F1 - Bilan 2014 - Caterham F1 : Plus d'étincelles en coulisses qu'en piste

F1 - Bilan 2014 - Caterham F1 : Plus d'étincelles en coulisses qu'en piste

En ce mois de décembre, la rédaction de MotorsInside vous propose de revenir sur la saison 2014 avec le bilan des équipes engagées cette saison. Premier volet : Caterham F1.      3 réactions

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© LAT - Caterham, chronique d'une saison crépusculaire
© LAT - Caterham, chronique d'une saison crépusculaire
La saison 2014 était la cinquième de la structure de Leafield, arrivée sous le nom de Team Lotus dans le paddock en 2010. Quatre pilotes ont été alignés tout au long d'une saison marquée par les difficultés financières et en coulisses.

LES PILOTES


Marcus Ericsson – 19ème du classement général (0 pts)
Pour le Suédois, la première saison a été difficile. Peu en verve au volant d’une Caterham elle-même très peu performante, il a passé une première partie de saison difficile, ponctuée malgré tout du meilleur résultat de la saison pour l’écurie britannico-malaise, la 11ème place de l’agité Grand Prix de Monaco, éclipsée par la performance de Jules Bianchi. Le Grand Prix de Belgique, où il faisait équipe avec André Lotterer, qui n’avait jamais piloté la CT05, n’a pas joué en faveur d’Ericsson, devancé qu’il fut par l’Allemand en essais libres et en qualifications.

La fin d’année a semblé plus intéressante, notamment à partir de la tournée asiatique, où il s’est montré plus à son aise et a régulièrement devancé ses adversaires directs. Cette bonne dynamique n’a pas pu être confirmée en raison de l’absence de son écurie pour la tournée américaine. Peu avant le Grand Prix d’Abu Dhabi, il annonce qu’il quitte Caterham pour rejoindre Sauber.

Kamui Kobayashi – 22ème du classement général (0 pts)
Flamboyant lors de son premier passage en Formule 1, le Japonais n’a guère eu l’occasion de se montrer sous son meilleur jour lors de la saison 2014, traînant sa peine en fond de grille. Sa saison s’est ouverte sur un terrible accident au Australie, à cause d’une défaillance de ses freins et n’a pas vraiment décollé. Ecarté manu militari par Jules Bianchi à Monaco, où il réalisera la 13ème position (meilleur résultat de la saison, comme en Malaisie).

Pire encore, arrivé avec très peu de fonds propres, Kobayashi s’est retrouvé, dès la mi-saison, sous la menace permanente d’être remplacé. Il le fut finalement une seule fois, à Spa par André Lotterer, mais sa reconduction d’un GP à l’autre rendait sa situation délicate et il sembla éteint en fin de saison.

Will Stevens – 23ème du classement général (0 pts)
Ayant démarré la saison en tant que pilote de réserve pour Caterham, le Britannique a rejoint Marussia au mois d’octobre. Il devait même disputer le Grand Prix du Japon pour l’équipe russe, en lieu et place de Max Chilton, mais une difficulté contractuelle en décida autrement. C’est finalement avec Caterham qu’il fera ses grands débuts en discipline reine, lors du Grand Prix d’Abu Dhabi, qu’il terminera en 17ème et dernière position.

André Lotterer – 24ème du classement général (0 pts)
Triple-vainqueur des 24 heures du Mans, le pilote Audi en Endurance s’est offert – grâce au soutien de son ami Colin Kolles, alors chez Caterham – une pige en F1 lors du Grand Prix de Belgique. Malheureusement, s’il a été dans le rythme en essais libres et en qualifications, sa course s’est arrêtée au bout de quelques hectomètres. Appelé pour les Grands Prix d’Italie et d’Abu Dhabi, il refusera à chaque fois de renouveler l’expérience.

L’EQUIPE


Caterham-Renault – 11ème du classement constructeurs (0 pts)
En début de saison, Tony Fernandes annonçait que la poursuite de l’aventure F1 pour Caterham devait passer par des résultats. Force est de constater que ce fut loin d’être le cas. Souvent dépassées par les Marussia, les CT05 ont été raillées pour leur avant particulier, jugé comme étant le plus inesthétique. L’entrepreneur malais décide, à l’été, de revendre son écurie à la société Engavest. Cyril Abiteboul retourne alors chez Renault et est remplacé, au poste de directeur d'équipe, par Cristijan Albers qui quittera son poste en plein GP d'Italie. Manfredi Ravetto prendra alors sa place.

Du mieux est noté quand l’équipe apporte quelques améliorations lors du Grand Prix de Belgique, mais en réalité la situation en coulisse est des plus désespérées. La vente n’est pas finalisée et les bisbilles entre les anciens et nouveaux propriétaires conduisent à la mise en redressement judiciaire de l’écurie, dans un contexte tendu. Dans cette situation, Caterham manque les GP des Etats-Unis et du Brésil. Une opération de financement participatif est lancée par les administrateurs pour aider l’équipe à courir à Abu Dhabi alors que, dans le même temps, la plupart des salariés de la structure sont licenciés. Les verts se présentent bien à Yas Marina mais la survie de l’équipe est loin d’être assurée.

PERSPECTIVES


A l'heure où ces lignes ont été écrites, Caterham n'est pas assurée de rouler en 2015. Si la FIA et les acteurs de la F1 ont autorisé l'écurie à courir avec la voiture de 2014 en 2015, encore faut-il trouver un acquéreur. Si d'aventure l'écurie reprenait vie, son parcours 2015 serait certainement des plus délicats, avec la perspective d'une grande solitude à l'arrière du peloton.

Retrouvez tous nos bilans, équipe par équipe, de la saison 2014 :
- Sauber : Une saison vierge de résultats
- Marussia : De la joie aux larmes...
- Lotus : Une saison dans les bas-fonds
- Toro Rosso : Des progrès malgré les défis à relever
- Force India : Une saison en net progrès
- McLaren : Année de transition après 20 ans avec Mercedes
- Ferrari : La fin d'une ère
- Williams : La saison du renouveau sportif


     3 réactions

    Aifaim, 8 Dec. 2014, 12:19

    Ne serait-ce que parce que sa présence sur la grille permettrait à deux pilotes supplémentaires de rouler en Formule 1 mais aussi que le personnel retrouverait son poste, je le souhaite.


    francois, 8 Dec. 2014, 15:01

    ok avec toi, même si elles se trainent en fond de grille, un bon pilote peut y faire ses armes et puis, pourquoi pas, une petite equipe peut grandir, quelques jeunes ingénieurs et techniciens, des investisseurs et ça peut, pardon, ça doit marcher... à suivre..


    darkmika31, 8 Dec. 2014, 21:45

    @ l'auteur : Bonsoir, Concernant le paragraphe sur Will Stevens, n'y a-t-il pas confusion avec Alexander Rossi sur plusieurs points ? (notamment le remplacement de Max Chilton chez Marussia) Cordialement


Sur Bilan

La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
arrow-up icon