F1 - La paix des braves

F1 - La paix des braves

La Formule Avoine aussi a le droit à la paresse. Toutes les écuries ont été mises au repos forcé selon les lois du Royaume. Mais que font-elles en vacances ? Nico-dix-Langues et Sir Lewis ont été contraints de partir ensemble, pour se réconcilier ;Super Futile fait une cure pour perdre du poids ;et Bernie l’Enrichi a invité sur sa galère son nouvel ami : son juge.

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© Hamilton - Été chaud mais guerre froide ?
© Hamilton - Été chaud mais guerre froide ?
Godefroy de Taffin est le responsable des chevaux Taïaut, et a été fort marri par les premières parades des écuries ayant adopté ses six palefrois.

Ancien pilote qui n’aura laissé aucune trace, si ce n’est de roue dans l’herbe, le Duc d’Albers est reparu tel un fantôme hanter l’écurie Catastrophe.



LE COMTE DE MONCET

Abandonnez charriottes ! Car le temps est venu,
A la joie de chacun, d’un repos bienvenu.
Or les pilotes n’ont pas, pour le mois d’août conçu,
De semblables projets où dépenser leur dû.


SIR LEWIS

La peste soit de ceux, qui dans leur inconscience,
Voulant par-là ôter toutes nos divergences,
Nous auront condamné à la coexistence
Jusqu’au lieu même – hélas ! – de nos fieffées vacances.


NICO-DIX-LANGUES

Ah, vraiment ! Tu es l’homme avec lequel, Lewis,
Partir me causera incurable jaunisse,
Tant je ne puis te voir sans penser à malice,
Tel jadis le païen considérant Clovis.


DON FERNANDO

Portugal ? Sans façon. L’Italie ? Non merci.
L’Angleterre ? Jamais. Pays-Bas ? Allez-y !
Arabie ? Vous rêvez ! Germanie ? Restons-y !
Car je voudrais signer chez l’Abbesse Merci.


ROMAIN LE CONVERTI

J’ai voulu pour ce mois, en bon bénédictin,
Plutôt que de dormir, ou faire grand festin,
Me recueillir à Lourdes, pour que Luthus enfin,
Sortant de nulle part, renoue avec les points.


SUPER FUTILE

Des festins j’en voudrais ! Mais plongé dans ma cure,
Où pour perdre le poids de ma grande carrure,
Et espérer bientôt rentrer dans mon armure,
Je m’astreins au régime, et veux le gras exclure.


GODEFROY DE TAFFIN

Des congés j’en voudrais ! Or forcé d’avouer
Que je fournis aux miens une avoine avariée,
J’ai voulu sans détours travailler tout l’été,
Pour éviter – grand Dieu ! – d’être bientôt lynché.


LE DUC D'ALBERS

Des congés j’en ai certes ! Pour qu’ils ne soient trop chers,
Je me suis engagé comme honnête corsaire :
Ici je puis voler manants et pauvres hères,
Et gagner plus d’argent que le moindre sicaire.


BERNIE L’ENRICHI

Si j’avais de l’argent… S’il me restait de l’or…
J’ai tout donné au juge… Eh ? Il m’en reste encore ?!
Alors partons, cher juge ! Eh, l’ami, sans remords !
Je vous offre un séjour, car je vous dois pléthore !



    Sur Formule Avoine

    La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
    Icon For Arrow-up