Sergio Perez, talent gâché malgré une belle carrière ?

Sergio Perez, talent gâché malgré une belle carrière ?

En marge du Grand Prix du Mexique qui aura lieu ce week-end, Motors Inside vous propose de vous replonger dans la carrière de l'Idole du pays : Sergio Perez. Une belle carrière encore en cours même si règne très certainement un sentiment d'inachevé.      3 réactions

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© Formule 1 - Sergio Perez, idole de tout un peuple
© Formule 1 - Sergio Perez, idole de tout un peuple
Sergio Perez est soutenu dès son plus jeune âge par Telmex, société de communication détenue par l'homme d'affaires Carlos Slim. Sans problèmes budgétaires et doté d'un bon coup de volant, Perez suit un parcours classique en s'engageant en Formule BMW ADAC, championnat allemand équivalent de la Formule 4.

Il y fait ses classes avant de rejoindre le relevé championnat Britannique de Formule 3 en 2007. Ce championnat est un nid à futurs champions, ayant notamment révélé par le passé des noms tels que Jim Clark, Jackie Stewart, Emerson Fittipaldi, Carlos Pace, Nelson Piquet, Johnny Herbert, Rubens Barrichello, Mika Häkkinen ou encore Ayrton Senna.

Dès sa première saison, avec un total de 14 victoires, il remporte le titre dans la catégorie National class et prouve sa rapidité en dépit d'être un pilote dit payant, une étiquette qui le suivra tout au long de sa carrière même si celle-ci s’estompera avec le temps et les résultats.

Après une deuxième saison moins réussie en F3 Britannique, il s'engage dans le championnat de GP2 Asia Series. Avec deux victoires au compteur, Perez termine à la 7ème manche du championnat et accède par la même occasion en 2010 à l'antichambre de la F1: le GP2 Series.

Ayant déjà délivré de nombreux talents confirmés en F1 tels que Nico Rosberg, Lewis Hamilton, Heikki Kovalainen, Timo Glock ou Nico Hülkenberg (liste non exhaustive), le GP2 est le championnat par excellence pour accéder à la catégorie reine.

Durant son unique saison, Sergio Perez va se révéler aux yeux de tous avec pas moins de 5 victoires et 60 points inscrits ainsi que le titre honorifique de vice-champion derrière le Vénézuélien Pastor Maldonado.

Sergio Perez fait donc ses grands débuts en F1 en 2011 avec l'écurie Sauber en tant que coéquipier du Japonais Kamui Kobayashi. Une première saison d'apprentissage qui le voit inscrire 14 unités et finir au 16ème rang du championnat du monde, toutefois avec deux fois moins de points que son équipier nippon qui conclut l'exercice au 12ème rang.

2012 : la révélation

Il rempile pour une saison chez Sauber. Il va s'avérer que la C31 soit particulièrement bien née et très conservatrice en gomme.

Deuxième Grand Prix de la saison en Malaisie. Les conditions sont apocalyptiques, la pluie redouble d'intensité au départ créant des accidents notamment entre Michael Schumacher et Romain Grosjean forçant la direction de course à neutraliser la course au drapeau rouge pendant 1h.

En bon gestionnaire de pneus et très à l'aise sous conditions s’asséchant, Sergio prend pour la première fois la tête d'un Grand Prix de F1. Il s'arrête au stand pour mettre des pneus neufs et ressort derrière la Ferrari de Fernando Alonso avec des pneus plus frais que l'Espagnol.

Il revient comme une bombe sur ce dernier mais fait une erreur en tentant un dépassement à 3 tours du but le reléguant à 5 secondes du double champion du monde, le privant d'une première victoire en F1 pourtant méritée. Il s'agit toutefois de son premier podium et Checo le célèbre comme il se doit aux côtés d'Alonso et Hamilton, tous deux champion du monde.

Il récidivera au Canada avec une troisième place ainsi qu'en Italie avec une nouvelle deuxième place. Il inscrira également son premier meilleur tour en course dans les rues sélectives de Monaco.

Ses performances lui ouvrent les portes des top teams. Et alors qu'il fait partie de la Ferrari Drivers Academy et que les Rouges lui offraient un contrat béton pour 2014 en dépit d'une nouvelle année chez Sauber, Perez préfère répondre aux sirènes de McLaren qui vient de perdre Lewis Hamilton parti chez Mercedes. Cela s'avèrera plus tard être une décision lourde de conséquences.

McLaren : la fausse bonne idée de Perez

Alors que l'écurie Britannique semblait avoir la monoplace la plus compétitive du plateau en 2012, en dépit d'une fiabilité pas toujours au rendez-vous, Martin Whitmarsh décide de repartir d'une copie blanche alors que le règlement est stable et ne changera que la saison d'après.

Et ce qui devait arriver arriva : McLaren connaît sa pire saison depuis 1980 avec aucune victoire et aucun podium ! Alors qu'il pensait viser la victoire, Checo se rend compte qu'il va vivre un calvaire et c'eut été le cas.

En effet, le natif de Guadalajara subit la loi de son Champion du monde de coéquipier Jenson Button en inscrivant moitié moins de points que ce dernier au championnat et est remercié par l'écurie au profit du pilote maison Kevin Magnussen.

Malgré une réputation quelque peu ternie, Perez trouve refuge chez Force India très intéressée par les talents du pilote Mexicain... autant que par sa mallette financière.

Force India / Racing Point, une aventure qui dure... malgré lui

L'année 2014 va lui permettre de reprendre des couleurs. Chez l'écurie Indienne il retrouve Nico Hülkenberg comme coéquipier, profil similaire au sien et permettant une saine émulation poussant Force India vers des sommets.

En effet, Checo retrouve le podium dès le troisième Grand Prix, à Barheïn quelque peu éclipsé par la superbe bataille entre les deux Mercedes de Lewis Hamilton et Nico Rosberg.

Il s'agira de son unique podium de l'année. Il réalisera également le record du tour en Autriche où son coéquipier Hülkenberg a manqué la pole position de justesse face à Felipe Massa. Il termine l'année au 10ème rang juste derrière l'Allemand mais avec une nouvelle fois un gros différentiel de points (96 à 59).

En 2015, il réalisera une année similaire avec un podium en fin de saison en Russie, mais grâce à une meilleure régularité finit au 9ème rang du championnat avec 20 points de plus qu'Hülkenberg, qui n'a toujours pas le moindre podium à son actif.

Force India s'avère être l'écurie montante de la F1 et atteint son apogée en 2016 avec la 4ème place chez les constructeurs, place conservée en 2017 malgré la montée en puissance des Renault.

Cela permet à Perez d'obtenir en 2016 deux nouveaux podiums de prestige en Principauté de Monaco et à Bakou pour le nouveau Grand Prix. Il obtient par ailleurs à chaque fois le meilleur tour.

Pour la première fois de sa carrière, Perez passe la barre des 100 points avec 101 unités et se classe 7ème avec le titre honorifique de "meilleur des autres" derrière les intouchables Mercedes, Ferrari et Red Bull. Il surclasse une fois de plus Nico Hülkenberg qui file chez Renault.

La relation tendue avec Esteban Ocon

C'est le jeune français Esteban Ocon qui remplace le pilote Allemand après avoir fait quelques Grands Prix en fin de saison 2016 avec Marussia. Ocon est l'un des représentants de la nouvelle génération dorée de la Formule 1 derrière la tête d'affiche Max Verstappen.

La première saison se passe plutôt bien tant sur le plan sportif que sur le plan relationnel: Checo réinscrit 100 points (sans podium toutefois) et termine à nouveau "meilleur des autres" tandis qu'Ocon, pour sa première saison complète en F1 termine 8ème avec la bagatelle de 87 unités.

Mais la deuxième saison va s'avérer beaucoup plus compliquée : en terme de résultats déjà, la monoplace est moins bien née que les deux précédentes et le début de saison est poussif pour les Roses.

Alors que l'écurie n'a marqué qu'un seul petit point avec Ocon au Grand Prix de Bahreïn, Perez profite du toujours rocambolesque Grand Prix d'Azerbaïdjan pour se hisser sur le podium derrière Lewis Hamilton et Kimi Räikkönen.

Il s'agit de son premier podium depuis ce même Grand Prix de Bakou en 2016.

Les ennuis financiers de l'écurie fait perdre le capital acquis à compter du Grand Prix de Belgique. L'équipe, renommée Racing Point, démarre donc son année à cette même course mais les pilotes conservent les points inscrits jusque ici.

Spa marque le début des frictions Ocon / Perez avec deux touchettes à la sortie du virage 1 à la sortie des stands rendant fou de rage le Français qui a manqué de s'envoler suite à ça. Les deux pilotes se classeront toutefois 5ème et 6ème.

Singapour marquera le deuxième épisode houleux avec une nouvelle fois Perez sortant son coéquipier mais cette fois-ci définitivement pour Ocon ce qui vaudra au Mexicain une pénalité et une interdiction de leur écurie de se battre sur la piste.

Sergio Perez terminera 8ème de l'exercice avec 62 points seulement et laisse la place de Best of the Rest à... Nico Hülkenberg, son ancien coéquipier qui fait désormais les beaux jours de Renault qui passe devant Racing Point au classement.

Quel avenir désormais ?

Cette saison, il accueille au sein de Racing Point le fils de son nouveau patron, Lance Stroll. Les seuls faits d'armes de Stroll sont quelques belles performances sous la pluie et malgré tout cet inattendu podium lors du Grand Prix de Bakou en 2017 au volant de la Williams.

Considéré comme beaucoup pour un pilote payant (chose qu'il est malgré tout), Stroll subit un peu ce que Perez a pu ressentir à ses débuts avant ses bons résultats et s'inspire beaucoup de son voisin de garage. Il subit toutefois la loi de son expérimenté coéquipier.

La question se pose désormais de l'avenir que peut avoir Perez en Formule 1. S'il a un contrat pour les trois prochaines saisons, toujours chez Racing Point, ce dernier aspire à taper de nouveau dans l’œil d'un top team.

Beaucoup considère que sa chance est passée et ils se pourraient qu'ils aient raison. Souvent cité parmi les potentiels numéro deux de Ferrari si Sebastian Vettel venait à quitter la Scuderia, Perez ne semble plus au premier plan et risque de finir sa carrière dans une écurie de milieu de grille comme il se situe actuellement.

Son ancien coéquipier, Hülkenberg vient de se faire débarquer de chez Renault F1 au profit... de son autre ex-coéquipier Ocon !

Peut être un signe pour ces deux excellents pilotes que leur temps est passé et que malgré une belle longévité et une carrière honorable, ils n'ont certainement pas exploité à 100 % l'ensemble de leurs capacités.

La Formule 1 ou l'art d'être au bon endroit au bon moment !


PerezMexiqueRed Bull
     3 réactions

    Aifaim, 25 Oct. 2019, 14:10

    Les "100% de l'ensemble de leurs capacités" englobent la capacité à se faire remarquer et à faire les bons choix au bon moment. La plupart des pilotes, de nos jours - merci (?)la superlicence - sont d'un excellent niveau. Perez ne dépare pas la règle. Avec le recul, avoir choisi McLaren au mauvais moment aura été catastrophique... comme le fit en d'autres temps un Français dont les plus jeunes n'ont pas connu la carrière : Jean-Pierre Jarier. Il avait opté pour ... Shadow avec, en plus, un souci de signature de pré-contrat. Ces choix ont toujours un petit goût de roulette russe. Ocon vient de rompre les ponts avec Mercedes en signant chez Renault. Imaginons que l'un des deux titulaires actuels arrête par choix ou contraint par un accident de la vie...


    Fred, 26 Oct. 2019, 18:23

    Petit rectificatif: J'habite au Mexique et je peux vous dire que ici Sergio Perez n'est absolument pas une idole, loin de la. Les Mexicains sont assez conscients de son incapacité a gagner un grand prix et aussi lassés de ses innombrables pretextes. Ne vous y trompez pas (plus).


    Aifaim, 26 Oct. 2019, 19:16

    Fred@, même s'il est difficile de qualifier de "supporters" certains abrutis, on peut se rappeler que Force India et les autorités avaient pris très au sérieux les menaces de mort à l'encontre d'Ocon en 2017. Les légendaires Ricardo et Pedro Rodriguez mis à part, Perez est néanmoins le pilote mexicain le plus brillant de l'Histoire. je me souviens du fortuné mais pilote méritant Hector Rebaque, de Gutierrez à la carrière ratée, l'éphémère Moïses Solana et le fantômatique Alfonso Celis, pilote de réserve chez Force India...


La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
Icon For Arrow-up