Formule Avoine : le best-of de la saison 2015 !
© Mercedes - Formule Avoine, saison 2015, en vers et contre tout

Formule Avoine : le best-of de la saison 2015 !

 Icon For Chat#6  1 commentaire
Logo Mi Redaction
Rédigé par
© Mercedes - Formule Avoine, saison 2015, en vers et contre tout

Une nouvelle-saison s’est achevée au Royaume de la Formule Avoine. Cette année, plus de 1100 vers intégralement rimés auront été troussés par le Comte de Moncet et tous ses acolytes. Redécouvrez les meilleurs d’entre eux !

4 février 1215 : Don Fernando et Monseigneur Ron Delé réalisent que la saison de Mate la Reine sera un calvaire...

MONSEIGNEUR RON DELÉ (aux journalistes)

Nous croyons fermement triompher au printemps,
Et offrir au public un succès éclatant.

(bas, à Don Fernando)

Fernando, je l’avoue : j’ai perdu tout d’espoir.
Nous passerons l’année dans le saint purgatoire.


DON FERNANDO


Je suis comme le roi d'un pays injurieux,
Riche, mais impotent, jeune et déjà vicieux,
Qui, de ses ingénieurs méprisant les charrettes,
Se consacre avec fougue à ourdir sa disette.
Rien ne peut nous sauver, ni Boullier, ni Button,
Ni Kevin patientant tel un pieux épigone.


LE COMTE DE MONCET

Alors, Don Fernando admire Ferrari
Qui arbore sans lui un éclat reparu.
Il jalouse Vettel, et contemple flétri
Le triomphe romain qu’il avait entrevu.




1er avril 1215 : Kaiser Sebastian remporte sa première victoire avec Fer Effaré en Malaisie

KAISER SEBASTIAN

Forza Fer Effaré ! L’Italie s’est levée,
Et regarde Scipion à nouveau sans vergogne.
Elle n’a que pour égal Alexandre ou Pompée,
Ou Persée triomphant de l’atroce Gorgone.




6 mai 2015 : Max the Minimus, face à ses accusateurs, commence à impressionner le paddock

MAX THE MINIMUS

A cela je réponds – mais me donnera-t-on
Le droit à dix-sept ans d’émettre une opinion ? -
Que le talent, Monsieur, est en mes veines enfoui ;
Je fus à peine né que j’étais aguerri.




20 mai 1215 : DJ Moncet se lâche à l’occasion de la Grande Parade de Monaco

DJ MONCET

A Monaco, c'est le rail ou ta coque.
Seuls les meilleurs font péter le Champagne,
Senna, Schumi, Clovis ou Charlemagne.
Sors ton écu, et laisse ton estoc.

Monaco, frère, c’est la course des rois.
Jim Clark ou Hill, cace-dédi à Senna,
Clooney, Brad Pitt, Albert sur le balcon,
Charlène Wittstock et même Charlize Theron.




26 août 1215 : Hamilton impressionne à Spa-Francorchamps


NICO-DIX-LANGUES

Mais quel est le secret, ô tout-puissant Lewis,
Qui te vaut le dimanche un puissant bénéfice ?


SIR LEWIS

Ô, trois fois rien, Nico. Gravir le Raidillon
Sans craindre tout à fait de le monter à fond ;
Écraser la pédale à l’entrée de Kemmel
Et tourner sans accroc au virage Bruxelles ;
S’en remettre à l’instinct quand arrive Pouhon,
Et fermer les deux yeux en passant Blanchimont.


LE COMTE DE MONCET

C’est le sourire en coin, et la mine défaite,
Que le Germain rossé et couinant sa disette,
S’aperçoit qu’il n’est pas de Barbare bonhomme
Qui prît part autrefois à la chute de Rome.



16 septembre 1215 : La situation financière de Luthus empire de jour en jour...


LE COMTE DE MONCET

Depuis longtemps déjà c’est en encens de mage
Que l’écurie repousse un immédiat naufrage.
L’état de ses bilans, le trou dans ses finances,
Ne peuvent plus celer une ultime indigence.

UN HUISSIER DE JUSTICE

Sont-ce vous, les pouilleux, qui doivent au marché
Cent-vingt millions d’écus dont cent-dix d’arriérés ?


GÉRARD-SANS-BLÉ

Êtes-vous disposé à louer un baquet ?
Je vendrais un volant au premier créancier.




28 octobre 1215 : Sir Lewis remporte le titre à Austin ! Nico-dix-Langues avale encore des couleuvres...


LE COMTE DE MONCET

Le chaos alentour d’une course bravache
N’atteint plus à vrai dire un seigneur assagi.
On ne peut l’arrêter : c’est l’Histoire qui marche.
Il imprime à son temps sa glorieuse effigie.


NICO-DIX-LANGUES

Ah, trahison ! Parbleu ! L’équipe est contre moi.


LE TACTICIEN-LOUP

Nico est notre fils, Lewis est notre roi.


NICO-DIX-LANGUES

Mourez pour cet éloge ; il m’est trop discourtois.


SIR LEWIS

Merci pour cet éloge ; il me met en émoi.




11 novembre 1215 : après avoir voulu divorcer de Renault, l’archevêque Dietrich et Buffle Rougeoyant sont bien obligés de faire marche arrière


L’ARCHEVÊQUE DIETRICH

Ah, mais… ! Ha, Godefroy ! Godefroy, quelle joie
De vous voir parmi nous, en ce monde d’en bas.
Avez-vous donc daigné descendre sur la terre
Et quitté les nuées pour régler notre affaire ?


GODEFROY DE TAFFIN

La veille mille affronts vous sortaient de la bouche ;
Vous n’aviez pas un mot qui ne nous fût farouche.
Désormais, vous flattez le corbeau en renard
Alarmé de l’ampleur qu’ont croisée vos retards.
Quelle ironie, Dietrich ! Vous voilà à mendier
Ce que pourtant hier vous vouliez mépriser.


L’ARCHEVÊQUE DIETRICH

Allons, allons, très cher ! Le passé est frivole
Quand se joue l’avenir de nos quatre carrioles.
Voulez-vous un surcroît de nos caisses d’oboles ?
Voulez-vous posséder un château espagnol ?
Nous voulons tout ;nous pouvons tout ;nous donnons tout.
Je le dis à genoux : aidez-nous, sauvez-nous.




2 décembre 1215 : même après deux saisons en Formule 1, personne ne reconnaît encore Sire Marcus Ericsson


JACQUES CARIBOU


Le Prix du Transparent récompense à sa guise
Celui dont l’existence est par chacun omise.
Nous accueillons, Messieurs, un Suédois aphone.
Nous jurons qu’il existe ! Il se nomme Ericsson.


SIRE ERICSSON

Bonsoir, mes deux amis. Vous me reconnaissez ?


LE COMTE DE MONCET

Déguerpissez, Monsieur ! Nous attendons un homme.


SIRE ERICSSON

N’était-ce pas Marcus ? Le voici en personne.


LE COMTE DE MONCET


Impossible, voyons, nous savons son visage.
Il vient du Nord lointain et a un blond pelage.


SIRE ERICSSON

Or c’est bien moi, je dis ! Je me nomme Ericsson !


JACQUES CARIBOU

Mais oui, bien sûr, filez ! Attendez qu’on vous sonne.




Bonus : Les Sept Portes du Paradis, ou l’exploit de Fangio au Nürburgring, en 1957

Le belliqueux Ajax et l’invincible Achille,
Ou bien encore Bayard et le brave Roland,
Eussent-ils ce jour-ci concouru sur la grille,
Auraient semblé diaphanes à côté d’un géant
Il épouse la piste, en déduit tous les pièges ;
Chaque instant eût suffit pour faire un spicilège.
Fangio n'est plus mortel ; il est le panoptique ;
Il cesse d’être humain pour devenir mythique.

 Icon For Chat#6  1 commentaire

    Icon For Contact#1
    Néos, 9 Dec. 2015, 18:07

    Toujours un plaisir immense de lecture. Merci.


divider graphic

Les autres magazines

La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
arrow-up icon