Pas de points cette fois dans la besace du Renault Sport F1 Team

Loin de la lumière, ni Jolyon Palmer (13e) ni Kévin Magnussen (15e) n'ont entrevu la possibilité d'inscrire des points supplémentaires pour la marque de Viry-Châtillon.  Icon For Chat#6  4
Logo Mi Redaction
Rédigé par
Course bien difficile à Montmelo pour Magnussen et l'équipe Renault dans son ensemble.
Course bien difficile à Montmelo pour Magnussen et l'équipe Renault dans son ensemble.
Outre la déception de ne toujours pas débloquer son compteur personnel, Jolyon Palmer repart au moins d'Espagne avec la satisfaction d'avoir battu son équipier sur les 66 tours de course.

« Je pense que je viens de faire ma meilleure course en termes de rythme et de performance. Je me sentais bien avec la voiture, il fallait être attentif à la dégradation des pneus mais c’était gérable. C’est un peu décevant de ne pas finir dans les points mais je suis satisfait. »

Le pilote Britannique peut effectivement se contenter d'avoir finalement devancé Kévin Magnussen après avoir échangé leurs positions à plusieurs reprises durant la course.

Mais il s'agit surtout de rattacher le wagon du top 10 pour la suite de la saison. Le champion GP2 Series en 2014 se montre en tout cas résolument optimiste pour la suite : « Nous devrions gagner en performance grâce aux évolutions qui sont prêtes à l’usine. J’ai hâte d’être à Monaco.  »

Course véritablement à oublier en revanche pour Kévin Magnussen, pénalisé de 10 secondes au classement pour une collision dans le dernier tour avec Palmer. Il perd donc une place, devancé par la Sauber de Felipe Nasr. Le mal était de toute façon déjà fait :

« Nous avions un bon rythme en pneus tendres, mais nous étions plus faibles avec les gommes dures et mediums, plus particulièrement les mediums. Ce n’était pas une bonne journée pour moi et je vais travailler avec l’équipe pour comprendre les raisons qui nous ont empêché de faire mieux. Je suis vraiment tourné vers les essais, nous allons pouvoir essayer de nouvelles choses sur la voiture. Le résultat d’aujourd’hui n’est vraiment pas représentatif de ce que nous sommes capables de réaliser. »

Dans la difficulté, Frédéric Vasseur salue malgré tout la combativité de ses troupes :

« C’était une course difficile pour nous, mais nos pilotes ont attaqué sans relâche jusqu’au drapeau à damiers. Kevin avait des difficultés avec les pneus durs et nous avons par conséquent modifié sa stratégie. Dans le même temps, Jolyon était capable de tirer le parti d’une stratégie à deux arrêts et il a délivré sa meilleure performance à ce jour. »

Contraste saisissant en revanche, alors que bien plus haut, la Red-Bull de Verstappen, au moteur Renault rebadgé, créait la sensation en allant chercher la victoire. Preuve des relations apaisées entre Renault et Red-Bull, le directeur de la compétition a rendu hommage à la performance de la marque autrichienne :

« Nous avons vécu une belle course pour la Formule 1 aujourd’hui. Bravo à Max Verstappen pour sa première victoire en F1. C’est bien pour le sport de voir Red Bull de retour sur la plus haute marche du podium, particulièrement de cette façon.  »
Partager
 Icon For Chat#6  4 commentaires

    Icon For Contact#1
    Aifaim, 16 May. 2016, 7:59

    Encore aucune réaction... Renault ne fait pas vibrer la fibre patriotique, pas maintenant, pas encore. La firme n'a rien fait pour, d'ailleurs. On est loin de "Renault derrière son pilote", en l'occurrence Alain Prost en bagarre pour le titre mondial. Ouh là là... C'est un truc de vieux, ça ! L'approche 2016 se veut modeste, professionnelle, mais l'ambition est là, tapie sous des couettes de travail empilées et elle n'éclatera au grand jour que lorsque la firme sortira des bas fonds de la grille. Renault se fait oublier des Français, le temps qu'il faut. En premier lieu, pas de pilote titulaire tricolore, même s'il y en a de disponibles et compétents parce qu'il ne faut pas se tromper de cible. Ocon ? Mercedes ne le lâchera que s'ils ont mieux... et puis Wehrlein passera avant. De toute façon, c'est la dernière roue du carrosse et tant pis si le drapeau n'est pas sur les jantes des quatre espoirs estampillés Renault. Le choix de la firme est à l'international et les investissements consentis sont en adéquation. Ce n'est ni un regret ni un plébiscite, c'est le constat d'un objectif ciblé dans une économie mondialisée au XXIe siècle.


    Icon For Contact#1
    J-Loo, 16 May. 2016, 8:19

    C'est un billet d'humeur ? :)


    Icon For Contact#1
    Aifaim, 16 May. 2016, 8:48

    Non, @J-Loo, juste un constat que le monde change, que - peut-être - le nationalisme, le chauvinisme, ont perdu une part de leur aveuglement en France... Par contre, l'idolâtrie et le soutien fanatique restent toujours un rempart étanche au partage et à l'échange des idées...


    Icon For Contact#1
    Nicolas, 18 May. 2016, 6:40

    L'absence de réaction me semble plus être un constat résigné qu'une absence de soutien ou de patriotisme. Par contre, il est déjà heureux que ce ne soit pas non plus un lynchage. Donc tout espoir n'est pas perdu, c'est juste que le "ballet cosmique" n'est pas encore en place pour mobiliser le public. Ça va venir...


graphical divider
Media centre Barcelone
La communauté digitale
pour

Motorsinside.com est un site internet construit et animé par des passionnés d'automobile pour les fans de sports auto, Formule 1 et de tout type de moteurs. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour nous soutenir et ne rien manquer de nos actus.

Rejoignez la comu @motorsinside

Top