Dégradation limitée pour les pneumatiques de Pirelli à Silverstone

Dégradation limitée pour les pneumatiques de Pirelli à Silverstone

Après une journée d'essais, Pirelli ne craint pas une trop forte dégradation de ses pneumatiques sur l'exigeant circuit britannique.

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© Williams - Les gommes Pirelli résistent bien aux exigences de Silverstone
© Williams - Les gommes Pirelli résistent bien aux exigences de Silverstone
En Autriche, les cloques étaient très visibles sur les pneumatiques Pirelli. L'un des exemples les plus frappants à concerner les gommes de Valtteri Bottas en fin de course lorsqu'on pouvait avoir l'impression que le pneumatique était tout simplement découpé au couteau en son milieu. Mais l'effet visuel était plus impressionnant que réellement impactant sur la performance au temps au tour, comme nous l'a confirmé Mario Isola, le directeur de la compétition du manufacturier, dans le paddock de Silverstone.

Si les premières séances d'essais libres ont pu laisser voir de nouvelles cloques sur les gommes italiennes, la raison en est différente de l'Autriche : « Oui nous avons de la dégradation et nous avons des cloques qui apparaissent. Mais ce n'est pas pareil qu'en Autriche. Ici cela dépend surtout du niveau de carburant et des réglages de la voiture. » En effet, en Angleterre, il n'y a pas de corrélation directe entre le temps au tour et le niveau de cloques : les plus rapides n'ont pas forcément plus de cloques que les moins rapides. Pirelli s'attend donc à voir ce problème disparaître pendant la suite du week-end lorsque les différentes équipes auront analysées les données de la journée.

Le responsable était également ravi de voir que l'adhérence des pneumatiques permettait aux pilotes de tenter de passer l'enchaînement Maggotts-Becketts-Chapel à fond, ce qui était impossible dans le passé. Cependant, de nombreuses figures de style ont eu lieu, notamment lors des essais libres 2, car les pilotes devaient se battre avec leur monoplace pour la maintenir parfaitement sur la bonne trajectoire : « Notre objectif était d'aller plus vite mais que les voitures soient également plus difficiles à conduire. Il semblerait donc que nous ayons réussi ! » précise le dirigeant italien.

Au final, Pirelli est satisfait de voir que son pari d'apporter des pneumatiques un cran plus tendre que l'année dernière semble payer et que ses gommes résistent aux hautes pressions subies sur un circuit qui a souvent martyrisées ses gommes. Interrogées par votre serviteur sur la possibilité d'aller encore plus loin, Mario Isola répond : « Nous aurons bientôt la réponse. Nous allons à Spa avec les tendres, les super tendres et les ultra tendres. Si là-bas, ils choisissent encore les super tendres et les ultra tendres, je ne sais pas comment on va faire ! Il faudra inventer les mega tendres ou changer de noms ! »

Si le record du tour est déjà tombé aujourd'hui, on peut également s'attendre à ce que cela aille encore plus vite lors des qualifications de demain. Pirelli estime donc que les pilotes ne pourront pas prendre le risque de passer en Q3 avec les tendres car la différence de performance entre les tendres et les super tendres est d'environ 0,7 seconde, ce qui pourrait être rédhibitoire dans un plateau aux performances resserrées.

La stratégie envisagée pour la course est donc d'effectuer deux arrêts aux stands, ce qui pourrait rebattre les cartes en fonction des stratégies envisagées par les équipes.

De notre envoyé spécial de Silverstone
Partager cet article
    La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
    arrow-up icon