Vettel veut calmer le jeu avec un Hamilton peu ouvert à la discussion

Vettel veut calmer le jeu avec un Hamilton peu ouvert à la discussion

Sebastian Vettel a dit qu'il souhaitait s'entretenir avec Lewis Hamilton concernant leur accrochage au Grand Prix d’Azerbaïdjan, ce à quoi le Britannique semble peu enclin à se soumettre.  Icon For Chat#6  2

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© Ferrari - Vettel veut parler avec Hamilton
© Ferrari - Vettel veut parler avec Hamilton
Quelques jours après leur accrochage sous régime de voiture de sécurité au 20ème tour du Grand Prix d’Azerbaïdjan, la tension entre Lewis Hamilton et Sebastian Vettel est toujours palpable.

Accusé d'avoir volontairement percuté son rival et ayant été pénalisé d'un Stop & Go de 10 secondes, le pilote Ferrari souhaite calmer le jeu et parler à son rival afin d'aplanir les choses : « Je n'ai aucun problème avec lui. Je respecte beaucoup le pilote qu'il est. Je ne pense pas que c'était intentionnel car il prenait aussi le risque d'abimer sa voiture et de voir sa course se finir. Maintenant, ce n'est pas encore le bon moment pour se parler. Je le ferais seul avec lui, pour clarifier tout ça et passer à autre chose. » a déclaré Vettel.

Une invitation à la discussion qui ne semble pas ravir Hamilton, toujours très mécontent de l’attitude en piste de l'Allemand : « Premièrement, il n'a pas mon numéro de téléphone.J'ai juste besoin de m'exprimer sur la piste, c'est le plus important pour moi. J'ai entendu ce qu'il a dit après la course. C'est arrivé et je ne pense pas que cela soit une bonne chose. Mais le plus important pour moi c'est que j'ai perdu la course à cause d'un problème d'appuie-tête. Tout ce que je pense de cela c'est "garder la tête froide". Je veux tout faire pour gagner les 12 prochaines courses. J'ai besoin d’avoir un peu de réflexion à ce propos, mais je continue de penser que c'était irrespectueux. Ce n'est pas la bonne manière de piloter et cela ne doit pas être une réponse au moindre problème que vous avez en piste. Nous sommes champion du monde, nous sommes les meilleurs pilote du monde, nous courons depuis des années et nous n'avons pas à faire ça ! »

Mais d'un autre côté, cette situation démontre pour Hamilton que Vettel et Ferrari ressentent beaucoup de pression : « Nous mettons la pression sur Ferrari. Il est sous pression et ça n'est pas une mauvaise chose. »

Ceci dit, Toto Wolff, directeur sportif de Mercedes, souhaiterait lui s'entretenir avec Vettel pour avoir sa version des faits : « Vous savez que les émotions sont exacerbées dans une voiture de course. Comme nous l'avons vu par le passé, quand vous avez la visière baissée, vous avez votre propre perception des événements, donc je suppose que la seule explication que j'ai, et je ne vais pas protéger Sebastian ici, est que Sebastian pensait que Lewis avait freiné pour le tester, ce qui n'était pas le cas. Nous l'avons vu dans les données, la voiture de sécurité était à 150 mètres devant. Donc c'était un mauvais jugement. »

Wolff pense également que le coup de roue de Vettel après cet incident était bien volontaire : « Je ne peux presque pas imaginer qu'il l'ait fait par hasard. Donc, je voudrais lui parler personnellement et entendre ce qu'il dit sur l'incident plutôt que de juger sans avoir bien entendu sa déclaration. Si un pilote fait cela sous le coup de la colère, alors il faut réfléchir à l'importance de la pénalité. Bien sûr, c'est un quadruple champion du monde et, en Formule 1, nous sommes des exemples pour tous les jeunes pilotes concernant ce qu'il est permis de faire et ce qui ne l'est pas. C'est difficile pour moi de comprendre. » conclut Wolff.
Partager cet article
 Icon For Chat#6  2 commentaires

    Icon For Contact#1
    Marc Diskus, 28 Jun. 2017, 17:43

    Ayenge@ : Et pourtant malgré son égo , peut-être partagé par tous les pilotes , Sebastian Vettel a exprimé le souhait de rencontrer Lewis Hamilton pour débattre de l'incident de dimanche . Courageux de sa part ? Culpabilité masquée ou réelle volonté de faire des excuses ? On ne le saura jamais . Toto Wolff , en directeur exécutif bienveillant est prêt à rencontrer Sebastian , ce que Lewis ne souhaite pas . Je ne pense pas que la diplomatie puisse apaiser les esprits ( sauf si on demande à Henry Kissinger d'intervenir ) et que les comptes seront réglés sur la piste dans le meilleur esprit mais après l'incident de Bacou , Sebastian est diminué intrinsèquement et sait que Lewis est le vrai favori .


    Icon For Contact#1
    Aifaim, 28 Jun. 2017, 19:39

    De mon point de vue, cette histoire est loin d'être terminée... Et je ne parle pas des débats des fans sur les responsabilités de l'un ou de l'autre.


La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
arrow-up icon