Quand vint la plénitude du temps
© Mercedes - Suave mari magno

Quand vint la plénitude du temps

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© Mercedes - Suave mari magno

Sir Lewis n’est pas simplement devenu cette année un triple champion ; il est devenu lui-même, heureux, tranquille, apaisé. Qui comprendra que ses baroudes et ses baguenaudes fondent en même temps sa bravoure et sa béatitude ? Sir Lewis est une personne, une personnalité.

Le Tacticien-Loup est le recteur de Merci l’Abbesse. Sous ce nom jovial se cache en réalité un meneur pragmatique, au rythme cardiaque inquiétant depuis que ses deux chevaliers se battent entre eux sur la piste.



LE COMTE DE MONCET

Souvent, pour s’amuser, le vieil aéropage
Médit sans chanceler sur ce bouffon blagueur
Qui passe ses loisirs en vains marivaudages
Au milieu des Vénus et des reines en fleur.

Il ne laboure guère, il ne trime jamais !
Vitupèrent ignorants les cénacles envieux.
A ces savants l’otium n’a jamais ce sérieux
Qui devrait de ses prises un vainqueur enserrer.

Ces pontifes voulaient que de pâles langueurs
Ponctuassent les vies des Hercules moroses.
Que ne comprennent-ils qu’un forçat de labeur
Peut parfois dire au Ciel : « Une pause s’impose » !

Sir Lewis est de ceux qui entendent mener
En dépit des rumeurs et des concupiscences,
Exposé à la foule et aux avidités,
Une pieuse, paisible et placide existence.


SIR LEWIS

Quand le peuple innombrable acclame vos exploits,
Quand il prend votre nom et de fleurs le couronne,
Quand déjà il réclame un Anglois comme roi,
Quand enfin il louange en tous lieux Hamilton,

On ne peut exprimer la passion d’infini
Qui surgit tout à coup et vous comble à jamais.
Je suis trois fois champion ;je n’y crois tout à fait.
Je suis trois fois champion ;telle est ma dynastie.


LE COMTE DE MONCET

Le chaos alentour d’une course bravache
N’atteint plus à vrai dire un seigneur assagi.
On ne peut l’arrêter : c’est l’Histoire qui marche.
Il imprime à son temps sa glorieuse effigie.


NICO-DIX-LANGUES(lançant sa casquette à Sir Lewis)

Tiens donc, maraud, vilain, ta mesquine casquette.
Tu me l’avais lancée, je te la renverrai ;
Tu voulus m’humilier, je te corrigerai.
Ne me prends pas, Lewis, pour un homme à courbettes !


SIR LEWIS

Ô, j’entendrais… mais oui ! Une voix si lointaine
Qu’elle doit provenir d’en dessous de la terre.
Est-ce de mon valet la nouvelle fredaine ?
A-t-il non du talent mais mauvais caractère ?
J’entends mieux à présent. La voix vient de la cave :
En ce lieu sont reclus des sultans les esclaves.


NICO-DIX-LANGUES

J’étais tranquille, seul, et serein dans l’équipe.
J’humiliais autrefois un sublime équipier ;
On disait de Nico qu’il était un cacique,
Qu’il avait le talent pour chacun dominer.

Et puis, un jour, soudain, Sir Niki me prévint :
Un vieil, très vieil ami demain s’inviterait.
Parmi Merci l’Abbesse aux côtés du Germain.
On le disait fameux, je le croyais doué.

Peu à peu je compris que pour chaque victoire
Qu’il remportait sans peine un dimanche pluvieux,
Se recelait dans l’ombre un collet trop captieux
D’un jeune homme chanceux et par trop ambitieux.


SIR LEWIS

Tu connais des regrets mais jamais des remords,
Et n’adresses au paddock que de vains lamentos.
Quand donc comprendras-tu qu’après tous mes records
Le second timonier se prénomme Nico ?


NICO-DIX-LANGUES

Ta naïveté crasse et ta rare insolence
Me rebutent si fort que je m’en vais porter
La croisade des pieux face à ton indécence
Pour ton règne demain à jamais achever.


LE TACTICIEN-LOUP

Messieurs, messieurs, du calme ! Hé ! N’est-ce pas la course ?
Prenez garde, Nico, à ne point outrager
Le contrat mordoré qui vous vaut votre bourse.
Quant à vous, Sir Lewis… Je vous veux célébrer.


NICO-DIX-LANGUES

Ah, trahison ! Parbleu ! L’équipe est contre moi.


LE TACTICIEN-LOUP

Nico est notre fils, Lewis est notre roi.


NICO-DIX-LANGUES

Mourez pour cet éloge ; il m’est trop discourtois.


SIR LEWIS

Merci pour cet éloge ; il me met en émoi.


LE COMTE DE MONCET

Sir Lewis triomphait une saison de plus
Face à Nico-dix-Langues et son fiel polyglotte.
Il percevait alors, entre deux angélus,
Le dessein de régner pour toujours en despote.


SIR STEWART

S’il vainquait encore en mille deux cent seize,
Ce serait pour Nico une douche écossaise.
    divider graphic

    Les autres magazines

    La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
    arrow-up icon