Le Clash du Caribou
© Canal + - Jacques vide son sac

Le Clash du Caribou

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© Canal + - Jacques vide son sac

Des vertes forêts de sa lointaine et froide contrée, Jacques Caribou n’a pas pour habitude de mâcher ses mots à l’encontre des hobereaux, que son fiel trouve indigne du ciel pour la moindre bagatelle.

Jacques Caribou est le Grand Conseiller de la rubrique hippique de Vassal Pius ("pieux"), la seule gazette du royaume. Ancien champion (en l'an de grâce 1197), il est autant réputé pour son expertise que pour son franc-parler.


JACQUES CARIBOU

Parmi les chevaliers de la Formule Avoine
Certains mériteraient chaque jour d’éructer
Des remords confondus à leurs propres chanoines,
Pour n’avoir jamais su manœuvrer comme il sied.

Ah ! Max The Minimus : c’est ma tête de Turc,
Du jour où il osa fouler à dix-sept ans,
- Quoiqu’aidé il est vrai par des dons ataviques -
Le sable de tracés interdits aux enfants.

Ce page se contemple et admire un orgueil
Qui le pousse parfois à commettre des crimes
En puissance. Or soudain il évite l’écueil,
Et la foule abandonne un grief légitime.

L’avez-vous vu, dimanche, en pleine ligne droite,
Face à Pastor le Fol – de lequel j’ai bien sûr
Médit abondamment –, jouant à l’acrobate ?
On le vit par trois fois frôler la meurtrissure !

Passons… à quel idiot ? Ah ! A Olaf Kimi !
Voulez-vous révéler, estimé Finlandais,
Pourquoi depuis deux ans êtes-vous endormi ?
De votre fier talent le Temps n’a rien laissé.

Vous êtes un reliquat qui court après sa gloire ;
Mais de tous les espoirs que vous avez semés,
Vous ne retirerez qu’un commode encensoir,
Pour les cendres loger de votre habileté.

Et de Mate la Reine ! Ah, que pourrais-je en dire ?
En dire ? Rien du tout. Il vaudrait mieux en rire.
Ils disaient à l’hiver : « Le Roi est revenu ».
Nous disons aujourd’hui : « Messieurs, le roi est nu »

Méditons… qui pourrais-je encor de mes sentences
Révéler les bévues et confier les lésions ?
Prenons ceux décriant la main qui leur bectance
Apporta quatre années sans la moindre abrasion.

C’est Buffle Rougeoyant. Regardez-les beugler
Sans jamais rechercher à tancer leurs péchés !
Mais faut-il de Taïaut faire un bouc émissaire ?
Tout le mal ne vient pas d’une avoine arbitraire.

La vérité est que, dans ce monde ici-bas,
Les Destins se balancent et la Fortune branle.
L’écuyer qui voudrait maîtriser ce sabbat
Se condamne à forger sa disgrâce ductile.

    divider graphic

    Les autres magazines

    La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
    arrow-up icon