F1 - La 25ème vieillissante : Niki Lauda, Pays-Bas 1985

F1 - La 25ème vieillissante : Niki Lauda, Pays-Bas 1985

Pour célébrer le 25ème succès de Lewis Hamilton lors du Grand Prix de Chine, Fan-F1 vous propose un dossier spécial sur les 25ème victoires des pilotes qui sont entrés dans la légende. Troisième numéro : Niki Lauda, et sa victoire à Zandvoort en 1985.      5 réactions

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© ANEFO / R.C. Croes - Prost et Lauda se sont battus pour la victoire
© ANEFO / R.C. Croes - Prost et Lauda se sont battus pour la victoire
Niki Lauda a remporté le Grand Prix des Pays-Bas 1985. Il s’agissait de son 25ème succès.

Le contexte
Sacré en 1984 pour un demi-point face à son équipier, Alain Prost, Niki Lauda a rejoint dans la légende Jack Brabham, Jackie Stewart et Juan-Manuel Fangio au rang des pilotes ayant glané au moins trois titres mondiaux.

Mais en arrivant à Zandvoort, pour la onzième manche du Championnat 1985, la situation est toute autre pour l’Autrichien : il est en effet seulement douzième au classement pilotes, avec cinq unités quand Prost et Alboreto, à égalité en tête, en comptent 50. Sa saison est catastrophique: sur les dix courses précédant la manche néerlandaise, Lauda n’en a terminé que deux (4ème à Saint-Marin et 5ème en Allemagne). Il aura connu sur cette saison tous les problèmes possibles : électronique, freins, turbo, boites de vitesses… Lors de la course précédente, chez lui, en Autriche, il dominait largement les débats quand sa voiture le lâcha une nouvelle fois.

Alain Prost, de son côté, n’a connu jusqu’ici que deux abandons sur des sorties de piste et une disqualification, à Saint-Marin. La McLaren MP4/2B – conçue par le génial John Barnard – est, comme son nom l’indique, une évolution de la MP4/2, principalement pour s’adapter à deux modifications : la première, règlementaire, consiste en une interdiction des petites ailettes sur les ailerons arrière dont la voiture de 1984 était pourvue, et la seconde, nécessaire, puisque Michelin se retirant, McLaren fait confiance à Goodyear mais doit, de ce fait, modifier les suspensions par rapport à la monoplace précédente.

Pour finir, Lauda a annoncé qu’il prendrait en fin de saison sa seconde retraite. Sa motivation est questionnée et l’on se demande alors s’il sera en capacité de lutter pour retrouver les sommets.

La course
A Zandvoort, la séance de qualification n’augure rien de bon : Lauda est dixième sur la grille, Prost troisième. C’est Nelson Piquet (Brabham), qui a signé la pole. Malgré tout, le triple-champion du monde, s’il est n’est pas forcément un des meilleurs pilotes dans l’exercice du tour chronométré, pâtit en plus d’une particularité : les McLaren n’utilisent pas de moteur de qualification, à l’inverse de la plupart de leurs rivales. Ainsi, si le TAG-Porsche est puissant et véloce en course, en qualification, il n’offre que très rarement l’opportunité aux pilotes de faire mieux que la deuxième ligne.

Au départ, Piquet reste cloué sur place, tout comme Thierry Boutsen, qualifié 8ème. La collision est évitée par miracle et c’est un Niki Lauda en difficulté à la réaccélération qui se retrouve un peu par hasard en 6ème position à l’abord du premier virage de la course, derrière Keke Rosberg (Williams), Ayrton Senna (Lotus), Teo Fabi (Toleman), Alain Prost et Marc Surer (Brabham).

Dès le premier tour, il se joue de Surer et se retrouve à la poursuite de Prost. Le Français prend l’avantage sur un Fabi incroyablement rapide au volant de la Toleman, mais qui ne peut lutter contre la puissance de la McLaren. Lauda passe l'Italien au terme de la 5ème boucle mais n’est pas satisfait par sa voiture qui sous-vire énormément.

Quelques secondes devant lui, Prost met la pression sur Senna, et Lauda profite de cette lutte pour se rapprocher de son équipier. Le pilote Lotus résiste, résiste, mais fini par plier et doit même laisser filer les deux monoplaces rouges et blanches dont la vitesse de pointe fait merveille dans la ligne droite des stands du circuit de Zandvoort. A l’entame du quatorzième tour, les deux hommes sont donc deuxième et troisième, sur les traces de Rosberg dont la Williams est toujours en tête.

Mais, dans le 19ème tour, un panache de fumée s’échappe de la voiture jaune, blanche et bleue : le moteur Honda vient de rendre l’âme et Prost s’empare du commandement. C’est le moment que choisit Lauda, distancé par Prost, pour ravitailler. L’équilibre de la voiture posait toujours problème : « Je ne pouvais rien faire, il fallait faire avec. Si je m’arrêtais deux fois, je perdais la course. ».

Il ressort en huitième position, avec des gommes neuves. Senna fait de même dans la 26ème boucle : le Brésilien et l’Autrichien se retrouvent au coude-à-coude à la sortie des stands, mais la McLaren conserve l’avantage. Lauda profitera de la fin de la valse des arrêts aux puits pour regagner tranquillement la seconde position.

A la fin du 33ème des 70 tours du Grand Prix, Alain Prost, qui s’est constitué un petit matelas s’arrête. Mais l’arrêt se passe mal et la roue arrière droite prend du temps à être changée. Il ne repart qu’en troisième position, derrière Senna. Il dispose toutefois d’une combinaison de pneus plus tendres, donc plus rapides. Il efface la Lotus dans le 46ème tour. Lauda se trouve à plus de 10 secondes de son équipier.

« Prost est passé deuxième et c’était mon plus gros problème. Il revenait comme un fou derrière moi ». Effectivement, le Français revient vite et, dans le 63ème tour, à la faveur d’un dépassement difficile de Lauda sur Elio de Angelis (Lotus), à un tour, il fait la jonction. Les deux hommes se livrent alors une bataille à couteaux tirés, d’abord en haussant respectivement le rythme ;McLaren n’intervient pas dans cette lutte, même si les deux hommes ne jouent pas les mêmes choses.

Alors qu’il ne reste que deux tours, Prost profite du dépassement de l’Osella de Huub Rothengatter – à 14 tours – pour attaquer Lauda. Mais ce dernier ferme autoritairement la porte et le Français doit mordre dans l’herbe et ralentir pour éviter le contact. Le ton est donné : le triple-champion du monde ne se laissera pas faire. Le dernier tour est tendu : Prost colle littéralement son ainé qui use de toutes les techniques pour maintenir l’avantage. Il y parvient et sur la ligne d’arrivée, Lauda précède Prost pour deux dixièmes de seconde.

Niki Lauda remporte ainsi le 25ème succès de sa carrière, rejoignant Jim Clark et Jackie Stewart. Il s’agit aussi du premier succès de sa dernière saison en Formule 1.

L’après…
Extrait du Jeux F1 2013
Ce que Lauda ne sait pas, c’est qu’il s’agit surtout de son dernier podium en F1. En effet, la parenthèse de Zandvoort se refermera bien vite : en Italie, sa transmission le trahira, puis en Belgique, lors des essais, il subira un gros accident lors duquel il se brisera le poignet. Absent à Donington, pour le sacre d’Alain Prost, il sera de retour pour les deux dernières courses de sa carrière : elles se solderont par deux abandons, sur un problème de turbo à Kyalami et un problème de freins à Adelaïde. Il était temps que cette saison terrible se termine.

L’après F1 est marquée, pour l’Autrichien par un retour à la tête de sa compagnie aérienne, Lauda Air. Il occupera aussi divers rôles : conseiller pour Luca di Montezemolo chez Ferrari, manager de Jaguar, commentateur pour la chaîne allemande RTL et, enfin, directeur non-exécutif de l’écurie Mercedes, poste qu’il occupe aujourd’hui.


Retrouvez les autres articles de ce dossier :
La 25ème scintillante : Jim Clark, Afrique du Sud 1968
La 25ème reluisante : Jackie Stewart, Monaco 1973


Crédits photo :
Alain Prost lors des essais du Grand Prix d'Allemagne 1985. Auteur : Lothar Spurzem


Histoire
     5 réactions

    ClimJark, 27 Apr. 2014, 19:55

    Ecce homo


    Aifaim, 27 Apr. 2014, 20:44

    C'est peut-être une bêtise mais le 3e personnage sur la photo ressemble beaucoup à Huub Rothengatter qui disputa ce grand prix au volant d'une Osella. Soutenu par Marlboro, vu que, apparemment, la photo a été prise dans un salon et qu'un panneau, derrière Lauda semble accréditer ce sponsor, c'est plausible.


    Fab007, 27 Apr. 2014, 21:16

    @Aifaim Non, vous avez raison, c'est bien Rothengatter !


    Aifaim, 27 Apr. 2014, 22:27

    Cette course est en intégrale sur Dailymotion ... Si attendre le GP d'Espagne vous semble trop long ...


    Aifaim, 28 Apr. 2014, 14:34

    A qui le tour ? Senna pour sa victoire dans une course fracassante ? Alonso avec une victoire probante ? Prost avec un titre au bout d'une course crevante pour Mansell et intelligente pour lui ? Schumacher, la victoire rougissante du podium avec Irvine 3e ? Vettel, déterminante puisqu'il reprend la tête du championnat ? Mansell, tout en constance et régularité, 1er de bout en bout ..?


La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
Icon For Arrow-up