Palmer : « J'ai un contrat pour les sept courses restantes »

Ce jeudi en conférence de presse, le pilote Renault a été très clair. Il terminera l'exercice actuel, en dépit des rumeurs d'un remplacement précoce par Carlos Sainz. En revanche, son remplacement pour 2018 paraît inévitable...  Icon For Chat#6  12
Logo Mi Redaction
Rédigé par
Jolyon Palmer se garde une marge de manœuvre jusqu'à la fin de saison. Pour le reste...
© Renault / Jolyon Palmer se garde une marge de manœuvre jusqu'à la fin de saison. Pour le reste...
Que la saison est longue pour le Britannique ! Rien ne tourne rond pour Jolyon Palmer, en piste ou en coulisses. Toujours avec zéro point au compteur cette saison (pendant que Nico Hulkenberg en totalise 34 !), aucun week-end ne passe sans une suggestion d'éviction. En plongeant dans la nuit de Singapour, le constat est pire !

Un éternel recommencement ?

Alors que son remplacement par Carlos Sainz pour 2018 alimente la gazette des transferts, le champion GP2 2015 doit également protéger sa place pour la fin de saison. Selon Autosport, le pilote Toro Rosso aurait été approché pour monter dans son baquet dés le prochain Grand Prix, en Malaisie.

Mais de ces considérations, le champion GP 2015 n'en a cure ! « Je suis juste concentré sur le travail que j'ai à faire ! Je me moque pas mal de tout ce qui se raconte à mon sujet. » a t-il ainsi dit aux journalistes présents dans la cité-Etat.

« Depuis je pense 35 courses, il y a des rumeurs comme quoi je ne serai pas là à la prochaine. Il n'y a donc rien de nouveau pour moi ! »

L'organigramme Renault Sport F1 verrait pourtant d'un bon œil cette anticipation en vue de sa remontée vers les sommets. Défendant bec et ongles son bien, Jolyon Palmer a aussi rappelé les bases de son contrat existant, qui lui garantit d'être de la partie jusqu'au grand final fin novembre. C'est bien le pilote qui dicte sa loi !

« Je sais ce qu'il est en train de se passer : j'ai un contrat pour les sept courses restantes de l'année. Je serai là en Malaisie. Et je vais piloter jusqu'à Abu Dhabi ! »
D'ailleurs, en aucun cas l'engagement de Palmer ne contient de rupture à l'amiable pour 2017. Histoire d'être tout à fait clair face à ses dirigeants, le père du pilote et ce dernier auraient même menacé d'une action en justice si l'engagement n'était pas respecté jusqu'à son terme !.

Dans le prolongement de sa défense, le natif du Sussex estime que sa saison aurait pu connaître des instants plus festifs si la fiabilité ne l'avait pas laissé sur le bas-côté. Quatre abandons mécaniques en dix-sept courses tout de même !

« Évidemment, ce fut une année difficile. Je pense qu'il y a eu quelques opportunités. À Bakou par exemple, onze voitures ont terminé la course. Je crois même qu'une Sauber a marqué des points (ndlr: il s'agit de Pascal Wehrlein, dixième à l'arrivée). Nous, nous avons encore eu un problème, après cinq ou six tours (allumage). À Silverstone, je n'ai pas pu démarrer la course... Vraiment, ce n'est pas l'idéal à ce niveau d'avoir des problèmes de fiabilité. J'ai maintenant sept courses pour montrer ce que je peux faire de meilleur. »
La tournée d'adieu ?

Cependant, n'est-il pas déjà trop tard pour rester du côté de chez Renault ? Pilier de l'accord Mclaren-Renault, Carlos Sainz sera sans aucun doute libéré de Toro Rosso pour rejoindre la marque au Losange.

« Je peux confirmer que nous sommes proches d’un accord avec Renault » , a d'ailleurs déclaré le manager du pilote dans le paddock de Singapour, selon les déclarations issues du site Confidential-Renault.fr

« J’ai lui que Carlos pourrait rouler pour Renault dès cette saison » ajoute même l'agent en question, Carlos Oñoro Sainz.
« Ce serait une nouveauté pour nous. Nous n’avons pas discuté de cela pour l’instant en tout cas. »

Fort de 32 départs en carrière, Jolyon Palmer doit savourer d'ici Abu Dhabi. Son avenir ne s'annonce véritablement pas en Formule 1, sauf rebondissement de dernière minute. La différence de classe avec son équipier semble irrémédiable, en dépit de ses quelques progrès affichés, comme à la fin 2016. Mais cette année, son zéro pointé pénalise véritablement son équipe, à 21 points de la cinquième place de Williams. Un écart et un nombre de points qui ferait aujourd'hui son bonheur...
Partager
 Icon For Chat#6  12 commentaires

    Icon For Contact#1
    Aifaim, 15 Sep. 2017, 7:51

    Choisir ses pilotes en début de saison - ou plutôt dans sa prévision - fait partie de la course. Il en va ainsi de tout le personnel et des décisions techniques. En ce qui concerne un pilote, avec tous les éléments chiffres qui enrichissent l'analyse de ses compétences et de son comportement au volant, il paraît étonnant que les erreurs de casting soient envisageables. Maintenu ou renvoyé, c'est probablement moins des considérations sportives que financières qui auront la mainmise sur la décision à venir. La fin de saison sera plus tributaire de la voiture, de sa vélocité et de sa fiabilité, que de son pilote.


    Icon For Contact#1
    Marc Diskus, 15 Sep. 2017, 9:17

    Jolyon Palmer a un contrat avec Renault jusqu'à la fin de la saison et affirme disputer les 7 dernières courses 2017 . Son Papa Jonathan menace même d'intenter une action en justice si les choses ne se déroulent pas conformément au contrat . A moins d'un dédommagement financier , Sainz devra attendre 2018 pour occuper le baquet de Jolyon . Mais on sait que l'argent fait tout ou à peu près en F1 . Nous ne sommes pas à l'abri d'un rebondissement surprise . Cela dit , le climat de tension et d'incertitude autour de Palmer laisse ressentir le courant d'air de la porte de sortie pour 2018 .


    Icon For Contact#1
    pignon, 15 Sep. 2017, 12:20

    D'accord Palmer est loin d'être une épée...mais Sainz n'a rien prouvé chez TR... ! Encore une erreur de casting ?


    Icon For Contact#1
    Aifaim, 15 Sep. 2017, 15:24

    Pas forcément, pignon@ : d'abord, Renault connaît bien Sainz qui a fait ses gammes avec brio dans ses formules de promotion. Ce que l'Espagnol a montré, c'est sa capacité à savoir se battre en course, y compris dans des duels avec son compatriote et modèle Alonso. C'est ce point d'interrogation qui a banni Kubica auquel il aura manqué une saison de combat en monoplace pour convaincre Renault. Un concurrent en prendra peut-être le risque, mais c'est un autre problème. En associant Sainz et Hülkenberg, Renault estime miser sur leur "complémentarité", la manière polie de souligner leurs différences. Au pire, si erreur de recrutement il y avait, elle ne durera qu'un an.


    Icon For Contact#1
    AP01, 15 Sep. 2017, 17:16

    "En ce qui concerne un pilote, avec tous les éléments chiffres qui enrichissent l'analyse de ses compétences et de son comportement au volant, il paraît étonnant que les erreurs de casting soient envisageables". Pourtant il semble bien que ce soit le cas, comme pour Ericsson. Ce ne sont pas forcément les meilleurs pilotes qui sont en F1. La performance est un des paramètres, l'argent un autre, au milieu d'autres encore, comme la capacité à juger et jauger la voiture, les remontées d'infos aux ingénieurs, l'intégration dans l'équipe... D'ailleurs, Alain Prost vient de déclarer que le fait que Buemi ne soit pas en F1 était "un scandale" ! Pourtant, chez RNO, il y a Palmer (dont ils veulent se débarrasser) et pas Buemi... C'est bien que le talent ne suffit pas. Sinon, c'est apparemment encore raté pour Gasly, au moins pour cette fin de saison ! Lui, il va falloir qu'il apprenne à se mordre la langue plutôt que de vouloir absolument faire des déclarations un peu trop rapides et enthousiastes, sinon il risque de rester dans l'histoire de la F1 comme celui qui n'a jamais été aussi proche de signer un contrat sans jamais le signer !


    Icon For Contact#1
    Aifaim, 15 Sep. 2017, 18:51

    AP01@, la déclaration d'Alain Prost n'engage que lui et il n'aura pas réussi - s'il a essayé - à convaincre leur employeur commun. Buemi est un cas étonnant puisqu'après l'avoir exclu de des pilotes titulaires, RedBull l'a néanmoins conservé dans son effectif jusqu'en 2015. Quant à Palmer, Renault l'a pris "débutant" avec tous les aléas que cela peut engendrer. Sur sa seconde partie de saison en gros progrès, il a eu une seconde chance dont il n'a pu ou su profiter.


    Icon For Contact#1
    AP01, 15 Sep. 2017, 20:09

    "la déclaration d'Alain Prost n'engage que lui", peut-être, mais vous me permettrez de penser qu'il s'y connait un peu en F1. Et, si ça se trouve, il s'y connait peut-être même un peu plus que vous... Quant à Palmer;je pensais aussi que la seconde partie de saison 2016 était prometteuse. Personnellement, "un fils de..." qui disparaitrait de la grille en 2018 au profits d'un pilote qui n'arriverait que grâce à ses compétences ne me déplairait pas.


    Icon For Contact#1
    Aifaim, 15 Sep. 2017, 20:35

    AP01@, faut-il encore vous renvoyer dans les cordes de votre déclaration sur le peu de cas que vous faites des déclarations de gens aux affaires ? Ne pas voir au premier coup d'?il le paradoxe entre la déclaration d'un conseiller de la valeur de Prost et le déni du recrutement de Buemi par une équipe à la recherche d'un pilote, c'est étonnant. Prost a-t-il plaidé le cas de Buemi pour le volant dévolu finalement à Sainz ? Si oui, pourquoi n'a-t-il pas convaincu ? C'est là qu'est l'interrogation et pas ailleurs. Personnellement, la seule réponse plausible est le souhait de Renault de ne pas priver DAMS de son meilleur atout en Formule E.


    Icon For Contact#1
    renard442, 15 Sep. 2017, 21:20

    aifaim,ap01 :buemi a quitter la formule 1 en 2012,il a donc bien évidement pas piloté en course avec les nouveaux v6, la f1 a tellement changé depuis, pour kubica c'est la même chose . je me souvient en 1993 apres une année sabbatique,Alain Prost avait retrouvé une formule 1 qui avait énormement changé


    Icon For Contact#1
    Aifaim, 16 Sep. 2017, 6:42

    renard442@, je ne suis pas en l'occurrence sur le sujet de savoir si Buemi devrait ou non être titulaire en F1. Ce qui surprend, c'est qu'Alain Prost, conseiller de Renault, copropriétaire de l'équipe e-Dams en FE, aux incontestables compétences, n'est pas écouté par Renault alors en recherche d'un pilote pour sa Formule 1. En ce qui concerne le retour de Prost, la Williams innovait avec ses "suspensions pilotées", ce qui modifiait les sensations du pilote. Prost ne fût jamais vraiment à l'aise, tout comme Ayrton Senna la saison suivante alors que ce dernier n'avait pas interrompu sa carrière. On a vu que Kubica s'était adapté aux nouvelles F1 malgré le nombre d'années sans courir. C'est ce dernier point et l'inconnue de son comportement en peloton qui a freiné Renault. Il n'y a pas ce souci pour Buemi, habitué aux joutes viriles du paquet de FE et à la puissance des hybrides en WEC.


    Icon For Contact#1
    AP01, 16 Sep. 2017, 7:09

    @Aifaim, " faut-il encore vous renvoyer dans les cordes de votre déclaration sur le peu de cas que vous faites des déclarations de gens aux affaires ?" Elle est bien bonne celle-là ! Toutes vos déclarations sur l'année 2018 ont été ridiculisées et les miennes confirmées. Vous annonciez que STR ne signerait pas avec Honda, que Renault aurait peur de signer avec McLaren car cette équipe serait trop dangereuse pour elle, que Sainz resterait chez STR... De mon côté, j'écrivais que les déclarations des teams managers, équipes et pilotes n'avaient aucun intérêt tant que ce n'était pas officiel. Donc, s'il y en a un qui est "dans les cordes", c'est bien vous ! Ne vous en déplaise, Alain Prost n'a pas les clés de RNO en F1 et il n'y a donc aucun paradoxe. D'autres qui dirigent l'équipe (il vous aura échappe que ce n'est pas Prost qui est le team manager de RNO ?), ont fait un autre choix, sans doute pour les raisons que j'ai donné plus haut. C'est ainsi. Et le cas de Buemi n'est pas isolé. Mais je vous ai déjà repris sur certitudes que les meilleurs arrivent (et restent) en F1, ce qui est faux et prouvé maintes fois... Renseignez-vous sur la fonction de "conseiller" et vous verrez que "les conseilleurs ne sont pas les payeurs"... Et cela prend tout son sens en F1 !


    Icon For Contact#1
    AP01, 17 Sep. 2017, 10:02

    Les choses semblent progresser au sujet de la fin de saison. RNO aurait proposé (versé ?) une somme record à Palmer pour qu'il quitte l'écurie et soit remplacé dès le prochain GP, sans doute par Sainz. J'écris sans doute par Sainz car, même si ce n'est qu'une hypothèse personnelle, je me demande si Sainz ne finira pas la saison avec STR et si Gasly ne pourrait pas venir chez RNO jusqu'à la fin de la saison. Ce n'est pas du tout ce qui semble se tramer (et être annoncé en milieu de semaine) mais entre RNO, STR, RB et Honda, il peut y avoir des intérêts croisés : - tester Gasly chez RNO permettrait à STR de conserver Sainz jusqu'à fin 2017 et tenter de décrocher la 5° place aux constructeurs, ce qui serait sans doute plus difficile avec un rookie - Sainz n'étant que prêté, RNO pourrait tester un français qui, à l'avenir (2019 ou 2020), pourrait peut-être intégrer l'écurie - Gasly n'aura peut-être pas la poisse de Palmer et pourrait difficilement marquer moins de points que Palmer.... - la place de RNO aux constructeurs en 2017 n'est pas ce qui changera grand-chose au budget et aux ressources de l'écurie en 2018, ce qui est sans doute un peu moins vrai pour STR, qui n'est pas un grand constructeur A voir...


graphical divider
Media centre Barcelone
La communauté digitale
pour

Motorsinside.com est un site internet construit et animé par des passionnés d'automobile pour les fans de sports auto, Formule 1 et de tout type de moteurs. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour nous soutenir et ne rien manquer de nos actus.

Rejoignez la comu @motorsinside

Dernières actualités F1

Toutes les actualités F1
Top