F1 - Jackie Stewart : les pilotes ne sont pas "à l'épreuve des balles"

F1 - Jackie Stewart : les pilotes ne sont pas "à l'épreuve des balles"

L’état de santé critique de Jules Bianchi, après son accident au Japon, a déclenché une prise de conscience de la dangerosité de la F1 auprès des pilotes actuels. Pour les anciens, comme Jackie Stewart ou Alain Prost, cela n’est malheureusement pas une surprise.

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© Guignet 2012 - Jackie Stewart toujours inquiet pour la sécurité des pilotes
© Guignet 2012 - Jackie Stewart toujours inquiet pour la sécurité des pilotes
À 75 ans, Jackie Stewart est une légende vivante de la Formule 1. L’écossais a remporté 3 titres de champion du monde, entre 1965 et 1973, et un nombre impressionnant de 27 victoires en seulement 99 départs en Grand Prix.

En 2013, il avait déjà déclaré que les accidents de Kubica à Montréal et de Webber en bout de ligne droite à Valence relevaient du miracle. Stewart considérait que cela donnait une fausse impression de sécurité. Il a déclaré récemment à l’émission radio de la BBC 5 Live F1 que « L’accident de Bianchi a sans doute provoqué une prise de conscience [auprès des pilotes] qu’ils ne sont pas à l'épreuve des balles. »
Il souligne une prise de risque des pilotes actuels : « Des libertés sont prises aujourd’hui que nous n’aurions certainement jamais prises dans les années passées. Les roues qui se heurtent et les manœuvres de dépassement aussi proches peuvent facilement finirent en larmes. »
On se souvient de la Williams de Riccardo Patrese (Estoril 1992) et de la Minardi de Christian Fittipaldi (Monza 1993) qui se sont littéralement envolées suite à des touchettes avec une autre voiture. Cette année, en Formule Renault 3.5, un accident impressionnant impliquant Sorensen et Jafaar à Monza aurait pu mal finir pour les deux pilotes.

Jackie Stewart fait partie d’une époque à propos de laquelle « le sexe était sûr et les voitures dangereuses. Avec ma femme nous avons compté 57 connaissances décédées [dans la compétition automobile] dont 5 amis » parmi lesquels son coéquipier et élève François Cevert ainsi que Jochen Rindt, unique champion du monde de F1 à titre posthume suite à un accident mortel à Monza (avant la fin de la saison 1970).

L’Ecossais n’a eu de cesse de travailler pour la sécurité en Formule 1 tout au long de sa carrière, à l’époque ou les circuits étaient entourés de bottes de pailles pour ralentir les voitures en cas d’accident. Stewart venait même avec son médecin personnel sur les courses, notamment à cause d’une mauvaise expérience lors d’un accident à Spa-Francorchamps en 1966. Il est resté de longues minutes coincé dans sa voiture avant que des spectateurs réussissent à l’en sortir. Après avoir réussi à demander une ambulance (par télégraphe), cette dernière s’est perdue sur la route en direction de l'hôpital.

« Nous ne devrions pas oublier que le revers de la médaille c'est que les sports mécaniques sont dangereux. Malheureusement - c’est une chose terrible à dire - il fallait probablement une catastrophe pour rappeler à tout le monde ce que vous ne pouvez pas et ne devriez pas faire. »


StewartBianchi
    La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
    Icon For Arrow-up