F1 - Jack Brabham, une légende de la F1 s'éteint

F1 - Jack Brabham, une légende de la F1 s'éteint

L’un des grands noms du sport automobile, et particulièrement de la Formule 1, s’est éteint : Jack Brabham, triple-champion du monde de F1 est décédé à l’âge de 88 ans.  Icon For Chat#6  7

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© ANEFO / Eric Koch - Jack Brabham sur le podium à Zandvoort en 1966
© ANEFO / Eric Koch - Jack Brabham sur le podium à Zandvoort en 1966
La Formule 1 perd une de ses légendes en ce mois de mai 2014 puisque Jack Brabham est décédé à l’âge de 88 ans. Celui qui avait été anobli en 1978 pour « service rendu au sport automobile » a conquis au cours de sa longue carrière trois titres de champion du monde de la catégorie reine : les deux premiers sur Cooper en 1959 et 1960 et le troisième au volant d’une voiture de sa propre écurie, Brabham, en 1966, ce qui reste à ce jour un fait unique dans l’histoire de la discipline.

Vainqueur de 14 Grands Prix entre 1955 et 1970, l’Australien a participé à d’autres évènements tels que Les 24h du Mans, à trois reprises, ainsi qu’aux 500 miles d’Indianapolis, quatre fois. Il était surnommé ‘’Black Jack’’, à la fois pour ses cheveux d’ébène, pour son pilotage parfois impitoyable et pour sa capacité à imposer « un silence ténébreux », selon la formule de Gérald Donaldson.

Il fut donc l’un des deux fondateurs de l’écurie Brabham qui remporta – outre le titre pilotes de 1966 – la couronne des constructeurs à deux reprises, en 1966 et 1967, et porta vers le sacre le Néo-zélandais Denny Hulme en 1967. En 1970, Jack Brabham laissera les rênes de la structure à Ron Tauranac, son co-fondateur. Ce dernier revendra l’écurie à un certain Bernie Ecclestone en 1971. Sous la direction de ce dernier, l’écurie offrira à Nelson Piquet ses deux premiers titres de Champion du monde, en 1981 et 1983, avant de connaître le déclin pour finalement disparaître en 1992.

Extrait du Jeux F1 2013
Jack Brabham aura aussi enfanté une dynastie, puisqu’il est le père de David Brabham, éphémère pilote de F1 au début des années 1990, mais pilote émérite en Endurance, avec en point d’orgue la victoire lors des 24 heures du Mans 2009, au volant d’une Peugeot 908. Matthew et Sam, ses petits enfants, ont quand à eux débuté il y a quelques années leur carrière dans le monde du sport automobile.

Sir Jack Brabham était le plus âgé des champions du monde et des vainqueurs de Grand Prix encore en vie. Il avait côtoyé d’autres légendes de la discipline comme Juan-Manuel Fangio, Stirling Moss, Bruce McLaren, Jim Clark, Graham Hill ou encore Jackie Stewart. John Surtees, 80 ans, est désormais le doyen des Champions du monde (1964) encore en vie.
Partager cet article
 Icon For Chat#6  7 commentaires

    Icon For Contact#1
    welcome26, 19 May. 2014, 8:44

    Une légende nous quitte. Au revoir Sir Brabham et respect à jamais.


    Icon For Contact#1
    Aifaim, 19 May. 2014, 10:26

    Sir Jack a effectivement fondé une dynastie de pilotes beaucoup plus fournie que le seul David puisque ses trois fils ont fait carrière en sport automobile. Geoff, l'aîné, n'est pas venu en F1 mais a réalisé une brillante carrière aux USA en Endurance. Jean Todt viendra le chercher pour courir les 24 H du Mans - et les remporter - en 1993 avec deux jeunes Français, Hélary et Bouchut. Gary, sera plus malchanceux à cause de la F1. L'esquisse d'une carrière au début des années 90 ruinera injustement sa réputation qu'il redorera aux USA. David, au même moment, le suppléera en F1, chez Brahbam et subira la tristement Simtek en 1994. Mais c'est, lui aussi en Endurance qu'il forgera son palmarès en particulier au volant des fameuses Jaguar "Silk Cut" violettes de Walkinshaw. Il court toujours, surtout aux USA.


    Icon For Contact#1
    Aifaim, 19 May. 2014, 10:34

    Brahbam, c'est toute ma jeunesse. Il était "rugueux" au volant, n'avait pas la finesse d'un Jim Clark, le charisme d'un Stewart, la fougue d'un Jochen Rindt ni la placidité flegmatique et l'humour d'un Graham Hill. Pour la seconde partie de sa carrière avec l'arrivée de l'ère 3L et son moteur Repco, il était considéré comme trop vieux, ce qui le mettait particulièrement en colère. Mais, Brahbam, c'est aussi un nom synonyme de Formule 3 à bord desquelles des dizaines de jeunes pilotes se sont fait les dents et esquissé leurs carrières.


    Icon For Contact#1
    surboumpour4roues, 19 May. 2014, 11:57

    ...très fort aussi en prototype , je me souviens de son association avec François Cevert , un sacré duo très complémentaire .


    Icon For Contact#1
    Aifaim, 19 May. 2014, 14:29

    Oui, surboumpour4roues@. Mais entre doigt d'allumeur et segmentation, la saison 1970 ne fût guère chanceuse. Graham Hill, en 1972, associé à Henri Pescarolo entama la saga des victoires Matra au Mans. En fait, en fin de carrière, Sir Jack courut peu en dehors des monoplaces F1 et F2. Ses voitures étaient à l'identique du personnage : Simples, presque rustiques de conception, solides et pas trop chères à l'entretien comme à l'achat. Ainsi, la Brahbam fût la dernière Formule 1 à passer au châssis monocoque, préférant depuis toujours une structure multi-tubulaire : l'antithèse de Colin Chapman, le concepteur des Lotus.


    Icon For Contact#1
    pdurand17, 20 May. 2014, 19:38

    Question malchance (?), on se rappellera aussi de l'arrivée du GP de Monaco 70, quand Sir Jack trouve le moyen de déraper dans le dernier virage alors qu'il avait course gagnée. C'est sans doute ça aussi, une légende ...


    Icon For Contact#1
    Aifaim, 20 May. 2014, 20:47

    pdurand17@, non là, ce n'était pas de la malchance mais une erreur. Rindt le remontait depuis bon nombre de tours. Pour prendre un tour à Dennis Hulme, Brahbam n'attend pas la sortie de l'épingle, il choisit de quitter la trajectoire bien propre et plonge à l'intérieur, dans la poussière. Au moment de freiner, la voiture glisse et quand il veut tourner, elle va tout droit. Il s'était déjà fait piéger à Monza en 1967 par John Surtees (Honda). Les deux champions du monde sont ensemble en vue de la ligne d'arrivée et personne ne veut mener pour ne pas se faire battre à l'aspiration. Surtees se décide à prendre la tête mais sur la partie propre de la piste. A côté, Brahbam ne perd l'adhérence qu'un instant mais ce sera suffisant pour que l'Anglais conserve 2/10 d'avance sur la ligne.


La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
arrow-up icon