F1 - Le choix de Pirelli pour le GP du Brésil jugé "très dangereux"

F1 - Le choix de Pirelli pour le GP du Brésil jugé "très dangereux"

Le Grand Prix de Russie n'a pas passionné les observateurs dont certains ont critiqué le choix des pneus de Pirelli qui estime qu'une allocation plus tendre n'aurait rien changé. Dans le même temps, sa décision pour le Brésil est vivement remise en cause.  Icon For Chat#6  23

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© McLaren - Les choix de Pirelli remis en cause
© McLaren - Les choix de Pirelli remis en cause
Après un Grand Prix de Russie que d’aucuns ont qualifié de calme voire d’ennuyant, la faute selon eux à des pneus tendres et mediums dont la dégradation n’était pas suffisante, Pirelli n’a pas manqué de réagir, via son directeur de la compétition Paul Hembery. Dans le même temps, des critiques vives ont été soulevées concernant l'allocation des gommes pour le Brésil.

Le Britannique estime que la course n’aurait cependant pas été plus passionnante avec les gommes tendres et super-tendres – habituellement utilisées pour les circuits urbains : « Nous sommes critiqués quoi que nous fassions, » commence-t-il, en référence aux plaintes concernant la trop forte dégradation des deux saisons précédentes.

« Je pense que les gens ont juste la mémoire courte, et c’est un problème. Cela nous place dans une situation impossible, comme vous pouvez imaginer. Je ne suis pas sûr que cela aurait drastiquement changé le scenario si nous avions amené les super-tendres, » a-t-il expliqué pour Autosport.

Pour Hembery, la difficulté était la piste du circuit de Sotchi qui ne réagissait pas de manière habituelle, certainement en raison de sa nouveauté : « Même les pneus tendres faisaient leurs meilleurs temps à la fin de chaque relais, donc je pense que c’était un concours de circonstances. La surface a certainement eu un impact, et peut-être que cela changera dans le futur. Cela pourrait être lié à sa pose récente, il y avait certains ingrédients qui ont joué, fournissant ou aidant à trouver une adhérence progressive sur une surface douce, et c’est pourquoi les performances s’amélioraient. »

Du côté de Christian Horner, le directeur de Red Bull, l’on souhaite que le manufacturier italien tire les conséquences de ce Grand Prix : « Je pense qu’il faut trouver un équilibre. C’est la première fois que nous avons été sur cette surface, et cet asphalte. Les pneus Pirelli étaient très résistants sur ce circuit, donc espérons qu’ils en tireront quelques leçons ;ce style de course à l’ancienne n’est pas excitant. Les courses que nous avons eu cette année, avec deux ou trois arrêts, ont été vraiment excitantes et c’est ce que nous espérons pour les trois courses restantes. »

Un choix "très dangereux" pour le GP du Brésil
Dans le même temps, et alors que Pirelli a annoncé peu avant la course russe ses choix pour les trois dernières manches de la saison, certains pilotes se sont montrés étonnés voire très critiques, notamment en ce qui concerne les gommes qui seront utilisées pour le Grand Prix du Brésil.

« Si vous regardez les choix pour les prochaines courses, ils sont un peu étranges, » a indiqué Fernando Alonso. « Avoir les mediums et les durs au Brésil, c’est très surprenant. Évidemment, c’est leur décision, nous devons essayer de les aider à chacune de leurs interrogations. »

Pour Felipe Massa, cette décision est une prise de risque de la part de la firme de Milan : « C’est dangereux, très dangereux. D’abord, Interlagos n’a jamais été un circuit où utiliser les mediums et les durs, c’est un circuit où nous pouvons même monter les super-tendres et les tendres, mais en étant conservateur les tendres et les mediums. Je n’ai aucune idée de la raison pour laquelle ils ont choisi mediums et durs, c’est complètement inacceptable, » a lâché le Pauliste pour Adam Cooper.

« C’est un circuit sur lequel vous pouvez avoir de la pluie, c’est un circuit où il peut faire froid, c’est un circuit où les conditions pourraient peut-être faire que vous devez prendre un risque en chaussant les pneus pour le sec, et c’est tellement dur que ça pourrait être dangereux, donc je ne comprends pas ça. Et ils changent l’asphalte : normalement, sur tout circuit sur lequel ils changent l’asphalte, ça devient plus simple. Je ne sais pas pourquoi ils ont choisi ces pneus. J’ai même parlé au gars de chez Pirelli, et il m’a dit que j’avais raison. »

En 2013, Pirelli avait déjà amené des pneus mediums et durs à Interlagos même si les gommes étaient à l’époque moins conservatrices qu’elles ne le sont aujourd’hui, en raison des polémiques de la saison passée.

En début de saison, déjà, le manufacturier transalpin avait fait face à des critiques de la part des pilotes lors du Grand Prix d’Espagne. Sergio Pérez, notamment, avait critiqué des pneus jugés « très durs » et « trop conservateurs » empêchant toute attaque. Là encore, les pneus en cause étaient les pneus durs et mediums et, comme pour le Brésil, ces dénominations avaient aussi été utilisées en 2013 au circuit de Catalunya.

Dans les faits, par rapport à la saison 2013, Pirelli a modifié à sept reprises ses allocations pneumatiques. Comme le montre le tableau ci-dessous, deux Grands Prix ont vu un « attendrissement » des gommes mediums / dures utilisées en 2013 : la Belgique et les Etats-Unis, où les équipes auront à leur disposition des pneus tendres / mediums.
Comparaison pneus 2013 et 2014
Partager cet article
 Icon For Chat#6  23 commentaires

    Icon For Contact#1
    DarkSChneider, 13 Oct. 2014, 15:53

    un coup, les gens râlent parce que les pneus se dégradent trop vite, un autre coup les gens ralent parceque les pneus se dégradent pas assez vite, bref, personne n'est jamais content. Pour le choix trop dur, oui peut etre que c'est dangereux, mais pour les courses d'avant, j'ai l'impression qu'il y a beaucoup de girouettes. Comme au gp du japon. Au départ de la course, un certain nombre de gens ralaient parce que le safety car restait trop longtps, et qu'il fallait lacher les betes sauvages. Apres l'accident de JB, tout le monde criait qu'il fallait sortir le safety car et arreter la course, voire que c'etait inadmissible de courir dans de telles conditions. Il n'y a aucune logique, si ce n'est de râler à longueur de temps. Un peu de mesure et de profondeur serait appréciable ! DarkSchneider , membre du CGRCGR (Comité des gens qui râlent contre les gens qui râlent, © Martin Vidberg)


    Icon For Contact#1
    Pedrolito, 13 Oct. 2014, 16:17

    Pour le coup, même si j'aurais préféré des gommes plus tendres en Russie, je pense que Hembery a raison en disant que ça n'aurait pas changé grand chose. Rien ne dit que l'usure aurait été plus importante. Les réactions des composés sont différentes d'un tracé à l'autre, et à Sotchi, il n'aurait pas été étonnant de voir des super-tendres faire un maximum de tours. Pour ce qui est de Horner, il me fait bien marrer ! Pas étonnant qu'il soit pour les courses avec de nombreux arrêts. Et ce n'est pas parce qu'elles sont "excitantes". Il me semble plutôt que lorsque RBR s'est imposée cette saison, c'était à chaque fois dans ces conditions. Sinon, pour trancher, je propose que l'on demande son avis avant chaque décision au plus grand talent que la terre ait porté : Lewis Hamilton. Son choix en matière de gommes sera forcément le bon ! Comme tous ses choix d'ailleurs. :)


    Icon For Contact#1
    Jitech, 13 Oct. 2014, 16:56

    Le vrai problème c'est l'absence de compétition. Il faut plusieurs manufacturiers de pneumatique. Pirelli ne sait peut-être tout simplement pas faire des pneus performants ET durables.


    Icon For Contact#1
    DarkSchneider, 13 Oct. 2014, 17:19

    @Pedrolito : Lewis Hamilton n'a pas besoin de pneux. Lewis Hamilton peut gagner un grand prix sur les jantes s'il le veut. Ca crève les yeux tellement ca rend aveugle. D'ailleurs, c'est pour ca que tous les autres pilotes sont obligés de porter des lunettes de soleil, comme ils sont éblouis par son talent


    Icon For Contact#1
    Fab007, 13 Oct. 2014, 17:22

    @ Jitech Vous deviez être absent depuis fin 2010 (bon retour parmi nous, au passage) pour ne pas avoir vu que ce que l'on demandait à Pirelli c'était de produire un pneu rapide mais peu durable pour créer le spectacle de manière artificielle. Pirelli peut produire des pneus type Bridgestone 2010, qui peuvent tenir toute la course. Là le sujet c'est : ont-ils été trop prudents avec ces pneus qui ont été durables sur ce circuit ?


    Icon For Contact#1
    Néos, 13 Oct. 2014, 17:36

    Le vrai problème c'est Hembery. Des qu'on critique la politique mené par Pirelli, il se cache derrière son traditionnelle "quoi que l'on fasse, nous sommes critiqués". C'est très agaçant. Il y a TOUJOURS un juste milieu à trouver. Avec eux c'est les deux extrêmes. On peut facilement constater que le choix en Russie était trop conservateur, comme il l'était à Austin en 2012. Mais on ne peut pas réellement le leurs reprocher, dans les 2 cas, la piste était inédite. Mais il doit quand même accepter la critique. Et s'en servir pour améliorer son approche. Il voudrait quoi ? Qu'a chacun de ses choix tout le monde dise Amen ? On peut déjà miser sur une course à 1 arrêt à Interlagos.


    Icon For Contact#1
    Jitech, 13 Oct. 2014, 17:46

    @Fab007 : Merci de me prendre de haut. Mon précédent commentaire ne faisait que deux lignes et pourtant tu ne le comprend pas. Je n'ai jamais dit que Pirelli était incapable de produire des pneus durables. Tu ne dois pas suffisamment t'intéresser au sujet pour ne pas savoir que les pilotes se plaignent de Pirelli depuis plusieurs années. Alonso s'est même déjà plaint que les pneus tendres étaient parfois si durs qu'ils empêchaient d'attaquer. Des pneus tendres qui auraient facilement pu être considérés comme des pneus durs. On en revient donc à ce que je disais dans mon 1er message. Pirelli ne sait peut-être pas produire des pneus permettant aux pilotes d'attaquer sur un nombre de tours plus importants.


    Icon For Contact#1
    Carlito, 13 Oct. 2014, 18:05

    Perso j'ai jamais compris toutes ces regles autour des pneus... Déjà on les limite pour des questions de cout... je ne sais pas combien coute un pneu de F1, mais quand on sait qu'un aileron coute 100 000 ou 200 000 euros vu que ce sont quasiment des pieces uniques et qu'ils en cassent des palettes... Ensuite, l'obligation de changer les pneus: ils n'arretent pas de pondre des regles pour la sécurité dans les stands mais ils obligent à y passer au moins une fois... Enfin, ca gène qui une course sans devoir s'arreter? perso je vois pas ou est le sport de gagner une course parce que le concurrent a perdu 6 secondes à cause d'un écrou de roue en vrac... Marre de tous ces règlements, qu'on les laisse piloter et basta!


    Icon For Contact#1
    Aifaim, 13 Oct. 2014, 19:29

    jitech@, pour le "Tu ne dois pas suffisamment t'intéresser au sujet pour ne pas savoir que les pilotes se plaignent de Pirelli", vous vous trompez parce que Fab007 = le rédacteur en chef du site. En clair, ce garçon qui a dépassé la publication des 1000 articles est aussi compétent que passionné. Ah ! J'oubliais : modeste aussi, c'est pourquoi c'est un usager ordinaire qui vous écrit ce qu'il ne revendiquera pas.


    Icon For Contact#1
    Jitech, 13 Oct. 2014, 19:57

    @Aifaim Alors il devrait d'autant plus faire attention à la façon dont il interprète ce qu'il lit car de mémoire on a pas demandé à Pirelli de faire des pneus se dégradant rapidement mais des pneus se dégradant brutalement de façon à surprendre les pilotes, ce qui est différent.


    Icon For Contact#1
    Fab007, 13 Oct. 2014, 20:28

    @ Jitech Votre premier message : "Pirelli ne sait peut-être tout simplement pas faire des pneus performants ET durables." Excusez-moi mais même en essayant de multiplier les angles d'attaque, je n'ai pas quarante façons d'interpréter votre message. D'ailleurs, je constate que vous affinez votre raisonnement par la suite. Ce qui me permet de pouvoir vous répondre plus précisément. La problématique de Pirelli est difficile à tenir : - ils arrivent en 2011, on leur demande de produire des pneus pour créer du spectacle (dont la performance s'amenuise, pas forcément brutalement d'ailleurs, mais juste incapables de tenir "trop longtemps") - la première saison est plutôt tranquille sur le plan pneumatique : oui, on s'arrête plus, mais les critiques sont relativement contenues. La satisfaction prime. - en 2012, Pirelli attendrit ses gommes pour que les équipes voient leurs bases remises en cause. Les premières véritables critiques sur le fait que les pneus sont trop tendres apparaissent et sont parfois violentes. Pirelli commence à dire qu'en l'absence d'essais, sa situation est un peu délicate. - 2013 : plus tendres encore, les pneus sont au centre de tous les débats, les critiques sont fortes mais les équipes préférant savoir leurs concurrentes en difficulté plutôt que leur voiture à l'aise ne se mettent pas d'accord pour une modification. Arrive alors Silverstone : la catastrophe avec 5 crevaisons dans la même course. Pirelli qui avait prévenu et même été obligé d'effectuer des tests illégaux avec Mercedes pour avancer un peu pour l'avenir dit "stop". La modification des pneus/gommes est autorisée pour des raisons sécuritaires et la fin de saison se déroule relativement bien. - Fin 2013 : Pirelli indique qu'en 2014, quoiqu'il arrive, les pneus seront plus durs car ils ne veulent pas continuer de gâcher leur image en subissant à la fois les critiques et les crevaisons. Ils obtiennent malgré tout des essais pneumatiques supplémentaires en début et en cours de saison 2014 leur permettant de travailler mieux sur des voitures de la saison à venir/en cours. Cette saison, effectivement, les critiques sont exactement inverses à celles de la saison 2013 car Pirelli n'a pas été placé dans une situation suffisamment correcte pour faire autrement : certes il y a eu des essais, certes les critiques ont été moindres globalement, mais il faut bien comprendre que Pirelli ne peut jamais, d'une année sur l'autre, produire des gommes similaires car sinon les équipes risquent de s'y adapter, ni même être en totale maîtrise du matériel qu'ils fabriquent (d'autant plus sur des tracés que personne ne connait et dont toutes les estimations - je rappelle que Toro Rosso visait les 1:44.0 et que la pole a été signée en 1:38.0 - étaient à priori pessimistes tant que les temps que sur la piste en elle-même). Personnellement, je retiendrai cette saison que les voix se sont vraiment élevées à deux reprises, pour le moment : en Espagne et à Sotchi. Le reste de la saison a été plutôt calme et cela doit bien satisfaire Pirelli qui a un peu de répit et la F1 qui évite le ridicule de Silverstone 2013. (désolé pour les fautes)


    Icon For Contact#1
    Alinnhomaya, 13 Oct. 2014, 20:39

    Je ne suis pas expert de pistes pour contredire le choix de pneus de Pirelli, mais je trouve que la combinaison "super-tendres et tendres" a été très peu utilisé cette année que les années précédentes, vu qu'elle nous donne souvent des courses avec de vitesses supérieures, une meilleure adhérence, bagarre à gogo et surtout 2 à 3 arrêts au stand assurés.... XD


    Icon For Contact#1
    Profx, 13 Oct. 2014, 20:52

    moi je dirai pas que le ridicule etait pour pirelli mais plutot pour la fia qui a force de prive les ecuries et leur fabricant de pneumatique d essai en condition optimum , on failli a leur premier objectif parait il , qui est la securite des pilotes ... il ne s agissait pas que de simple crevaison mais carrement de pneu partant en lambeaux en un instant. bonjour la securite car contrairement a cet annee ou hamilton a du faire un bout de chemin avant de voir son pneu partir en lambeau , la c etait du style explosion instantanee


    Icon For Contact#1
    Aifaim, 13 Oct. 2014, 21:06

    Alinnhomaya@, il faut se reporter à l'hiver dernier : Devant l'impossibilité (et pour cause !) de disposer à temps de voitures 2014, Pirelli avait annoncé des choix conservateurs pour cette saison, arguant du fait que les caractéristiques des monoplaces allaient changer la donne en matière de sollicitation des gommes. A partir de là, je ne leur jetterai sûrement pas la pierre.


    Icon For Contact#1
    pierre, 13 Oct. 2014, 22:13

    rien à redire sur la synthèse de fab007. Juste un éclaircissement sur Silverstone 2013, Pirelli n'avait pas signalé une mauvaise utilisation du pneu des écuries, genre inversion des pneus arrières, mauvaise pression et nombres de tours trop élevés ? Ce qui enlève une petite charge sur Pirelli


    Icon For Contact#1
    Alinnhomaya, 14 Oct. 2014, 0:37

    @ Aifaim, Je n'avais plus ça en tête et je crois comme toi, qu'il n'y a rien à reprocher à Pirelli... Espérons qu'avec la connaissance avancée de monoplace 2014, ils feront peut-être mieux pour les choix de leurs pneus, même si je crois qu'ils sont entrain de faire du bon boulot cette année...


    Icon For Contact#1
    Profx, 14 Oct. 2014, 1:41

    pierre surtout un montage inverser sur la jante , des carrossages trop agressifs et la pression pas dans la fourchette recommandee mais la "honte" n as pas toucher ceux qui ont vu leur pneu explosés de leur fautes mais bien sur le constructeur de ces pneus si mal traités si après silverstone , pirelli a vu ses recommandations suivies sur certains point , tous n ont pas été pris en compte par l ensemble des ecuries. Apres évidemment il a ete "faciles" d accusé mercedes et d autre d avoir bénéficié de ce changement de pneu ... etonnament ceux qui ont le plus souffert de ces changements de type de pneu ont été ceux qui justement utilisaient des réglages disont "exotiques" de ceux ci


    Icon For Contact#1
    darkmika31, 14 Oct. 2014, 2:13

    Jitech @Fab007 : "Tu ne dois pas suffisamment t'intéresser au sujet pour ne pas savoir que les pilotes se plaignent de Pirelli depuis plusieurs années." -> C'est dommage, ça aurait pu s'appliquer à 99.9% des participants à ce forum, et il a fallu tomber sur Fab... C'est ce qui s'appelle tomber sur un os !!!! ^^ ^^ ^^ Un petit conseil : ne klaxonnez pas la voiture devant vous demain matin en allant au boulot, ce sera peut-être Teddy Riner ou Seb Chabal ^^ ^^


    Icon For Contact#1
    Ouil972, 14 Oct. 2014, 2:21

    Ça cest un avis de connaisseur que je partage Mais pour la majorité du public, vu l'acharnement des médias, c'était bien Pirelli qui était en cause malheureusement et c'est son image qui a été plus que salie


    Icon For Contact#1
    Ouil972, 14 Oct. 2014, 2:22

    Oups @ Profx j'entendais


    Icon For Contact#1
    pignon, 14 Oct. 2014, 12:30

    @Jitech : j'ai toujours défendu la position de mise en concurrence de plusieurs manufacturiers...comme des moteurs et châssis... @Fab007 : autant j'apprécie vos intervention, autant "créer le spectacle de manière artificielle." j'ajouterais aléatoire, ne correspond pas à mon avis à ce que devrait être la philosophie de la F1. De plus l'artificiel ouvre la porte à tous les excès tel la proposition d'arrosage aléatoire des circuits(Ecclecstone) contredit des règles établies comme l'interdiction de pièces mobiles ayant une influence aérodynamique comme pour le DRS, qui s'est substituer au Fduck qui lui faisait pas appel à la mobilité et permettait aux ingés de s'exprimer et aux pilotes la libertés d'utilisation ...Des pneus plus "résistant" demandent des pilotes plus pointus sachant équilibrer et régler leurs voiture... je suis hors de moi quand un pilote voit ses efforts ruinés par une erreur lors d'un ravito...Si je veux de l'aléatoire, je vais au stock car...


    Icon For Contact#1
    Ouil972, 15 Oct. 2014, 4:44

    Pas mal le Fduck mon canard.... Mais c'était bien F duct (et W duct chez Mercedes)


    Icon For Contact#1
    Profx, 15 Oct. 2014, 7:32

    pignon , le jour ou sur une course de f1, rien d aleatoire ne se passera , je craint qu on s ennuye encore plus qu aujourd hui certain le font ...


La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
arrow-up icon