F1 - La FIA va renforcer la sécurité des commissaires

Charlie Whiting, délégué à la sécurité et directeur de course au sein de la FIA, a confié que l'instance dirigeante de la Formule 1 allait agir afin d'améliorer la sécurité des commissaires de piste intervenant sur les circuits afin d'éviter un nouveau drame comme celui ayant coûté la vie à Mark Robinson au Canada.
Logo Mi Redaction
Rédigé par
La FIA veut diminuer les risques des commissaires de piste en action
© Fan-F1 / La FIA veut diminuer les risques des commissaires de piste en action
Afin d'éviter un nouvel accident comme celui ayant coûté la vie au commissaire de piste Mark Robinson au Canada, Charlie Whiting - le délégué à la sécurité au sein de la Fédération Internationale de l'Automobile - a révélé que la FIA a conseillé les différents organisateurs de Grands Prix afin de les aider à améliorer la sécurité de leurs commissaires.

« L'accident au Canada a été terriblement malheureux. Les choses vont changer à cet égard. Depuis cet accident, nous avons briefé tout le monde, si vous utilisez ce genre de véhicules de type JCB [des grues mobiles] pour soulever une voiture, vous ne devriez jamais marcher devant. Cela va de soi en quelque sorte, » a confié Charlie Whiting au salon Autosport International.

Whiting a également confié que les différents responsables de courses de F1 pouvaient s'inspirer des meilleurs systèmes utilisés par les uns et les autres : « La fédération brésilienne de l'automobile dispose d'un système qui attache deux cordes à la voiture pour la maintenir [lorsqu'elle est évacuée] et cela l'empêche de se balancer donc vous n'avez besoin de personne pour la stabiliser. Nous essayons de mettre tout le monde au courant de ce genre de système afin de minimiser le nombre de personnes nécessaires à l'évacuation d'une voiture. C'est la clé. »

Toujours à l'occasion de ce salon britannique, Charlie Whiting - qui est également le directeur de course de la FIA - est revenu sur le DRS et notamment les critiques selon lesquelles ce système rend les dépassements trop faciles : « Je suis un grand fan [du DRS]. Je connais certaines personnes qui y sont opposées et pensent que ce n'est plus [du] pur [sport]. Je suis totalement en désaccord avec cette vision. Cela nécessite toujours une incroyable compétence du pilote. Ce n'est pas comme si vous tourniez, dépassiez, partez et c'est fait. »

Si certains observateurs ou fans pensent que les choses semblent trop faciles comme à Spa-Francorchamps dans la ligne droite de Kemmel, Charlie Whiting estime que ce n'est pas le cas et que les dépassements restent avant tout un effort du pilote : « Parfois cela paraît comme ça [trop facile] mais Spa est un exemple du fait que si vous arrivez dans Eau Rouge un peu plus rapidement que la voiture devant vous et déployer le DRS, c'est aisé. Mais c'est uniquement grâce à la vitesse de sortie de virage de la voiture. Si les voitures sont à une vitesse égale, un pilote aurait besoin d'être à trois dixièmes de la voiture devant ce qui n'est pas un mince exploit en soi. Mais s'ils vont à la même vitesse au début de la zone DRS, ils seront à côté au point de freinage. C'est toute la théorie du DRS. Vous devez pré-supposer que les voitures vont à la même vitesse mais vous n'avez aucune idée de la vitesse à laquelle ils font cela. Si vous comprenez le raisonnement à ce sujet et ce qui est nécessaire en réalité pour dépasser, cela nécessite encore beaucoup de la part du pilote. »

Le directeur de course de la FIA a également confié que l'instance dirigeante ne prévoyait pas de modifier le fonctionnement du système qui restera limité à certaines portions du circuit mais ne sera pas limité dans son temps d'utilisation comme c'est le cas par exemple en Formule Renault 3.5 : « Nous avons le sentiment que cela ne devrait être autorisé que sur certaines portions de la piste. Avant l'année dernière, les pilotes pouvaient l'utiliser à tout moment en essais et en qualifications et cela a mené à plusieurs incidents où les pilotes l'utilisaient trop tôt donc pour l'année dernière, nous ne les avons autorisés à l'utiliser en essais qu'aux endroits où ils pouvaient l'utiliser en course. Nous pensons qu'il est important qu'il ne soit utilisé que dans certains endroits, pas pour une durée maximum de temps. »

Toujours concernant la FIA, dans la foulée de l'entrée en vigueur du moteur V6 Turbo 1.6L, les monoplaces embarqueront en 2014 un nouveau capteur de mesure du flux d'essence qui est utilisé par le moteur afin de s'assurer du respect des règles dans ce domaine - un maximum de 100 kilogrammes par monoplace et par course. Selon Auto Motor und Sport, la société Gill Sensors qui fournit ces capteurs, travaille actuellement à améliorer la précision du capteur, qui possède actuellement une marge d'erreur d'1.5%.

« [Le capteur d'essence] a été homologué par la FIA [pour 2014]. Il remplit les exigences de précision de la FIA. Nous sommes ravis que la FIA soit confiante quant à la performance et la durabilité de notre compteur de débit de carburant à ultrasons, » a confié Mike Gill, le patron de la société.
Partager
    graphical divider
    Media centre Barcelone
    La communauté digitale
    pour

    Motorsinside.com est un site internet construit et animé par des passionnés d'automobile pour les fans de sports auto, Formule 1 et de tout type de moteurs. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour nous soutenir et ne rien manquer de nos actus.

    Rejoignez la comu @motorsinside

    Top