F1 - Bilan 2014 - Scuderia Ferrari : La fin d'une ère

En ce mois de décembre, la rédaction de MotorsInside vous propose de revenir sur la saison 2014 en commençant par le bilan des équipes engagées cette saison. Huitième volet : Ferrari  Icon For Chat#6  12
Logo Mi Redaction
Rédigé par
En perdition cette année, Ferrari aura besoin de rebondir en 2015
© Ferrari / En perdition cette année, Ferrari aura besoin de rebondir en 2015
L'écurie mythique de la Formule 1 a vécu une année difficile. La première sans victoire depuis 1993. Le départ de Fernando Alonso marque la fin d'une ère pour les rouges qui vont accueillir un nouveau champion du monde dans leur rang en la personne de Sebastian Vettel sur qui va reposer le renouveau de la marque italienne.

LES PILOTES


Fernando Alonso – 6ème du classement général (159 pts)
Cette année, Fernando Alonso avait déjà la tête ailleurs. Malgré un début de saison qui aurait pu être prometteur, le double champion du monde espagnol n'aura jamais réussi à faire de sa monoplace une prétendante régulière au podium. Ses rêves de victoire au championnat rapidement envolés, le Taureau des Asturies aura passé une bonne partie de sa saison à se trouver un nouveau refuge, laissant sa motivation légendaire au placard et multipliant les remarques désobligeantes sur les tactiques employées, et les réactions sanguines face aux erreurs manifestes de son équipe. L'Espagnol aura trouvé un peu de réconfort dans une étonnante régularité et deux podiums acquis en Chine et en Hongrie.

Pas sûr qu'Alonso se remette facilement de cet échec avec Ferrari, lui qui aurait dû être dans la continuité de Michael Schumacher. Finalement, il va laisser cette lourde tâche à son rival Sebastian Vettel, pour s'en aller probablement vers un aventure anglo-nippone dont il ne connait pas le réel potentiel.

Kimi Raikkonen – 11ème du classement général (54 pts)
En lutte permanente avec le comportement de sa monoplace, Kimi Raikkonen n'aura été que l'ombre du champion du monde qu'il a été avec Ferrari en 2007. Piqué au vif par son équipier nettement plus à son aise avec une monoplace rétive et mieux adapté au nouveau style de pilotage imposé par la réglementation en vigueur, le Finlandais se sera également fait damer le pion sur le plan national par son compatriote Valtteri Bottas, abonné au podium cette année avec sa Williams.

Quelques sursauts d'orgueil ont démontré que Raikkonen n'avait pas perdu son coup de volant mais c'est surtout un sentiment de frustration qui ressortait du peu de déclarations que le Finlandais accordait à la presse. Avec une centaine de points en moins au compteur final du championnat que son équipier, la saison du Finlandais est clairement ratée. Aucune victoire, aucun podium, aucune première ligne et une seule 4ème place à se mettre sous la dent sur son circuit fétiche à Spa-Francorchamps. Son bilan des deux dernières années avec Lotus était plus valorisant ! Il ne pourra que faire mieux en 2015, au risque de voir sa motivation s'étioler et de mettre un terme définitif à sa présence en Formule 1.

L’EQUIPE


Ferrari – 4ème du classement constructeurs (213 pts)
Le renouveau technique de 2014 aurait dû imposer Ferrari sur le devant de la meute. Au lieu de ça, avec une unité de puissance plus fiable que celle élaborée par Renault mais largement moins performante que l'intouchable Mercedes, et une aérodynamique partiellement ratée, la F14-T aura été le cauchemar de Fernando Alonso et Kimi Raikkonen qui n'auront vu dans leur monoplace que des désillusions.

D'un point de vue plus politique, Ferrari nous a offert le spectacle d'une équipe en crise avec des démissions et des départs à tous les étages. Stefano Domenicali débarqué au soir d'un Grand Prix de Chine où l'on aura vu la voiture d'Alonso chaussée de deux types de gommes différents durant les essais, et le départ grandiloquent de Luca di Montezemolo qui semblait vouloir s'accrocher encore un peu plus à son siège de président, resteront les deux points d'orgue d'une année mouvementée. La reconstruction est en marche, mais les stigmates de cette année chamboulée risquent de rester longtemps dans les esprits.

PERSPECTIVES


L'année 2015 doit être celle du renouveau pour Ferrari. Avant de quitter son rôle de Directeur sportif, Marco Mattiacci aura fait un beau cadeau à son équipe en faisant venir le quadruple champion du monde Sebastian Vettel à Maranello. L'Allemand aura la lourde tâche de porter la reconstruction d'une écurie en manque de victoires régulières depuis plus d'un an.

Les échecs successifs de Fernando Alonso dans la course au titre ces cinq dernières années et la déception relative face aux contre-performances de Kimi Raikkonen cette saison auront marqué l'équipe. Avec une nouvelle organisation interne et la motivation de Vettel, 2015 devrait montrer quelques progrès, même si la victoire n'est pas forcement l'objectif affiché.

Les faibles possibilités d'améliorations techniques, du point de vue de l'unité de puissance et de l'aérodynamique, seront clairement un handicap, mais pas insurmontable pour une entreprise comme Ferrari qui devra obligatoirement démontrer des progrès par rapport à un exercice 2014 traumatisant. Une nouvelle équipe dirigeante, un nouveau pilote multi-titré combinés avec un esprit de revanche devraient être les moteurs parfaits pour cette reconstruction.

Retrouvez tous nos bilans, équipe par équipe, de la saison 2014 :
- Caterham : Plus d'étincelles en coulisses qu'en piste
- Sauber : Une saison vierge de résultats
- Marussia : De la joie aux larmes...
- Lotus : Une saison dans les bas-fonds
- Toro Rosso : Des progrès malgré les défis à relever
- Force India : Une saison en net progrès
- McLaren : Année de transition après 20 ans avec Mercedes
- Williams : La saison du renouveau sportif
Partager
 Icon For Chat#6  12 commentaires

    Icon For Contact#1
    Pedrolito, 11 Dec. 2014, 20:36

    Le PU Ferrari était le moins puissant (y compris au niveau de la partie ERS, où il y a une grosse marge de progression) semble-t-il et le plus lourd du plateau. Ce surpoids aurait impacté l'équilibre par une mauvaise répartition des masses, et donc le comportement du châssis (le train arrière difficile notamment). Sans même parler de la cartographie, un des gros points faibles de la Scuderia paraît-il. Ces défauts majeurs ont été un tant soit peu compensés par l'aéro et ses développements (le projet 665 reposait sur ce principe si l'on se fie à Marmorini qui dit avoir eu pour consigne de créer un PU le moins volumineux possible, quitte à sacrifier la puissance, dans le but d'offrir de la marge de manoeuvre dans le traitement aéro de la partie arrière). Ce qui a permis à Ferrari d'être devant Williams et de faire pratiquement jeu égal avec RBR sur certains tracés. En outre, il semble que les données soufflerie et piste ont enfin été en corrélation. Voilà pourquoi, parler d'aéro partiellement ratée ne me semble pas tout à fait juste. Cela aurait même été son ""point fort"" (avec beaucoup de guillemets).


    Icon For Contact#1
    Aifaim, 11 Dec. 2014, 21:24

    Ce qui me paraît pouvoir s'avérer un autre handicap, c'est non seulement le bouleversement dans l'effectif de techniciens mais surtout qu'il ne semble apparemment pas terminé. Le dernier partant en date serait Pat Fry. Des concepteurs de la Ferrari 2015, il ne resterait qu'Allison. Quant à Bob Bell, il n'est annoncé que pour Mars et Rob Marshall n'est lui pas encore parti de chez RedBull. Autrement dit, ils ne pourront que faire évoluer à la marge une monoplace dont les fondamentaux auront été définis et calés par d'autres, évincés depuis. Si tout marche, ce sera un authentique exploit. Sans rêver à une résurrection soudaine, on peut s'attendre à une montée en charge progressive mais qui devra tout de même être significative, c'est-à-dire au-dessus des résultats de 2014. Face à une concurrence renforcée et fiable, l'opération "table rase" ressemble à un coup de poker ou alors, c'est qu'à défaut de définir les responsabilités de l'échec, la direction a choisi les grands moyens.


    Icon For Contact#1
    arkansis, 11 Dec. 2014, 21:32

    L'avant du châssis fonctionnait assez mal sur la F14T alors difficile de parler d'aero "correcte". Alonso s'en est acclimaté car il aime les châssis très piqué à l'avant, mais pour Raikkonen trouver du confort de pilotage s'est révélé compliqué. L'ensemble était très déséquilibré voilà pourquoi les ingénieurs ont eut les pires difficultés pour corriger le comportement en cours de saison. Les monoplaces que je n'arrive pas à cerner sont les MP4-28 et 29. Je ne sais pas où se situait les réticences des châssis, mais je suppose également un manque d'équilibre et d'audace autant sur la partie aero que intégration et conception interne.


    Icon For Contact#1
    lio, 11 Dec. 2014, 21:40

    autant les changements enregistrés par montezemolo pour faire bonne figure auprès des actionnaires (arrivée - a la va-vite - sans probable longue reflexion, de mattiaci) , j'y croyais assez peu, autant les changement enregistrés par marchionne pour marquer son territoire, j'y crois a peine plus :s ca sent un 2015 compliqué. A quand des modification moins politiques, et pour un vrai gain sportif ?


    Icon For Contact#1
    Pedrolito, 11 Dec. 2014, 22:04

    La partie avant du châssis, si c'est le train avant, en pullrod ça joue forcément sur le comportement général (d'ailleurs Massa avait aussi du mal avec), même si ça permet d'affiner l'aéro. Au final, le gain aéro ne compense pas le comportement. C'est une erreur de s'être entêté dans cette voie. Paraît-il que le projet 666 sera en pushrod. Sur le plan aéro, toutes les évolutions à l'avant (l'aileron notamment) ont été validées en essais libres et adoptées en course, là où elles ont pratiquement toutes été rejetées en 2013. Je rajouterai que, malgré son esthétique discutable, la conception du nez est intéressante et doit permettre de créer des zones de basse pression avec sa forme de tunnel. Malheureusement, si j'ai bien saisi, il ne répond pas au règlement 2015.


    Icon For Contact#1
    freddy, 11 Dec. 2014, 22:12

    c est marrant quand on lit l article je vois qu il y avait tous meme pas mal de responsabilités sur les épaules de Fernando et Kimi il me semble qui l on pris aussi pour faire le taf??avec tous ces ingénieurs ils sont pas foutu faire une meilleur auto que ça c est tous meme triste vivement la saison 2015 et vive Alonso!!


    Icon For Contact#1
    alves, 12 Dec. 2014, 0:01

    @Petrolito : Le seul point fort de la petrolette ferrari est sa couleur rossa qui va devenir rouge de honte en 2015


    Icon For Contact#1
    Pedrolito, 12 Dec. 2014, 0:48

    @Manu revenu planqué honteusement derrière le pseudonyme alves Attention, avec le limogeage des chats noirs (notamment ton poulain) puis l'arrivée des nouveaux ingés et du quadruple champion du monde Vettel, il y aura une ambiance sereine de travail. Il se pourrait que la Ferrari retrouve une spirale ascendante très bientôt. Et quand il le verra, celui qui sera rouge de rage, c'est le Rastignac de la Principauté des Asturies. Et là, arriviste comme pas deux, il sera capable de demander à son manager aux méthodes camoristes de man?uvrer en coulisse pour retrouver une place dans la Rossa de laquelle il s'est fait éjecter après un énième caprice (celui de trop).


    Icon For Contact#1
    GV27, 12 Dec. 2014, 9:15

    @P drolito XD et si la version anti FA était fausse? Limogé ou plutôt parti volontairement en connaissance de cause, c'est à dire pas de performance suffisante à espérer de Ferrari pour les deux prochaines années ? En tout cas, on ne peut que constater que la politique interne ne s'est pas améliorée depuis son depart.....A croire que Vettel fait virer tout le monde en arrivant ! Quel politicard celui là ! XD XD XD Quand Alonso sera parti de la F1 et si Ferrari reste à son niveau actuel,votre prochaine cible est toute trouvée....


    Icon For Contact#1
    NandoCampeon, 12 Dec. 2014, 12:48

    @ pedrol ito , maranella et autres membres pseudo actif du FA antigroup : Continuez à derverser votre fiel stérile contre ALONSO ;les bots mondiaux de Google, Bing, Yahoo et autres moteurs de recherche du net mondial :enregistre dans leur serveurs le nb de fois ou Alonso, Fernando, Nando, Nano, FA est cite grace à votre participation meme non objective vous creez un pt buzz donc en partie grace à vous son prochain salaire augmentera "MERCI A VOUS" ! le père Noël des asturies ainsi que son prince vous souhaite de recevoir un joli poster dans de votre idole dans sa nouvelle tenue de lumiere !!!


    Icon For Contact#1
    lecteurdepassage, 13 Dec. 2014, 17:56

    bon j'espère que vous allez vous calmer tous avec vos vociférations pro ou anti Alonso ; vous commencez à être tous un peu lourds ...je lis avec plaisir les articles de ce site mais franchement les pro Alonso sont encore plus lourds que les anti ou considérés comme tels... vivement que les activités reprennent pour rompre l'ennui des bloggeurs et leurs vociférations diverses.


    Icon For Contact#1
    Alto, 14 Dec. 2014, 18:08

    Bonjour C'est un fait établi depuis 2006 C'est mathématique ALONSO = ZERO fois champion du monde Cela n'appelle aucun commentaire.


graphical divider
Media centre Barcelone
La communauté digitale
pour

Motorsinside.com est un site internet construit et animé par des passionnés d'automobile pour les fans de sports auto, Formule 1 et de tout type de moteurs. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour nous soutenir et ne rien manquer de nos actus.

Rejoignez la comu @motorsinside

Dernières actualités F1

Toutes les actualités F1
Top