F1 - Michael Schumacher : portrait d'une icône entre la vie et la mort
Une fois casqué, Michael Schumacher incarne un pilote aux multiples facettes.
Retour

F1 - Michael Schumacher : portrait d'une icône entre la vie et la mort

 Icon For Chat#6  12 commentaires
Logo Mi Redaction
Rédigé par
Une fois casqué, Michael Schumacher incarne un pilote aux multiples facettes.

Depuis dimanche 29 décembre, le monde la Formule 1 est pendu à l'état de santé de Michael Schumacher. Une inquiétude qui dépasse même les frontières du microcosme du sport automobile. Pour une bonne et simple raison : l'Allemand est une icône et pour beaucoup une personnification de la F1, qu'il a marqué de son empreinte. Aujourd'hui, il aurait dû fêter ses 45 ans. Au lieu de ça, il est cloué sur un lit d'hôpital, en train de se battre dans la course la plus importante de sa carrière et de sa vie : contre la mort.

"Kaiser", "Baron Rouge", "Schuminator"... Les surnoms pleuvent pour décrire Michael Schumacher et son aura de pilote dominateur, à jamais lié à la « success story » Ferrari du début des années 2000. Après son accident de dimanche, le choc a du mal à passer. On le croyait invincible, capable de retourner les situations impossibles, en gagnant avec du matériel inférieur à celui de ses adversaires. Un surhomme ou plutôt, un « surpilote ». Mais non. "Schumi" est fait de chair et d'os, comme n'importe quel être humain qui pourrait être terrassé par la vie. Un héros qui pourrait disparaître, d'un claquement de doigt. L'émoi est vif. Adoré ou détesté, Michael Schumacher ne laisse personne indifférent. C'est la marque des grands champions.

Un stratège au coeur de pierre ?

Vitesse. Michael Schumacher a démontré son sens diabolique de la tactique à plusieurs reprises durant sa carrière. Sa victoire au Grand Prix de Hongrie 1998 avec une stratégie en trois arrêts aux stands, alors que ses adversaires stoppaient deux fois était un coup de génie. La façon dont il a battu Fernando Alonso au Grand Prix de France 2004, avec quatre arrêts au lieu de trois, en était un autre. Bien conseillé par le directeur technique de Ferrari, Ross Brawn, il maîtrisait l'art d'enchaîner les tours de qualification au moment opportun pour dominer tous ses adversaires grâce à une stratégie décalée. Seule la paire Vettel-Rocquelin arrive à la cheville du terrible duo rouge dans cette capacité à allier vitesse et réflexion.

Pour certains, le sens tactique de Schumacher est souvent allé de pair avec une certaine froideur dans le comportement. Une distance qui se caractérise plus par une certaine timidité, un contrôle de soi caractéristique. Il lui est arrivé de le perdre, ce contrôle, avec quelques coups de sang mémorables comme ici, lors du Grand Prix de Belgique 1998 où David Coulthard a bien failli en prendre pour son grade.



Ayrton Senna était un modèle pour Michael Schumacher. Une référence à battre. Dans ses premières années, il s'est frotté au pilote brésilien, pas toujours de manière commode. En 1994, l'heure du duel avait sonné. Il a malheureusement été écourté par le destin. Six ans plus tard, Schumacher fond en larmes après avoir égalé le nombre de victoires du mythique Brésilien. La carapace bétonnée craquelle.



Le défi Ferrari

Brillant. Schumacher sans Ferrari ne serait pas Schumacher. Surnommé le Baron Rouge lors des dix saisons qu'il a passées au sein de la Scuderia, il est un des ingrédients majeurs du retour de l'équipe italienne sur le devant de la scène, sous l'impulsion de Jean Todt. Alors qu'il surfait sur la vague du succès chez Benetton, il a voulu relever le défi proposé par le Français : remettre l'écurie mythique sur la piste du succès. Pendant quatre ans, "Schumi" se bat pour le titre sans le remporter. La libération arrive en 2000. Il met fin à une disette en titre pilotes de trente ans pour Ferrari, qui n'avait également plus gagné un titre constructeurs depuis 1983. La domination qui suit pendant cinq ans est parfois outrageuse. Mais au regard de l'investissement initial, elle est méritée.

La face sombre

Discutable. Certains faits de piste de Michael Schumacher ne servent pas sa gloire. C'est la face sombre du champion. Celle qui a donné du grain à moudre aux polémiques pendant vingt ans et ce, dès son premier titre en 1994. Au départ du dernier Grand Prix, il possède un point d'avance sur Damon Hill pour devenir champion. Pour être titré, Schumacher doit juste terminer la course devant son rival. Ils ne termineront pas la course. Ni l'un, ni l'autre.



Même cas de figure trois ans plus tard, face à Jacques Villeneuve, lors du dernier Grand Prix de la saison. Schumacher a un point d'avance sur le Canadien et doit finir devant lui. La bagarre est musclée et Schumacher reste sur le carreau. Pire, il est reconnu responsable de l'accident et reçoit une sanction d'envergure : il est exclu du championnat du monde.



Acrobate sur piste humide

Glisse. Michael Schumacher en est un des adeptes.Sur piste humide, il était à l'aise. Ses succès au Grand Prix de Belgique 1995, Grand Prix d'Espagne 1996 ou au Grand Prix de Monaco 1997 en sont les démonstrations. Si Senna reçoit souvent le surnom de "maître de la pluie", Schumacher mérite largement celui de meilleur apprenti.



Une référence sur la piste

Piquet, Senna, Prost, Mansell, Hill, Villeneuve Häkkinen, Alonso, Räikkönen... Autant de champions du monde à qui Michael Schumacher a pu se mesurer et battre. Au fil des années, c'est lui qui est devenu la référence, le point de mire que chacun tendait à viser. S'il n'a pas impressionné par son sens du dépassement, il a en tout cas été victime de certaines des plus belles manoeuvres de l'histoire. Comme si, face à lui, les pilotes se surpassaient pour le dépasser. Sans Schumacher comme référence, le dépassement de Häkkinen au Grand Prix de Belgique en 2000 n'aurait pas la même saveur.



L'homme de tous les records


 Icon For Chat#6  12 commentaires

    Icon For Contact#1
    Luke, 3 Jan. 2014, 10:40

    un avis ?!....oui article de merde !


    Icon For Contact#1
    lestefdur, 3 Jan. 2014, 12:07

    pourquoi artcle de merde???


    Icon For Contact#1
    Aifaim, 3 Jan. 2014, 12:44

    Non, Luke@, cet article ne mérite pas votre qualificatif. Pour l'avoir lu trois fois afin de comprendre votre colère (dégoût ?), j'exonère le corps de cet article de tout voyeurisme ou pathos inconvenant. Quentin fait le choix intéressant de dresser un portrait à partir de touches révélatrices de la personnalité et des compétences du pilote contre une biographie plus ou moins exhaustive de sa carrière aux relents, dans les circonstances actuelles, de nécrologie prématurée. Personnellement, je n'aurais pas conservé le titre au-delà du terme "icône" et j'aurais allégé le chapô. Mes remarques sont techniques plus que critiques et il nous a, est et sera imposé, hélas, y compris dans la presse professionnelle, des papiers infiniment moins pudiques et mesurés.


    Icon For Contact#1
    Profx, 3 Jan. 2014, 13:41

    on as pas de news de sa sante alors on pisse de la copie ? histoire de remplir l espace ? son passe on le connait tous , ce qui nous interesse c est son avenir . dans de tres tres nombreuses annees quand il se sera endormi pour toujours par son grand age , la oui il sera temps de sortir ce genre de doc ;)


    Icon For Contact#1
    VENON, 3 Jan. 2014, 13:59

    Excellent Aifaim comme d'habitude de même que l'article concerné.


    Icon For Contact#1
    Aifaim, 3 Jan. 2014, 14:39

    Profx@, il ne vous vient pas à l'esprit que parmi ceux qui suivent la Formule 1, beaucoup n'ont ni vos connaissances, votre mémoire, ni l'ancienneté de votre passion ? Moi aussi, je me passerais tout à fait de ce tsunami journalistique actuel, qui plus est coïncidant avec l'indigence d'actualité liée à la trêve festive. Alors, je fais le gros dos en attendant l'attribution des derniers volants et les premières photos des monoplaces 2014... et puis, ce n'est pas à vous que j'apprendrai que le sport automobile, ce n'est pas que la F1 et qu'il existe d'autres lieux pour nourrir au jour le jour notre passion commune.


    Icon For Contact#1
    Profx, 3 Jan. 2014, 15:43

    desole mais j avoue etre a cran depuis que j ai eu l info de l accident de shumi ... alors bon je reagis surement trop nerveusement a tout sujet pouvant ressembler de pres ou de loin a une necro ... l idee qu il ne s en sortirai pas m est totalement insupportable .


    Icon For Contact#1
    alpi, 3 Jan. 2014, 16:06

    Il est pas si mal cet article, même si, effectivement, se croire obligé de meubler pendant son coma n'est pas forcément très utile. Ce que j'aime bien dans cet article c'est que le côté sombre, mauvais joueur, de l'idole est abordé. Il a eu des coups de volants inacceptables pour un grand champion. Comme Senna à Suzuka en 1990. Pour moi, ces deux-là auront toujours ces taches sur leurs combinaisons et leurs palmarès. Quant à dire que Schumacher a gagné avec "un matériel inférieur aux autres", ça me fait un peu marrer. Parlez-en déjà à ses coéquipiers qui ont dû lui livrer des victoires sur un plateau, quitte à freiner devant la ligne d'arrivée... Après, chacun ses références et j'imagine déjà les tombereaux d'agressivité (à la Schumi en piste) qui vont me tomber dessus après ce commentaire... Et je me marre encore plus !


    Icon For Contact#1
    Aifaim, 3 Jan. 2014, 16:33

    Y a pas de mal, Profx@ ...


    Icon For Contact#1
    arkansis, 3 Jan. 2014, 21:42

    Il est dans un coma stable, et du moment qu'il reste stable il n'y a rien d'autre à faire qu'à attendre et surveiller. Apparemment il ne doit pas rester dans le coma plus de 3 semaines, sinon ça ne serait pas bon signe. Je relate juste les propos de spécialistes en traumatologie cérébrale sévère, je ne suis pas spécialiste dans ce domaine.


    Icon For Contact#1
    arkansis, 3 Jan. 2014, 21:51

    Je rajoute que selon moi historiquement Hakkinen aura été son plus grand adversaire, et Alonso son bourreau.


    Icon For Contact#1
    Profx, 4 Jan. 2014, 1:13

    le plus surprennant en 99 apres son crash avec coultard , c est que ce dernier a commencer a etre parmis les plus rapides en piste apres cela un peu comme si il aurai eu comme consigne de se laisser rattraper par shumi afin de le "ralentir" et qu une fois sa "mission" accomplie il aurai repris son rythme normal . (il perdait un temps enorme a chaque tour auparavant )


divider graphic

Les autres magazines

Top