueux qui se battent aussi pour avoir une chance en Formule 1 donc je vais devoir me battre.

Est-ce que vous pensez que vous pouvez faire plus que rouler seulement les vendredi l'année prochaine ?
Qui sait. En sport automobile et en particulier en Formule 1, tout peut aller très vite. Tout peut changer si vite. C'est le plus souvent une question de timing, de chance et d'être suffisamment rapide donc je dois voir ce qui est possible.

Avez-vous un contrat avec Williams pour l'année prochaine ou pourriez-vous rejoindre une autre équipe ?
Je pense que rejoindre une autre équipe est très improbable. C'est mon équipe, je me sens vraiment à l'aise ici, ils m'ont donné ma chance lors des essais jeunes pilotes et ils ont cru en moi, ils m'ont fait confiance donc j'ai envie de rester ici.

Si vous ne roulez que les vendredi, est-ce que vous pourriez être intéressée pour courir dans un autre championnat à la manière de Sébastien Buemi qui travaille pour Red Bull en F1 et Toyota en Endurance ?
Oui, c'est une option. Je dois regarder ce qu'il est possible et quelles sont les offres pour l'année prochaine. Mais je pense que c'est plutôt quelque chose à faire de manière ponctuelle. Je dois voir quelles sont mes options pour l'année prochaine et comment continuer à aller de l'avant. La compétition me manque, l'adrénaline me manque mais je ne veux pas risquer mon rôle ici [chez Williams] juste pour quelque chose qui n'est pas si intéressant. J'ai beaucoup de choses à faire ici entre le simulateur et les week-end de course donc j'ai besoin de trouver le meilleur programme.

Quel est votre rôle justement lors de ces week-end ? Vous assistez aux divers briefings ?
Oui et je suis là pour travailler avec les sponsors et les partenaires qui viennent sur ses courses et de manière plus globale être une ambassadrice pour l'équipe.

Avez-vous du temps pour visiter les différentes villes dans lesquelles se rend la F1 ?
Jamais. Non jamais. Mais je pense que quand vous venez sur les week-end de course vous êtes vraiment concentré sur le sport, je n'aurai pas envie d'aller faire du shopping en ville. Je suis là pour l'équipe et je suis là pour la course.

Donc vous voyagez dans le monde entier mais sans réellement pouvoir le visiter ?
Oui mais vous savez, sortir le soir pour diner ou arriver plus tôt le jeudi permet d'avoir une heure ou deux pour voir la ville avant de venir au circuit. Mais je ne vais pas me plaindre, ce n'est pas si mal.

De notre envoyé spécial au Hungaroring

Vous nous lisez régulièrement ? Ajoutez Motors Inside dans vos sources favorites sur Google News pour nous soutenir ou inscrivez-vous à notre newsletter.

4 commentaires
Donnez votre avis
  1. Gravatar Adelin
    AdelinLe 28/07/2013, 11:25
    Info exclusive :
    Susie Wolff n'aime pas le shopping :-p

    Encore une superbe interview de la part de je ne sais pas qui qui est sur place ce WE...
    Répondre
  2. Gravatar milano
    milanoLe 28/07/2013, 11:32
    Elle a déja 30 ans ... ca va être dur d'être titulaire pour elle mais elle fera sans doute avancé les choses pour qu'un jour une pilote sorte du cursus normale qu'un pilote prometteur empreinte et à un age raisonnable .
    Répondre
  3. Gravatar pignon
    pignonLe 28/07/2013, 12:34
    C'est vrai que ce n'est pas la même époque, mais Fangio fût Champion du monde à 40 ans....
    depuis quand est on "vieux" à 30 ans ?
    Répondre
  4. Gravatar milano
    milanoLe 28/07/2013, 12:54
    Depuis les exigences du sport de haut niveau de nos jours . Et puis entre Wolf (30 ans ) et un jeune de 20 ans je pense que Williams sait sur qui mettre une pièce car je ne pense pas que Wolf est un talent extraordinaire bien qu'elle en est le niveau .

    Vaut mieux misé sur du jeune et c'est tout a fait légitime .

    Ce que Redbull par exemple peut se permettre ( avec Raiko) Williams ne peut pas .
    Répondre
Votre avis

Vous avez déjà un compte ? Me connecter

Merci de choisir un pseudo.
Votre email est obligatoire pour valider votre commentaire.
Commentaire en attente de publication. Un email vous a été envoyé.
Le formulaire n'est pas valide.

Un e-mail de vérification vous sera envoyé avant la publication de votre commentaire.

Breaking news

Ne ratez plus aucune "breaking news" grâce à la nouvelle newsletter Motors Inside. Recevez dans la minute les infos importantes.

Un lien de vérification vous sera envoyé.
Merci de renseigner votre adresse e-mail.
Haut