Brendon Hartley remplace Pierre Gasly à Austin

Brendon Hartley remplace Pierre Gasly à Austin

Après de multiples rumeurs sur le remplaçant possible de Pierre Gasly, le week-end prochain à Austin, la Scuderia Toro Rosso a finalement retenu le Néo-Zélandais Brendon Hartley.      3 réactions

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© Scuderia Toro Rosso - Brendon Hartley, premier Grand Prix en F1 à Austin
© Scuderia Toro Rosso - Brendon Hartley, premier Grand Prix en F1 à Austin
Un temps dans l'expectative, pour savoir si Pierre Gasly allait disputer la dernière manche de Super Formula à Suzuka le 22 octobre prochain. En fin de compte, le vainqueur 2016 GP2 Series ira bien défendre ses chances de titre, laissant son baquet libre à Austin. Suite à cette annonce, les interrogations sont allés bon train pour connaître le coéquipier de Daniil Kvyat.

Le premier Néo-Zélandais en F1 depuis 33 ans !

Toro Rosso a finalement jeté son dévolu sur Brendon Hartley ! Le pilote Néo-Zélandais de 27 ans n'est pas un inconnu dans le giron Red Bull. Et pour cause, il est passé par la filière autrichienne, en tant que pilote de réserve pour Red Bull et Toro Rosso jusqu'en 2009, où il avait mené deux journées de tests à Jérez.

Huit ans après, Hartley va donc participer à son premier Grand Prix. Il devient le 9ème pilote originaire de Nouvelle-Zélande à prendre part à une course en Formule 1. Le dernier en date est Mike Thackwell en 1984.

Et forcément, c'est un pilote fier et heureux : « Quelle sensation incroyable ! Cette opportunité est un peu une surprise, mais je n’ai jamais abandonné mon ambition et mon rêve d’enfant d’atteindre la F1. J’ai grandi et appris tellement de choses depuis le moment où j’étais pilote de réserve pour Red Bull et Toro Rosso. Durant ces années difficiles que j’ai traversé, elles m’ont rendues plus fort et encore plus déterminé. Je veux adresser un grand merci à Red Bull pour m’avoir permis de rendre cela possible et à Porsche de me laisser faire en parallèle du Championnat d’Endurance. COTA (Austin) est une piste que j’apprécie et sur laquelle j’ai couru récemment. J’essaye de ne pas avoir trop d’attente sur mes débuts en F1, mais je me sens prêt. »
Brendon Hartley a su gravir les échelons en remportant, entre autre, la Formule Renault 2.0 Eurocup en 2007. En 2014, il est appelé par Porsche pour devenir pilote officiel, lors du grand retour du constructeur allemand en Endurance en catégorie LMP1. Un an plus tard en 2015, il devient Champion du monde d'Endurance aux côtés de Mark Webber et Timo Berhnard.

2017, l'année de gloire ?

En 2017, le Néo-Zélandais connaît la consécration en remportant les 24 Heures du Mans aux côtés de son compatriote Earl Bamber et Timo Berhnard. Une année d'exception pour lui, puisqu'il a remporté le 8 octobre dernier Le Petit le Mans en IMSA au volant de la Nissan Onroak Dpi aux côtés de Scott Sharp et Ryan Dalziel. Une semaine plus tard, il intègre le cercle restreint des pilotes qui auront roulé en Formule 1. Et cette annonce, a été plus que bien accueillie par ses camarades pilotes. Preuve en est, par exemple, avec Mark Webber, son ancien coéquipier chez Porsche et ancien pilote Red Bull.

Avant de s'envoler pour cette nouvelle expérience à Austin, circuit sur lequel il s'est imposé avec son équipage en septembre dernier lors de la 6ème manche du Championnat du monde d'Endurance, Brendon Hartley prendra le volant de la Porsche 919 Hybrid pour les 6h de Fuji, ce dimanche.


     3 réactions

    Aifaim, 14 Oct. 2017, 20:04

    C'est la 3e fois, dans les années récentes, qu'une équipe fait appel à un remplaçant pour une course qui n'est pas dans le bain de la F1. Lotterer s'était honorablement comporté au point de s'être vu proposer une prolongation qu'il déclina. Mais il ne faut pas oublier qu'à côté de son baquet Audi, c'est un pilote assidu en Super Formula. Pour Di Resta, la F1, c'était presque de l'histoire ancienne : Williams n'a quasiment pas fait appel à lui dans la voiture avant de suppléer Massa. Là encore, il s'est vite adapté à une monoplace bien différente de sa Force India d'antan. Avec Hartley, c'est encore plus difficile puisque le champion du monde WEC en titre et probablement futur n'a pas de programme en monoplace depuis des années et n'est pas monté dans une F1 récente, tout en n'ayant non plus jamais couru un GP. Pour RedBull qui l'avait viré de son junior team, c'est un motif de réflexion supplémentaire sur sa manière de préparer l'avenir via la coûteuse deuxième équipe. Sans présumer de l'avenir, au cas où il serait appelé à prendre le baquet Toro Rosso en 2018, Hartley aurait une bien belle opportunité dans sa carrière au moment où Porsche quitte le WEC.


    casper, 14 Oct. 2017, 22:13

    un pige, çà ne laisse pas indifférent un pilote de ce niveau, et puis qui sait la'année prochiane il y a encore un bquet à prendre même si c'est avec un moteur honda si décrié (et pourtant ne voient ils pas les progrès de ce moteur cette année...) Bref je rejoins aifaim sur un point à savoir l'inadéquation entre le programme red bull et ses besoins. tant de bons jetés à la poubelle, que de coûts. Mais en fait je me dis que c'est la conception de Red Bull qui ne reflete pas ce qu'est devenu le championnat. Si on considère que la F1 est un championnat pour pilotes, alors on investit dans l'aeor et le pilote. Ils n'ont juste pas vu que c'était devenu un championnat de constructeur où le bon ingénieur est préalable au bon pilote. D'où à mon sens leur changement de stratégie actuel...


    Aifaim, 20 Oct. 2017, 12:45

    Hartley pourrait bien occuper la 20e place sur la grille car Toro Rosso va procéder au remplacement de plusieurs éléments de son propulseur. Pour le pilote, cela aura un effet positif : lui ôter toute pression pour les qualifications et ainsi se consacrer à sa course. L'écart supposé avec Kvyat au départ occultera également l'inévitable comparaison entre équipiers. En corollaire, Gasly peut sourire : en retrouvant sa voiture, il pourra légitimement espérer être tranquille jusqu'à la fin de la saison. Kvyat n'a pas digéré son éviction. Il dit le contraire mais avec une argumentation assassine : il s'appuie sur l'absence de points glanés pour justifier son absence de regret ! S'il entend brandir un contrat signé pour encore deux ans, il se prépare à l'épreuve de force... Pas vraiment l'attitude à adopter lorsqu'on souhaite rester dans une équipe.


Sur Toro Rosso

La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
Icon For Arrow-up