F1 - Red Bull et la question du moteur Renault

Les quatre titres consécutifs semblent être oubliés par Red Bull, qui ne se prive pas de critiquer son motoriste, Renault. Certains y voient même la possibilité que l'écurie rachète complètement Renault Sport F1 afin de disposer de son propre moteur. Mais il y a loin de la coupe aux lèvres...  Icon For Chat#6  5
Logo Mi Redaction
Rédigé par
Les ingénieurs de Renault ont encore du pain sur la planche
© Renault Sport / Les ingénieurs de Renault ont encore du pain sur la planche
Depuis l'arrivée du nouveau moteur V6 hybride, Renault a clairement été en retrait des performances de Mercedes, ce qui a largement pénalisé ses clients, au premier rang desquels Red Bull.

Colère de Red Bull

Évidemment, cette situation n'est satisfaisante pour aucune des parties concernées et de gros efforts ont été menés pour combler le retard. Les hommes de Milton Keynes et de Viry-Châtillon pensaient avoir mangé leur pain noir lorsqu'ils ont renoué avec le succès avec Daniel Ricciardo lors du Grand Prix du Canada.

Mais le retour sur les terres de Red Bull s'est révélé catastrophique, avec un nouvel incident technique qui a impacté la monoplace de Sebastian Vettel. Il n'en fallait pas plus pour provoquer un regain des tensions entre les deux partenaires. Ainsi les rumeurs se sont propagées selon lesquelles Red Bull pourrait créer son propre moteur ou racheter la division moteur de Renault.

Red Bull a, néanmoins, fait savoir qu'il ne comptait pas changer de moteur à court terme, ce qui est dans tous les cas impossible puisque Mercedes et Ferrari n'accepteront jamais de renforcer un rival direct alors que Honda a un contrat d'exclusivité de deux ans avec McLaren. Ainsi Christian Horner, le responsable de Red Bull, a déclaré : « Il doit y avoir du changement chez Renault parce que cela ne peut continuer comme ça. Ce n'est pas bon pour Renault, ce n'est pas bon pour Red Bull. Nous devons travailler ensemble, comme des partenaires. Nous n'aurons pas un moteur différent l'an prochain. Nous voulons être compétitifs. Nous voulons être devant et ce genre de problèmes ne doit pas arriver. Il doit se passer quelque chose puisque ce qui est fait à l'heure actuelle ne fonctionne pas. Ce n'est pas notre affaire, ce n'est pas de notre responsabilité. Nous sommes l'utilisateur final. C'est frustrant que le produit ne fonctionne pas à l'heure actuelle. »

Vers un rachat de Renault Sport F1 ?

Reste la possibilité de racheter la structure de Viry-Châtillon. Le moteur actuel est certes moins performant mais des améliorations significatives peuvent toujours avoir lieu au cours de la trêve hivernale, autorisée par la FIA.

Mais l'argument avancé pour un rachat par le taureau rouge est que cela permettrait de changer le détenteur de la propriété intellectuelle du moteur : il ne s'agirait plus d'un moteur Renault mais d'un moteur Red Bull (ou Infiniti). Cela permettrait donc de complètement contourner la réglementation, qui interdit d'importantes modifications au-delà de la prochaine trêve hivernale. Red Bull aurait alors l'opportunité de partir d'une feuille blanche, en bénéficiant des idées lancées par le moteur Mercedes.

Red Bull en a clairement les moyens mais Renault est-il vendeur ? Rien n'est moins sûr : cette structure existe depuis 1977 et a su prouver sa compétitivité dans le passé, avec de nombreux titres mondiaux à la clé. De plus, avec un marché automobile européen toujours plus compliqué, Renault se doit de bénéficier d'une exposition médiatique mondiale, que lui offre la Formule 1. Il est fort peu probable que les hommes au Losange se passent d'une telle exposition, surtout que les précédents retraits de Renault en F1 ont surtout eu lieu lorsqu'il avait tout gagné. Pas sur un constat d'échec et de défaite...

Avec la participation de www.Racingbusiness.fr
Partager
 Icon For Chat#6  5 commentaires

    Icon For Contact#1
    nucleix, 26 Jun. 2014, 19:08

    Cet article est du remplissage de rubrique. L'art d'occuper les lecteurs lors des moments de calme. pffffffffffffff


    Icon For Contact#1
    bouldecristal, 26 Jun. 2014, 20:40

    Au début on disait que c'était un problème de mise au point. Malheur à celui qui disait le contraire. Une fois le software au point on se rend bien compte comme certains l'avaient annoncé que la faiblesse est GENETIQUE. Il faut donc repartir d'une feuille blanche. Mais le règlement est là...qui interdit de tout reprendre à zéro. Dilemme insurmontable.


    Icon For Contact#1
    bouvman, 26 Jun. 2014, 21:04

    Il est impossible que Renault, pour le spectacle, soit à la traîne l'année prochaine. Je pense que la FIA fera tout pour que Renault puisse faire un moteur compétitif, car Mercedes devant d'une seconde une année, c'est cool, 2 années c'est prendre un gros risque au niveau des audiences...


    Icon For Contact#1
    waddle, 27 Jun. 2014, 22:38

    Renault peut très bien partir d'une feuille blanche (moi j'en prendrais une grise et turquoise...) puisque le FIA a annoncé il y a quelques semaines que les constructeurs actuellement impliqués pouvaient revoir leur copie pour l'an prochain afin de ne pas être défavorisés par rapport à Honda qui arrive un an plus tard...


    Icon For Contact#1
    V6 turbo, 4 Jul. 2014, 1:01

    @waddle Il y a un règlement FIA 2014/2020 signé par toutes les équipes qui précise ce cas de figure. Pour pouvoir remettre en cause ce règlement il faudrait que toutes les équipes soient OK. Cette disposition est aussi écrite noir sur blanc (article 2.2 du règlement FIA) , y toucher serait une rupture contractuelle de première classe. Seule exclusion tolérée, des modifs liées à la sécurité des personnes. En cas de non respect dudit règlement, les sommes allouées à ou aux équipes qui seraient flouées seraient considérables devant un tribunal, on approcherait probablement la centaine de millions de dollars sur le simple compte du préjudice subi. Quand la FIA dit revoir sa copie, c'est revoir une bonne partie des unités dans le cadre de ce qui est autorisé et signé dans le règlement 2013/2020. Chacun peut modifier une partie de ses unités de Power Unit mais pas tout à 100%. Chacun choisit de donner la priorité à un ou plusieurs des sous ensembles en fonction de qu'il a prévu dans l'évolutivité de son PU. Chaque année la proportion de modifs acceptée baisse jusqu'en 2019 ou 2020 ou tout est gelé à 95% (appendice n°4 tableau complet p88 du règlement FIA sur les homologations annuelles autorisées). Or j'imagine mal Mercedes accepter que Renault ou Ferrari repartent d'une feuille complètement blanche. Ce serait trop facile. Les constructeurs se sont engagés sur ce règlement, certains ont fait un boulot considérable et sous prétexte que d'autres ont moins bien réussi, on rebattrait toutes les cartes. Impossible! 2013 n'était pas une année test au niveau règlementaire, cela se saurait. D'autre part Honda, contrairement à une idée reçue, n'a pas un grand avantage à partir 12 mois plus tard que les autres. Sauf à croire que c'est juste au travers de ce que l'on lit dans la presse que l'on pourrait orienter ou réorienter un projet de cette importance. C'est mal connaître Honda R&D et Honda HRC. Honda est une petite structure, très performante, avec des ingénieurs disposant de milliers de brevets particulièrement innovateurs. Ils ont une immense expérience dans cette dimension de moteurs à très haute perf (cylindrée unitaire 266cc). Honda a juste plus de temps pour prévoir son évolutivité mais ne dispose d'aucun data fondamentaux de ses concurrents, juste des temps partiels et des totaux. Pas de quoi fouetter un chat. En revanche, les trois autres constructeurs ont à mon sens un énorme avantage sur Honda, ils ont déjà des milliers de données en piste, et pas que des températures et des pressions! Pour en rajouter une petite couche, la fameuse histoire de Mc Laren qui refourguerait toutes les données moteur de Mercedes à Honda, c'est encore une légende. Mercedes a évidemment verrouillé le truc, et plutôt à double ou triple tour. Certes Mc Laren dispose de datas sur piste mais quasi rien de fondamental au niveau PU, en tous cas rien de transposable qui puisse réellement faire la différence en dehors du chassis et de l'aéro. Ils disposent de données utilisables sur la stratégie de course, je pense à la gestion de la conso. L'expérience d'une saison sur certains circuits sera évidemment mise à profit, c'est beaucoup de temps gagné, mais pas de quoi faire la différence au point de prendre un avantage déterminant d'emblée. Ces valeurs de conso restent encadrées et presque publiques. En revanche j'imagine que Mc Laren gardera probablement une bonne partie de sa boîte de vitesses, et (ou) son système cinétique, car je crois qu'elle fait partie de sa propriété intellectuelle (je crois partagée avec Mercedes, mais je n'en suis pas sûr). C'est pas tout à fait négligeable, mais les rapports devront être adaptés. Pour le reste ils pourront facilement comparer au banc les différents deltas entre les deux PU (conso, couple, etc). Ces données sont toujours évolutives, elles ont une valeur à un instant T, mais pas d'une saison sur l'autre, ce serait croire que le bloc Mercedes ne progresserait plus dans l'intersaison... Et de là à connaître les dessins internes de chaque unité, leur interactivité quand on connaît leur complexité, faut pas délirer.


graphical divider
Media centre Barcelone
La communauté digitale
pour

Motorsinside.com est un site internet construit et animé par des passionnés d'automobile pour les fans de sports auto, Formule 1 et de tout type de moteurs. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour nous soutenir et ne rien manquer de nos actus.

Rejoignez la comu @motorsinside

Top