Russell : "Nous ne sommes pas des idiots"

Russell : "Nous ne sommes pas des idiots"

Williams vit une saison difficile mais George Russell insiste que l'équipe est engagée dans un processus de long terme pour remonter dans la hiérarchie.
     1 réaction

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© Williams - George Russell sait qu'il doit impressionner Mercedes
© Williams - George Russell sait qu'il doit impressionner Mercedes
Ce fut l'une des (rares) images marquantes du dernier Grand  Prix de France : les deux Williams cote à cote au bout de la ligne droite du Mistral. Si lors de sa première tentative, George Russell ne fut pas récompensé de sa tentative suite à une défense musclée de son coéquipier, le Britannique l'emporta au passage suivant.

Mais n'allez pas croire que cette bataille en piste fut mal perçue par les deux protagonistes, comme l'explique le jeune pilote : « Pour passer dans ce virage, je savais qu'il fallait que je tente de passer à fond. Pour que Robert se défende, il fallait aussi que ça passe à fond. Il n'y avait donc rien de vicieux de sa part dans sa manœuvre. C'était seulement de la course. »

Malheureusement pour le champion F2 en titre, il a peu l'occasion de se battre en piste puisque sa Williams est nettement en-dessous du reste du plateau et il devance régulièrement son coéquipier. Dans le même temps, ses rivaux en F2, Alexander Albon et Lando Norris, s'illustrent aux volants de leur Toro Rosso et McLaren. Mais cela n'inquiète pas George Russell : « Je dois impressionner Williams et Mercedes. C'est eux qui peuvent faire la différence pour ma carrière. Alex et Lando n'auront pas d'impact sur ma carrière. Le mieux ils réussissent, le mieux c'est pour moi. »

Dans ce contexte, il est important de se rattacher aux petites victoires qui donnent de l'espoir pour l'avenir. L'un d'entre eux est que Williams signe régulièrement les meilleurs arrêts aux stands pendant les courses, ce qui montre que les mauvais résultats actuels n'ont pas atteint la motivation en interne : « Que l'on se batte pour la première ou la dernière place, tout le monde veut montrer qu'il est le meilleur dans ce qu'il fait. Les mécaniciens ne sont pas ceux qui dessinent la voiture. Il est important de montrer que nous ne sommes pas des idiots. »

Le Britannique justifie ainsi la mauvaise passe actuelle dans le changement radical de philosophie adoptée pour le développement de la FW42 par rapport aux saisons précédentes : « Parfois, il faut savoir faire un pas en arrière pour en faire trois vers l'avant. Pour l'instant, nous sommes encore dans la phase où nous faisons un pas en arrière. » S'il ne va pas jusqu'à dire que c'était volontaire d'être aussi loin, la restructuration de l'équipe, avec notamment le départ de Paddy Lowe, allait nécessairement provoquer un début de saison compliqué.

La vision de long terme d'une équipe toujours familiale donne ainsi la confiance que le travail finira par porter ses fruits : « Si nous voulons obtenir des bons résultats la saison prochaine, il est important de mettre en place les fondations pour maintenir un bon niveau par la suite. » Il n'envisage pas de changer d'équipe, à moins que ce soit pour aller au sein de la maison-mère, Mercedes : « Vous allez me voir soit dans une voiture blanche, soit grise dans les années à venir. »

De notre envoyé spécial à Spielberg


RussellWilliamsEn direct
     1 réaction

    Aifaim, 28 Jun. 2019, 17:27

    Une quasi-certitude pour ce Grand Prix d'Autriche : les Williams vont laisser la dernière ligne sur la grille de départ : Sainz et Albon auront de nouvelles pièces hors quota sur leurs monoplaces respectives ce qui leur vaudra des pénalités. D'après ce que j'ai lu, Albon écope de 15 places et Sainz plus de 20.


La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
Icon For Arrow-up