F1 - Bilan 2014 - Marussia F1 : De la joie aux larmes...

F1 - Bilan 2014 - Marussia F1 : De la joie aux larmes...

En ce mois de décembre, la rédaction de MotorsInside vous propose de revenir sur la saison 2014 avec le bilan des équipes engagées cette saison. Troisième volet : Marussia F1.  Icon For Chat#6  1

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© Marussia - Sotchi, l'hommage à Bianchi et la fin de l'aventure
© Marussia - Sotchi, l'hommage à Bianchi et la fin de l'aventure
La saison 2014 a été celle de tous les états pour l’écurie Marussia. Des premiers points à la disparition en passant par le terrible accident de Jules Bianchi, l’équipe britannico-russe a vécu un véritable concentré d’émotions.

LES PILOTES


Jules Bianchi – 17ème du classement général (2 pts)
Auteur d’un début de saison relativement délicat, avec trois premiers Grands Prix difficiles, le Français va profiter du début de tournée européenne pour marquer un grand coup. Au terme du GP de Monaco, profitant d’une course animée, il use de toute son agressivité et joue des circonstances de course pour rallier l’arrivée dans un inespéré top 10, malgré une pénalité de 5 secondes. Neuvième de cette course, il inscrit ses deux premiers points en catégorie reine et surtout, les deux premiers de l’histoire de Marussia. A 24 ans, le Niçois concrétise et dépasse même les espoirs placés en lui en réussissant ce qui est considéré par le paddock comme un véritable exploit.

La suite de la saison sera plus conforme aux attentes. Si la Marussia est souvent supérieure aux Caterham et si Bianchi domine nettement Chilton, les progrès ne sont pas suffisants pour se hisser durablement au niveau des Sauber. Au moment où Caterham semble en capacité de lutter à nouveau, arrive la manche japonaise. Durant un Grand Prix disputé sous la pluie, en fin d’épreuve, la Marussia n°17 décroche dans le virage 7 du 43ème tour et vient s’encastrer sous un engin de levage qui dégageait la voiture d’Adrian Sutil.

Inconscient depuis son accident, Jules Bianchi demeure aujourd’hui dans un état critique.

Max Chilton – 21ème du classement général (0 pts)
Comme lors de sa première saison, le Britannique a souffert de la comparaison avec Jules Bianchi. Son début de saison sera la meilleure partie de son année puisqu’il réussira deux 13ème places, en Australie et à Bahreïn, profitant des abandons multiples et des soucis de son équipier. Par la suite, ses coups d’éclats seront rares et rarement positifs, comme au Canada, quand il causera l’accrochage des deux Marussia dès le premier tour, mettant aussi fin à sa série de 25 arrivées consécutives en 25 courses.

Ne devançant, quand les deux voitures seront à l’arrivée, son équipier qu’à une seule reprise à partir du GP Chine, il portera sur ses épaules le poids de la tristesse et de l’abattement d’une écurie Marussia alors en bout de piste lors du GP de Russie, sa dernière apparition de la saison.

L’EQUIPE


Marussia-Ferrari – 9ème du classement constructeurs (2 pts)
En conservant son duo de pilotes, l’équipe misait sur la continuité. Un pari plutôt réussi globalement face la concurrence fluctuante d’une écurie Caterham bien souvent inférieure. Les deux points inscrits par Jules Bianchi à Monaco sont célébrés comme une victoire par la petite structure qui reste, à ce jour, la seule équipe issue des trois arrivées en 2010 à avoir réussi cette performance. Comme Caterham cependant, et malgré le soutien de Ferrari, Marussia souffre financièrement.

La deuxième partie de saison part sur les bases de la première, même si les verts donnent plus de fil à retordre aux blancs, rouges et noir à partir du GP de Belgique. Au Japon, l’équipe est frappée de plein fouet par l’accident de Jules Bianchi et ses conséquences. Les dirigeants de l’écurie, John Booth en tête, restent au chevet du pilote alors que doit être préparée la course de Sotchi. Durant cette épreuve, Marussia décide de ne faire courir qu’une seule voiture mais, en signe d’hommage, construit et prépare celle du Français dans la partie de garage qui aurait dû être la sienne. Max Chilton et toute l’équipe posent sur la grille avec un panneau « Racing for Jules ». L’épreuve se soldera par un abandon.

Quelques jours après, Marussia annonce son placement en redressement judiciaire. L’écurie manque les Grands Prix des États-Unis et du Brésil mais tente, en vain et après l’annonce de sa cessation d’activités, de disputer la course d’Abu Dhabi. Peu de temps après la fin de saison, l’équipe qui a terminé neuvième du championnat des constructeurs est contrainte de vendre ses biens aux enchères.

PERSPECTIVES


Inscrite pour le championnat 2015 la structure Manor, qui faisait courir Marussia, ne devrait vraisemblablement pas être présente sur les grilles en 2015. Max Chilton, de son côté, envisage d’ores-et-déjà d’autres options que la F1 après deux saisons peu convaincantes.

Retrouvez tous nos bilans, équipe par équipe, de la saison 2014 :
- Caterham : Plus d'étincelles en coulisses qu'en piste
- Sauber : Une saison vierge de résultats
- Lotus : Une saison dans les bas-fonds
- Toro Rosso : Des progrès malgré les défis à relever
- Force India : Une saison en net progrès
- McLaren : Année de transition après 20 ans avec Mercedes
- Ferrari : La fin d'une ère
- Williams : La saison du renouveau sportif


 Icon For Chat#6  1 commentaire

    Icon For Contact#1
    Aifaim, 9 Dec. 2014, 13:34

    On ne peut regarder la saison 2014 de Marussia en occultant les déclarations a posteriori de Max Chilton. Dès Melbourne, la situation financière rendait la participation aux grands prix incertaine. Avec cet éclairage, si se présenter sur la grille de départ s'apparentait à un tour de force, s'être mesuré toute la saison à Sauber, avoir dominé Caterham et marqué ces deux points à Monaco tout cela confine à l'exploit. L'accident de Sotchi aura fait s'effondrer l'instabilité de ce qui n'était plus un équilibre que - peut-être ? - par la présence de son pilote, Ferrari soutenait en laissant s'accumuler les factures impayées. Si la précarité financière de la situation était notoire, je voudrais souligner la loyauté et la discrétion des deux pilotes qui ont tenu un indéfectible discours positif quant aux évolutions de leur Marussia. Il serait facile de mettre des noms sur les auteurs (beaucoup mieux lotis) de formules assassines sur leur équipe et/ou monoplace.


La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
arrow-up icon