Un volant trop vénal
© Lotus - Rends l'argent, Pastor !

Un volant trop vénal

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© Lotus - Rends l'argent, Pastor !

Pendant que l’écurie Luthus s’abîme dans la famine, son pourvoyeur de monnaie, et par ailleurs pilote, Pastor le Fol, s’échine à détruire une par une les charriottes qu’on veut bien lui confier. Le moment n’est-il pas venu de rendre l’argent ?

Gérard Sans-Blé est le financier de Luthus. Mais il est lui-même en bataille avec ses usuriers, ce qui l’empêche d’ouvrir vanne à sesterce en son écurie.


LE COMTE DE MONCET

Apercevez-vous donc la lugubre lumière
Qui jaillit faiblement à côté de Sans-Bière ?
Les créanciers armés de fièvres vengeresses
Présentent à Luthus l’épée de Damoclès.

Depuis longtemps déjà c'est en encens de mage
Que l’écurie repousse un immédiat naufrage.
L’état de ses bilans, le trou dans ses finances,
Ne peuvent plus celer une ultime indigence.

Et pourtant dirons-nous ! Il y a ce Pastor.
Ce Pastor, mais comment ? Est-ce Pastor le Fol,
Ce proche du Pactole et confident de l’or,
Qui n’a pour seul talent que cent coffres d’oboles ?

Hélas Pastor le Fol, pour dix écus fournis,
Pour dix maigres écus qui le font partager
L’espace d’un instant le char du Converti,
En réclame cent autres après s’être crashé.


GÉRARD-SANS-BLÉ

Cela ne peut, Pastor ! Tu stipendies ta place,
Et cela je le crois nous permet de survivre.
Mais je ne puis souffrir qu’en tous lieux tu embrasses
Des bas-côtés les rails. Serais-tu cuit ? Gris ? Ivre ?
Est-ce à cause du vin que le divin Bacchus
Distillait en charmant la sublime Vénus ?


LE COMTE DE MONCET

Ce n’était pas le vin ;c’était bien le volant
Qui était et la cause et l’unique raison
Des revers excessifs d’un habile intriguant
Grâces à qui Luthus croupit sous perfusion.


UN HUISSIER DE JUSTICE

Sont-ce vous, les pouilleux, qui doivent au marché
Cent-vingt millions d’écus dont cent-dix d’arriérés ?


GÉRARD-SANS-BLÉ

Êtes-vous disposé à louer un baquet ?
Je vendrais un volant au premier créancier.


PASTOR LE FOL

Que m’importe, Gérard, les larmes d’un fauché !
Je vous tiens par le col et ne desserrerai
La ligne de survie qui m’assure un volant,
Fût-il des plus iniques et des moins méritants.

Puissé-je savourer vos mines si courtoises
Lorsque le vendredi, je m’en vais découvrir
Une piste inconnue et qu’on me dit sournoise…
Alors chacun pressent l’accident à venir.

Mais comment a-t-il fait pour gagner un Grand Prix ?
Murmurent dans mon dos les courtisans captifs.
N’avions-nous pas rêvé ? Était-il perverti
Pour glaner le trophée au moment décisif ?


UN HUISSIER DE JUSTICE

Eh là, les miséreux ! Vous devez rembourser
Vos crédits contractés sans le moindre délai !


GÉRARD-SANS-BLÉ

Monsieur, je le voudrais ;cependant mes banquiers
Me proscrivent l’accès aux plus petits billets.


PASTOR LE FOL

Voici la vérité : je suis talentueux.
Comme je suis encor plus riche que doué,
Je n’ai jamais besoin, pour paraître gracieux,
D’enchaîner les podiums et de trop m’harasser.


LE COMTE DE MONCET

Chez le marquis d’Enstone, un cruel absent : l’or.
Voici pourquoi signa le très riche Pastor.
    divider graphic

    Les autres magazines

    La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
    arrow-up icon